11/01/05 (B280) Dans quelques mois, auront lieu les élections présidentielles. Lesquelles n’ont aucune importance pour la population en général, sauf pour certains … (Lecteur / humour)

Imaginons le portrait
d’un individu imaginaire qui appartiendrait à la seconde catégorie.
Nous vous rappelons que toute ressemblance avec une personne présente
sur le sol canadien ne serait que le fruit du hasard sinon ‘malveillant’,
au moins ‘coquin’.

Ces derniers temps, les
conditions de vie sont difficiles à Djibouti. Le chômage et la
précarité sont visibles sur presque chaque rue. Chacun tente
de survivre et les nécessiteux débordent de talent et d’imagination.

La période électorale
est une aubaine et les malheureux redoublent d’ardeur pour plaire au
dictateur. Souvenons-nous des élections truquées de 1999 où
Guelleh était sorti «vainqueur».

Eh bien durant la campagne,
un homme avait décroché le gros lot.

Qu’avait-il fait
exactement ?

Écrire un article
glorifiant Guelleh intitulé : « IOG, une chance pour notre pays».

On connaît la suite.
Depuis, de nombreux malheureux tentent de l’imiter.

Reconnaissons que la concurrence
est rude car les candidats sont nombreux. Nous, nous avons été
lamentablement éliminés lors des qualifications.

Même les conseils
avisés d’un expert agrégé en « Études
Guellénnes» ne nous ont pas permis de franchir le premier tout.

« Guelleh est le
génie de la Corne» c’était la phrase à trouver
pour monter sur le podium. En répondant à la place : «
Guelleh est le “con” de la Corne », nous avons eu un zéro
pointé !

À la suite de cet
échec cuisant, nous nous sommes expatriés, la tête basse.

Mais voilà qu’un
nouveau concours est lancé. Cette année, parmi les candidats
potentiels au trophée de Guelleh, nous en avons imaginé un,
qui pourrait être représentatif de la foule des prétendants
au titre de Gloire..

Il s’agit de M. Afeeye
(qui salit) War (information).

Afeeye est bien connu
au Canada. Depuis deux ans, il fait campagne pour Guelleh, ou plutôt
il conduit sa propre campagne de promotion pour tenter de décrocher
un emploi officiel, confortable et rémunérateur au sein de la
multinationale Guelleh.

« Je suis diplômé
et bientôt, je serai un grand responsable» martèle t-il
sans cesse, façon méthode Coué.

À la question :
Que ferais-tu si le déclin annoncé de Guelleh se confirmait
?

«Eh bien, je ferais
campagne pour son successeur » dit-il sans sourciller. Réponse
qui trahit les grandes ambitions et la haute spiritualité de ce candidat
hors norme, certainement inspiré par la vie du grand Talleyrand-Périgord.

M. Afeeye appartient à
la même tribu que H. Af., à qui il témoigne respect et
estime. Avant de s’installer au Canada, notre ami avait fait un court
passage à la Garde présidentielle, où il a connu un gendarme
controversé qui avait écrit plusieurs articles publiés
sur l’ARDHD.

Quant l’imagination de
son ami s’est tarie, M. Afeeye a tenté d’investir le site de l’Ardhd,
comme le montrent ses contributions récentes dignes de la « danse
du ventre». Mais il semble se heurter à un mur en ce moment,
car l’équipe a annoncé justement qu’elle ne lui donnerait plus
la parole. Utilisera-t-il dans l’avenir des pseudo sous Yahoo ou Hotmail pour
franchir l’obstacle ? Ou se plaindra-t-il, alternant menace et charme, d’une
injustice personnelle et d’une violation de la pluralité des idées
?

Pour l’instant, il
emploie jusqu’à l’excès le mot de représentant
: « représentant du pouvoir, représentant de Guelleh,
représentant de H. Af.… etc».

A l’approche des élections,
notre ami Afeeye aura achevé le tour du dictionnaire. Parions que la
prochaine appellation sera “Ambassadeur”. Attention tout de même
à la possible confusion, car il y a une boîte de nuit nommée
«Ambassador» à Otttawa qui est détenue par des Djiboutiens.

Pour convaincre de sa
légitimité et se parer d’une nouvelle crédibilité,
notre ami n’a pas mettre en avant son diplôme. Comme si la qualité
de son expression en français, son style personnel et l’élégance
de ses phrases magnifiquement tournées ne suffisait pas à le
positionner comme l’homme de la situation ….

Mais … les diplômes
ne sont pas appréciés de la même façon au royaume
de Guelleh. Les meilleurs cotation vont à : la «foqrologie»,
la criminologie, la délation et le maquillage d’assassinat en
suicide.

Compte tenu de son passé
militaire et de son amitié avec H. Af., les trois derniers diplômés
lui ont été donnés d’office, sur simple présentation
de son dossier. Cependant, la «Foqrologie » reste un art abstrait,
difficile et imprévisible. Le contraire d’une science exacte. Est-ce
la raison pour laquelle elle n’est pas enseignée aux Universités
d’Ottawa ou de Hull ?

Notre ami pourra t-il
trouver une Université reconnue dans l’enseignement de cette discipline,
avant les élections pour pouvoir espérer un geste de reconnaissance
de la part de Guelleh ?

En attendant la réponse,
M. Afeeye continue à pratiquer «la danse du ventre». Il
est courageux et volontariste. Qu’il se rassure. La dictature finira par apprécier
son manège et elle le cooptera finalement, dès qu’il aura prouvé
sa capacité à avaler des couleuvres en public, sans dégoût
ni refus. Un bel avenir en perspective.

Et il pourra utiliser
cet article comme diplôme de fin d’étude et de reconnaissance
officielle de ses efforts pour convaincre ‘in fine’ le Grand Dictateur hésitant,
qui asservit les populations et qui viole quotidiennement les D.H. La cooptation
au sein du sérail est au bout du chemin, même s’il est long et
tortueux.