04/03/07 (B385-A) AFP Ethiopie : cinq Ethiopiens enlevés avec des Européens retrouvés

ADDIS
ABEBA (AFP) – Les forces de sécurité ont retrouvé cinq
Ethiopiens, qui avaient été kidnappés avec cinq touristes
européens dans le nord-est de l’Ethiopie, a rapporté dimanche
l’agence éthiopienne ENA, (officiel).

“Cinq des 13 Ethiopiens kidnappés par des hommes armés
jeudi ont rejoint les forces de sécurité éthiopiennes”,
selon ENA, qui cite un responsable de la sécurité fédérale
s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

“Les otages éthiopiens ont marché trois à quatre
heures depuis Hamed Ela (où ils avaient été enlevés)
vers la frontière érythréenne avant de revenir”,
ajoute l’agence sans donner davantage de précisions. Le président
de la région éthiopienne Afar (nord-est), Ismail Ali Sero, avait
affirmé samedi que seuls “trois” Ethiopiens kidnappés
avaient été “libérés”, sans donner d’autres
explications. Les ravisseurs, selon M. Ismail, sont “des soldats érythréens”,
ce qu’Asmara a formellement démenti.

“Une équipe des forces fédérales éthiopiennes
de sécurité a été envoyée dans la zone
pour enquêter sur cette affaire”, précise ENA. Les touristes
voyageaient dans la région Afar, dans le nord-est de l’Ethiopie, et
visitaient des zones réputées pour leurs lacs de sel et leurs
volcans, situés non loin de la frontière avec l’Erythrée.

Le groupe de touristes, tous liés à l’ambassade britannique
à Addis Abeba, et une dizaine d’Ethiopiens, dont des chauffeurs, ont
été attaqués jeudi à Hamed Ela, localité
située à une cinquantaine de km de la frontière érythréenne,
selon la police éthiopienne. Leurs véhicules ont été
retrouvés détruits.

La Grande-Bretagne, qui a reconnu que les cinq touristes portés disparus
travaillent pour l’ambassade britannique à Addis Abeba ou sont des
proches de membres du personnel de l’ambassade, a dépêché
samedi en Ethiopie une équipe pour aider à retrouver le groupe
dont l’armée éthiopienne est à la recherche. Selon la
police éthiopienne citée par l’agence éthiopienne de
presse ENA (officielle), l’enlèvement a eu lieu à environ une
cinquantaine de kilomètres de la frontière érythréenne.

“Nous savons qu’il s’agit d’Erythréens parce que trois Ethiopiens
qui avaient été kidnappés ont été libérés,
et ces derniers nous l’ont confirmé”, a ajouté M. Ismail,
sans expliquer la raison de la libération des trois personnes. “Il
n’y a pas d’autre option maintenant que de négocier avec le gouvernement
érythréen” pour leur libération, a-t-il encore dit.
Asmara a cependant catégoriquement démenti ces affirmations,
les qualifiant d'”absurdes”, tandis que le gouvernement éthiopien
n’avait pas officiellement réagi samedi soir.