17/09/08 (B465-B) Le Monde / La France va proposer à l’ONU de créer une “police des mers”

La France va déposer un projet de résolution devant le Conseil de sécurité pour lutter contre la piraterie maritime, au cours de l’Assemblée générale des Nations unies qui s’ouvrira, lundi 22 septembre, à New York. Le président Nicolas Sarkozy avait annoncé une "initiative" en ce sens, mardi 16 septembre, en relatant les circonstances de la libération des deux navigateurs du voilier Le Carré d’As, retenus en otage par des pirates somaliens.

Ce texte aura un double objet : alerter la communauté internationale sur la recrudescence des attaques maritimes dans la région du golfe d’Aden et de l’océan Indien; inciter fortement les Etats membres à participer à une "sécurisation" de cette zone par la mise à disposition de navires de guerre. Plusieurs pays, explique un diplomate, hésitaient à participer à une telle opération, faute de disposer d’une "couverture politique et juridique", ce que cette nouvelle résolution est censée apporter. La France va donner l’exemple dès cette semaine en confiant à l’aviso Commandant-Birot une mission d’escorte des navires de commerce qui croisent dans cette zone.

M. Sarkozy a souhaité que se crée "une forme de police des mers" pour lutter contre la "véritable industrie du crime" qu’est devenue la piraterie maritime. "En plus de cette action préventive, a-t-il ajouté, je souhaite qu’il y ait des actions punitives." En juin, peu après la prise d’otages sur le voilier Le Ponant, l’ONU avait adopté une résolution d’inspiration franco-américaine autorisant les Etats ayant reçu l’agrément du gouvernement de transition somalien à poursuivre les auteurs d’acte de piraterie dans les eaux somaliennes. La création, à Bruxelles, d’une cellule de coordination des efforts des marines européennes, ainsi que le lancement de la planification d’une éventuelle opération navale militaire de l’UE dans la région vont dans le même sens.

Rares sont cependant les pays qui acceptent de mobiliser des navires. Le directeur du programme alimentaire mondial (PAM) pour la Somalie, Peter Goossens, a lancé mardi un "appel d’urgence" pour trouver des escortes aux cargos qui acheminent une aide humanitaire à la Somalie. Depuis novembre 2007, plusieurs pays (France, Danemark, Pays-Bas et Canada) se sont relayés pour escorter ces navires, mais la mission du Canada doit se terminer le 27 septembre et aucun autre pays ne s’est proposé.

S’agissant des six pirates somaliens capturés mardi, les autorités judiciaires françaises ne se saisiront de leur sort que lorsqu’ils seront sur le sol français. Ils devraient être transférés dans des prisons françaises, où ils rejoindront les six preneurs d’otages de l’affaire du Ponant, dont l’instruction se poursuit. Il est probable qu’ils seront mis en examen pour les mêmes motifs, c’est-à-dire "détournement de navire et séquestration, et enlèvement en vue d’obtenir une rançon, en bande organisée", deux infractions criminelles passibles d’une peine de prison à perpétuité.

M. Sarkozy a indiqué qu’il n’était pas hostile à des discussions avec le gouvernement de Mogadiscio à leur sujet, mais qu’une extradition ne pourrait être envisagée que si la France est certaine qu’ils seront "jugés, condamnés et qu’ils effectueront leur peine" en Somalie.

Laurent Zecchini
(avec Alain Salles)