Articles

09/08/10 (B564) Nouvelles de Somalie – Défilé de soutien à deux femmes – L’ONU prévoit un retour progressif – Mogadiscio risque de connaître une éventuelle intensification des violences (4 articles)

___________________ 4 – Europe 1

Somalie: Défilé de soutien à deux femmes

Des centaines de manifestants ont réclamé dimanche à Mogadiscio la libération de deux femmes d’origine somalienne inculpées en fin de semaine aux Etats Unis pour soutien aux insurgés islamistes shebab, selon l’AFP.

Le défilé a eu lieu à Afgoye, localité sous contrôle islamiste en périphérie de la capitale, où vivent des dizaines de milliers de déplacés de guerre.

"Libérez nos soeurs", clamaient les manifestants, affirmant que les deux jeunes femmes se consacraient à des activités humanitaires en faveur des "pauvres et des nécessiteux" d’Afgoye et n’étaient en rien liées avec les shebab.

Quatorze personnes, dont plusieurs de nationalité américaine, avaient été mises en examen jeudi aux Etats-Unis pour soutien au terrorisme, accusées d’avoir voulu rejoindre ou aider les shebab.

___________________ 3 – L’Express avec Reuters

L’Onu prévoit de revenir progressivement en Somalie

Après une absence de 17 ans, l’Onu prévoit de revenir progressivement dans les deux mois qui viennent en Somalie, a annoncé l’émissaire onusien pour la Corne de l’Afrique, Augustine Mahiga.

L’Onu, qui a quitté la Somalie en 1993, prévoit d’y revenir progressivement dans les deux mois qui viennent, a annoncé le représentant des Nations unies.

L’Onu a quitté la Somalie en 1993, suivie ensuite par la plupart des missions diplomatiques étrangères. Le pays est plongé dans le chaos depuis des années.

Al Chabaab, un mouvement lié à Al Qaïda, contrôle une grande partie du sud du pays, à la frontière avec le Kenya, et de la capitale, Mogadiscio. Il a expulsé l’an dernier les agences de l’Onu et les organisations internationales des zones qu’il contrôle en les accusant d’espionnage.

Face aux islamistes qui tentent de renverser le gouvernement soutenu par les Occidentaux, les forces régulières ne sont pas en mesure de faire régner l’ordre et la sécurité.

Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon a pris la décision de réintégrer par étapes la Somalie, a indiqué Mahiga. L’organisation avait transféré ses activités de Mogadiscio à Nairobi, la capitale kenyane.

"Nous allons transférer en Somalie les ambassades et les agences basées à Nairobi, et nous avons trois objectifs: d’abord le Puntland, en second le Somaliland et en trois Mogadiscio", a précisé l’émissaire onusien.

Les insurgés islamistes du Puntland ont juré le mois dernier de mener une guerre sainte contre les autorités jusqu’à obtenir l’application stricte de la loi islamique dans cette région somalienne semi-autonome.

Cette région, où sont réfugiés de nombreux pirates opérant au large de la Somalie, est relativement stable par rapport au reste du pays, mais les violences et les troubles y ont culminé ces derniers mois.

Le Somaliland est un territoire qui a proclamé son indépendance en 1991 et cherche à être reconnu par la communauté internationale en se démocratisant. Une élection présidentielle jugée équitable par les observateurs étrangers s’y est tenue en juin dernier.

Colonisé par la Grande-Bretagne alors que le reste de la Somalie était sous administration italienne, le Somaliland, territoire d’environ 137.000 km2 peuplé de 3,5 millions d’habitants, situé dans le nord de la Somalie, a profité du chaos consécutif à la chute du dictateur somalien Mohamed Siad Barre, en 1991, pour proclamer son indépendance.

Le reste de la Somalie a sombré dans le chaos. L’Union africaine et les puissances étrangères n’ont cependant pas reconnu l’indépendance du Somaliland, territoire frontalier avec l’Ethiopie et au bord du golfe d’Aden.

Pascal Liétout
pour le service français

____________________ 2 – JDD

Somalie: L’ONU prévoit un retour progressif

L’Organisation des Nations-Unies prévoit de revenir progressivement d’ici à octobre en Somalie, après une absence de 17 ans, a annoncé dimanche l’émissaire onusien pour la Corne de l’Afrique, Augustine Mahiga.

L’organisation avait transféré ses activités de Mogadiscio à Nairobi au Kenya. "Nous allons transférer en Somalie les ambassades et les agences basées à Nairobi, et nous avons trois objectifs: d’abord le Puntland, en second le Somaliland et en trois Mogadiscio", a précisé l’émissaire.

Une grande partie du sud du pays est contrôlée par Al Chabaab, un mouvement lié à Al-Qaïda.

____________________ 1 – AfriScoop avec XINHUA

Somalie : Mogadiscio risque de connaître une éventuelle intensification des violences

Les résidents de la ville de Mogadiscio, capitale somalienne, sont confrontés à une éventuelle intensification des violences cette semaine, à l’approche du mois sacré du Ramadan, comme cela a été le cas lors des trois dernières années, un groupe armé pro-gouvernemental s’étant engagé à combattre plus fortement un groupe armé antigouvernemental.

Dans une déclaration, la milice pro-gouvernementale Ahlu Sunnah Waljama (ASJ) a indiqué avoir l’intention d’intensifier son combat contre le mouvement radical al Shabaab au cours du mois sacré du Ramadan, qui commencera cette semaine.

Les groupes armés antigouvernementaux, menés par al Shabaab, avaient toujours intensifié leurs attaques contre les forces gouvernementales somaliennes et les Casques bleus de l’Union africaine à Mogadiscio pendant le mois sacré.

La déclaration de l’ASJ montre que ce groupe est prêt à toute éventualité de la part des combattants d’al Shabaab qui n’ont jamais manqué à leur promesse d’intensifier le combat durant le Ramadan, a affirmé à Xinhua Ali Ali, analyste indépendant en matière de sécurité à Mogadiscio.

Cet engagement de l’ASJ est intervenu après que des groupes antigouvernementaux se furent engagés à intensifier leurs attaques contre les éventuels renforts de Casques bleus de l’Union africaine (UA) à Mogadiscio.

Pour renforcer la Mission de maintien de la paix de l’UA en Somalie, les dirigeants africains ont récemment approuvé l’envoi de 4.000 soldats supplémentaires dans le pays en proie aux violences. Ces soldats supplémentaires, qui devraient être fournis par la Guinée et Djibouti, rejoindront les 6.000 hommes de la mission actuellement déployés et uniquement envoyés par l’Ouganda et le Burundi.

Par crainte d’une éventuelle intensification des violences, des centaines de familles ont fuit vers la banlieue de Mogadiscio où presque 1,5 million d’habitants vivant dans des conditions misérables font face à la pénurie de nourriture, d’eau potable, de médicaments et d’abris, alors que les agences humanitaires internationales ont quitté ce pays en raison de l’aggravation de la situation de sécurité.

09/08/10 (B564) Puntland – nouvelle offensive contre les insurgés shebab dans le nord (1 article)

____________________________ 1 – AFP

Somalie: nouvelle offensive contre les insurgés shebab dans le nord

Les forces de sécurité du Puntland, région autoproclamée autonome du nord-est de la Somalie, ont lancé dimanche une nouvelle offensive contre une milice liée aux insurgés shebab, a-t-on appris de source officielle et auprès de témoins.

Cette offensive, qui fait suite à une première du genre fin juillet, visait une milice de plusieurs centaines d’hommes dirigée par le chef de guerre et trafiquant d’armes somalien Mohamed Said Atom et établie dans la chaîne montagneuse de la région de Sanaag, frontière naturelle entre les deux régions autonomes du nord du pays, le Puntland et le Somaliland.

"Nous avons attaqué leurs bases et pris le contrôle de leurs camps. Nos forces contrôlent à présent complètement les montagnes de Galagala et l’ennemi qui a subi de lourdes pertes, a fui la zone", a déclaré à la presse à Bossasso le ministre de la Sécurité de cette région du nord-est de la Somalie Yusuf Ahmed Qeyr.

"Nous en avons tués plus de 10 et fait prisonniers plusieurs d’entre eux", a-t-il ajouté.

Des habitants de la localité de Galagala ont affirmé que les combats, qui ont duré environ quatre heures, avaient fait des victimes dans les deux camps.

"Nous avons vu sept combattants tués, issus des deux camps mais on ne sait pas clairement qui contrôle la zone disputée", a expliqué à l’AFP un chef coutumier, Mohamed Bashir.

Un autre habitant, Said Hussein, a également fait part de sept morts dans les combats.

"Quinze soldats du Puntland ont été admis à l’hôpital depuis ce matin et l’un d’eux est mort", a rapporté à l’AFP un responsable de l’hôpital de Bossasso, s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

Les forces du Puntland avaient déjà lancé une première attaque contre les hommes d’Atom le 26 juillet.

Mohamed Said Atom, qui fait l’objet de sanctions des Nations unies pour avoir violé l’embargo sur les armes en Somalie, a établi plusieurs camps dans la chaîne montagneuse de la région de Sanaag. Il est décrit comme le représentant des shebab dans la région par les autorités puntlandaises.

La chaîne de montagnes des Golis est difficile d’accès et criblée de grottes, offrant un repaire parfait pour Atom et ses hommes, selon des responsables locaux.

09/08/10 (B564) Yémen Express – Al-Qaïda revendique une attaque – Yémen: Al-Qaida revendique une attaque- deux gardes-frontières saoudiens tués par des trafiquants de drogue (3 articles)

____________________ 3 – Europe 1

Yémen: Al-Qaïda revendique une attaque

Dans un communiqué diffusé samedi sur des sites internets islamistes, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a revendiqué une attaque dans la province de Chabwa, dans le sud-est du Yémen, au cours de laquelle six soldats ont été tués le 25 juillet.

L’AQPA a expliqué cette attaque par le fait que les soldats yéménites sont "un instrument aux mains du tyran (…) qui terrorisent les musulmans, soutiennent la croisade contre notre pays et sont la première ligne de défense américaine" au Yémen.

"Tous ceux qui soutiennent Ali Abdallah Saleh (Président du Yémen) et la campagne des croisés contre la nation musulmane sont également une cible légitime pour nous", a poursuivi l’organisation qui vise également le gouvernement et les soldats yéménites.

____________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Yémen: Al-Qaida revendique une attaque.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique a revendiqué une attaque dans la province de Chabwa, dans le sud-est du Yémen, au cours de laquelle six soldats ont été tués le 25 juillet, dans un communiqué diffusé aujourd’hui par des sites islamistes.

"Une unité (d’Al-Qaïda) a attaqué un poste militaire dans la province de Chabwa et tué six des soldats du tyran", le président Ali Abdallah Saleh, dans le cadre des "opérations consistant à débarrasser la péninsule arabique des agents des Américains", indique le texte.

Deux des assaillants ont été tués dans l’attaque, a ajouté l’organisation qui a expliqué cette attaque par le fait que les soldats yéménites sont "un instrument aux mains du tyran (…) qui terrorisent les musulmans, soutiennent la croisade contre notre pays et sont la première ligne de défense américaine" au Yémen. "Ali Abdallah Saleh, son gouvernement et ses soldats sont une cible légitime pour nous jusqu’à ce qu’ils se repentent", ajoute le texte. "Tous ceux qui soutiennent Ali Abdallah Saleh et la campagne des croisés contre la nation musulmane sont également une cible légitime pour nous", a encore poursuivi l’organisation.

Les six soldats tués tenaient un barrage de sécurité près d’un site pétrolier. Les assaillants, qui circulaient à bord d’un véhicule 4X4, ont tiré au fusil mitrailleur et à la roquette contre les militaires, en poste près du site d’une société pétrolière étrangère dans la région d’Al-Aqla, à 45 km à l’est d’Ataq, chef-lieu de la province de Chabwa.

La province de Chabwa est un fief d’Al-Qaïda comme elle est le bastion de la tribu des al-Awalaq, à laquelle appartient l’imam radical américano-yéménite Anwar al-Aulaqi. Ce dernier s’y cacherait sous la protection de sa tribu, alors qu’il est activement recherché par Washington et par les autorités yéménites.

____________________ 1 – Angola Press

deux gardes-frontières tués par des trafiquants de drogue

Deux gardes-frontières saoudiens ont été tués dans une fusillade avec des trafiquants de drogue à la frontière avec le Yémen, a indiqué tard vendredi l’agence de presse officielle Spa.

Citant un porte-parole des gardes-frontières à Assir (sud), l’agence a précisé qu’une patrouille de cette force était entrée vendredi en contact avec une quinzaine de trafiquants venant du Yémen.

Ces derniers ont ouvert le feu sur la patrouille qui leur demandait de se retirer en territoire yéménite, tuant un lieutenant et un agent de la force saoudienne, a ajouté l’agence. Les trafiquants ont été "contraints à se retirer" et 500 kilogrammes de haschisch ont été saisis, a encore indiqué l’agence.

Les autorités saoudiennes annoncent régulièrement des saisies de drogue à la frontière avec le Yémen, poreuse et difficile à surveiller.

09/08/10 (B564) L’équipe de l’ARDHD adresse tous ses voeux à toutes les Djiboutiens, à tous les Djiboutiens et plus généralement à tous les musulmans, en cette veille de ramadan.

A la veille du mois béni du Ramadan, l’ARDHD adresse tous ses voeux à tous les musulmans. Elle espére surtout que les Djiboutiennes et que les Djiboutiens pourront vivre ce mois de recueillement et de joie, dans la paix et le calme et que le régime dictatorial ne viendra pas perturber cette période, par des provocations.

Elle adresse aussi particulièrement ses voeux aux populations de Somalie et souhaite que des groupes irresponsables ne viennent pas troubler la prière et le recueillement des habitants.

07/08/10 (B564) LDDH / ALERTE ROUGE : Il faut libérer Halima Bil’a et ses enfants et les reconduire chez eux à Medeho

 



Le Président

NOTE D’INFORMATION DU 7 AOÛT 2010

Il faut libérer Halima Bil’a et ses enfants
et
les reconduire chez eux à Medeho !

(Voi aussi la note complémentaire de l’ARDHD, à la fin)

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) a appris que Madame Halima Bil’a et ses quatre enfants arrêtés à Medeho le 17 avril 2010 et qui avaient été incarcérés à Nagad depuis le 5 juin dernier n’auraient pas été libérés, dans les faits, après leur départ de Nagad la
semaine dernière;

Selon les dernières informations reçues, après leur départ de Nagad, ils auraient été conduits dans le camp de police d’Obock, où ils sont toujours détenus.

Rappelons que Madame Halima Bil’a constamment torturée. Qu’elle est malade et pourtant qu’elle est arbitrairement détenue avec ses quatre enfants qui sont mineurs et que son dernier enfant est âgé de moins de deux ans.

Un telle Détention Arbitraire est un signe fort équivalent à une prise d’otage intolérable et inadmissible en violation flagrante à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de la Constitution en son article 10 qui stipule entres autres : « La Personne humaine est sacrée. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger.

Tous les êtres humains sont égaux devant la loi.

Tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l’intégrité de
sa personne.

Nul ne peut être poursuivi, arrêté, inculpé, ou condamné qu’en vertu d’une loi promulguée antérieurement aux faits qui lui sont reprochés.

(Voir Observation à la fin)…

…Le droit à la défense,… à tous les stades de la procédure… y compris… le droit de se faire examiner par un médecin de son choix.

Nul ne peut être détenu dans un établissement pénitentiaire que sur mandat délivré par un magistrat de l’ordre judiciaire. »

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) dénonce avec rigueur ces actes de barbarie digne d’un autre âge à l’encontre d’une femme et des enfants innocents.

La Ligue Djiboutienne Droits Humains (LDDH) demande à tous les Défenseurs des
Droits de l’Homme, à la FIDH et à l’OMCT, de poursuivre leur campagne jusqu’à la libération effective et définitive de cette famille prise en otage par le régime liberticide de Djibouti.

A la veille du mois béni du ramadan, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains
(LDDH) appelle les autorités Djiboutiennes à libérer immédiatement cette famille
martyrisée et la reconduire dans les plus brefs délais chez elle à Medeho dans
les Mablas

NOEL ABDI Jean-Paul

Observation.

Le Code Pénal et Code de Procédure Pénale sont les lois qui ont été Promulguées six mois après l’adoption de la Constitution par le Référendum du 4 Septembre 1992.

________________ Note complémentaire de l’ARDHD

L’ARDHD s’associe pleinement à la démarche de la LDDHD et soutient son appel.

On comprend que le régime, « ennuyé »
par les appels incessants pour la libération de cette famille et par la montée de la contestation internationale, a cru se débarasser du cas, en les libérant de Nagad. .. Mais Guelleh est un rancunier et dans les faits, il n’a fait que transférer la famille vers un autre centre de rétention à Obock, ce qui a trompé les observateurs, pendant quelques jours.

Heureusement, la vérité apparait rapidement : parmi les détenus, il y a un enfant âgé d’environ deux ans, qui est détenu arbitrairement depuis DEUX MOIS.

Comment qualifier un régime qui emprisonne même les bébés, pendant plusieurs mois ??

L’ARDHD lance une alerte rouge et va déclencher la procédure et les actions prévues dans ce cas

07/08/10 (B564) Le Journal de la Flibuste – Un navire panaméen détourné au large de la Somalie – Sept pirates somaliens détenus rapatriés par la force navale de l’UE (2 articles)

__________________ 2 – Yahoo actu avec AP

Un navire panaméen détourné au large de la Somalie

Un navire battant pavillon panaméen avec 23 membres d’équipage a été détourné par des pirates somaliens, a annoncé lundi la Force navale européenne patrouillant dans le golfe d’Aden. Lire la suite l’article

L’opération s’est déroulée lundi matin à l’aube au large de la Somalie, a précisé dans un communiqué la force européenne (opération Atalante). Les 23 membres d’équipage du MV Suez sont originaires d’Egypte, du Pakistan, du Sri-Lanka et d’Inde.

Les actes de piraterie ont diminué récemment au large de la Somalie, en raison de la saison de la mousson dans les eaux somaliennes.

__________________ 1 – AfriScoop avec XINHUA

Sept pirates somaliens détenus rapatriés par la force navale de l’UE

La mission anti-piraterie de l’Union européenne (UE) a annoncé jeudi que sept individus arrêtés plus tôt cette semaine dans le golfe d’Aden avaient été rapatriés en Somalie où ils pourraient être déférés au parquet.

La force navale de l’UE avait annoncé mardi l’arrestation des sept individus par son bâtiment de guerre SPS Victoria qui a déjoué une attaque de pirates dans le golfe d’Aden.

Mardi matin, le cargo chimiquier norvégien MV Bow Saga a émis un message de détresse, signalant avoir été pris pour cible par des pirates dans le golfe d’Aden, a fait savoir John Harbour, porte-parole de la force navale de l’UE.

Selon M. Harbour, une unité de la force navale de l’UE a dépêché un hélicoptère pour apporter du secours et entraver l’attaque. Les sept suspects ont été arrêtés au cours de l’intervention.

En raison du cadre légal, l’inculpation des sept suspects ne pourra pas être initiée en confiance, a indiqué le porte-parole dans un communiqué.

En contraste avec le fait que la force navale de l’UE ait réussi à empêcher l’attaque menée contre le MV Bow Saga, « cette affaire souligne une nouvelle fois l’importance de la poursuite des efforts destinés à harmoniser le système d’inculpation », a souligné M. Harbour.

07/08/10 (B564) Yémen Express – 3 membres des forces de sécurité tués (1 article)

_____________________ 1 – Europe 1

Yémen: 3 membres des forces de sécurité tués

Trois membres des forces de sécurité ont été tués par des hommes armés jeudi à Zinjibar, une ville du sud du Yémen, a annoncé le ministère de la Défense sur son site internet.

Selon 26sep.net citant une source locale, les trois hommes ont été tués par des hommes armés recherchés par les autorités. Des témoins ont raconté que des hommes masqués avaient lancé une attaque contre les forces de sécurité à un point de contrôle situé près du quartier général des renseignements de Zinjibar.