Articles

18/05/2015 (Brève 461) Comme annoncé, nous mettons en ligne le compte-rendu de la manifestation du vendredi 15 mai à Bruxelles pour exiger l’arrêt des frappes aériennes contre les populations civiles du Yémen. (Document préparé par l’un des manifestants) .

Selon lui, les personnes présentes ont réclamé l’arrêt total des frappes aériennes contre le Yemen et ils ont dénoncé l’ingérence militaire des pays du golfe,

Certains slogans ont réclamé le renvoi devant une cour pénale internationale, de tous les militaires qui ont exécuté ou ordonné ces massacres contre les populations yéménites.

En manifestant de façon symbolique devant les institutions européennes, les manifestants ont dénoncé le silence de la communauté internationale et plus particulièrement celui de l’Europe.

L’Europe est-elle prêt à sacrifier les valeurs essentielles, comme les droits humains, pour sauvegarder les intérêts financiers de ses Etats membres ?

Face au manque de réaction de l’Europe, à l’exception de quelques communiqués sans aucune conviction, appelant à la cessation des combats, cette question doit-être posée clairement.

Cela a été exprimé dans un courrier qui a été remise à un représentant de l’U.E. puis dans des interviews pour des chaînes arabes et iraniennes.

A noter la présence à cette manifestation de Moncef Alhoumekani, champion du monde de Boxe Thai, catégorie poids plume. Voir photos ci-dessous

22/08/08 (B461-B) Shabelle Media / Seymound Mesfin, le Ministre des A.E. éthiopiens s’en prend aux leaders politiques somaliens, en leur reprochant d’avoir plangé le pays dans le chaos, qui contrait des millions d’habitants à vivre dans la peur, la misère, les exécutions sommaires et la guerre permanente. Ethiopian FM blasts Somalia’s leaders (En Anglais – Info lecteur)

________________________________ Note de l’ARDHD

Certains observateurs estiment que ce Ministre pourrait aussi évoquer la responsabilité de son pays, dans l’installation du chaos, depuis que les forces armées éthiopiennes occupent le pays, sans obtenir de résultats tangibles, en sacrifiant inutilement leurs propres soldats et en se livrant à des voies de fait sur la population civile.

Certes ils ne sont pas les seuls, mais est-ce une excuse ?
_____________________________________________


Ethiopia has blasted Somalia’s political leaders for getting bogged down in ”internal squabbles” while millions of Somalis live on the brink of a humanitarian disaster in a country that remains violent and ungoverned.

Thousands of Ethiopian troops invaded Somalia at the end of 2006 to reinstall an interim government headed by president Abdullahi Yusuf. But it has a tenuous grip on power and its time in office has been marked by growing insurgency, clan warfare, and the mass displacement of civilians.

Seyoum Mesfin, Ethiopia’s foreign minister, told the Financial Times that a rift between the president and prime minister Nur Hassan Hussein, appointed eight months ago after his predecessor fell out with Mr Yusuf, was the biggest obstacle to peace.

Ethiopia’s own security and credibility are at stake in Somalia, which it invaded to oust a coalition of Islamist groups that had taken control. As the interim government’s main international backer, it has closeted the president and prime minister in Addis Ababa for the past week as it seeks to bridge the divide between them.

In Mogadishu, the Somali capital, Ethiopian soldiers and troops from the transitional federal government remain the target of almost daily attacks by Islamist insurgents and clan gunmen opposed to Mr Yusuf’s regime.

“The main challenge now is not what they call the enemy. It’s an intra-government crisis that is preventing them from focusing on the tasks they need to get done,” said Mr Mesfin. “There has been a lack of vigour and, if I may say so, a lack of commitment.”

Since the beginning of last year more than 8,000 Somalis have been killed and 1m forced from their homes by fighting, which has centred on the capital Mogadishu. Humanitarian relief efforts have been undermined by the assassination of aid workers and the United Nations says that, due also to the additional impact of a drought, up to 3.5m Somalis – or nearly half the population – could need food aid later this year.

But Mr Seyoum gave a less bleak account of the security situation today than many independent observers, saying the country was experiencing less daily violence than Iraq and Afghanistan. To create a durable peace, he said the president and the prime minster needed to implement plans to create regional administrations that would give people a greater stake in government and, potentially, help to reconcile Somalia’s warring clans and sub-clans.

The rift between the leaders overshadowed the signing of a peace agreement in Djibouti on Monday between the interim government and one of two factions of the Somali political opposition. The agreement was welcomed on Thursday by the African Union, but it did little to lighten a mood of gloom among western diplomats who follow Somalia, because it had already been rejected by the other faction as well as by the al-Shabaab Islamist extremists leading the insurgency.

Mr Seyoum said that al-Shabaab, which the US says is linked to al-Qaeda, had been critically weakened: “They cannot sustain their own activities, let alone disband the government.” But other analysts say their strength and boldness appears to be increasing.

22/08/08 (B461-B) Shabelle Media / Un coréen blessé au Puntland, lors d’une tentative de kidnapping qui a été manquée. South Korean national injured in Somalia, kidnap fails (En Anglais – Info lecteur)

By: Abdinasir Guled

Armed men in the semiautonomous region of Puntland, northeastern Somalia have injured a South Korean man in Garowe town witnesses officials told Shabelle on Friday.

That man who was militarily-educated has refused to go along with the assailants those attempted to kidnap him but they opened fire him and hit several bullets on the right leg.

The Russian doctor who treated the South Korean man said his patient was in stable condition. "His wounds are not life-threatening," he said.

"He was very shocked by the attack but he was unable to explain who his assailants were," the doctor added.

A Puntland police officer speaking to Shabelle on condition of anonymity said the attackers fled the scene after failing to abduct the South Korean national.

"There was a plan to kidnap him and demand a ransom… We are getting some information about the identity of the attackers and we will take immediate action," the officer said.

The reason behind the victim’s presence in the lawless region was not immediately clear.

Foreigners as well as Somalis employed by foreign organisations have been systematically targeted by kidnappers in Somalia in recent months.

Puntland is a also a hub for pirates hijacking cargo ships off the coast of Somalia and for traffickers smuggling everything from weapons to people across the Gulf of Aden.

22/08/08 (B461-B) AFP : Somalie : au moins 16 morts dans des violences tous azimuts

Six civils tués au coeur de Mogadiscio, 10 morts à Kismayo (sud), un Sud-Coréen blessé par balle dans le nord, deux bateaux piratés au large des côtes, la Somalie a connu jeudi une journée de violences tous azimuts, bien loin des pourparlers de paix de Djibouti.

Des insurgés lourdement armés ont attaqué au mortier et à l’artillerie lourde jeudi le palais présidentiel, selon des témoins. Les troupes somaliennes, soutenues par l’armée éthiopienne, ont répliqué aux tirs de mortier, dont certains ont atterri dans le quartier voisin de Bakara (sud), l’un des plus peuplés de la capitale.

Le président somalien, Abdullahi Yusuf Ahmed, est actuellement en voyage en Ethiopie.

"Quatre civils ont été tués quand un tir de mortier a atterri devant la mosquée du marché de Bakara, et sept autres ont été blessés", a rapporté à l’AFP un témoin, Hassan Adan Yarisow.

"Trois mortiers ont touché des maisons à Bakara quelques minutes après que des insurgés eurent attaqué le palais présidentiel. J’ai vu (…) cinq personnes blessées (…) et deux civils tués", a raconté un autre témoin, Feisal Ibrahim, portant à six le nombre de personnes tuées dans ces affrontements.

L’armée éthiopienne, venue soutenir le gouvernement somalien, a mis en déroute fin 2006-début 2007 les forces des tribunaux islamiques qui contrôlaient la majeure partie du centre et du sud de la Somalie.

Depuis, des insurgés, menés par la mouvance islamiste, mènent des actions de guérilla quasi quotidiennes visant en particulier les soldats éthiopiens et somaliens et des représentants du gouvernement.

Mercredi, ces insurgés ont engagé des combats avec des milices locales à Kismayo (500 km au sud de Mogadiscio) dans lesquels dix personnes -six combattants et quatre civils- ont péri.

"Au moins dix personnes, pour la plupart des combattants, ont été tuées dans des combats semble-t-il destinés à la conquête de la ville (par les insurgés).

Certains des cadavres ont été découverts ce (jeudi) matin et six autres ont été enterrés mercredi soir", a rapporté à l’AFP Abdullahi Moalim Dahir, un chef coutumier de Kismayo.

Un accord de cessez-le-feu conclu à Djibouti le 9 juin entre le gouvernement somalien et la coalition de l’opposition dominée par les islamistes devait entrer en vigueur le 9 juillet pour une période de 3 mois renouvelable.

Mais les insurgés ont rejeté cet accord et les combats n’ont pas cessé, à Mogadiscio notamment.

Le gouvernement fédéral de transition ne contrôle qu’une infime partie d’un pays en guerre civile depuis 1991 et ne parvient pas non plus à empêcher les très lucratives prises d’otages d’étrangers, notamment de travailleurs humanitaires.

Jeudi, dans la région semi-autonome du Puntland (nord-est), un ressortissant sud-coréen, dont on ignore la profession, a été blessé par balle en échappant à une tentative d’enlèvement par des hommes lourdement armés. Ses jours ne sont pas en danger.

"L’attaque était planifiée, et le plan consistait à enlever (le Sud-Coréen) pour ensuite demander une rançon", a expliqué un responsable policier ayant requis l’anonymat.

Le Puntland, en particulier le port de Bosasso, sert de base aux trafiquants qui organisent le passage d’émigrants illégaux vers le Yémen, lors de traversées maritimes souvent extrêmement périlleuses.

Des pirates opèrent également au large des côtes du Puntland et attaquent régulièrement des navires de commerce afin de monnayer leur libération.

Jeudi, deux navires iranien et japonais ont été attaqués, deux jours après un assaut contre un tanker malaisien, a annoncé le Centre antipiraterie du Bureau maritime international (BMI) à Kuala Lumpur.

Un cargo allemand pourrait également avoir été capturé par des pirates, selon le ministère allemand des Affaires étrangères.

Selon le BMI, pas moins de 24 attaques de piraterie ont eu lieu au large des côtes somaliennes au cours du premier semestre 2008.

22/08/08 (B461-B) TF1 / 355 clandestins sur une embarcation secourus

355 clandestins entassés sur une seule embarcation, dont une femme qui était en train d’accoucher, ont été secourus jeudi au large de l’île de Lampedusa dans le sud de l’Italie, selon l’état-major des gardes-côtes, alors que les arrivées sur l’île étaient proches de 500.

Cinquante-sept femmes se trouvaient à bord ainsi que 18 enfants, a indiqué un porte-parole des gardes-côtes à Rome.

Une femme était en train d’accoucher lorsque les gardes-côtes sont arrivés près de l’embarcation, une vieille barque en bois longue de 15 m, selon la même source. Le groupe est originaire d’Erythrée.

Selon l’agence italienne Ansa, deux autres embarcations avec 71 et 29 immigrés ont également été secourus par les gardes-côtes. Le nombre d’immigrés clandestins débarqués par la mer sur les côtes italiennes a quasiment doublé au cours des sept premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2007, dépassant les 15.000, selon le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni. La quasi-totalité des clandestins s’embarquent pour leur voyage vers l’Europe depuis les côtes libyennes.

22/08/08 (B461-B) BBC / Au moins 50 civils auraient été tués lors des violents combats à Mogadiscio et au port de Kismayo. Scores killed in Somali clashes (En Anglais – Info lecteur)

At least 50 people have reportedly been killed in clashes in the Somali capital Mogadishu and the port of Kismayo.

Some 30 people have been killed in two days of fierce fighting between Islamists and a clan militia in Kismayo, a BBC reporter says.

Some mortars landed near the compound of President Abdullahi Yusuf, who is currently out of the country.

Another landed near a mosque in the busy Bakara market, killing at least six people, a witness told the BBC.

At least 3,000 people are reported to have fled the fighting around Kismayo.

Witnesses say that after the mortars landed in Bakara and near the president’s compound, government troops and their Ethiopian allies opened fire, killing several civilians.

One witness told the BBC that the mortar landed outside the mosque as people were preparing for prayers.

He said that the wounded could not be evacuated for some time because of the horrific scenes.

Ethiopian troops entered Somalia in December 2006, to oust Islamist forces from Mogadishu.

Somalia has been without a functioning national government since 1991 and has suffered ongoing civil strife.

The UN’s World Food Programme is expanding its programme to feed 2.4 million people in Somalia by the end of the year.

22/08/08 (B461-B) Un Djiboutien qui vient à peine de rentrer du pays Où l’on pique, nous dresse un tableau alarmant de la situation sur place, qui se passe tout commentaire. C’est inhumain !!!(Lecteur)

Bonjour,

Je viens de rentrer de Djibouti après un séjour d’un mois et croyez moi que j’ai été boulversé et choqué par la situation de mon pays.

Depuis que j’ai connu Djibouti, je n’avais jamais vu une telle précarité, une telle marginalité ni un Etat aussi déserteur et inconscient. La societé autrefois moyenne n’arrive plus à joindre les deux bouts (couple avec deux salaires), alors imaginez la situation des personnes modestes. Sans compter une injustice sociale et judiciaire.

C’est avec beaucoup de tristesse que je constatais la déviance de beaucoup de jeunes. Des jeunes qui s’adonnent de plus en plus à l’alcool et à l’extasy (appélée Damai) une addiction liée à leur condition de vie et surtout à tant de désespoir.

Et d’autre part, on voit pousser des constructions luxueuses dignes des series du moyen orient.

Il ya bien quelque chose d’anormal et d’inégal dans cette histoire.

Les Djiboutiens sont certes des gens pacifiques, mais comment peuvent ils supporter tout ça.

C’est inhumain. C’est vraiment un crime contre l’humanité.

22/08/08 (B461-B) BBC / Plus de 60 personnes ont été tuées et 150 blessées en Somalie cette semaine durant l’attaque du Port de Kismayo / Death toll rises in south Somalia (En Anglais – Info lectrice)

There has been more violence in the capital this week

More than 60 people are reported to have been killed and 150 wounded during clashes in the Somali port of Kismayo.

More than 3,000 people have fled the southern city, where an estimated 10 people died on the third day of some of the most intense fighting for months.

A BBC reporter says Islamists have been trying to seize control of the port from a local clan.

There has also been fierce fighting in the Somali capital, Mogadishu, and pirate hijackings off the north coast.

The BBC’s Mohamed Olad Hassan says Kismayo, Somalia’s third city, is strategically important because it serves as a port for the south of the country and for neighbouring Kenya.

The head of a human rights group in the port said the fighting had caused an acute humanitarian crisis.

Many people have no access to food and all business activity is reported to have stopped.

Market hit

In Mogadishu on Thursday, some mortars landed near the compound of President Abdullahi Yusuf, who was out of the country.

Another landed near a mosque in the busy Bakara market, killing at least six people, a witness told the BBC.

Witnesses said government troops and their Ethiopian allies responded by opening fire, killing several civilians.

At least 20 people were reported to have been killed in fighting in the capital.

Ethiopian troops entered Somalia in December 2006, to oust Islamist forces from Mogadishu.

The police chief in the capital said people who wanted to sabotage talks in neighbouring Djibouti between Somalia’s provisional government and its Islamist rivals were behind the most recent violence, our correspondent reports.

Somalia has been without a functioning national government since 1991 and has suffered ongoing civil strife.

The UN’s World Food Programme is expanding its programme to feed 2.4 million people in Somalia by the end of the year.

Piracy

Meanwhile, the International Maritime Bureau (IMB) said on Friday that pirates had seized a German cargo ship off the Somali coast a day earlier.

Earlier, a Japanese tanker and an Iranian bulk carrier had been hijacked in the Gulf of Aden, a busy international shipping route to the north of Somalia.

An IMB spokesman said a warship from an international force was tracking the hijacked ships.

Another ship, a Malaysian oil tanker with 39 crew was captured in the same area on Tuesday.