06/04/08 (B442) AFP / Le Ponant toujours au large de la Somalie et suivi par l’armée française (Info lecteur)

PARIS (AFP) – dimanche 06 avril 2008 – 10h40 – Le voilier de croisière de luxe Le PONANT, sur lequel des retiennent une trentaine de membres d’équipage, faisait toujours route dimanche matin au large des côtes somaliennes, se dirigeant vers une destination inconnue, a indiqué le ministre de la Défense Hervé Morin.

“Nous sommes toujours dans cette phase de pirates qui continuent à naviguer et que nous suivons à distance avec des moyens militaires qui nous permettent d’avoir une parfaite observation et connaissance de la situation,” a déclaré M. Morin sur Europe 1.

Le voilier, qui appartient à une filiale de la CMA-CGM et a été attaqué vendredi par les pirates à l’entrée du golfe d’Aden, navigue “au large des côtes dans les eaux territoriales somaliennes, et nous avons l’accord des autorités somaliennes pour suivre le bateau”, a poursuivi le ministre.

Le Ponant est suivi depuis vendredi par l’aviso Commandant Bouan de la Marine nationale française, qui se trouvait dans la zone dans le cadre de la force maritime internationale anti-terroriste “Task Force 150”.

M. Morin a précisé que les autorités n’avaient pas d’indication sur la destination du Ponant et n’avaient toujours reçu aucune communication ou demande de rançon des pirates. “En général, ils (les pirates) font demande de rançon lorsqu’ils sont arrivés à terre,” a-t-il relevé.

Alors que le Premier ministre François Fillon a souligné samedi que la priorité était la sécurité de l’équipage –une trentaine de Français et une dizaine d’Ukrainiens– M. Morin a assuré que la décision sur une éventuelle intervention “ne peut être prise qu’avec la certitude que ça se fera dans des conditions de sécurité qui préservent l’intégrité de l’équipage”.

“Voyons comment les choses évoluent et continuons à suivre ce bateau pour être en mesure de pouvoir nouer les contacts ou mener telle ou telle opération en fonction de la situation”, a-t-il poursuivi.

Le gouvernement avait déclenché dès vendredi le plan “Pirate-mer”, qui permet de mobiliser notamment des unités d’élite telles que les Commandos Marine, dont certains détachements peuvent se trouver sur des navires de la Marine nationale, et le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale.

Alors que les premières photos du Ponant après l’attaque montrent des pirates sur le pont supérieur et deux petits canots à moteur remorqués par le navire, M. Morin a expliqué ne pas avoir de détails sur le déroulement de l’attaque.

Il a toutefois relevé que les pirates attaquaient souvent “à partir de canots rapides”, sans exclure la présence d’un bateau plus important à partir duquel les canots auraient mené m’assaut.

Le dernier (25/31 mars) rapport anti-piraterie du Bureau maritime international (IMB) mettait en garde sur la possible présence dans la zone somalienne de “+bateaux-mères+ capable d’opérer très au large pour lancer des canots pouvant attaquer et détourner des navires”.

Un responsable de la région semi-autonome somalienne du Puntland avait fait état samedi d’informations selon lesquelles les pirates se dirigeraient vers la zone côtière de Eyl, à environ 800 km au nord de Mogadiscio.

C’est dans ce secteur qu’un remorqueur russe et ses six membres d’équipage avaient été retenus en otage du 1er février au 17 mars dernier, avant d’être libérés contre une rançon de 700.000 dollars (450.000 euros).

Les côtes somaliennes sont l’une des régions les plus périlleuses au monde pour la navigation. La Somalie est ravagée par la guerre civile depuis 1991 et n’a pas de pouvoir central fonctionnel