26/11/04 (B274) APPEL A TEMOINS : Procès Zakaria / ARDHD, dans le cadre des plaintes en diffamation qui ont été déposées par le Général Zakaria à l’encontre de l’ARDHD.


Comme nous l’avons écrit, ce procès
représente une occasion unique pour tous les Djiboutiens et tous les
Défenseurs des Droits de l’Homme, de faire connaître au monde
entier, la situation qui prévaut à Djibouti et les nombreuses
violations des Droits de l’Homme.

La justice française ne se satisfaira pas uniquement des nombreux messages
de soutien que nous avons reçus et nous en profitons pour remercier
leurs auteurs.

Beaucoup de lecteurs et d’amis ont pris l’engagement de venir témoigner
à la barre. Il faut savoir que seuls les témoignages qui seront
faits, en personne, seront pris en considération par les Juges français.

Ceux qui ne pourront pas se déplacer peuvent nous adresser un témoignage
écrit, mais il aura un impact beaucoup plus faible. S’ils le désirent
(c’est important), nous leur adresserons les formules à utiliser et
les pièces et documents à produire.

Ceux qui ont l’intention de venir exposer en personne :

– ce qu’ils savent sur la situation à Djibouti, sur ce qu’ils ont personnellement
subi ou ce que leurs familles ont subi;

– ce qu’ils ont constaté au niveau de l’Etat-Major des Armées
et en particulier le cas de pratiques qu’ils considérent comme contestables
ou répréhensibles;

– les sévices ou les atteintes aux Droits de l’Homme ou à la
dignité humaine, qui pourraient avoir été commis par
des Officiers de l’Etat-Major;

doivent nous écrire pour nous confirmer leur intention, avec leur adresse,
leur état-civil et une copie de leur papier d’identité. Ils
seront convoqués ultérieurement par la Justice française,
comme témoins, au jour fixé pour le procès (selon les
estimations actuelles, il devrait avoir lieu en Octobre 2005). ardhd@ardhd.org

Nous comprenons que cette démarche n’est pas neutre, car elle peut
entraîner des représailles de la part du régime. Quel que
soit notre désir de médiatiser la situation à Djibouti
et les violations des Droits de l’Homme commises par ce régime pour qu’elles cessent définitivement, nous
ne conseillerons à personne de prendre le moindre risque, s’il n’est
pas effectivement mesuré et évalué.

Merci à toutes et à tous pour votre engagement au service de
la Vérité et de la dénonciation des Crimes commis à
Djibouti par le régime actuel. Votre présence à la barre
sera une grande première et elle confirmera à la Communauté
internationale, l’immense espoir de la majorité de la Population de
retrouver les Libertés, la Justice et la Démocratie.

Celles et ceux qui viendront témoigner, mériteront la reconnaissance du peuple tout entier, car leur engagement servira, de façon incontestable, à la dénonciation de tous les crimes qui sont commis. Leurs déclarations devraient permettre d’engager des actions judiciaires à l’encontre des responsables des actes et en particulier, de harcèlement, de torture, d’extermination et de crimes contre l’humanité.”