Articles

24/08/2015 (Brève 476) Triste nouvelle d’Addis Abeba. Le décés de l’un des réfugiés djiboutiens qui était reconnu par le HCR (Omar Gabasse)

Je viens d’apprendre avec une grande tristesse le décés de l’un des réfugiés djiboutiens reconnu par le HCR.

Il s’agit de M. Ali Moussa Seick. Il a rendu l’âme, ce lundi matin, dans un hôpital d’Addis Abeba où il avait été admis la veille

Le défunt quinquagénaire laisse derrière lui une veuve et quatre enfants. Ali Moussa s’était engagé dans le FDLD à la fin des années 70 et il avait pris le maquis lors des offensives du FRUD en qualité de Commandant d’unité. En 1993, comme tant d’autres de nos compatriotes, il avait trouvé refuge en Ethiopie et il s’était établi avec sa famille à Addis Abeba. Il était le représentant d’UGUTA TOOSA à Addis Abeba.

Je m’empresse de présenter mes condoléances les plus attristées à sa famille, à ses proches et à l’ensemble des réfugiés djiboutiens.

Qu’Allah l’accueille en son paradis éternel ..
Inna lilaahi waa inna illeyhi rajiiquun.

Omar Gabasse.
______________________________________

Toute l’équipe de l’ARDHD avec son Président se joignent à Omar Gabasse pour adresser leurs condoléances à la famille de M. Ali Moussa Seick et à ses amis.

04/12/08 (B476-B) Somalie : toujours des violences et des gestes politiques … La décision éthiopienne de retirer ses troupes avant la fin décembre, suscite de nombreux commentaires et communiqués ( 5 articles en Anglais et en Français)

__________________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Le contingent ugandais des forces de maintien de la paix de l’UA en Somalie restera sur place, après le départ des Ethiopiens. // Ugandan Peacekeepers to Stay in Somalia

Ugandan military spokesman Major Paddy Ankunda told VOA that Kampala has no plans to withdraw any of its peacekeeping troops from Somalia before its current mandate from the African Union expires early next year.

« Ugandan troops will remain in Somalia because we still have an African Union mandate. We also think that we still have a role to assist the Somali people regain their state and their freedom. So, we shall stay there, » he said.

Ethiopia’s announcement last week that it plans to withdraw thousands of its troops from Somalia by December 31 has put renewed pressure on the African Union to find additional peacekeepers for the mission in Somalia, known as AMISOM.

The mission was formed in January, 2007 to help secure the Somali capital Mogadishu and to aid reconstruction following Ethiopia’s military intervention in Somalia a month earlier to oust the country’s Islamic Courts Union.

Ethiopia left thousands of its troops in Somalia to protect the secular, U.N.-recognized-but-weak interim government. But almost immediately, the presence of Ethiopian troops triggered a bloody Islamist-led insurgency in Mogadishu and elsewhere in the country.

The bodies of alleged insurgents lie in Mogadishu after fighting broke out on 21 Nov 2008

The anti-government, anti-Ethiopian violence dampened support for the mission among many African countries and for more than a year, Uganda was the only country to contribute troops to AMISOM.

The mission now has about 3,500 troops from Uganda and Burundi. But it is still far short of the 8,000 it was originally mandated to have. Ugandan military officials have said that security in Mogadishu is so poor, the mission actually needs about 17,000 more troops to expand AMISOM’s reach in the capital.

Uganda and Burundi officials are due to meet next week to discuss the implications of the Ethiopian withdrawal.

Since March 2007, AMISOM troops have been repeatedly attacked and are able to patrol only a small area in and around Mogadishu’s airport and seaport.

The expected departure of Ethiopian troops, meanwhile, has emboldened Islamists to intensify their attacks, especially in Baidoa where the interim parliament is based. A string of bombings last week and on Sunday that killed and wounded dozens of people have been blamed on Islamist insurgents.


__________________________________ 4 – Shabelle (En Anglais)

Les officiels de l’AMISON affirme qu’ils n’ont pas la capacité de remplacer le vide laissé lorsque les forces éthiopiennes d’occupation se retireront du pays. // AMISOM officials in Somalia declared that they do not have enough forces to replace the Ethiopian troops in Mogadishu on Wednesday.

AU Mission in Somalia (AMISOM) Force Commander: Major-General Francis Okello told Shabelle that they would support more forces to come in Somalia to replace the Ethiopian soldiers.

AMISOM does not have enough forces to replace the Ethiopian forces, Major-General Francis Okello said.

Major-General Francis Okello confirmed that they had lost one Burundian peace keeper when insurgents attacked Jalle Siad Military Academy, a base of Burundian peace keepers in Somalia.

Some body fired a bullet on our soldiers and one died, Said Okello. We are not afraid of being attacked he added.

This comes as Ethiopia announced on Friday that its troops will withdraw from Somalia by the end of this year.

Uganda was the first country to contribute troops to the AMISOM in March 2007 and Burundi followed in 2008, but the force is still far short of the 8,000 soldiers initially announced by the AU.

AU peacekeepers have struggled to make an impact in Somalia, where they are targeted by Islamist insurgents seeking to regain power from the government forces.

__________________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Le Premier ministre somalien arrive à Baïdoa pour expliquer les termes de l’accord signé à Djibouti avec l’ARS et pour demander aux députés de le soutenir. //
Somali prime minister arrives in Baidoa (Info lecteur)

Somali Prime Minister, Nor Adde Hassan Hussein, has arrived in Baidoa on Wendesday to seek approval for his cabinet from the Parliament, our correspondent in Baidoa reported.

The prime minister from Nairobi, Kenyan Capital arrived at Aden Adde international airport in Mogadishu early on Wednesday and then flew to Baidoa, the seat of the transitional parliament.

The Somali Prime Minister Nor Adde held a press conference in Baidoa. He explained the modalities of the peace agreement singed in Djibouti, between the Alliance for the Re-liberation of Somalia and the transitional federal government.

He urged all the parliamentarians to support the peace deal.

He also explained that he was going to ask the legislators to approve his new cabinet, despite the Somali president Abdullahi Yusuf had rejected to approve it.

The prime minister had a closed doors meeting with Ethiopian officials and the speaker of the parliament in Biadoa.

President Abdullahi Yusuf and Prime Minister Nor Adde Hassan Hussein have disagreed over the composition of a new government.

__________________________________ 2 – XINHUA

ONU: l’an prochain crucial pour la Somalie

L’année prochaine sera une période cruciale pour la Somalie, car sa population souffre d’une pauvreté continue sans autre aide efficace, a averti mercredi un responsable de l’ONU.

« La crise en Somalie est une crise prolongée, une crise qui dure depuis 17 ans », a déclaré à la presse Mark Bowden, coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Somalie.

Il a fait savoir que la situation en Somalie se trouve dans une phase difficile du fait que le peuple somalien a souffert de trois ans de sécheresse.

La Somalie, qui n’a pas de gouvernement national depuis 1991, a été frappée par des conflits et des souffrances humanitaires pendant des décennies.

Une instabilité continuelle, ainsi que la sécheresse, les prix alimentaires élevés et l’effondrement de la monnaie locale ont détérioré ces derniers mois la situation humanitaire dans ce pays africain.

Les Nations Unies ont lancé mardi un appel pour quelque 918 millions de dollars afin de financer des projets d’assistance en Somalie.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a également appelé tous les pays et les organisations régionales capables de déployer des navires de guerre et des avions militaires au large de la Somalie afin de lutter contre la piraterie montante qui a mis en cause les efforts d’aide de l’ONU.

L’ONU a estimé qu’environ 3,2 millions d’habitants, soit 40% de la population totale somalienne, ont besoin d’assistance.

________________ 1 – All Africa avec Shabelle (En Anglais)

Accrochage en Somalie entre des soldats gouvernementaux (Gardes du Président et Gardes du Gouverneur de la région de Banadir) à priximité du Palais présidentiel : au moins 4 morts et un blessé. // Somalia: Clashes Erupt Around Presidential Palace

Somalia — At least four people died and one was injured when clashes erupted between Somali government soldiers around the presidential palace on Wednesday, witnesses said.

The fighting started when the presidential guards fired to the security guards of Banadir Region Governor, Mohamed Osman Ali (DhgahTur)

The commander of the Somali police forces Abdi Hasan Awalle arrived the scene to solve the matter.

04/12/08 (B476-B) ALERTE ROUGE ! International : communiqué de L’OBSERVATOIRE POUR LA PROTECTION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

COMMUNIQUE DE PRESSE

DJIBOUTI : Appel à un procès juste et équitable pour  M. Jean-Paul Noël Abdi

Paris-Genève, le 4 décembre 2008. L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), appelle à la tenue d’un procès juste et équitable contre M. Jean-Paul Noël Abdi, président de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), devant la Cour suprême de Djibouti.

Le 29 novembre 2008, le procès de M Jean-Paul Noël Abdi a été renvoyé sine die et il n’est toujours pas possible de savoir si Me Michel Tubiana, avocat au Barreau de Paris mandaté par l’Observatoire pour défendre M. Noël Abdi, sera autorisée à plaider, plusieurs demandes écrites étant restées sans réponse.

L’Observatoire s’étonne de ce silence, rappelle que d’autres avocats djiboutiens et étrangers ont pu plaider devant la Cour suprême dans d’autres affaires, et demande que la justice puisse s’exercer à Djibouti en toute indépendance et que les normes et obligations internationales de Djibouti en matière de droits de l’Homme soient appliquées.

Le 11 avril 2007, M. Jean-Paul Noël Abdi avait été condamné par la Cour d’appel de Djibouti à un an de prison dont 11 mois avec sursis et 200.000 francs djiboutiens d’amende pour « divulgation de fausses nouvelles », et « diffamation »[1]. Ses avocats, Me Luc Aden, Me Zakaria Abdillahi et Me Michel Tubiana, avaient alors formé un pourvoi en cassation. Etait en cause la publication par le président de la LDDH d’une note d’information datée du 3 mars 2007 intitulée « Le Day, zone de non droit » faisant état de la découverte d’un charnier dans le village du Day (district de Tadjourah) comprenant les corps de sept civils qui auraient été tués par les forces gouvernementales le 1er janvier 1994 ainsi que du viol en février 2007 dans ce même village d’une jeune fille par un sergent de la garde républicaine.

L’Observatoire rappelle qu’en première instance comme en appel, les normes et obligations internationales en matière de droits de l’Homme n’avaient pas été respectés: les juridictions djiboutiennes s’étaient en effet fondées sur des faits non visés par la saisine, en violation des articles 239 et 240 du Code de procédure pénale. Les avocats avaient en outre relevé que leur client avait fait l’objet d’une procédure de flagrant délit alors qu’aucune disposition de la loi sur la communication ne permet de recourir à une telle procédure. Ceci avait eu pour effet d’abréger les délais que la loi lui accorde pour préparer sa défense.

Quant au fond de l’affaire, il avait été plaidé que les faits relevés par M. Jean-Paul Noël Abdi concernant l’agression sexuelle de la jeune fille n’étaient pas contestables et que, de manière similaire, la mort de personnes au cours d’une tentative de fuite, selon les autorités, en 1994 n’avait pas été contestée par les autorités à l’époque des faits.

Dans leurs mémoires déposés auprès de la Cour suprême, les avocats de M. Jean-Paul Noël Abdi ont avancé les mêmes arguments qu’en cause d’appel et ont soulevé quatre moyens de Cassation. On ne sait, à ce jour, la position du Procureur Général.

L’Observatoire saisit immédiatement les Rapporteurs spéciaux des Nations unies sur la situation des défenseurs et sur l’indépendance des juges et des avocats, ainsi que la Rapporteure spéciale de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples sur les défenseurs en prévision de l’examen de l’affaire contre M. Jean-Paul Noël Abdi par la Cour suprême.

L’Observatoire prie enfin les autorités djiboutiennes de cesser tout acte de répression envers l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme et de se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, en particulier son article premier qui dispose que « chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international » et son article 6.b qui dispose que « chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres de publier, communiquer à autrui ou diffuser librement des idées, informations et connaissances su tous les droits de l’Homme et toutes les libertés fondamentales », ainsi qu’aux dispositions des instruments internationaux et régionaux ratifiés par
 Djibouti.

Pour plus d’informations, merci de contacter :

FIDH : Gaël Grilhot / Karine Appy : + 33 1 43 55 25 18

OMCT : Delphine Reculeau : + 41 22 809 42 52


04/12/08 (B476-B) Appel du Parquet confirmé pour le jugement qui a condamné Christian Georges à un an de prison et dix sept mois. (Info lecteur)

Nous n’avons pas encore pu nous procurer encore la copie du jugement qui a condamné Christian Georges en première instance sur le délit de violence sexuelle. Délit qui semblait avoir été choisi pour qu’il soit bien condamné (selon les témoignages que nous avions reçus …) , mais c’est comme cela … Les informations reçues évoquent une peine d’UN an d’emprisonnement et 17 mois (avec sursie ?) ou l’inverse. Cela devra être vérifie et précisé.

En revanche, nous venons de recevoir la confirmation du fait que le Parquet avait interjeté appel de ce premier jugement, comme c’est son droit …

D’abord, il faut se souvenir que Christian Georges a déjà effectué environ 17 mois en préventive et qu’il pourrait donc bénéficier d’une libération. Mais cet appel, probablement déposé pour qu’il ne sorte pas, par le très charmant et fort avenant (sic) Procureur abusif. Nous nommé Djama Souleiman, dit Grandes oreilles. Lui-même, délinquant en fuite, il a été condamné à un an ferme de prison en France et il ne s’est jamais présenté à la Justice française …

Certes c’est une autre histoire, mais elle pourrait expliquer le désir farouche de vengeance à l’encontre des Français, lorsque, pour leur plus grand malheur (et pour la honte de nos services diplomatiques) ils ne sont absolument pas secourus ni pris en charge par les agents consulaires en poste à Djibouti , qui racontent en plus des carabistouilles aux familles restées en France.

Histoire de noyer le poisson et de soutenir Guelleh, probablement !!!

Rappelons aussi que la France pourrait aussi demander à transférer le condamné dans une prison française pour qu’il y purge sa peine dans des conditions plus humaines. Mais là encore, il faut une véritable impulsion de l’Ambassadeur de France !!! Le fera-t-il ?? On espère !

04/12/08 (B476-B) Le Journal de la Flibuste … ( 4 dépêches en Français et en Anglais)

__________________________________ 4 – XINHUA

L’Egypte disponible à rejoindre la force internationale pour lutter contre la piraterie

Le porte-parole du gouvernement égyptien Magdi Radi a déclaré mercredi que l’Egypte est prêt à prendre part à une force internationale sous l’égide de l’ONU pour lutter contre la piraterie, a rapporté l’agence de presse officielle MENA.

Lors d’une réunion présidée par le Premier ministre Ahmed Nazef, le cabinet a affirmé que tous les pays donnant sur la mer Rouge ont la responsabilité de maintenir sa sécurité.

Il a rejeté toute utilisation unilatérale de la force pour combattre la piraterie au large des côtes de la Somalie.

Le cabinet égyptien a salué la récente résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui a condamné la menace de la piraterie, selon le porte-parole.

La plupart des attaques ont eu lieu dans le golfe d’Aden entre le Yémen et le nord de la Somalie, une route principale menant au canal de Suez égyptien, soit l’une des plus importantes voies navigables internationales reliant l’Europe à l’Asie.

Le 19 novembre, le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères Hossam Zaki a annoncé que son pays prendra toutes les mesures nécessaires pour combattre la piraterie sur et près de la mer Rouge.

Au cours de la réunion du 20 novembre, les pays arabes au bord de la mer Rouge ont convenu de coordonner les efforts dans la lutte contre la piraterie au large de la mer Rouge.

Mardi, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité pour prolonger de douze mois le mandat des organisations régionales et nationales pour lutter contre les pirates somaliens et a exhorté l’ONU à servir de coordination dans leurs efforts.

La résolution 1846 est la troisième du genre adoptée par les quinze membres de l’organe depuis le mois de juin avec pour objectif de combattre le fléau de la piraterie en Somalie.

__________________________________ 3 – SABA (Ye) (En Anglais)

Des sources bien informées relatent qu’une délégation de l’U.E. devrait rencontrer des hauts dirigeants yéménites dans les prochains jours, pour évoquer la coopération anti-pirates. // Well-informed sources said on Wednesday that a delegation of the European Union is to pay a visit to Yemen during the coming two days.

The sources were quoted by the state-run 26sep.net as saying that the EU delegation are expected to hold talks with senior Yemeni officials over means of coordination the efforts to fight the piracy in the Red Sea and the Gulf of Aden.

The sources made clear that the EU is to launch maritime security operations in mid-December to protect ships from the pirates’ attacks.

A Yemeni cargo ship hijacked by Somalis pirates last week have been released and moving towards the Yemeni water, according to Yemeni security sources.

__________________________________ 2 – Nouvel Obs avec AP

Somalie: la flottille anti-piraterie de l’Union européenne opérationnelle la semaine prochaine

La flottille de l’Union européenne pour lutter contre les actes de piraterie au large des côtes de la Somalie sera opérationnelle la semaine prochaine, a annondé Javier Solana, mercredi.

Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) a précisé que les six navires de guerre et les trois avions de surveillance maritime auront des règles d’engagement très stricts.

La mission de l’UE remplacera la force d’intervention de l’OTAN présente dans les eaux du golfe d’Aden depuis octobre pour escorter les cargos transportant l’aide humanitaire destinée à la Somalie.

Mardi, le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé d’une année supplémentaire une mesure qui autorise les pays tiers à entrer dans les eaux territoriales somaliennes, et à utiliser "tous les moyens nécessaires" pour déjouer les actes de piraterie en mer. En vertu de la résolution adoptée à l’unanimité des 15 membres du Conseil de sécurité, presque tous les pays ont le droit d’intervenir contre les pirates au large des côtes somaliennes. Avant d’agir, ils devront toutefois obtenir l’accord du gouvernement somalien, qui de son côté devra avertir le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

__________________________________ 1 – Site Europe de la Défense

Lien avec l’article : http://bruxelles2.over-blog.com/article-25368813.html

Le contre-amiral (fr) Labonne numéro 2 de l’opération Atalanta

La politique européenne de sécurité et de défense (PESD) – le 2e pilier de l’Union européenne – avance plus vite qu’on ne croit derrière les murs du Justus Lipsius (le Conseil de l’UE), le Cortenbergh 150 (l’Etat major) ou la rue des Drapiers (l’Agence européenne de Défense). Missions militaires et civiles (Bosnie, Congo, Tchad, Somalie, Afghanistan, Irak, Kosovo, Tchad, Géorgie…), industrie, logistique et transport aérien Mardi 2 décembre 2008

Le contre-amiral Jean-Pierre Labonne sera, donc, le numéro 2 de l’opération anti-pirates de l’UE "Atalanta" aux cotés de son homologue britannique, Philip Jones. Adjoint de l’amiral commandant la force d’action navale, depuis le 9 septembre, le contre-amiral a l’avantage de bien connaître la zone de l’Océan indien et Djibouti, de par ses différents commandements antérieurs.

Né en 1956, Jean-Pierre Labonne entre dans l’armée en 1974 et à l’Ecole navale en 1976. En 1979, il est officier en second sur le patrouilleur « Edelbaran » (basé à La Pallice). Promu lieutenant de vaisseau en août 1983, il embarque ensuite sur la Jeanne d’Arc en qualité d’instructeur pour la campagne 1985-86. Mais, durant toute une période, il est davantage en l’air que sur mer (voir plus loin). Promu capitaine de frégate en août 1992, il rejoint l’état-major de la Force d’action navale, avant de prendre le poste de commandant en second sur la frégate « Montcalm » en juin 1993. De 1994 à 1996, il commande la flottille aéronautique 23 F.

Puis, il prend le poste de chef de bureau aéronautique au sein de la division opérations/emploi de l’état-major de l’amiral commandant la zone maritime Atlantique. Promu capitaine de vaisseau, il commande le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) « Somme », en 1998. Puis il dirige le bureau formation de la direction du personnel militaire de la marine de juillet 1999 à 2002. Avant de repartir en mer à la tête de la frégate anti sous-marine Primauguet (sept 2002 – 2004).

Jean-Pierre Labonne est un marin volant. Il a près de 4000 heures de vol, étonnant pour un marin ? Non. Labonne est d’abord un pilote. En 1980, il fait l’école des officiers brevetés d’aéronautique à Salon-de-Provence en 1980, avant de piloter sur Bréguet Atlantic. Et en 1983, il suit le cycle de formation de commandant d’aéronef sur Atlantic. En 1988, il est affecté au poste de commandant en second de la flottille 22 F, et participe dans ce cadre à sept détachements au Tchad, pour l’opération « Epervier », durant deux ans.

En septembre 1990, il prend le poste de chef de service vols/entraînements de la base aéronavale de Nîmes Garons. De 1994 à 1996, il commande la flottile 23 F d’aéronefs de la marine. Basée à Lann-Bihoué (Morbihan), et équipée notamment du Bréguet Atlantique 2 (qui sert régulièrement à Djibouti), la 23 F a aussi été présente en Yougoslavie.

Connaisseur de l’Océan indien. A la tête du BCR Somme (photo), le capitaine de vaisseau Labonne a fait plusieurs séjours dans l’Océan indien et à Djibouti. Notamment un entraînement avec les marines omanaise et indienne, lors de l’exercice Pearl Gathering. Et l’intégration dans une force navale multionationale à l’exercice Khunkar Hadd 99, réunissant quatre bateaux américains et britanniques (dont le HMS Cumberland, engagé aujourd’hui dans l’Océan indien), ainsi que des corvettes et aéronefs d’Oman. Un dernier exercice aura lieu avec la frégate El Nasser de la marine égyptienne en mer rouge, en décembre.

A la tête du Primauguet, une frégate de type F-70 et dont la devise (bretonne) est "War vor ha war zouar" (sur terre et sur mer), il a notamment participé à des exercices avec le groupe aéronaval britannique Ark Royal, avant de rejoindre l’océan indien et la coalition anti-terroriste, sous commandement canadien, dans le cadre de l’opération Héraclès (code français de l’opération).

04/12/08 (B476-B) Médecin Sans Frontière (MSF) Yémen: nouvelle arrivée de migrants, 26 corps rejetés sur la plage.

Les équipes de MSF ont soigné 164 réfugiés arrivés le 1er décembre sur une plage du Yémen. Ils avaient embarqué deux jours plus tôt à bord d’un bateau de passeurs, au nord de la Somalie. Au moins 24 personnes sont décédées au cours du trajet. Leurs corps ont été ramassés sur la plage entre le 1er, et le 3 décembre.

F., 24 ans, soignée par MSF à son arrivée sur une plage du Yémen. Après que les passeurs l’ont forcée à sauter du bateau loin de la côte, elle a passé plusieurs heures dans l’eau.

Un total de 195 migrants avaient pris place à Bossasso – dans la région du Puntland au nord de la Somalie – à bord de deux bateaux surchargés.

Les passeurs les ont obligés à se jeter à l’eau à 400 mètres des côtes yéménites. Quelques-uns des survivants soignés par MSF souffraient de blessures par coups de couteau.

Les passeurs les avaient poignardés parce qu’ils refusaient de sauter du bateau si loin de la côte, là où ils n’avaient pas pied.

164 passagers de ces deux embarcations sont arrivés en vie, tandis que 24 corps ont déjà été ramassés sur la plage.

Parmi les survivants de ce groupe, 60% sont originaires d’Ethiopie, les autres de Somalie.

Le bateau débordait de monde. Nous n’avions ni eau, ni nourriture. Si on bougeait, ils nous battaient. J’ai vu quelqu’un être jeté à la mer.
F, 24 ans, rescapée

Des arrivées par bateaux entiers, déjà 350 morts en 2008.

De façon régulière, les migrants arrivent par bateaux entiers sur les plages du sud du Yémen.

Les passagers sont en majorité des Somaliens qui fuient la guerre et les persécutions. Certains, des réfugiés éthiopiens, déclarent aussi être partis pour échapper aux persécutions et à la violence dans certaines régions de leur pays.

Depuis le début de l’année, au moins 350 personnes sont décédées en tentant la traversée. Ce décompte sous-estime probablement la réalité, car certains corps sont perdus en mer et d’autres, ramenés sur les plages du Yémen par le courant, sont enterrés à la hâte par les villageois locaux qui ne les déclarent pas.

« Je ne sais pas où je suis, mais je voudrais aller au Yémen »

R., un garçon d’un an et demi, vient de la région Oromo, en Ethiopie.

Sa mère et sa tante, âgées de 24 ans et 20 ans respectivement, ont décidé de partir en quête d’une vie meilleure au Yémen.

A l’arrivée, R. atteint la plage dans les bras de sa tante.

Sa mère, portée disparue, est d’abord présumée décédée. Mais sept heures plus tard un pêcheur yéménite la trouve, encore dans l’eau, miraculeusement en vie.

Elle raconte : « Le bateau débordait de monde. Nous n’avions ni eau, ni nourriture. Seuls les passeurs avaient de quoi boire et manger.

Si on bougeait, ils nous battaient. Quand quelqu’un mourrait à bord, ils le balançaient par dessus bord. J’ai vu quelqu’un être jeté à la mer. »

Vingt-quatre heures après l’épreuve de la traversée, cette femme est épuisée, confuse, et peut à peine marcher. «Hier, j’étais en pleine mer, murmure-t-elle. Je ne sais pas comment j’ai été sauvée. Je n’arrive à reparler que depuis aujourd’hui. Je ne sais pas où je suis, mais je voudrais aller au Yémen. »

04/12/08 (B476-B) Radio-Trottoir : Le Parrain d’Haramous vient-il de brûler les Affaires commerciales de Boreh, tout comme il avait probablement fait brûler le Juge Borrel, après son exécution ? (Lecteur)

Par décision extrajudiciaire, tous les biens commerciaux de Boreh viennent d’être mis sous les verrous.

La guerre de Doumeira change de casquette.

Après la fermeture, (par un simple Décret émanant du spécialiste des faux documents) de l’un des Partis de l’Opposition Djiboutienne, le représentant de la Cosa Nostra sous pignon du Palais Présidentiel de Djibouti, allume un nouveau feu pour brûler les « baraques » sociaux économico financiers.

Les choses vont très mal entre le cousin mafieu Boreh, allié de Dubaï International Port (privatisé à fonds perdus) et IOG, l’ami de 40 ans de Yabeh Yacine, qui n’a pas survécu à la décision dictatoriale de le priver de soins médicaux …

Depuis, hier 3 décembre 2008, tous les Biens des sociétés Anonymes de Boreh ont été mis sous scellés judiciaires.

Le bilan social est tragique. C’est une catastrophe sociale ! Ce sont plus de 1.500 employés(ées) djiboutiens et étrangers qui se retrouvent, du jour au lendemani au chômage, sans préavis ni lettre de licenciement pour faire valoir de maigres droits.

Pire encore, cela survient avant qu’ils n’aient perçu les salaires et arriérés qui leur sont dûes pour le travail effectué et à la veille de la Fête du mouton. Dans un pays à l’économie en pleine agonie et dont le taux de chômage est l’un des plus élevés du monde.

D’autres mesures de rétorsions seront prises par Haramous dans les jours qui suivent, à savoir :

1. le licenciement collectif des Travailleurs (environ 800 personnes concernées) qui étaient employées au – Port de Dubaî Boreh – avec de vagues promesses de les réintégrer dans d’autres structures. Mais ils perdront les avantages de leur ancienneté (certains justifient de 30 ans de services). Et comme toujours les réintégrés devront passer par le tri et faire preuve d’engagement sincère à soutenir Haramous, la Reine Paulette, le RPP et la dictature. Sinon, la porte, circulez, plus rien à voir.

2. les menaces d’expulsion (manu militari mais dans la discrétions, je vous prie) vers Dubaï sur un « vol bleu » des cadres étrangers du Port et de l’Aéroport

Avis de forte tempête pour les investisseurs étrangers.

Il est recommandé aux investisseurs, notamment à ceux qui ont fréquenté récemment le Sénat Français de ne pas investir le moindre centime dans ce bourbier instable. Il n’est toujours pas sécurisé. Tout peut être remis en cause sans préavis et la nationalisation des biens privés peut être exercé sur simple requête d’Haramous et sans aucun recours à la Justice.

L’exemple du Rwanda plane sur nos têtes.

Madame Liban animatrice des jeux
du Casino de la Corne d’Afrique

04/12/08 (B476-B) Siganture à Oslo d’un traité international visant à interdire l’utilisation de bombes à sous-munitions (2 articles)

______________________________ 2 – RFI

Les bombes à sous-munitions déclarées illégales

par Véronique Gaymard

Une centaine de pays participe à Oslo à la convention qui interdira désormais les bombes à sous-munitions.

Ce mercredi à Oslo, en Norvège, a été signée la première convention contre les bombes à sous-munitions, un traité qui s’inscrit dans la continuité de la convention d’Ottawa contre les mines antipersonnel. Plus de cent Etats ont signé le texte. La guerre au Sud-Liban et l’utilisation massive par Israël de ces engins explosifs sur des zones habitées en 2006 a été l’un des catalyseurs de ce traité. Les grands Etats producteurs comme les Etats-Unis, la Chine et la Russie sont les grands absents de cette convention.

Que sont les bombes à sous-munitions ?

Les bombes à sous-munitions sont des petites bombes regroupées par dizaines ou par centaines dans un conteneur qui peut être un obus, une grosse bombe, un missile ou une roquette, largué par avion ou tiré par des lance-roquettes. Le conteneur s’ouvre dans les airs et largue ses sous-munitions qui sont censées exploser au sol. Les militaires appellent cela une stratégie de saturation pour neutraliser une zone de combat. Mais entre 5 et 40% de ces mini-bombes n’explosent pas à l’impact au sol et se transforment de fait en mines antipersonnel, contraires au droit international humanitaire et interdites depuis 1997 par la convention d’Ottawa.

Selon la coalition mondiale contre les bombes à sous-munitions qui regroupe plus de 200 ONG dans 80 pays, dont font partie entre autres Handicap International, le CICR ou Human Rights Watch, 98% des victimes sont des civils, dont 27% d’enfants qui sont attirés par les rubans de couleur vive qui entourent ces bombes à sous-munitions. Environ 400 millions de ces engins auraient été largués depuis 1965, dont les trois-quarts au Laos, Vietnam et Cambodge. Des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers mutilées, amputées d’un bras ou d’une jambe. Il était temps pour ces ONG que cette convention soit signée à Oslo.

Quels sont les pays les plus touchés par ces bombes à sous- munitions ?

En Asie, pendant la guerre du Vietnam, les Américains ont largué des millions de ces bombes à sous-munitions au Vietnam mais aussi au Laos, au Cambodge ; trente ans plus tard, ces engins continuent de faire des victimes chaque jour. La Tchétchénie, l’Afghanistan, l’Irak, le Koweït, le Tchad, le Soudan, l’Ethiopie, l’Erythrée et les pays de l’ex-Yougoslavie lors de la guerre des Balkans comptent également des milliers de bombes à sous-munitions sur leur territoire.

Quels sont les pays producteurs?

En 2008, vingt-trois pays ont produit ces engins explosifs, dont la Russie, les Etats-Unis, la Chine, Israël, et Singapour, qui sont les plus gros producteurs, mais aussi le Brésil, l’Inde, le Pakistan, les deux Corées, le Japon, la Turquie, l’Egypte, l’Afrique du Sud. En Europe, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne en ont également fabriqué.

Depuis 1965, dix-huit Etats en ont utilisé, dont les pays de l’OTAN lors des opérations en ex-Yougoslavie, ou encore la Russie en Afghanistan ou en Tchétchénie, le Royaume-Uni aux Iles Malouines et en Irak, et surtout les Etats-Unis lors de la guerre du Vietnam, en Irak, et en Afghanistan. Soixante-dix-sept Etats en stockent dans leurs arsenaux.

Qui va signer ce traité et quelles seront les obligations des Etats ?

Cent onze Etats se sont engagés lors de la conférence finale de Dublin en mai dernier qui préparait la convention. C’est la Norvège qui a lancé ce processus d’Oslo début 2007, alors que les Etats partie à la convention de 1980 sur l’interdiction ou la limitation de certaines armes classiques (CCW) n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur une interdiction de ces bombes à sous-munitions.

La Norvège a décidé de sortir de ce cadre et de mener campagne avec un petit groupe d’Etats au départ (l’Autriche, la Nouvelle-Zélande, le Mexique, le Pérou, le Costa Rica, l’Irlande et le Saint-Siège). Aujourd’hui, ce sont plus de cent Etats qui ont signé ce traité à Oslo. Beaucoup de pays qui ont été bombardés vont signer, comme le Laos, le Cambodge, la Serbie, le Liban.

Certains pays producteurs comme le Royaume-Uni, la France le Japon ont également signé ce traité.

La convention entrera en vigueur lorsque le trentième Etat l’aura ratifié et désormais, elle interdira l’utilisation, la production, le transfert et le stockage des bombes à sous-munitions. Ces armes seront considérées comme illégales. Les Etats s’engageront à dépolluer les zones affectées dans un délai de 10 ans renouvelable, les stocks devront être détruits dans un délai de 8 ans, mais les Etats pourront en conserver pour des entraînements ou des tests.

Ce qui est nouveau dans ce traité par rapport à la convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel, outre l’obligation de nettoyer les zones contaminées, c’est la clause spécifique d’assistance et de réhabilitation aux victimes, à leurs familles et à la communauté affectées.

Quelle sera la portée de ce traité sans l’adhésion des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie?

Les stocks des Etats-Unis pourraient atteindre les 700 à 800 millions de bombes à sous-munitions, deux fois plus que tout ce qui a pu être utilisé depuis

1965. Le président élu Barack Obama avait déjà prôné l’interdiction du largage de ces armes sur les zones habitées, un texte qui avait été rejeté par le Sénat.

Avec la nouvelle administration américaine, les ONG espèrent que les Etats-Unis se rallieront à cette convention. La Russie, la Chine, ou Israël sont eux aussi les grands absents de ce traité, alors qu’ils figurent parmi les plus gros producteurs. Mais les ONG misent sur l’effet de stigmatisation que provoquera l’entrée en vigueur de ce traité, comme ce qui s’est passé avec la convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel.

Les points faibles du traité d’Oslo

La coalition mondiale contre les bombes à sous-munitions reconnaît que certaines concessions ont été octroyées aux Etats. Certains engins ne rentrent pas dans la définition des sous-munitions, celles qui pèsent plus de 20 kilos, ou d’autres critères techniques discutables selon les ONG. Autre point, c’est le nombre de sous-munitions que les Etats pourront conserver : il n’y a pas de limite chiffrée dans le traité.

Et puis il y a ce qu’on appelle l’interopérabilité, obtenue sous la pression des Etats-Unis, qui permet à un Etat signataire de continuer à mener des opérations militaires conjointes avec un Etat non partie à la convention, par exemple dans le cadre de l’OTAN en Afghanistan.

Entrée en vigueur de la convention contre les bombes à sous- munitions

Les Etats devront ratifier au plus vite le traité afin qu’il entre en vigueur, les Etats les plus affectés attendent ce moment, comme le Laos ou le Liban, pour lesquels l’aide internationale est primordiale pour les aider à nettoyer leur territoire et prêter assistance aux victimes. La Norvège, pays hôte de la convention, espère une ratification début 2009.

La France et les bombes à sous-munitions

La France a produit des bombes à sous-munitions et en a utilisé jusqu’en 1991, sans doute lors de ses interventions au Tchad en 1986, puis en 1991 lors de la première guerre du Golfe en Irak et au Koweit. Jusqu’en janvier 2008, la France ainsi que la plupart des pays producteurs, prônaient des améliorations techniques des bombes à sous-munitions, et une restriction de la définition de ces engins, afin de conserver leurs stocks.

Finalement, en janvier, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner s’est également engagé en première ligne dans le processus d’Oslo qui a conduit à la rédaction du texte de la convention, approuvé le 30 mai dernier à Dublin et signé ce 3 décembre à Oslo.

Pour être en règle avec la définition qui a été retenue des bombes à sous- munitions, la France a annoncé fin novembre qu’elle retirait ses obus OGR, elle avait décidé en mai le retrait des roquettes M26.

La France pourra néanmoins conserver ses missiles Apache et ses obus Bonus, plus gros et plus lourds, qui ne rentrent pas dans la définition mais qui selon les ONG comme Handicap International, sont de fait des sous-munitions et pourraient produire les mêmes effets non discriminatoires contre les populations civiles. Cette convention marque une avancée importante du droit international humanitaire.

La Cérémonie de signature de la convention sur les armes à sous-munitions est retransmise en directe sur le site : Convention on Cluster Munitions Signing Conference.

______________________________1 –
AFRIK.COM :

L’Afrique bientôt soulagée du poison des bombes à sous-munitions ?

Un traité interdisant ces armes est signé à Oslo

Une centaine de pays signent mercredi et jeudi, à Oslo, une convention interdisant l’utilisation des bombes à sous-munitions (BASM). Ce traité, salué par l’Organisation des Nations unies, est rejeté par les gros producteurs d’armes que sont les Etats-Unis, la Russie, la Chine et Israël. En Afrique, où plusieurs régions sont contaminées par ces armes, il est difficile de chiffrer le nombre de victimes et il existe un vrai risque de prolifération.

mercredi 3 décembre 2008, par Stéphane Ballong

Exit les bombes à sous-munitions (BASM) [1]. Dix ans après le traité d’Ottawa qui interdit l’utilisation des mines antipersonnel dans les conflits, cent pays environ, signent mercredi et jeudi à Oslo, la capitale norvégienne, une convention bannissant la production, l’utilisation, le stockage et le commerce des bombes à sous-munitions. Cette convention oblige aussi les signataires à venir en aide aux pays et aux personnes victimes des BASM.

Selon l’Ong Handicap International, près de 100 000 personnes, dont 98% sont des civils, ont été tuées ou mutilées dans l’explosion de bombes à sous-munitions à travers le monde depuis 1965. Plus d’un quart de ces victimes sont des enfants. En Afrique, si aucune statistique n’évalue le nombre de victimes, celles-ci sont pourtant importantes. Sur les 440 millions de bombes à sous-munitions dispersées dans le monde depuis quarante ans, notamment en Asie, près de 33 millions d’engins n’auraient pas encore été neutralisés.

Le conflit du Liban, en été 2006, pendant lequel ces sous-munitions ont fait plus de 200 victimes quelques semaines après les bombardements d’Israël, a contribué à « éveiller les consciences », estime Marion Libertucci, Responsable de plaidoyer à Handicap International dans les pays francophones d’Afrique.

En mai dernier, à Dublin (Irlande), Ong et associations humanitaires ont âprement négocié avec les Etats la signature du traité.

Risque de prolifération dans les zones conflictuelles en Afrique

A Oslo, la capitale norvégienne, des pays comme la France ou la Grande Bretagne qui, jusque-là, s’opposaient à l’interdiction de ces armes ont signé cette convention. Selon Jean-Marie Fardeau, directeur du bureau parisien de l’Ong Human Rights Watch, « il s’agit d’une avancée significative. Il y a quelques années encore, la plupart des pays signataires considéraient que les bombes à sous-munitions étaient indispensables pour leurs armées. »

Pour l’Afrique, l’enjeu de ce traité est double, explique Marion Libertucci.

D’abord parce plusieurs pays, comme l’Erythrée, l’Ethiopie, l’Angola, et aussi la République démocratique du Congo sont infestés par les sous-munitions.

Grâce à ce traité, ils vont recevoir l’aide des pays signataires qui s’engagent désormais à participer au nettoyage des zones contaminées. Ensuite, « il existe un vrai risque de prolifération de ces armes dans les zones conflictuelles », indique Marion Libertucci. « Comme dans le cas des mines antipersonnel, nous avons pu constater que ces armes sont généralement fabriquées dans les pays du Nord mais sont surtout utilisées dans les pays du Sud où elles font le plus de victimes ».

L’Egypte, parmi les producteurs qui rejettent le traité

Les Etats africains ont pris conscience de ce danger. Nombre d’entre eux, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Kenya par exemple, ont fait le déplacement en Norvège pour signer cette convention. En septembre déjà, la Coalition internationale contre les sous-munitions (CMC) [2] a réuni à Kampala en Ouganda, une quarantaine d’entre eux pour les encourager à signer la convention.

Ce traité d’Oslo est certes historique, mais sa portée reste limitée. Les plus gros fabricants de bombes à sous-munitions étant absents. Les Etats-Unis, la Russie, Israël, la Chine…, ont refusé de le signer. Les Etats-Unis, à eux seuls, détiennent entre 700 et 800 millions de sous-munitions, selon la CMC. Sur le continent noir, l’Egypte et l’Afrique du Sud sont également producteurs de ces armes. Le pays arc-en-ciel, après avoir longtemps hésité, a finalement rejoint le groupe des signataires. « Malheureusement, l’Egypte est réticente », déplore Marion Libertucci qui ne désespère pas : « la mise en application de ce traité conduira à des normes tellement contraignantes que ces pays seront obligés de le respecter, comme on a pu le voir dans le cas de la convention des mines antipersonnel ».

Autre bémol : les pays signataires de ce traité ont toujours le droit de disposer, en faible quantité, de bombes à sous-munitions pour, dit-on, l’entrainement des soldats au déminage.

[1] Les bombes à sous-munitions sont des petites bombes regroupées dans une grosse bombe, un missile ou une roquette. Elles peuvent être larguées par avion ou tirées par des lance-roquettes.

[2] La Coalition internationale contre les sous-munitions (CMC) regroupe près de 300 ONG