19/08/07 (B409) JEUNE AFRIQUE – Mogadiscio: une femme tuée et quatre blessés dans de nouvelles attaques (Info lecteur)

Une Somalienne a été tuée et quatre personnes ont été blessées samedi lors d’une nouvelle série d’attaques menées par des insurgés contre des cibles gouvernementales à Mogadiscio, ont indiqué des responsables de la sécurité et des témoins.

La femme a été tuée dans le dangereux quartier du marché de Baraka à Mogadiscio lorsque des forces de police ont ouvert le feu après avoir été elles-mêmes la cible d’une attaque, a déclaré un témoin, Bashir Khalif Gani.

“La femme était en train de vendre ses marchandises près du lieu où s’est produit une explosion et une balle l’a touchée alors qu’elle se trouvait à l’intérieur du magasin”, a-t-il dit.

Un autre témoin, Yusuf Mohammed, a déclaré pour sa part que “la police avait ouvert le feu à l’aveugle”.

Par ailleurs, trois personnes ont été blessées dans l’explosion d’un engin posé sur une route qui a touché une voiture transportant d’importants responsables de la sécurité dans la banlieue sud de la capitale, a déclaré un porte-parole du gouvernement local, Said Mohammed Mohieddin.

“Des groupes radicaux étaient derrière l’attaque” visant le véhicule et “la bombe a touché la voiture qui passait près de l’académie de police”, a-t-il déclaré.

La Somalie, pays de la Corne de l’Afrique, est en guerre civile depuis 1991. Mais la situation à Mogadiscio s’est dégradée considérablement depuis la chute, il y a sept mois et demi, des tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis plusieurs mois la quasi-totalité du sud et du centre de la Somalie.

Des insurgés, dans les rangs desquels se trouvent des combattants islamistes, mènent des attaques régulières visant essentiellement les forces de sécurité somaliennes et éthiopiennes qui ripostent de façon violente.

C’est l’armée éthiopienne qui a défait le contre-pouvoir que représentaient les tribunaux islamiques face au fragile gouvernement somalien.

Selon un bilan des victimes compilé par l’AFP, plus de 40 Somaliens – majoritairement des civils – ont été tués depuis le 11 juillet.

Depuis leur défaite, les insurgés ont continué de lancer des attaques quasi-quotidiennes de type guérilla contre le gouvernement ou des cibles éthiopiennes.