08/03/08 (B438) AFP : Erythrée: des membres de la mission de l’ONU vont être rapatriés

NEW YORK (AFP) — Des personnels de la Mission de l’ONU en Ethiopie et Erythrée (Minuee) basés en Erythrée vont être rapatriés en conséquence des restrictions “inacceptables” imposées par Asmara aux activités de la mission, a annoncé le chef de l’ONU, Ban Ki-moon.

Dans un rapport au Conseil de sécurité publié cette semaine, M. Ban écrit qu’un premier groupe de personnels, une cinquantaine de Casques bleus jordaniens, a déjà quitté Asmara par avion pour Amman au début de la semaine.

Il indique avoir ordonné ce rapatriement partiel “en attendant une décision définitive du Conseil de sécurité sur l’avenir de la mission”. Celui-ci devrait prochainement réviser le mandat de la Minuee, devenue inopérante du fait de multiples mesures restrictives prises à son encontre par l’Erythrée.

Ces mesures “violent les principes fondamentaux du maintien de la paix et soulèvent de sérieuses questions pour la sécurité des Casques bleus déployés à travers le monde”, déplore M. Ban.

L’ONU avait décidé d’évacuer d’Erythrée les personnels de la Minuee et de les redéployer du côté éthiopien de la frontière, en raison de restrictions d’approvisionnement en carburant imposées par Asmara depuis décembre.

Cette pénurie de carburant paralyse les moyens de la Minuee, aériens notamment, et l’empêche d’accomplir son mandat, qui consiste à surveiller la frontière avec l’Ethiopie, où se font face 200.000 soldats des deux pays.

En février, l’ONU avait accusé les militaires érythréens de bloquer le repli en Ethiopie de cette force de paix et de lui couper les vivres, déclenchant une vive condamnation du Conseil de sécurité. Après quoi, l’ONU avait ordonné à ces personnels de se regrouper à Asmara, avant évacuation.

Dès que cette évacuation sera achevée, M. Ban indique qu’il soumettra au Conseil de sécurité “des recommandations quant à toute présence future de maintien de la paix dans la région”.

Le retrait éventuel de la Minuee fait craindre un nouveau conflit entre l’Erythrée et l’Ethiopie, qu’une guerre frontalière a opposées de 1988 à 2000, faisant au moins 80.000 morts, et dont les relations sont très tendues.

La Minuee, créée en 2000, compte au total un peu plus de 2.000 personnels dont environ 1.200 sont concernés par le redéploiement d’Erythrée.

Asmara est très remonté contre la communauté internationale qu’elle accuse de prendre parti pour l’Ethiopie dans leur vieille dispute frontalière.

L’Erythrée a demandé mardi à l’ONU de contraindre l’Ethiopie à retirer ses troupes de la région frontalière disputée. Dans une lettre au Conseil de sécurité, elle affirme notamment que la sécurité des soldats de l’ONU sur son sol n’est “pas menacée” et que l’affaire du carburant a été “exagérément gonflée”.