03/05/03 ( B196) Réponse à M. Abdo Amarkak (F-33…), au sujet de la mise au point qu’il a fait publier sur le site de l’ARDHD et dans laquelle il clame son soutien total au système dictatorial de Guelleh, au risque de remettre en cause son statut usurpé de réfugié en France …. (Bouh Warsama)

Cher
Monsieur Abdo,

Nous
tenons tout d’abord à vous féliciter pour votre envolée lyrique
et pour votre témoignage inconditionnel de soutien à la gloire d’Ismaël
Omar.

Par
ailleurs tous les lecteurs du site sont heureux d’apprendre que, grâce à
votre perspicacité que nous savons être au dessus de la moyenne ne
serait-ce que par la précision de vos affirmations intrépides sur
le fait que ” certains accusateurs publics ” de la dictature Ismaëlienne
pourraient être à la solde de ” services étrangers “.

Il est de
plus rassurant de constater, en l’espèce, qu’Ismaël Omar Guelleh sache
s’entourer en France non pas d’exécuteurs malhabiles, de trafiquants de
drogues et de personnels d’Ambassade animant les soirées parisiennes de
frasques avec l’argent du peuple djiboutien mais d’Agents d’exception tel que
vous ayant la capacité de dénoncer avec courage tous les ”
services étrangers ” qui s’opposent à lui mais que vous omettez
de mentionner comme vous le faites avec grand courage ; à savoir , la DGSE,
la CIA et ses annexes, le MI6, le MOSSAD, les services belges, saoudiens, yéménites,
éthiopiens et somalilandais.

Nous
devons certainement en oublier tant ils sont nombreux, qu’ils veuillent bien nous
en excuser !.

On
murmure même que les services spéciaux d’Andorre et du Liechtenstein
seraient sur ” le coup “. Si vous veniez à disposer de quelques
informations sur ce dernier point d’importance, nous vous serions gré alors
de nous le faire savoir car tous les Djiboutiens et en général tous
les lecteurs du site de l’ARDHD sont impatients d’être informés du
nombre pharamineux de ” services spéciaux ” qui s’attaquent lâchement
et par personnes interposées à la noble DICTATURE dirigée
par son excellentissime grâce Ismaël Omar Guelleh.

Par
ailleurs nous regrettons que nous soit faite dans vos écrits la plus belle
démonstration qu’il soit de mensonges et d’asservissement à un régime
qui contraint les populations djiboutiennes par l’utilisation de la terreur qu’elle
fait régner, de plus vous savez pertinemment que sur demande de Mme Kadra
Heïd, suite à un article paru sur le site du GED, quelques hommes
des FNS qui sont à sa solde et qu’elle sait remercier à sa manière….
ont fait pression de diverses façons et certes pas par les moyens les plus
dignes sur les membres de votre famille afin qu’ils se retournent vers Ali Amarkak
Kadir pour qu’il cesse ses dénonciations justifiées.

De
là à comprendre les raisons de vos écrits ” con descendants
” et rassurants pour le pouvoir local il n’y a qu’un pas que nous franchissons
aisément car nous en savons autant que vous par l’intermédiaire
de nos amis informateurs sur place qui sont plus dignes de confiance et honnêtes
que vous ne l’êtes Cher Monsieur Abdo Ismaël Omar Guelleh…
Nous
vous laissons la liberté de penser que le régime d’Ismaël Omar
Guelleh puisse être un modèle de démocratie mais, dans ce
cas, expliquez-nous les raisons qui vous ont incité à quitter Djibouti
pour vous réfugier dans le sud de la France ?.

Nous
tairons votre adresse exacte par respect de la vie privée et rassurez-vous
aucune force de police française ne viendra, dans l’heure qui suivra la
parution de nos écrits, défoncer votre porte pour vous maltraiter
puis vous incarcérer dans une cellule de prison comme cela se fait communément
sous le régime dictatorial d’IOG.

A
l’inverse de ce qui se fait à Djibouti et sur ordre d’Ismaël Omar
Guelleh, aucune force de Police belge, française, canadienne ou américaine
ne viendrait bousculer votre vieille mère pour saisir à son domicile,
sans commission rogatoire, votre ordinateur et tout ce qu’elle jugerait bon de
prendre.

A
l’inverse de ce qui se fait à Djibouti et sur ordre d’Ismaël Omar
Guelleh, aucune force de Police belge, française, canadienne ou américaine
n’insulterait une vieille dame et mère de famille qui a éduqué
ses enfants dans la dignité et dans le respect de la liberté des
autres,

A
votre place nous ferions le choix de vivre auprès de notre seigneur et
maître qui manque désespérément de soutiens tels que
le vôtre ces derniers temps, y compris et surtout sur place !.

Par
ailleurs et comme nous vous savons être un parent proche d’Ali Amarkak Kadir,
c’est du moins ce dont vous vous réclamez, nous vous pensons être,
comme il l’est, très respectueux des Lois du pays qui vous accueille.

Ceci
étant dit, vous ne vous étonnerez donc pas si la Direction des Services
de l’Immigration et l’O.M.I à Paris qui consultent les sites concernant
Djibouti comme bien d’autres pays vérifieront, soyez-en certain, dans les
jours qui viennent si, comme le font communément les hommes à la
solde d’Ismaël Omar, vous ne bénéficieriez pas (ainsi que les
personnes que vous nommez) de l’attribution par erreur du ” Statut
de réfugié politique ” et d’opposant à Ismaël Omar
ou d’un statut particulier permettant l’octroi des Aides afférentes ?.

Une
telle démarche ne constituerait que le respect de l’application de récentes
dispositions prises au niveau du Ministère de l’Intérieur de la
République française (en concertation avec ses homologues européens)
car trop d’abus furent constatés dans un passé récent.

Ces
Aides sont réservées à juste titre et exclusivement aux véritables
réfugiés ainsi qu’aux opposants politiques sincères pas à
ceux qui “mangent” ( le mot est faible) à tous les râteliers
et qui privent les réfugiés honnêtes et sincères pour
majeure partie de leurs droits tout en jetant l’opprobre sur leur communauté.

Vous
conviendrez que, contrairement à ce qui se fait sous le régime d’IOG,
attribuer indûment à quelqu’un un statut et des aides auxquelles
il ne peut prétendre ce serait priver ceux qui y ont droit de la possibilité
qu’ils auraient de les obtenir car les enveloppes annuelles attribuées
par le ministère des finances ne sont pas extensibles.

Verser
indûment une aide à un da awo c’est forcément priver une honnête
famille djiboutienne exilée d’un droit auquel elle peut prétendre.

Si
à Djibouti les détournements des Aides internationales se pratiquent
couramment au plus haut niveau de l’Etat au point d’affamer les populations notamment
nomades et d’obliger l’administration américaine, comme elle vient de le
faire récemment, à affecter dans l’urgence des millions de dollars
US afin d’éviter une catastrophe humaine, aides qui à leur tour
seront pour partie détournés ; en France, comme en Belgique, dans
les pays membres de l’UE, au Canada et aux USA on tente de préserver les
droits des Réfugiés ne serait-ce que par l’intermédiaire
d’une multitude d’associations caritatives qui s’impliquent à leur profit.

Pour
votre information car je suppose que vous n’êtes pas concerné mais
qu’il est toutefois bon d’élargir sa culture ne serait ce que pour connaître
ses droits et ses obligations, nous vous précisons qu’un article de la
Loi française en la matière, reprise mot pour mot dans la nouvelle
législation européenne donc applicable à tous les pays qui
la composent, condamne à une peine d’emprisonnement ferme l’usage de
faux documents administratifs ainsi que les fausses déclarations ayant
pour but (la loi dit ” dans le but de tromper … “) d’obtenir de
manière indue et volontaire un statut de réfugié politique
(ou autre) ainsi que les aides qui s’y rattachent.

Il
faut ajouter à cela que dans ses nouvelles dispositions le Ministère
de l’Intérieur indique qu’outre la peine d’emprisonnement à six
mois d’emprisonnement ferme (maximum de la peine si j’ai bonne mémoire
et s’il n’y a pas eu autre délit) la sanction est assortie d’une forte
amende et d’une procédure de mise en recouvrement des sommes perçues
à tort.

Si
vous ajoutez à cela que les personnes sont expulsées après
qu’elles aient purgé leur peine d’emprisonnement et qu’elles sont conséquemment
interdites de territoire donc de résidence dans un quelconque autre pays
européen pour une durée pouvant aller jusqu’à l’interdiction
définitive, vous aurez alors un aperçu de l’ensemble des dispositions
législatives récentes applicables dans bon nombre de pays d’Europe
mais aussi au Canada.

Pour
conclure, nous vous laissons à vos pérégrinations dans le
monde restreint des soutiens inconditionnels à Ismaël Omar Guelleh
et à sa bande de da awo.

Rassurez-vous
tout de même car dans le futur Etat djiboutien qui se profile à court
terme à l’horizon, les gens comme vous, à la condition qu’ils aient
commis des délits sous l’ère dictatoriale d’Ismaël Omar Guelleh,
seront présentés devant les Tribunaux compétents mais auront
un droit à ce qu’il n’a jamais concédé aux opposants politiques
injustement incarcérés ; à savoir le Droit de disposer d’un
Avocat et d’être jugés en toute équité par une Justice
non asservie au pouvoir et exerçant librement toutes ses prérogatives
dans un Etat républicain.

Nous
ne vous saluons pas Cher Monsieur Abdo Ismaël Omar Guelleh, conservez encore
pour quelques mois vos amis car ils sont, comme vous l’êtes, insignifiants
et gens de peu d’importance.

Bouh
Warsama