19/12/07 (B426) GENEVE (AFP) – 200 clandestins morts et disparus en deux jours dans le golfe d’Aden, alerte le HCR (Info lectrice)

Près de 200 personnes sont mortes ou ont disparu dans les naufrages, samedi et dimanche dans le golfe d’Aden, de deux bateaux transportant au total 418 migrants africains, entre la Somalie et le Yémen, a indiqué mardi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le premier bateau, avec 148 personnes à bord, a chaviré samedi près des côtes yéménites, après une dispute entre passeurs clandestins. Au moins 58 personnes, dont 54 Ethiopiens et 4 Somaliens se sont noyées, 37 personnes étant portées disparues, a rapporté le HCR devant la presse à Genève.

Dimanche, une autre embarcation avec 270 personnes à bord a heurté un rocher en tentant d’échapper à une patrouille de garde-côtes yéménite. Au moins 173 personnes ont pu rejoindre le littoral à la nage, mais les autres passagers, dont plusieurs enfants, sont portés disparus.

“Les survivants du deuxième bateau nous ont raconté que les trafiquants avaient été très violents au cours du voyage.

Les passagers étaient durement frappés et un homme qui ne pouvait plus supporter les coups a sauté par-dessus bord et s’est noyé”, a indiqué la porte-parole du HCR, Astrid van Genderen Stort.

Le nombre de personnes décédées en tentant la traversée du golfe d’Aden s’est massivement accru entre septembre et décembre, a relevé le HCR.

Depuis le début de l’année, plus de 1.400 personnes sont mortes dans le golfe d’Aden, alors que plus de 28.300 personnes ont réussi à atteindre la côte yéménite à bord de 300 bateaux.

En septembre, 67 bateaux ont fait la traversée et 264 personnes sont mortes. 77 bateaux ont quitté les côtes somaliennes en octobre faisant 347 morts. L’intensification des patrouilles yéménites a fait baisser le nombre de traversées en novembre, mais la proportion de morts a augmenté avec 37 bateaux et 205 morts.

Depuis le début du mois de décembre, 27 embarcations ont quitté la Somalie et 186 personnes sont décédées.

Un journaliste français, Gwen Le Gouil a été enlevé dimanche matin au lendemain de son arrivée à Bossasso (Somalie), d’où sont parties les embarcations qui ont chaviré et où il comptait effectuer un reportage sur le trafic d’émigrants illégaux.