25/02/08 (B436) 20 MINUTES : DJIBOUTI/ Signature d’un accord pour la construction du plus imposant pont du monde. (Info lecteur)

Le chef de l’Etat, M.Ismail Omar Guelleh, a reçu dimanche le PDG de la société d’investissement Middle East Development Corporation, cheikh Tarek Mohamed Ben Laden, principal promoteur du projet pharaonique de construction du pont reliant Djibouti et le Yémen.

L’homme d’affaires saoudien, à la tête d’une importante délégation, et le dirigeant djiboutien ont, au cours de cette rencontre, paraphé un mémorandum d’accord initial pour la construction du plus imposant pont du monde et d’une cité économique dans la région du Bab el-Mandeb.

A l’issue de la signature du projet, le PDG de la société d’investissement Middle East Development Corporation a convié le dirigeant djiboutien et plusieurs de son gouvernement à une séance de projection sur les différentes étapes de cet ouvrage futuriste dont la valeur est estimée à plus de 70 milliards de dollars américains.

Selon les explications de Tarek Mohamed Ben Laden, le pont djibouto-yéménite qui sera long de 28,5 km “servira de trait d’union entre l’Afrique et le Moyen-Orient”.

La première phase de ce projet consisterait à “construire un pont de 3,5 km jusqu’à l’île yéménite de Perim et un autre de 4 km jusqu’à Bab-el-Mandeb (les portes de l’enfer), le détroit séparant Djibouti du Yémen.

Quant à la seconde phase, elle portera sur “l’édification d’un pont de 21,5 km jusqu’à Djibouti (dont 13 km en suspension et 8 km posés sur des pylônes enfoncés en mer)”.

Pour Tarek Ben Laden, “ce projet est complémentaire à celui du port de Doraleh”. A la question de savoir si l’activité sismique, très élevé dans la région, n’était pas une menace pour le projet, le richissime promoteur saoudien a répondu qu’”au Japon, il y a longtemps que la question ne se pose plus”, ajoutant que “la construction des différentes infrastructures obéira aux normes anti-sismiques”.

“D’une superficie de 600 km2, une nouvelle cité baptisée “Madina al Noor” (ville lumière) sera également érigée au nord de Djibouti, en face du détroit de Bab-el-Mandeb”, a-t-il dit.

Outre la mise en place d’une série d’infrastructures touristique, industrielle et économique, cette cité servira notamment de zone franche et d’une zone d’activités “offshore” pour tous les types d’échanges commerciaux possibles entre les continents africain et asiatique.

L’homme d’affaires saoudien a, par ailleurs, indiqué que sa société procédera à une présentation exhaustive du plan de ce colossal projet “dans un mois”, avant de préciser que la construction de cette nouvelle cité “débutera au cours de l’année 2008”.

Ce dernier a enfin souligné que le projet d’édification de la cité “Madina al Noor” prévoit des débouchés d’emplois pour 100.000 personnes.

Basée à Dubaï, la société d’investissement Middle East Development Corporation a, dans le cadre de ce projet, confié les travaux liés à la planification, la construction et la gestion du pont reliant Djibouti et le Yémen à une société américaine installée en Californie.