23/04/07 (B392-B) Revue de presse Xinhua sur la Somalie (2 dépêches – Info lectrice)

SOMALIE
: l’ONU, de plus en plus impuissante et dénuée de véritable
volonté, lance de grandes idées, qui n’ont aucune chance d’apporter
la moindre solution, à un problème humanitaire majeur. Combien
faudra-t-il de morts pour réveiller l’ONU 10.000 – 100.000 – 1.000.000
? (Cf Darfour) ? (Note de l’ARDHD)

___________________________________ 1 –
ONU

NEW YORK (Nations Unies), 20 avril (XINHUA) — La recherche d’une
solution militaire aux problèmes de sécurité dans la
capitale somalienne, Mogadiscio, actuellement ravagée par les combats,
sera “vraisemblablement contreproductive et suscitera des rancoeurs à
long terme parmi certains clans et communautés, compromettant les perspectives
de réconciliation”, indique un rapport de l’ONU publié
vendredi.

“Il est impératif d’obtenir la fin immédiate des combats,
qui suppose la cessation des hostilités et un engagement de toutes
les parties prenantes envers la paix “et “il faut en outre dissuader
certains acteurs régionaux de contribuer à l’instabilité
et à la prolifération des armes en Somalie, tout en encourageant
les apports positifs que d’autres font”, souligne le dernier rapport
périodique sur la situation en Somalie, présenté par
le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Le rapport présente aussi les conclusions d’une mission d’évaluation
technique multidisciplinaire, envoyée par l’ONU dans la région
du 15 au 26 mars.

“La Somalie est en état de guerre civile, sans gouvernement central
fonctionnel depuis près de 16 ans en dépit de l’organisation
de 14 initiatives de paix distinctes”, rappelle la mission.

Cette mission est arrivée à la conclusion que “si la situation
actuelle en Somalie offre une perspective de rétablir des institutions
de gouvernement effectives et de faire avancer l’application de la Charte
fédérale de transition, elle présente également
des risques considérables de poursuite de l’instabilité”.

“Si le Somaliland et le Puntland demeurent stables, la situation dans
le centre et le sud de la Somalie demeure très précaire et s’est
récemment détériorée”, a souligné
la mission, notant une recrudescence des combats interclaniques et intraclaniques
à Mogadiscio et ailleurs en Somalie ainsi que des attaques contre les
troupes éthiopiennes et les forces du gouvernement fédéral
de transition dans la capitale, soit contre des convois parcourant la ville,
soit contre les casernements des soldats et les résidences officielles
et les hôtels.

“L’Union africaine (UA) a besoin d’urgence de renforcer le contingent
ougandais pour faciliter le retrait des forces éthiopiennes encore
présentes et pour élargir son domaine d’opérations tant
à Mogadiscio qu’au-delà”, selon la mission.

“Les dirigeants de l’UA ont exhorté les Nations Unies à
se préparer à prendre rapidement la relève de la Mission
de l’UA en Somalie (AMISOM) dans les responsabilités de maintien de
la paix”, a affirmé la mission de l’ONU.

Le rapport souligne la nécessité d’élargir le processus
politique et d’encourager une authentique réconciliation par un dialogue
ouvert à tous, notamment par le biais d’une conférence qui devait
avoir lieu le 16 avril mais a été depuis repoussée au
mois de juin.

Le représentant spécial du secrétaire général
de l’ONU, François Lonseny Fall, a réaffirmé qu’il faut
que les institutions du gouvernement nouent des relations réelles avec
toutes les parties prenantes somaliennes afin de parvenir à une réconciliation
nationale authentique.

Selon M. Fall, certains dirigeants modérés de l’Union des tribunaux
islamiques qu’il a contactés ont marqué de l’intérêt
pour l’idée de participer au Congrès de réconciliation,
mais ont exigé de siéger en qualité de représentants
de l’Union des tribunaux islamiques, ce qui est inacceptable pour le gouvernement.

______________________________ 2 – HCR

NAIROBI, 20 avril (XINHUA) — Le Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés (HCR) a transporté par camion de l’aide
d’urgence et des médicaments, depuis le camp de Dadaab au Kenya vers
la ville somalienne de Dobley, qui est confrontée à un afflux
de déplacés internes somaliens et à une épidémie
de diarrhée.

Eddie Gedalof, délégué par intérim de l’UNHCR
au Kenya, a affrimé que contrôler la propagation de la maladie
du côté somalien de la frontière aide aussi à endiguer
les épidémies au Kenya.

Selon les ONG, les produits médicaux commencent à manquer
dans le camp.

Les articles de secours acheminés depuis le camp de Dadaab au nord-est
du Kenya, comprennent des médicaments et des articles de soins médicaux,
comme des liquides intraveineux, des antibiotiques, des gants, de l’ouate
et des seringues.
Depuis début avril, environ 4.000 déplacés somaliens
sont installés à Dobley, à cause des violences qui ont
éclaté ce même mois entre les forces du gouvernement fédéral
de transition et les rebelles.