29/12/1999 – BURKINA FASO : RELAXE DE TOUS LES INCULPES – UNE VICTOIRE DU DROIT ET DE LA MOBILISATION INTERNATIONALE – L”INTELLIGENCE D’UN CHEF D’ETAT.

C O M M U N I Q U E

Les Procès de Ouagadougou (Burkina Faso)

Les procès de Ouagadougou en date du 27 décembre 1999 intentés par le gouvernement de la IVe République de Blaise Compaoré contre les membres du bureau du collectif des organisations de masse et des partis politiques comprenant :

– Halidou Ouédraogo, président du MBDHP, président du collectif ;
– Sagnon Tolé, Secrétaire Général de la Confédération Générale du Travail du Burkina, (CGTB) vice-président du Collectif ;
– Norbert Tiendrébéogo, président du Front des Forces Sankaristes, vice président du Collectif ;
– Bénéwendé Sankara, Représentant de l’Union des Jeunes Avocats du Burkina,Rapporteur du Collectif;
– André Tibiri, Président de l’Union Générale des Etudiants Burkina (UGEB),

Rapporteur du Collectif ;
– Medah Jean-Claude, Président de l’Association des Journalistes du Burkina,
Rapporteur du Collectif.

s’est terminé le même jour à 18 heure par la relaxe pure et simple des personnes accusées.

Paulin Yaméogo, journaliste, Directeur de l’hebdomadaire SAN FINNA, qui était également inculpé à été relaxé.

Vous vous souvenez, vous qui vous êtes mobilisés constamment depuis le 1er décembre 1999 contre les poursuites intentées par la Sûreté d’Etat et le Parquet de Ouagadougou pour atteinte à la Sûreté de l’Etat, appel à la rébellion , appel à la désobéissance civile dans un premier temps, puis reprise de ces accusations sous la formule de :

1°) Démoralisation des forces armées
2°) Appel à la désobéissance au sein de l’armée,

ensemble de faits susceptibles pour les accusations retenues de peines d’emprisonnements de 1 à 5 ans et d’amende de 300 000 F à 1 Millions de FCFA, pouvez être satisfaits.

Le tribunal correctionnel de Ouagadougou a annulé tous les faits de poursuites pour vice de forme, vice de procédure et faits non constitués.

Vous avez été représentés par plus de 65 avocats du Burkina Faso, du Mali, de l’UIDH, de la FIDH, de l’OMCT, d’avocats sans frontière, de l’Alliance panafricaine des défenseurs des droits de l’homme, de Médias, Fondations For West Africa, du MBDHP.

Ils on été magnifiques.

D’autres de RCA (le Bâtonnier), de Mauritanie, du Niger, de Belgique ont envoyé leur lettres de constitution.

– Mme Le Bâtonnier de l’ordre de Paris,
– Mme la Représentante de la CIJ, de IDEA et de la commission Béninoise des juristes étaient également là à titre d’observatoire.

La ville de Ouagadougou était mobilisée.

La société civile, les partis politiques, les femmes, les jeunes se sont fortement mobilisés. C’est donc notre victoire et après Seattle, Ouagadougou s’est singularisé par cette victoire contre l’arbitraire et la justice sous dépendance. Le collectif des organisations démocratiques de masses et des partis politiques vous remercie et reste une chaîne de solidarité qui se bat pour la justice, la démocratie et contre l’impunité.

Ouagadougou, le 28/12/99

Le Président du Collectif
Halidou OUEDRAOGO