Articles

04/11/07 (B420) Un nouveau témoin a confirmé le 14 septembre 2007, devant la Justice française, en audition officielle, les témoignages de MM Alhoumekani et Iftin, quant à l’assassinat du Juge Borrel et aux très probables implications des plus hautes autorités de l’Etat dJiboutien. (Lecteur)

Nous avons eu connaissance d’un Procès-verbal d’audition d’un nouveau témoin, qui a eu lieu le 14 septembre 2007, devant un Juge d’instruction français. Il ne nous appartient pas de dévoiler des pièces de l’instruction, ni de désigner des coupables, ce qui reste du domaine de la Justice.

En revanche, il est clair que ce nouveau témoin confirme sans ambiguïté, les témoignages de MM Alhoumekani et Iftin concernant l’assassinat et non le suicide du Juge Borrel. Son témoignage pourrait peser très lourd dans la balance …

05/11/07 (B420) BBC / Craintes d’un nouveau conflit entre l’Erythrée et l’Ethiopie. New Eritrea-Ethiopia war fears (En Anglais – Info lectrice)

_______________________________________ Note de l’ARDHD
Depuis plusieurs mois, nous lançons des alarmes sur le risque d’une reprise des hostilités entre l’Ethiopie et l’Erythrée.

En intervenant en Somalie, l’Ethiopie a mobilisé une partie importante de ses forces armées et a certainement affaibli ses possibilités de défense sur le front érythréen.

De plus, l’Ethiopie doit, semble-t-il, faire face à une recrudescence des actions du front de l’Ogaden et mobiliser aussi des troupes dans cette région. Ces forces de l’Ogaden étant, d’après les autorités éthiopiennes, fortement encouragées par les értythréens ….

On pourrait imaginer que le moment est tentant pour l’Erythrée, de lancer des attaques contre un adversaire déjà mobilisé sur deux fronts géographiquement éloignés …

Mais l’Ethiopie, en dehors des critiques de forme formulées par Whashington, est l’alliée notoire des USA qui disposent désormains d’une présence militaire importante à Djibouti.

L’Erythrée, qui est dans le colimateur des organismes américains en charge de la lutte contre le terrorisme, doit certainement inclure cette donéee dans sa stratégie. Cela contribuera-t-il à freiner les ardeurs guerrières ? Les Américains viendraient-ils secrétement ou ouvertement se porter au secours des Ethiopiens, s’ils étaient e difficulté ???

Il faut surtout souhaiter que les deux pays renoncent au recours à la force, car les premières victimes de ces types de conflit sont les civils, les femmes et les enfants.

Espérons que l’Erythrée et/ou l’Ethiopie réfléchiront à deux fois, avant de lancer des hostilités fraticides, avec au final, comme ce fut le cas dans le passé, le gain ou la perte de qqs kilomètres carrés à la frontière.

______________________________________________ BBC

Ethiopia and Eritrea may return to war over their disputed border without foreign moves to resolve the crisis, warns the International Crisis Group.

The ICG wants US and UN intervention as the military build up by both countries on the border is at alarming levels.

The International Boundary Commission has given the two countries till the end of November to mark the border physically or it will fix it on maps.

But foreign diplomats fear the deadline could end up being a trigger for war.

Some 80,000 people died during the border war between 1998 and 2000.

The disputed town of Badme was awarded to Eritrea in 2002, but Ethiopia insists on talks about the border demarcation.

The United Nations has a peacekeeping force of 1,700 charged with monitoring a security buffer zone on Eritrea’s side.

TENSE BORDER
Dec 2000: Peace agreement
Apr 2002: Border ruling
Mar 2003: Ethiopian complaint over Badme rejected
Sep 2003: Ethiopia asks for new ruling
Feb 2005: UN concern at military build-up
Oct 2005: Eritrea restricts peacekeepers’ activities
Nov 2005: UN sanctions threat if no compliance with 2000 deal

« The risk that Ethiopia and Eritrea will resume their war in the next several weeks is very real. A military build up at the common border has reached alarming proportions, » an ICG report on the crisis says.

The influential think tank now wants the US and the UN to make it clear to both governments that no destabilising unilateral action will be tolerated.

« There will be no easy military solution if hostilities restart – more likely is a protracted conflict on Eritrean soil, progressive destabilisation of Ethiopia and a dramatic humanitarian crisis, » the report said.

The report comes after Eritrea for the third time, accused Ethiopia of planning an invasion.

But Ethiopia has dismissed the claims as a fabrication.

The ICG estimates that Eritrea has 4,000 soldiers supported by artillery and amour in the demilitarised zone and some 120,000 nearby.

And it says Ethiopia maintains 100,000 troops on the border with Eritrea.

The US views Ethiopia as its main ally in the region, while it has named Eritrea as sponsors of terrorism for backing the ousted Somali Islamists.

05/11/07 (B420) BBC / Sous l’action conjointe du Kenya et de Taïwan, les pirates somaliens libèrent un navire taiwannais et son équipage, qu’ils avaient capturés il y a six mois, . Somali pirates free Taiwan boat (En Anglais – Info lectrice)

Pirates have freed a Taiwanese vessel and its crew, kidnapped almost six months ago off the coast of Somalia.

Taiwanese and Kenyans were among those released. One crew member was killed shortly after the hijacking.

The release followed intervention by the US Navy, which has helped five ships in the area in the past week, all of which had been boarded by pirates.

The increased US activity is being seen as a sign of growing concern over Somali pirates.

The waters off the East African country are notorious for piracy – second only to Indonesia.

The freeing of the Taiwanese vessel came the day after two South Korean fishing boats were freed in the same area.

The South Korean boats were being escorted to Yemen under the guard of the US Navy.

New focus

Last week, US warships sank two boats that had been used by pirates to take over a Japanese merchant ship – although the ship itself is still under the pirates’ control.

And the Americans also provided support for North Korean sailors, who managed to regain control of their ship from another group of pirates.

The US Navy itself is playing down the significance of this sequence of events.

But some maritime observers see it as a sign that Washington and others are paying more attention to the threat of piracy off the Horn of Africa.

After a lull last year, there has been a resurgence in incidents, says BBC world affairs correspondent Nick Childs.

These latest events may suggest a new focus for US warships, our correspondent adds.

Shipping sources say they hope US activity will help deter further attacks on vessels.

The waters off Somalia’s coast lie close to crucial shipping lanes and are notorious for piracy.

05/11/07 (B420) GUELLEH continue à faire la quête au sein de la Communauté arable. Selon l’ADI, la BID aurait accordé de nouvelles facilités. Le pauvre IOG, il avait besoin d’un peu d’argent de poche : 400.000 USD pour son mois (Motif officiel : un laboratoire pour les palmiers dattiers …) ? Ou Guelleh et ses sbires vont-ils pêcher toutes ces idées pour maquiller des demandes de prêt qui trouveront d’autres destinations : peut-être leurs propres poches …

Signature de trois conventions de prêts entre Djibouti et la BID (Extrait ADI)

DJIBOUTI (ADI) – 03 Nov 2007- Le ministre de l’Economie et des Finances, M. Ali Farah Assoweh et le Président de la Banque Islamique de Développement, M. Ahmed Mohamed Ali, ont co-signé aujourd’hui trois conventions de prêts accordées par la BID au profit de Djibouti.

Les deux premiers accords permettront de développer les efforts engagés par le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur en vue de rehausser le secteur éducatif. Quant à la troisième convention d’un montant de 400.000 dollars US, elle a pour objet de développer les moyens du laboratoire des palmiers dattiers du CERD.

Dans une interview qu’il a accordée à la presse, le Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, M. Simon Mibrathu, a indiqué que la première convention porte sur un supplément de prêt accordé à la République de Djibouti en vue de finaliser un projet éducatif datant de l’année 2002.

Quant à la deuxième convention, d’une enveloppe de 7 millions de dollars US, celle-ci porterait sur la construction d’un nouveau lycée dans la banlieue de Balbala.

Toujours selon Mibrathu, le volume des montants (prêt et dons) accordés par la BID à la République de Djibouti s’élèverait depuis les années quatre-vingt dix à 40 millions de dollars US.

05/11/07 (B420) INDEPENDANT (GB) Les récentes violences et le climat de terreur poussent la Somalie vers un point de non-retour. Fresh violence and ‘climate of fear’ pushes Somalia towards breaking point (En Anglais – Info lectrice)

By Steve Bloomfield, Africa Correspondent

Aid agencies are warning of a humanitarian catastrophe in Somalia after a military offensive unleashed by Ethiopia forced up to 100,000 people to flee Mogadishu in recent days.

Ethiopia has sent up to 15,000 additional troops into its Horn of Africa neighbour as it struggles to pacify an Islamist-led insurgency.

Entire districts have emptied as people have been forced from their homes. Mogadishu’s mayor, Mohammed Dheere, told residents on Sunday that they should leave. Diplomats in Nairobi have warned that the Ethiopian attacks, targeted at certain sub-clans opposed to the government, could be considered ethnic cleansing.

The UN’s humanitarian co-ordinator, Christian Balslev-Olesen, said there were « reports of house-to-house searches and large-scale detentions, » which have « created a climate of fear among the population not witnessed before ».

Ethiopian troops and Islamist insurgents were engaged in three major battles over the weekend that left about 100 civilians injured.

« You see groups of people spontaneously protesting, crying for help from the international community and wondering how long Mogadishu will keep on being destroyed, » the UN refugee agency quoted a staff member in Somalia as saying.

About 46,000 of those fleeing have gone to the town of Afgooye, 20 miles outside Mogadishu, where there are already more than 100,000 people displaced from fighting earlier this year. Aid agencies warned yesterday that they were unable to provide any assistance because of chronic insecurity. Armed checkpoints, the scourge of Somalia since its last central government was overthrown in 1991, are proliferating at an alarming rate. Militias aligned to one of the 100 or so different sub-clans set up checkpoints, demanding money from all who pass.

Humanitarian convoys carrying food or water can be charged up to $100 (£50) a time. It is estimated there are more than 200 checkpoints on the roads leading into Mogadishu.

Paul Smith-Lomas of Oxfam said aid agencies were « extremely concerned that a humanitarian catastrophe is unfolding and agencies are unable to get safe access to tens of thousands of people fleeing Mogadishu. »

Harassment of UN and aid agency staff members is also on the rise. The six remaining international UN staff in southern and central Somalia were evacuated from Merka, a town 45 miles south of Mogadishu, on Sunday.

Earlier this month, the World Food Programme’s senior officer in Mogadishu was arrested in an armed raid on the UN compound carried out by the government’s own security forces.

Mr Balslev-Olesen said it was « very likely » many of those displaced in April would begin to die. « We have not even been able to provide the basic needs for these people in terms of water and sanitation, » he said. « Unless we get access, people will start dying. »

Ethiopia invaded Somalia in late December last year, driving out the Union of Islamic Courts, which had taken control of Mogadishu and large areas of southern and central Somalia. A transitional government, which had previously been holed up in a small western town, Baidoa, was instantly installed in Mogadishu.

Ethiopia was given tacit approval for the invasion by the United States, which wanted to target terrorist suspects it believed were in Somalia. The US views Somalia as a vital front in the global « war on terror » and has carried out its own air strikes in the country.

But things have not gone as planned. Although the Courts were defeated within days, it took less than a month for fighters fromal-Shabaab, the hardline wing of the Courts’ militia with links to al-Qa’ida, to begin an insurgency.

Somalia’s interim government has struggled to keep control of the country, relying on thousands of Ethiopian troops. Longstanding animosity among ordinary Somalis towards Ethiopia has drained the government of what little public support it had, particularly in Mogadishu, which is a stronghold of the Hawiye clan.

The government, headed by Abdullahi Yusuf, is dominated by members of his Darod clan.

A long-running feud between President Yusuf and his Prime Minister, Ali Mohamed Gedi, has also damaged the government. Mr Gedi resigned from the government earlier this week after pressure from the United States, where he and his family have been offered asylum.

« The Ethiopians are in way over their heads, » said one Western diplomat. « They can’t cope any more and are looking desperately for an exit strategy. »

Ethiopia had hoped that the African Union (AU) would provide their exit strategy. A force of 8,000 AU troops was sanctioned earlier this year. If fully deployed, it would have enabled Ethiopia to withdraw.

But so far just a single battalion of 1,600 Ugandan soldiers has been deployed. A battalion of Burundians is expected to join them later this month, but their deployment has been beset by operational difficulties.

05/11/07 (B420) RADIO-TROTTOIR : Humour orageux (Un ingénieur correspondant) Grand combat de boxe dans les salons d’honneur de Roissy entre Dileita, PM et Yacin, Ministre de l’intérieur. Bilan : un vase Louis XV d’une valeur inestimable détruit par les deux protagonistes et une nouvelle perte de crédit international pour l’équipe du Chamelier.

Le temps se gâte à l’approche du prochain Conseil des Ministres. Risque d’orage et terrain lourd.

Embargo sur la liste du FBI et sur les enquêtes américaines, en particulier après le décès d’un américain, dans des circonstances singulières,

Ordre du jour du Conseil des Ministres demain mardi 6 novembre 07 ;
Les forces de maintien d’ordre auront à intervenir pendant le conseil si les Matchs de boxes
programmés pendant les débâts, pour faire suite aux éliminatoires de Roissy (voir ci-dessous) dégénéraient de façon dramatique.

L’arbitre en la personne du Médiateur devra être à la fois impitoyable pour sanctionner les fautes et suffisemment habile pour éviter un clash sans précédent sis au « Quai des bois à brûler de l’Escale ».

Avant propos,
Le refrain de la chanson : « Duqdi Borrel dhul Gub » s’est, comme par magie, transformé en « Ismaël Omar Duq Gub »

Traduction simultanée
« La vieille Borrel brûle terre » est repris en « Ismaël Omar brûle vieille » (Sic). VERSION populaire en faveur de la vieille Grande-mère
Djiboutienne presque octogénaire, expulsée manu militari de son pays natal vers un Yémen qu’elle ne connaît pas, puisque ses parents, ses grands parents et ses arrières-grands parents ont toujours vécu et travaillé à Djibouti.

Retour au bercail DU SUJET.
Dans tous les cas, à l’ordre du jour de demain, il sera urgent de nommer un
certain Ismaël Tani, islamiste « pur et dur ? » « strong boss » du Cabinet
de la Présidence de la République comme Ministre de l’intérieur en remplacement
de Yacin.

Il est indispensable qu’il puisse bénéficier en urgence absolue de l’immunité ministérielle pour éviter d’être enregistré dans la liste des indésirables qui est tenue à jour par le FBI. La responsabilité du « très nouveau suicide d’un américain à la Borrel », dont il a été question dans un article précédent, pourrait lui être imputé par les Yankees, qui décidément et selon l’arbitre suprême lui-même, ne comprennent rien à l’Afrique, ni à sa culture, ni à ses méthodes, parfois expéditives, mais toujours discrètes.

C’est aussi simple que çà, mais il vaut mieux prévenir que guérir d’autant plus que
la chandelle des impunis s’épuise !

A quand le Tribunal de la Cour Pénal siégeant à Djibouti, vu le nombre des prétendants à un jugement – Cela permettrait d’économiser sur les frais de déplacement. Il serait moins onéreux de déplacer trois ou quatre juges plutôt qu’une quinzaine (voir beaucoup plus) de prévenus de crimes, assassinats, extorsion de fond, menaces, viols, tortures, abus de position dominante, recels, usages de faux, trafics illégaux, …

En prévision et par réaction aux turbulences récentes.

Suite aux phases éliminatoires :

– le récent match de boxe entre le
Premier Ministre Dilleita et l’actuel Ministre de l’Intérieur, le sieur Yacin Elmi Bouh, dans le salon d’Honneur de Roissy Charles de Gaulle,

– le record du sprint sur 200 mètres du Ministre de l’Intérieur poursuivi par le Directeur de l’ONARS armé d’un lourd bâton de combat.

Les combats de qualification peuvent avoir lieu demain pendant le Conseil des Ministres et ensuite, nous devrions pouvoir apprécier la phase finale et la nomination du vainqueur.

Pour mieux apprécier la profondeur de ces nuages orageux menaçants, un flash back sur ces affrontements préalables est la garantie que les adversaires ont suivi un bon entraînement et qu’ils sont en parfaite condition physique. Que le meilleur gagne par KO !

Un peu de réchauffement avec sourire.

Tout d’abord, il est vraiment à regretter que les djiboutiens de Paris soient aussi silencieux !

Ils auraient du attirer l’attention de leurs compatriotes et de notre seul support d’information totalement libre (ARDHD) en les informant du combat qui se déroulait à l’Aéroport de Roissy, dans les salons d’honneur. L’événement mondain de la rentrée, qu’il ne fallait manquer à aucun prix.

C’est suite à une indiscrétion (volontaire ?) que nous avons pu capter, depuis Djibouti, ces informations encore incomplètes, mais importantes pour que notre Médiateur souverain puisse se faire une bonne idée de la situation avant le Conseil et de la forme physique de ces nouveaux gladiateurs.

ACTION RECOMMANDEE.

De toute urgence, ne pas hésiter à @-mailer directement à l’adresse suivante :
Médiateur-Présidence@presidence.dj.

Envoyer une copie, si possible à Dilleita et à Yacin, avec une ampliation à votre Site du « Respect au Peuple de Djibouti ».

Information filtrée à compléter si possible par d’autres information que vous pourriez obtenir auparavant.

TEXTE
Après avoir appris qu’une délégation très importante s’était rendue récemment à Paris et qu’elle s’est conduite de façon inqualifiable, signe de son appartenance à un régime de voyous .

Que cette délégation était conduite par le Premier Ministre Dilleita de Djibouti.

Que l’Ambassadeur de Djibouti à Paris était venu les accueillir à l’Aéroport internationale de Paris.

Que le Salon d’honneur, comme il se doit, avait été mis à disposition de cette magnifique délégation,

Mais que des plaintes fusent encore pour les dégâts irréparables commis sur un Vase d’un prix inestimable de l’époque de Louis XV, suite à la rixe qui a opposé MM Yassin et Dilleita.

Actuellement nous n’avons pas encore le rapport des experts sur la destruction du Vase « Louis XV » qui a été saccagé et sur les possibilités éventuelles et le prix d’une restauration.

La situation météo est lourde, plus aucune prévision pour la journée de préparation du grand combat de demain dans la salle du Conseil des Ministres. La presse mondiale est attendue pour filmer la sortie des athlètes et les ovations au vainqueur. Dileita ou Yacin Elmi Bouh.

Les paris sont ouverts à la cote de 1/1. Les bookmakers anglais resteront ouverts toute la nuit pour enregistrer les jeux. On suivra avec intérêt l’évolution de la cote en faveur de l’un ou de l’autre.

Un ingénieur de Radio Trottoir.

05/11/07 (B420) RFI A Mogadiscio, des combats à huis clos (Info lectrice)

Depuis une semaine maintenant, les affrontements ont redoublé dans la capitale somalienne. Samedi, plusieurs témoins évoquaient l’arrivée de renforts éthiopiens, des troupes et des blindés. Il est extrêmement difficile d’établir des communications avec Mogadiscio et de se rendre compte de la situation mais RFI est parvenue dimanche à joindre plusieurs personnes sur place.

Dimanche matin, des explosions ont été entendues à trois reprises du côté du marché de Bakara. C’est en tous cas ce que rapportent les personnes que RFI a pu joindre.

Les combats de samedi se sont, en effet, poursuivis toute la nuit.

Chaque jour les insurgés attaquent les positions des forces éthiopiennes, et ces dernières ripostent en pilonnant des quartiers de la ville.

Toujours d’après les mêmes sources, les militaires éthiopiens détiennent plusieurs dizaines de militaires et de civils.

Certains de ces prisonniers ont été libérés en échange des trois dépouilles éthiopiennes, que les insurgés avaient exhibées vendredi dans la ville.

Mouvements de troupes massifs

Près des bases éthiopiennes, les corps de trois civils ont été retrouvés ce matin.

De nombreux habitants craignent que l’armée se venge sur la population : une population de plus en plus hostile à cette force étrangère qui bombarde, dit-on, sans discernement.

En quelques jours, l’armée éthiopienne a effectué des mouvements de troupes massifs, les plus importants depuis plusieurs mois. Ils auraient débuté il y a une semaine, en provenance d’Ethiopie, mais également d’autres parties de Somalie, de Baïdoa notamment.

Au moins 8 convois ont été vus. L’un d’eux comptait à lui seul une cinquantaine de camions, chacun pouvant transporter près de 30 soldats.

Presque tous ces renforts arrivés à Mogadiscio convergent dans la partie sud de la ville, une zone où se concentrent encore quelques civils…

Une chose est sûre, la violence des bombardements et des affrontements continue de provoquer un exode massif des populations.

04/11/07 (B420) LE FIGARO : Somalie :24 marins asiatiques libérés

Un groupe de 24 marins asiatiques enlevés par des pirates somaliens le 15 mai a été libéré aujourd’hui et est en route pour le Yémen, a annoncé le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Deux chalutiers battant pavillon tanzanien mais appartenant à un armateur sud-coréen, Mavuno 1 et Mavuno 2, avec à leur bord quatre Sud-Coréens, 10 Chinois, quatre Indonésiens, trois Vietnamiens et trois Indiens, avaient été pris d’assaut par des pirates au large de la Somalie alors qu’ils faisaient route vers le Yémen depuis le port kenyan de Monbasa.

Les marins ont été libérés à 13h00 GMT et « font route vers le Yémen », selon un communiqué.