29/05/03 (B199) L’approche de la fête annuelle de l’indépendance est toujours l’occasion de recenser les casseroles attachées aux basques de Guelleh. Lancement officiel de la 2ème journée mondiale des casseroles.

Elles sont tellement nombreuses
et tellement variées qu’il serait surhumain d’exiger que l’équipe
de l’ARDHD soit en mesure d’en donner une liste exhaustive. Elle se limitera
à quelques thèmes avec un ou deux exemples lorsque cela est
possible.

Sur le plan des Droits
de l’Homme :

  • arrestations et incarcérations
    arbitraires : exemple DAF,
  • exécutions sommaires
    récentes : ex :Dahieye (oct 2002), Ladieh (mars 2003 ?)…
  • non-assistance à
    personne en danger : ex : Général Yacin Yabeh (juil 2002),
    mort parce que les soins lui étaient refusés par Guelleh ,
  • atteinte à la
    liberté de la presse et à la liberté d’expression :
    ex. Le Renouveau, l’interdiction de l’émission de Bernard Nicolas,
    sur Canal +,
  • expulsion par la force
    des jeunes orphelins du Centre Mère et enfants en mars 2003, pour
    donner les locaux à une activité de boulangerie appartenant
    à Paulette, la reine du bâtard,

Répression,
chantage et intimidation :

  • Le tir à balles
    réelles sur des anciens combattants le 14 février 2002 par
    le Lieutenant-Colonel Abdo Abdi Dembil et le Lieutenant Mohamed Djama,
  • Intervention en mars
    2003 musclée, sauvage et meurtrière dans le qu
    artier
    d’Ariba,
  • Atteinte au Droit syndical
    (dans l’attente, le 11 juin, de la publication du rapport annuel de la CISL
    qui, cette année encore et malheureusement, accable le régime)
  • Rumeur d’une tentative
    d’intimidation du personnel diplomatique français pour obtenir des
    visas d’entrée dans l’U.E., non justifiés au regard des personnes
    ou de leur situation,
  • Organisation d’une
    fraude électorale massive en janvier 2003,

Affaires pénales
:

  • l’Affaire Borrel qui
    n’en finit pas d’empoisonner Guelleh, avec le soupçon d’une implication
    dans le meurtre et des tentatives de subornation de témoin,
  • la plainte pénale
    déposée par MM Alhoumekani et Iftin devant la justice française,
    pour menaces, tentative d’homicide et surbornation de témoin,
  • Plusieurs rumeurs sur
    des liens (financements ?) entre le régime et des entités
    liées à la nébuleuse d’Al Qaida,

Autres affaires :

  • Les soupçons
    qui pèsent sur la compagnie Daallo, sur l’origine de ses fonds et
    sur certains transports qui auraient pu avoir été effecuté
    en violation des règles internationales : personnes sans visa ou
    sous de fausses identités et marchandises prohibées (armes,
    drogue ?)
  • L’enrichissement sans
    cause de Guelleh, de sa famille et de ses proches, qui partis sans le sou,
    sont maintenant à la tête de fortunes colossales et de nombreuses
    propriétés à Djibouti et dans le monde,
  • Les abus de biens publics
    : ex. les dépenses extravagantes de Paulette en séjour à
    Paris avec une quinzaine de dames de compagnies et de servantes.
  • La vente, sans appel
    d’offre, des actifs du pays au Koweit (Aéroport, Port) dans des conditions
    particulèrement opaques, qui laissent imaginer que Guelleh aurait
    pu commettre le délit d’être juge et parti … et bénéficiaire,
  • La cession opaque de
    certaines sociétés ou actifs d’état dans le domaine
    de la communication : ex. émission du nom de domaine “.DJ”,
    etc …
  • Le scandale du palais
    d’Haramous que le peuple a payé deux fois : une fois pour le construire
    et une deuxième fois pour que Guelleh y habite ….
  • Les ballets ‘roses’
    dont on prête l’organisation au Général Zakaria Cheick,
  • Et tous les détournements
    des finances publiques ……

Que de casseroles
? Que de casseroles ?

Les casseroles deviennent si nombreuses que l’édifice de Guelleh devient
bien branlant par les temps qui courent. Un seul grain de sable et l’édifice
s’effondrera comme un château de cartes. Le grain de sable sera-t-il
français ou américain ? Les paris sont ouverts !

Un geste de mépris
!
En attendant,
il nous semble juste de renouveler l’opération de l’année dernière
et de lui donner plus d’ampleur pour saluer, le 27 juin 2003, comme il convient,
toutes les casseroles que Guelleh remorque derrière lui, les connues
et les autres !

Pour manifester votre
réprobation et votre mépris, en prenant un minimum de risque
pour votre sécurité, nous allons vous proposer de taper sur
des casseroles le 27 juin.

Ce sera le signe de la
dérision et de la moquerie et l’expression de votre ‘ras-le-bol’ face
à ces pratiques qui assèchent l’économie du pays tout
entier et qui réduisent chaque famille à la pauvreté
et aux privations injustifiées.

Ce geste peut se pratiquer
devant les Ambassades de Djibouti dans le monde, seul, en famille ou avec
des amis …

Nous reviendrons sur le
sujet.