16/10/05 (B320) Les Partis d’opposition seront-ils présents le 18 octobre au Palais de Justice pour soutenir l’ARDHD, qui permet au peuple de s’exprimer sans censure et pour profiter de cette tribune médiatique inespérée, pour médiatiser la situation d’asservissement de la population ? (Lecteur)

Dans moins de 48 heures s’ouvrira devant la 17ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, le procès qui opposera l’ARDHD (Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti) et son Président, au Général Zakaria, Chef d’Etat Major de la Défense de l’Armée djiboutienne. Le Général djiboutien poursuit en diffamation l’ARDHD devant les tribunaux français et par cette démarche, espère faire taire définitivement, comme cela a été le cas à Djibouti, toutes celles et tous ceux qui dénoncent quotidiennement les injustices et les brimades en tous genres subies par les Djiboutiens.

Celui qui n’a aucune idée de ce qu’est une Justice indépendante, chez lui ( à Djibouti ), vient la chercher en France. La question qui me taraude l’esprit : est ce que l’inverse serait possible à Djibouti, c’est à dire que l’ARDHD, aurait la possibilité de poursuivre le Général Zakaria à Djibouti ? Sûrement pas, car il fait partie des ” intouchables ” du régime !

On annonce la présence, entre autres, de 2 anciens Officiers de la Gendarmerie djiboutienne, Ali Abdillahi Iftin et Ali Saleh Alhoumekani au procés du Mardi 18 Octobre 2005. Les 2 hommes viendront selon certaines sources, appuyer l’ARDHD, par leurs témoignages contre le Général Zakaria, qui serait auteur des différentes exactions lors de la guerre. La rumeur annonce des révélations importantes dont on devrait avoir connaissance dès mardi.

Outre ces deux personnes, on parle également de la présence de Abdallah Déberkalleh, d’un autre haut fonctionnaire djiboutien en exil : Abdourahman Yassin et du Docteur Ali Coubba. Voilà un bel exemple de courage politique et de la démonstration d’un sens profond des responsabilités morales.

Mais au fait, où sont les leaders des Partis politiques d’opposition ? Est ce que Kadami sera là ? Est ce que DAF va répondre présent pour témoigner, ne serait-ce que sa gratitudeà l’ARDHD, qui n’a cessé de le soutenir lors de ses nombreuses mésaventures avec le régime, desquelles l’affaire Zakaria a éclaté ?

Vont-ils profiter de la formidable tribune et du tremplin médiatique inespéré qu’offre ce procès aux véritables opposants de Guelleh ?

Et la représentation de l’U.A.D en France, choisira t-elle de bouder le procès Zakaria/ARDHD, pour le plus grand plaisir de Guelleh ?

En tous cas les uns et les autres sont tenus par devoir moral, de témoigner ne serait-ce que de la sympathie et un soutien, à l’égard de l’Association qui défend becs et ongles depuis 15 ans, les Droits de l’Homme à Djibouti et qui offre à celles et ceux qui en sont privés, le moyen de s’exprimer …

Si j’étais à la place des avocats de la Défense, je ne manquerai pas de souligner l’absence éventuelle des DAF et Kadami pour tenter de minimiser l’action et le rayonnement incontestable de l’ARDHD. Ils ne rateront certainement pas une aussi bonne occasion et nous en serons tous les grands perdants.

S.G.