21/10/07 (B418) Radio-Trottoir : notre équipe fait le point de la situation après celle journée de folie … Précisions sur le sit-in annulé devant l’Ambassade de France et l’incendie à la recette des impôts du port.

On va se défendre par élimination, avec la détermination de combattre tous les dreyfusards ou borrelsars(*) .

Ce soir les RPPistes peuvent enfin dormir à poings fermés.

Depuis mercredi soir, ils étaient sur la bréche. Non stop, Khat après Khat, adoucissant sur adoucissant. Il faut dire que leur tâche n’était pas facile.

Il fallait organiser, mesurer, évaluer, prévoir, tergiverser, penser à tout.

Parmi les graves questions qui se posaient à la veille de la manifestation :
1. combien serons nous ?
2. sur qui pouvons-nous compter ?
3. Combien de députés, de fonctionnaires, de paramilitaires seront près à se
sacrifier en cas de pépins ?
4. Faut-il mettre en cause directement l’armée française ?
5. La France a-t-elle des intérêts économiques ou financiers à Djibouti ?
6. La francophonie a-t-elle un impact positif sur le plan financier pour le développement du « patrimoine nationale de l’équipe au Pouvoir » ?

Voilà en gros, les points cruciaux qui ont été débattus, analysés, disséqués par les grands chefs RPPistes, avec le remarquable renfort des deux députés du « PSD majoritaire » à l’Assemblée
Nationale.

Voici les premiers résultats de la Première marche « grandiose » orchestrée
en République de Djibouti et inimaginable dans les rues de la capitale.

C’est le Premier signe d’une ouverture sur le terrain d’une démocratie en
dehors de la France contre « une France sans Gouvernement » « Une France qui
couvre la pédophilie » selon les termes lancés par le Chef du Gouvernement Djiboutien
IOG dans son virulent discours en Somalie au sein même de la ville de
Tadjourah « la blanche ».

Il est souhaitable de laisser la primeur aux quelques médias sous contrôle direct du Palais Présidentiel et à la solde d’un Budget directement
ponctionné sur les recettes des impôts versés à l’Etat.

Apparemment les journalistes de la RTD ont évité certains scandales
difficiles ou dangereux à visualiser. Bravo pour ce tact.

Par exemple, ils et/ou elles ont évité de reprendre certains passages extrêmement belliqueux du «
courageux » IOG face à une « France sans Gouvernement ».

En dépit de cette auto-censure de bon ton, une photo a échappé aux auto-censeurs. Absente des éditions en Somalie et en Français, elle a
pourtant été transmise « innocemment » en Arabe et en Afar.

Cette photo est très ambiguë. Une caricature du Président Sarko. avec un
nez largement aquilin tout comme un « bon Juif ».

La photo, en elle même, n’est pas choquante, par contre ce qu’il l’est, ce sont les coups de poing qui lui étaient administrés par des adolescents. On pourrait facilement l’assimiler à de la haine raciale : une incitation à la violence contre les blancs.

Revenons à cette marche qui a été décidée au plus haut échelon de l’Etat.

Des inquiétudes pour l’avenir

Va-t-on s’arrêter là ou est-ce le prélude à
d’autres provocations certainement programmées, mais espérons vouées
d’office à l’échec.

Dans ce premier acte, il est normal de ne pas s’attarder sur les intentions
belliqueuses d’un Chef d’Etat uniquement mis en cause dans une enquête sur
la possibilité d’avoir commandité l’assassinat du Juge Borrel 1995 sur
le Territoire de la République de Djibouti.

Afin de bien mesurer les réactions populaires et celles de certaines autorités
publiques, il est suffisant de donner un bilan chiffré : les
renseignements obtenus sur la participation de cette marche organisée par les ténors de l’Union de la Majorité Présidentielle (UMP) sont variables suivant les sources. C’est habituel, mais parfois, c’est le grand écart.

Face à l’Esplanade du Palais du Peuple, – actuellement occupé par l’Assemblée Nationale apparemment SDF, car son Immeuble a été détruit pour
être reconstruit grâce à un financement partiel de l’Iran -, il y avait
environ :

1. de source RRPiste, une foule immense, entre 40 000 et 50 000 manifestants ;
2. de source confidentielle des RG entre 7 000 à 9 000 manifestants ;
3. de sources indépendantes, au vue des différentes photos aériennes, il était impossible que le nombre de manifestants
dépasse le chiffre de 3 900.

Le sit-in prévu devant l’Ambassade de France a finalement été annulé.

Le sit-in devant l’Ambassade de France n’a pas eu lieu, les députés Djiboutiens ne sont pas encore habitués à ce type d’opération en plein air..

Finalement ce n’est pas Madame Borrel qui a mis le feu à la recette des impôts du port.

A noter aussi que ni M. Alhoumekani, ni M. Iftin n’ont été mis en cause dans cet incendie.

La télévision a montré les photos de l’incendie du bâtiment des impôts au Port de Djibouti. Contrairement aux premières informations qui circulaient, Madame Borrel a été mis hors de cause. Selon la version officielle, il s’agirait d’un court-circuit dont la responsabilité serait à mettre sur le dos de l’EDD.

Pour une fois où il y avait du courant, ce qui est rare, on peut dire que c’est pas de chance …

Il ne faut pas occulter le fait que les coupures sauvages et le manque d’entretien des câbles par l’EDD constituent un risque sérieux, surtout dans des moments de surchauffe comme aujourd’hui.

On peut craindre dans l’avenir d’autres incendies dans des bâtiments sensibles, en général où de l’argent serait censé être déposé … C’est curieux, mais à Djibouti, c’est comme cela. Les incendies sont sélectifs. IL faut reconnaître humblement que l’organisation de semblables évennements internationaux coûte fort cher.

A demain pour les réactions et surtout à lundi après la publication de “La Nation”.

Melle Ambaro pigiste de Radio Trottoir.

(*) (« sar » en somalie veut dire cataloguer)