Articles

04/11/07 (B420) LE FIGARO : Sarkozy a quitté le Tchad avec les 7 libérés

Le président français Nicolas Sarkozy a quitté N’Djamena à l’issue d’une visite de deux heures en compagnie des trois journalistes français et quatre hôtesses de l’air espagnoles inculpés dans l’affaire de l’Arche de Zoé.

__________________________________ Aveetissement pour Guelleh ? (ARDHD)

Il est clair que la France et son Président en tête ont du poids. Le président Tchadien l’a bien compris et il ne s’est pas opposé au rappatriement des personnes soupçonnés d’enlèvements d’enfants.

Il a certainement bien monnayé son geste, comme Kadhafi …

Mais Guelleh devra prendre cela comme un signal. Il est dangereux de se mettre en travers du Président français. Les dernières manifestations anti-françaises qu’il a organisées et les slogans anti-Sarkozy n’ont certainement pas été du goût de l’Elysée.

Alors attention aux retombées pour Guelleh …. D’autant plus que Guelleh se fait payer d’avance … Sarkozy pourrait bien lui demander de rembourser les acomptes perçus à tort …

04/11/07 (B420) LE FIGARO : Somalie :24 marins asiatiques libérés

Un groupe de 24 marins asiatiques enlevés par des pirates somaliens le 15 mai a été libéré aujourd’hui et est en route pour le Yémen, a annoncé le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Deux chalutiers battant pavillon tanzanien mais appartenant à un armateur sud-coréen, Mavuno 1 et Mavuno 2, avec à leur bord quatre Sud-Coréens, 10 Chinois, quatre Indonésiens, trois Vietnamiens et trois Indiens, avaient été pris d’assaut par des pirates au large de la Somalie alors qu’ils faisaient route vers le Yémen depuis le port kenyan de Monbasa.

Les marins ont été libérés à 13h00 GMT et « font route vers le Yémen », selon un communiqué.

04/11/07 (B420) RADIO-TROTTOIR : I.O.G. vomit son Khat ! Un américain trouvé mort pourrait jeter la suspicion de la part du FBI

Après avoir vomi dans toutes les langues nationales en public au sujet de l’ « Affaire Borrel », en affirmant qu’il « révèlera désormais les causes de la
mort du juge qui enquêtait à l’époque sur les réseaux pédophiles à Djibouti. », les Djiboutiens à qui il avait fait croire à un complot Français contre
sa personne et l’ « Etat » Djiboutien sont restés stupéfaits et commencent à grogner.

L’avocat de la veuve qui ne cesse depuis des années de ne réclamer que son
témoignage sans l’accuser de quoi que ce soit, a aujourd’hui beau jeu (en écho à ce qui n’est pour l’instant qu’une simple grogne de Djiboutiens
dupés), de l’accuser aujourd’hui de complicité et d’entrave à la Justice sur
la base de ses aveux qui se voulaient plaidoirie.

Mais ce qui m’énerve au plus point, c’est qu’au lendemain
de ces aveux, il ose disserter lors d’une conférence sur « La faim dans le
monde », en donnant des leçons de morale, à ceux qui « transforment des
millions de tonnes de blé en biocarburants alors que des centaines de
millions de d’êtres humains souffrent et meurent de sous-alimentation,
malnutrition et de faim. »

De qui se moque-t-il ?

En tant que haut fonctionnaire ayant activement travaillé à l’élaboration de
l’I.N.D.H à un moment où j’y ai cru en toute bonne foi, je me permets de lui
rappeler qu’il est le plus malvenu pour donner des leçons de morale au reste
du monde quand on a planté une drogue (le khat) au frais de l’état à la
lisière d’une forêt primaire unique en son genre.

Quoique contrainte de rester anonyme je suis la première des plus hauts fonctionnaires de l’Etat à quitter l’Arche d’I.O.G. à la dérive en vous promettant qu’il y en aura d’autres.

Le régime suicidaire d’I.O.G. se gâte encore ?

Ebranlé par la loi des séries, le régime d’I.O.G. s’enfonce avec frayeur et inexorablement.

Après les pathétiques manifestations anti-Françaises, d’une fin octobre,
I.O.G. n’a pas chômé.

Bien au contraire, il continue de croiser le fer avec son peuple et la
France.

Ce Mardi, l’actuel ministre de la Santé, – QUI ! à chaque fin d’année est
poursuivi par le HCR pour détournement – a durement réprimé une grève potentiellement syndicale des élèves infirmiers(ères), qui manifestaient
contre le non paiement de leur misérable solde et ce depuis plus de quatre
mois.

Plusieurs d’entre eux ont été illico internés à « l’Ecole de Police de
Nagad » puis relâché(e)s sans obtenir aucune satisfaction.

Ce Mercredi, les Autorités du Port de Djibouti auraient tenté d’empêcher
l’accostage d’un navire de guerre Français rentrant d’une opération de
surveillance en provenance les eaux territoriales de la Somalie où sévissent
des flibustiers des temps modernes.

Ce navire de guerre Français équipé d’hélicoptères a failli être arraisonné
par les rapides vedettes des gardes-frontières pourtant offertes par la
France du temps des « Angeliers »

Heureusement ces embarcations « offertes » n’ont pas pu servir faute de
carburant.

SVP, SVP, un peu de carburant, and please don’t forget EDD !

En tout cas, les tensions étaient très palpables dans l’enceinte de «
Autority Port IOG-EMIRAT ».

Finalement le Bâtiment de guerre Français a « tout de suite » accosté sans
attendre une quelconque négociation entre Haramous et leur Résident au
Boulevard de la République.

Ce Jeudi, si sur le front France -IOG- il y a eu plus de peur que de mal,
mais face à un nouveau « suicide », on ne peut que s’interroger toujours à
Djibouti sur la mort de ce jeudi 1er novembre -fête de la Toussaint- de la
découvert d’un Américain retrouvé mort vers treize heures (13h) à l’Hôtel
d’Europe – avec le douloureux souvenir des victimes du « Café de Paris »

Toujours est-il qu’avec cette nouvelle Affaire de ce décès mystérieux d’un
occidental en terre Djiboutienne laisse un ressentiment réel et perplexe.

Faut-il encore s’attendre un nouveau questionnement de (VOA) Voice Of
America à IOG du style en langue somalie de – ce vendredi dernier le 2
novembre – jour des morts – ?

Faut-il, en silence, s’attendre à un verdict d’une autopsie officielle qui
sera diffusée alors le Corps du défunt.

Maintenant reste à savoir pourquoi, mais pourquoi venir ici pour subir un
suicide programmé, et à quel niveau ?

Impensable ! Se faire immoler par le feu, et encore s’auto stranguler !

Cette fois ci, l’enquête du FBI sera normalement sans mansuétude.

L’origine de cette disparition mérite d’être claire sans aucun épanchement
vers une quelconque raison d’Etat.

Une auditrice.

03/11/07 (B420) BBC / Un homme âgé de 27 ans, extradé de Somalie, poursuivi devant un tribunal anglais pour accusation du meurtre d’un policier en 2005. Man in court on Pc murder charge (En Anglais – Info lectrice)

A 27-year-old man has appeared in court charged with the murder of Pc Sharon Beshenivsky in Bradford two years ago.

Mustaf Jama, who was extradited from Somalia, appeared at Leeds Magistrates’ Court. He was remanded in custody until a crown court hearing on 9 November.

He also faces charges of robbery, possession of firearms and possessing prohibited weapons.

Pc Beshenivsky, 38, was shot dead and a colleague was wounded during a robbery at a travel agency in November 2005.

Brother jailed

Mustaf Jama was flanked by two police officers throughout the five-minute hearing.

He was initially handcuffed but they were removed at the request of District Judge Roy Anderson.

There was no application for bail.

Five people, including Mustaf Jama’s brother Yusuf Jama, have been jailed over the case.

Pc Beshenivsky was killed on 18 November – her daughter’s fourth birthday – as she arrived at the scene of a robbery at the Universal Express travel agency.

Pc Teresa Milburn, 37, was also shot but survived.

Yusuf Jama and Muzzaker Shah were both jailed for a minimum of 35 years at Newcastle Crown Court last December.

Faisal Razzaq and his brother Hassan Razzaq were jailed for 11 years and 20 years respectively for manslaughter, robbery and firearms offences.

Earlier this year, Raza ul Haq Aslam was jailed for eight years for taking part in the robbery.

Another gang member believed to have been involved in the shooting, Piran Ditta Khan, has still not been traced.

Mustaf Jama was extradited from Somalia on Thursday and taken from Heathrow Airport to a police station in Leeds, where he was charged with murder on Thursday night.

03/11/07 (B420) BBC : Violents combats à Mogadiscio (2 dépêches en Français et en Anglais – Info lectrice)

__________________________________________ 1 – Français

Des combats intenses ont lieu à Mogadiscio, la capitale somalienne.

Des informations font état de plusieurs morts dans des fusillades entre les troupes éthiopiennes qui soutiennent le gouvernement de transition et des insurgés dans la ville.

Ces violents affrontements ont éclaté très tôt ce matin dans la capitale somalienne.

Les troupes éthiopiennes auraient renforcé leur présence à Mogadiscio et auraient lancé des offensives dans trois quartiers différents, à proximité du stade de la ville.

Les soldats éthiopiens ont pour adversaires des combattants qui les attaquent pratiquement tous les jours depuis le debut de l’année.

Les insurgés mènent contre eux une guerre de guerrilla.

Les insurgés sont des partisans des Tribunaux islamiques chassés du territoire somalien après avoir brièvement contrôlé une grande partie du centre et du sud du pays.

Par ailleurs, selon d’autres informations, des habitants de Mogadiscio tireraient aussi sur les troupes éthiopiennes.

Le weekend dernier, de violents combats avaient opposé des insurgés aux forces éthiopiennes à Mogadiscio.

Ces accrochages avaient entraîné la fuite de près de 90 000 personnes, selon les agences humanitaires.

Aux dires des témoins dans la capitale somalienne, les affrontements des dernières heures sont plus violents et les victimes sont nombreuses

_______________________________________ 2 – Anglais

Heavy battles in Somali capital

Ethiopian troops supporting Somalia’s interim government have been involved in fierce battles with insurgents in Somalia’s capital, Mogadishu.

At least five Ethiopian soldiers and seven civilians have died in fighting in areas close to the stadium.

Eyewitnesses told the BBC that three of the soldiers’ bodies were dragged through the streets by militiamen.

The UN says the city is facing a « humanitarian catastrophe » with some 80,000 people fleeing recent fighting.

Fatalities

On Friday morning the Ethiopian forces engaged fighters who have been conducting guerrilla-style attacks on them since the beginning of the year, in three areas close to the stadium.

The insurgents are loyal to the union of Islamic courts which were expelled from Somalia after briefly controlling much of central and southern parts of the country.

Local residents were also reported as having opened fire on Ethiopian forces, with eyewitnesses saying at least five of the Ethiopian soldiers were killed.

Hospitals report treating 11 wounded civilians but it is feared that fatalities may be much higher as many of the roads in the area have been blocked off.

Correspondents said that as the day went on the heavy fighting subsided, but sporadic gunfire could still be heard.

No fresh food

Thousands of residents have been abandoning the city since intense gun battles broke out at the weekend.

The BBC’s Somali Service says that this latest outbreak of fighting has left the city without fresh supplies of food as vehicles have been unable to enter the city from the south.

Earlier this week international aid agencies warned of an unfolding humanitarian crisis in parts of Somalia.

This warning came as Somali faced further uncertainty after its prime minister, Ali Mohammed Ghedi, resigned on Monday.

About 40 aid agencies working in Somalia have said the fighting has cut off their ability to respond effectively to the needs of the displaced people.

According to the UN some 400,000 displaced people are now living in camps in towns outside Mogadishu, which include Afgooye.

Somali’s transitional government is struggling to impose its authority on the country and its forces and their Ethiopian allies face daily attacks from insurgents.