Articles

10/02/11 (B590-B) Communiqué de (l’UMP) l’UMD (erreur matérielle rectifiée le 11/02 – avec nos excuses) pour confirmer son soutien et sa participation à la manifestation de l’UAD, le 18 février à Djibouti. (Info envoyé par le PDD)

UNION DES MOUVEMENTS DEMOCRATIQUES (UMD)
(PDD, PND)

Djibouti, le 10 Février 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Union des Mouvements démocratiques (UMD) va participer à la manifestation contre la dictature et le 3ème mandat, organisée par la coalition UAD (Union pour l’Alternance Démocratique), le vendredi 18 Février 2011 à l’avenue Nacer, à partir de 14 heures.

L’UMD demande à ses militants et sympathisants de venir massivement y participer.

Mohamed Daoud Chehem
Président du PDD

Aden Robleh Awaleh
Président du PND

10/02/11 (B590-B) Flash Info : Al Jazeera « persona non grata » à Djibouti – Décidément le dictateur applique les 5 règles de base d’une bonne dictature, telles que nous les avions diffusées il y a quelques jours en reprenant un article humoristique publié par Leposte.fr.(ARDHD)

___ Retrouver l’article sur les 5 règles de base du parfait dictateur :
Lien avec notre article, extait sur site Lepost.fr), que nous vous rappelons pour mémoire : « Censurer la Presse Locale et Internationale », « Couper les Communications Cellulaires », « Imposer un Couvre Feu », « Censurer la toile et les Réseaux Sociaux », et « Avoir la confiance de l’armée ».

_________________________ AlJazeera refoulé par deux fois !!

On vient de nous informer qu’une équipe d’AlJazeera a été interdit de pénétrer sur le territoire djibotuien à deux reprises : une première fois à l’aéroport de Djibouti et une deuxième fois au poste frontière de Loyada.

Guelleh applique la première règle : censurer la presse locale (déjà fait depuis longtemps, puisqu’il n’y en a plus) et la presse internationale (ce refoulement d’une équipe d’AlJazeera le confirme…)

Et la presse française ? Pas besoin de la refouler !
Il est probable que le représentant local de l’AFP tienne bien les choses en main, pour éviter que les atrocités commises par le régime et les atteintes aux droits de l’homme ne s’ébruitent.

Pas de grande inquiétude à avoir de toutes les façons ! La presse française dans son ensemble (à quelques exceptions près que nous saluons : Libération, !Nouvel Obs et France 24, entre autres) s’auto-censure. Elle ne diffuse aucune information sur la situation alarmante et probablement « pré-explosive » sur le terrain. Pas de bruit, pas de problème

Et pourtant ce n’est pas faute d’envoyer régulièrement des informations, de la part de l’ARDHD, du GED et certainement d’autres mouvements.

La Loi du Silence médiatique s’applique pour Djibouti.

On ne peut pas s’empêcher de penser qu’il y pourrait y avoir des instructions ou des pressions « amicales » qui seraient exercées par les plus hauts niveaux du régime français …. (A suivre)

10/02/11 (B590-B) Jean-Paul Noel Abdi a donc encore une fois été arreté et on l’accuse d’être à l’origine des manfestations contre le 3ème mandat du président IOG . (Laurence Dawidowicz de Survie)

Mais quelle est donc la logique de ces gens, de cet état policier ?

La FIDH a lancé immédiatement un appel international, ses militants partout dans le monde sont informés, invités à écrire aux autorités, l’Organisation Mondiale contre la Torture se mobilise, partout les militants des associations partenaires vont relayer cette image déplorable du régime !!!!

Hors Jean-Paul n’est pas seul, il n’est que le porte-voix des courageux dénonciateurs des exactions du régime d’IOG, ses compagnons vont continuer à envoyer des informations, j’en suis sure. Et pour ce qui est des manifestations populaires, elles vont se poursuivre, elles sont le fruit d’une mobilisation large, dans tout le pays et d’une volonté profonde de changement, d’accession à la démocratie et de retrouver les libertés confisquées.

Seul un dictateur peut imaginer que l’arrestation d’un homme peut y mettre fin….Quelle bétise !!!!!!!

Je souhaite de tout coeur que Jean-Paul ne devienne pas le martyre de la cause de la démocratie à Djibouti, car on sait trop bien que les dates d’entrée à Gabode sont plus faciles à connaitre que les dates de sortie ….

A très vite pour fêter sa libération !

10/02/11 (B590-B) Message de soutien d’Omara Gabasse, co-o-représentant des Réfugiés djiboutiens en Europe pour la libération immédiate et sans condition de Jean-Paul Noël Abdi.

Le régime est aux abois. IOG panique ! Il fait maintenant procéder à des arrestations massives pour tenter maladroitement de contrer le soulèvement populaire, qui se prépare, sans aucun doute. Et il lui donne des arguments !

Cette tactique ne date pas d’aujourhui ! Mais elle a été initiée dés le lendemain de notre indépendance .Qu’espère le régime en employant de telles méthodes ? Pense-t-il que cela renforcera un soutien international ?

Il a fait incarcérer l’honorable Jean-Paul Noël Abdi, sans aucun motif valable

Nous devons nous mobilser pour obtenir sa liberation .

Au nom des réfugiés djiboutiens et en mon personnel, j’apporte mon soutien à Jean-Paul Abdi et je l’assure que nous sommes tous avec lui dans son combat contre l’injustice et l’arbitraire.

La lutte doit continuer …La justice prendra le dessus sur l’injustice tôt ou tard .

Vive Jean-Paul Abdi Noël

A bas l’injustice.

Omar Gabasse
Co-représentant des Réfugiés djiboutiens .

09/02/11 (B590) Vérité – > MESSAGE D’UN BOY DJIBOUTIEN QUI INCITE LES CITOYENS A RETROUVER LEUR LIBERTE.

Chers frères, chères soeurs le vent fort de la démocratie souffle et balaie les déchets de la dictature qui vieillissent dans le trône. Ce vent là désire de laisser la place aux hommes honnêtes et consciencieux de la situation du pays.

Chers frères leaders, le pays est pillé d’avance, la richesse et les fonds détournés dorment dans des banques et des sociétés financières à l’étranger, pendant que le peuple vit dans la pauvreté totale.

Chers frères la communauté Djiboutienne, saisissez l’opportunité, ayez la même détermination, rattrapez le temps perdue, c’est le moment ou jamais de regagner votre fierté, alors :

– rassemblez-vous en masse dans la rue
– revendiquez vos droits
– faites trembler le régime en démontrant que vous êtes décidés à aller jusqu’au bout
– Obligez le clan du Tyran à céder le trône
– Obligez le fils de l’oued à quitter immédiatement le pouvoir avant avril 2011

En étant soudés, et avec une seule voix, vous allez réussir à jeter le fils du rail hors du pays.

Chers frères les citoyens, les jeunes du cercle, révoltez, manifestez ensemble, refusez les méthodes du tyran,

Recherchez vos droits, et dites non au 3eme mandat pour retrouver vite votre liberté.

Les jeunes martyrs seront inscrits dans l’histoire du pays, après le départ du dictateur.

Chère jeunesse, vous êtes la force, les futurs cadres, les hommes de demain qui vont diriger cette étendue de terre, alors agissez !v Faites le avec finesse, luttez pour détrôner le tyran qui a détruit notre pays et notre peuple.

Votre slogan est DEPART IMMEDIAT D’ IOG ET DE SON REGIME

Chers leaders, organisez-vous, dirigez le peuple vers l’objectif, et surtout préparez le plan pour mettre en échec le 3eme mandat, le pays se dirige vers un gouffre sans issue.

– la terre brûle sous vos yeux
– le peuple est a l’agonie
– les jeunes souffrent, leur vie est hypothéqués
– les honnêtes gens misent sur le silence
– les familles modestes et qui n’appartiennent pas au clan au pouvoir mangent une fois par jour, ça c’est grave.
– les détournements se multiplient
– la justice n’existe plus
– l’éducation est au fond du gouffre
– la santé n’appartient qu’aux riches et au clan au pouvoir
– la ville de Djibouti est partagée entre les membres de la famille du clan, du port, de l’aéroport, la mer, les services des transit, l’administration, les postes de responsabilités, les directions de services, les services de sécurités, le dirigeants de la force Armée, la mairie ainsi tous les ministères dirigés par les proches du clan. ET LES AUTRES ALORS ?

IOG a commis des actes inhumains envers le peuple, aujourd’hui il n’a plus de crédibilité, il a perdu toutes ses facultés et son bon sens à force de tromper le peuple, il croit toujours la magie et les fétiches des vieux kotou résidant à Haramouse et qu’il pourrait encore continuer a détruire ce petit pays et son peuple.

IOG et son clan sont responsables du massacre du siècle contre le noble population du nord Afars, les bourreaux, les criminels à la solde du roi seront jugés sur la place Mahamoud Harbi.

IOG et son clan sont en grande perdition, car la situation du pays leur échappe, ils n’ont plus de bon sens, ils veulent s’accrocher au pouvoir, ils n’ont plus aucune confiance de la part du peuple, c’est la fin du haricot.

IOG et son régime sont dans une situation de turbulence profonde, la démocratie se dirige vers la porte de la capitale, elle attend seulement l’accueil d’un peuple uni et massé dans la rue.

Chers frères et sœurs, la fin du régime est imminent, une odeur de liberté plane sur Djibouti, pour une vie meilleure pour tous, alors agissez dés maintenant.

C’est à vous de prendre des mesures pour la libération de votre pays.

09/02/11 (B590) La suisse attaque les dictateurs au portefeuille (Article conseillé par un lecteur – TSR Info) – (IOG va-t-il retirer ses avoirs de la Suisse ??? – Note ARDHD)

La Suisse et l’argent des dictatures

Jérôme Zimmerman

La Suisse a restitué davantage que n’importe quelle autre place financière de taille comparable.

La Suisse, qui a ordonné mercredi le gel des avoirs des chefs d’Etat tunisien Ben Ali et ivoirien Laurent Gbagbo, a restitué un total de 1,7 milliard de francs à divers pays au cours des quinze dernières années. Une nouvelle loi – qui facilitera les procédures – entrera en vigueur dès le premier février.

Dès le mois prochain, la "loi fédérale sur la restitution des valeurs patrimoniales d’origine illicite de personnes politiquement exposées" (LRAI) permettra à la Suisse de remettre aux populations spoliées des fonds illicites bloqués, et ce même si l’entraide judiciaire avec l’Etat concerné ne peut aboutir, ce qui n’était pas possible jusqu’à présent.

Cette loi a d’ailleurs été surnommée "Lex Duvalier", puisqu’elle a été initiée pour palier aux manques apparus dans la longue bataille judiciaire sur la restitution au peuple haïtien de quelque 5,7 millions de dollars déposés par la famille Duvalier sur des comptes helvétiques.

Nombreux précédents
Malgré cette carence qui prévalait jusqu’ici, la Suisse a tout de même pu restituer près de 1,7 milliard de francs au cours des 15 dernières années, soit davantage que n’importe quelle autre place financière de taille comparable, indique le Département fédéral des affaires étrangères. Certains de ces cas ont d’ailleurs suscité un énorme intérêt médiatique en raison de la notoriété des personnes concernées et de l’importance des montants en cause, qui se chiffraient en millions.

PHILIPPINES: une première

En 2003, 683 millions de dollars américains bloqués depuis 1998 ont été restitués à l’Etat philippin, ce qui n’avait jamais été fait jusqu’alors. Le Tribunal fédéral avait établi que les valeurs patrimoniales des fondations Marcos étaient de toute évidence d’origine délictueuse. Le gouvernement philippin avait demandé à confisquer ces fonds, en affirmant que pendant ses 20 ans de pouvoir jusqu’à son renversement en 1986, Ferdinand Marcos avait volé des milliards de dollars de fonds publics.

PÉROU: l’argent des services secrets
Dès 2002, le Pérou a récupéré 77,5 millions de dollars de la Suisse sur la base du jugement rendu par le Ministère public du canton de Zurich au terme de la procédure pour blanchiment contre Vladimiro Montesinos Torres, l’ancien chef des services secrets péruviens et conseiller du président. En octobre 2006, le Ministère public a de plus restitué au Pérou environ 11,5 millions de dollars américains provenant des comptes d’un comparse de Vladimiro Montesinos.

ANGOLA: le déblocage de fonds au service de l’humanitaire
Une procédure pénale initiée à Genève en avril 2002 a permis de saisir des fonds détournés destinés au remboursement de la dette de l’Angola à la Russie. L’enquête, bouclée en 2004, n’a pas permis d’établir que des irrégularités avaient été commises. Toutefois le blocage des fonds se trouvant sur des comptes ouverts au nom de quatre hauts fonctionnaires angolais a été maintenu car ces derniers n’ont pas contesté que les fonds appartiennent à l’Etat africain. Ainsi, le 1er novembre 2005, les délégations suisse et angolaise ont signé un accord qui a pour but d’affecter ces fonds à des fins sociales et humanitaires.

NIGÉRIA: 700 millions d’origine "manifestement criminelle"
En 2005, le Tribunal fédéral a décidé que la majeure partie des fonds Abacha (chef d’Etat nigérian de 1993 à 1998) bloqués en Suisse, soit quelque 460 millions de dollars américains, était manifestement d’origine criminelle et qu’elle pouvait par conséquent être restituée au Nigeria sans qu’aucune décision de confiscation de l’Etat requérant ne soit nécessaire. Au total, l’accord pour le principe du monitoring a porté sur 700 millions de dollars américains.

KAZAKHSTAN: un cas résolu, un en cours
Une enquête genevoise avait abouti à la saisie d’environ 84 millions de dollars, liés à des contrats d’exploitation pétrolière, et amassés sur les comptes des plus hauts dirigeants de l’Etat kazakh (notamment le président Noursoultan Nazarbaïev et sa famille). Un accord a été conclu en 2007 pour que ces sommes puissent être restituées au Kazakhstan tout en servant à des programmes d’utilité publique et le Ministère public de la confédération a ouvert en automne 2010 une enquête portant sur la blanchiment d’environ 600 millions de dollars.

MEXIQUE: une enquête longue mais fructueuse
En 2008, La Suisse a décidé de restituer au Mexique 74 millions de dollars détournés par Raul Salinas, le frère de l’ancien président mexicain Carlos Salinas (au pouvoir de 1988 à 1994). La procédure judiciaire aura duré près de 13 ans. Les enquêtes suisse et mexicaine ont permis d’établir l’origine manifestement criminelle de ces fonds.

RDC: douze ans d’efforts pour rien
Certains gels d’avoirs n’ont toutefois pas permis de retourner les fonds au pays d’origine, c’est par exemple ce qui s’est produit avec les avoirs de feu Mobutu malgré douze ans d’efforts. En 1997, après une demande d’entraide judiciaire de la République démocratique du Congo (RDC), la Suisse a ordonné le blocage des avoirs de Mobutu, à la tête du pays de 1965 à 1996.

La RDC n’ayant pas précisé sa demande, la procédure d’entraide est passée à la trappe 6 ans plus tard, mais le gouvernement suisse a quand même maintenu le blocage et proposé son assistance administrative au pays africain. La justice a toutefois enterré la procédure en 2009, puisque les faits dénoncés étaient prescrits. Le gouvernement a donc levé la mesure de blocage après douze ans d’efforts.

HAÏTI: le cas d’école des fonds Duvalier
En 1986, les autorités d’Haïti ont transmis à la Suisse une demande d’entraide judiciaire, dans laquelle étaient requis le blocage et la saisie des fonds déposés par Jean-Claude Duvalier et son entourage, soit 5,7 millions de dollars. En 24 ans, cette affaire a connu moult rebondissements. Le dernier en date remonte à mars 2010, quand l’ex-dictateur haïtien a déposé un nouveau recours devant la justice suisse pour récupérer l’argent gelé.

Un mois plus tôt, le Tribunal fédéral avait annulé la restitution prévue à Haïti d’une partie des avoirs en raison de l’absence d’un traité d’entraide judiciaire entre Haïti et la Suisse et de crimes prescrits depuis 2001. La nouvelle loi, sujette au référendum jusqu’au 20 février, devrait donc permettre une révision de ce jugement et le retour des fonds en Haïti.

09/02/11 (B590) VERITE -> DISCUSSION ENTRE DEUX BOYS RESIDANTS DANS LE CERCLE

Question d’Houmed de Tadjourah
-Pourquoi IOG et son clan terrorisent-ils les bédouins, les nomades qui vivent loin de la métropole ?

Réponse d’Abdi ALI-SABIEH.
-Pour plusieurs raisons
1- nos représentants, nos députés, nos ministres sont des acolytes, ils pensent seulement leur intérêt personnel,
2- ce sont des gens faibles, de malhonnêtes, ils tremblent devant le fils de l’oued,
3- ce sont des hommes politiquement inaptes, ils ne peuvent résoudre une simple litige au sein de leur département sans l’avis du chamelier, 4- ils ne peuvent présenter leur avis sur les grandes décisions, car seul le clan prend les actes importants pour diriger le pays, avec violence et la mauvaise gestion, et encore ils ne peuvent jamais dire Stop au massacre de la population Afar.

Question d’Houmed de Tadjourah
-Pourquoi le clan au pouvoir utilise-t-il les moyens lourds, les armes sophistiqués, les gaz mortels contre la population sans défense du nord, les vieillards, les enfants, les femmes ?

Réponse d’Abdi ALI-SABIEH.
Par ce que
1- pour durer sur le trône, IOG a besoin de créer des désordres sur le plan régional, il vise délibérément la population,
2-IOG fait des lois et des décrets a sa propre guise, pour augmenter le budget de l’armée,
3-IOG est rusé, il augmente sans cesse son armée de yanbo et d’eau fraiche,
4- les officiers de l’armée sont 90 pour cent du clan au pouvoir, et enfin il aime créer un climat de tension et de haine entre les communautés.

Question d’Houmed de Tadjourah
Pourquoi IOG adore-t-il les mafias, les warabeys détourneurs, le clan qui détruit le prestige de la nation ?

Réponse d’Abdi ALI-SABIEH.
Par ce que
1- IOG a la magouille dans le sang , il n’est pas un homme politique, c’est un homme de second classe,
2- il a toujours la rage devant ses anciens cadres a Dire-Dawa, la colère lui monte facilement au visage au moindre litige,
3- il adore la confusion, la violence, les conflits dans l’administration, il aime les scènes théâtrales au sein du son gouvernement,
4- lorsqu’il s’agit des fonds, il prend la part du lion.

Question d’Houmed de Tadjourah

Pourquoi IOG refuse-t-il de voir la réalité, de céder le pouvoir, d’écouter le peuple qui demande le changement ?

Réponse d’Abdi ALI-SABIEH.
Par ce que,
1- IOG a servi et a grandi dans l’ombre, depuis de l’année 77 jusqu’à nos jours, il a commis des actes graves envers le peuple,
2- il a éliminé des honnêtes gens, il a écarté de la vie politique des hommes de qualité,
3- il a détruit des nobles hommes politique qui ont façonnés l’accession à l’indépendance à notre pays,
4- IOG a les mains dans le sang, il n’a aucune espoir de vivre normalement le reste de sa vie, alors il essaye de s’accrocher à son trône.

Question d’Houmed de Tadjourah
Pourquoi le peuple est-il dupe, où sont-ils les leaders talentueux, expérimentés, ou sont-ils nos jeunes, la force vive ? N’est-il pas le temps d’agir rapidement pour sauver le pays de la ruine et de donner une nouvel espoir aux citoyens de cette terre, ca c’est grave de rester les bras croisés face a cette situation alarmante.

Réponse d’Abdi ALI-SABIEH.
Frère Houmed, vous avez tout compris, la situation est tellement grave que le tyran même se prépare pour voler le 3eme mandat sous les yeux du monde entier, mais cette voici il aura des surprises, car le peuple est décide de prendre en main la destinée de son existence et pour cela, lorsque la vie est en danger il faut se battre pour gagner la liberté et ensuite vivre heureux.

09/02/11 (B590) GED – Communiqué M Mohamed Alhoumekani, porte-parole du GED. Il dénonce la vague de répression violente et les arrestations qui se multiplient. Il demande la libération immédiate et sans condition de Jean-Paul Noël Abdi, le Président de la LDDH

Communiqué de M. Mohamed Alhoumekani
Il exige la libération de tous les prisonniers et en particulier celle des lycéens / étudiants, opposants politiques et maintenant de Jean-Paul Noël Abdi.

Le Gouvernement en Exil se tient informé heure par heure de la situation à Djibouti et de son évolution. Il déplore la radicalisation qui a été décrétée par le régime dictatorial et la violente répression qui frappe des étudiants, des élèves, plusieurs opposants politiques et maintenant le Président de la LDDH.

Le GED demande la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées et incarcérées. Il demande l’ouverture d’une enquête internationale sur les abus commis par le régime et les Forces armées sous ses ordres.

Le GED vient de transmettre les informations à l’Union européenne et il va transmettre dans les heures qui viennent un compte-rendu à la représentation diplomatique américaine.