22/10/08 (B470-B) A lire sur le site du GED. En écho à l’un de nos récents “Radio-Trottoir”, l’équipe du GED se livre à une analyse psychologique du caractère de Paulette. A se tordre de rire !! Et pourtant si vrai ? Ah, quand la réalité dépasse la fiction !!!

Lien avec l’article original

Selon les informations publiées par l’ARDHD dans un article que nous reproduisons partiellement avec l’aimable autorisation du web master :

« ….ce mardi, les forces de police et l’armée continuaient à cerner toutes les entreprises du Groupe Borreh.

Il se confirme de plus en plus, que c’est bien Paulette qui aurait exigé que l’on coupe les activités du Groupe et qui aurait été à l’origine de la brouille entre Bobard 1er et Borreh, son vieil ami.

L’affaire est grave, d’autant plus qu’elle concerne de nombreux emplois et que cela pourrait avoir des conséquences terribles pour les familles qui dépendent des salaires payés par les différentes sociétés. Actuellement, il semble les nombreux employés soient, de fait, au chômage “technique” »

______________________________________________________

Nous nous sommes adressés à Psychologia pour nous en dire un peu plus sur Kadra Mahamoud Haïd qui serait à l’origine du différent opposant Ismaïl Omar Guelleh et Abdourahman Mahamoud Borreh

– Travail de destruction par manipulation de consciences

La manipulatrice Kadra Mahamoud Haïd est une forme de dealer qui livre ses doses au quotidien et rend dépendants d’elle les êtres qu’elle côtoie tout en les méprisant.

La communication véritable avec elle est impossible car elle n’a pas la capacité de communiquer de façon simple, authentique, claire et saine avec autrui.

En effet, pour celle que les Djiboutiens et Djiboutiennes ont affublé du peu flatteur sobriquet de « la Kabyo » la manipulation est le seul moyen de communication qu’elle connaisse, aussi se complait-elle dans une communication ambiguë en faisant usage de toute une série de techniques pour la dévier de son objectif premier, la bloquer ou la fuir.

Paradoxalement, c’est elle-même qui va affirmer que vous communiquez mal et elle persistera jusqu’à vous faire admettre votre erreur et point la sienne.

Le mode de perception d’une telle manipulatrice et ses processus cognitifs sont perturbés dans le sens pathologique du terme. On ne cesse de s’interroger sur l’irrationalité de son raisonnement comme de ses réactions explosives voire destructrices face à des situations, somme toutes simples et qui devraient générer le calme pour la résolution d’un problème de cet ordre chez un être équilibré et conscient de ses actes.

En fait c’est son ambition démesurée pour obtenir tous les pouvoirs qui la fait agir ainsi. Ambitions mal placées car c’est d’évidence sans compter sur tous les rejets et les condamnations émanant de tant et tant d’ennemis (es) qu’elle s’est faite depuis plus de 40 années.

– Elle tente de diviser pour mieux régner

Les exemples sont multiples à citer pour expliquer la division et le cloisonnement des relations qu’entretient Kadra Haïd. C’est d’ailleurs ce qu’en disent aussi les femmes qui furent dans son entourage ; c’est pour elle un art dans lequel elle excelle et ce pour plusieurs objectifs.

Par prudence afin que ses victimes ne puissent pas recouper ses mensonges ou qu’elles ne puissent pas s’allier contre elle.

Provoquer des conflits entres elles, notamment au niveau de son plus proche entourage, et en tirer un réel plaisir à y assister mais aussi, gagner en puissance face à celles-ci car elles en sortent fatalement affaiblies.

Pour ce faire, elle les monte les unes contre les autres en provoquant des rivalités et de la jalousie, ou encore d’autres sentiments négatifs et ce, au moyen de mensonges et de médisances qu’elle fera colporter et dont elle s’amusera ce qui confirme bien l’aspect de grande perversité du “personnage”.

– D’autorité, elle impose son pouvoir et n’accepte pas la controverse

La Kabyo est persuadée détenir la vérité absolue en permanence et quel que soit le sujet.

Son incapacité à raisonner fait qu’elle ne dialogue pas, mais monologue des heures durant sur ses idées préconçues.

C’est aussi pour elle une façon sournoise de ne pas à avoir à débattre intelligemment et de manière équilibrée, alors que lorsque vous lui soumettez votre avis elle n’hésitera pas à vous couper la parole ou elle adopte une attitude faussement désintéressée, ou encore une attitude désapprobatrice en faisant systématiquement « non » de la tête ou en roulant les yeux en l’air.

En outre, Kadra Haïd est tout à fait parfaitement capable d’inventer des citations, faisant ainsi glisser le propos initial du particulier au général afin de renforcer ses arguments dans le sens où elle le souhaite.

Et enfin, bien que son discours énonce des propositions qui peuvent parfois paraître des vérités universelles, la plupart du temps elle a tort car ses postulats de départ sont souvent erronés.

Malgré cela, elle sait maintenir sa victime en position de respect et d’écoute (pour autant qu’elle soit calme) ce, grâce à son assurance, son attitude alternativement pédante et dominatrice mais aussi en se projetant, exemple : elle ne dira pas « Je n’aime pas cette personne » mais plutôt « Celui-là est un imbécile, tout le monde le sait… comment ne pourrais-tu pas le voir !? » ; allant jusqu’à intégrer le terme de trahison dans ses arguments pour en ajouter au doute ainsi créé.

– Harcèlement psychologique vers IOG pour tenter de détruire la réputation d’Abdourahman Borreh

Le harcèlement psychologique dont se rend coupable Kadra Haïd pour tenter de détruire la réputation d’Abdourahman Borreh est vraisemblablement d’une violence inouïe car on observe qu’elle a réussi à persuader Ismaïl Omar de lancer des unités de Police et des Forces Armées Djiboutiennes contre les sociétés de Borreh.

On voit bien que la communication avec une manipulatrice perverse telle que Kadra Mahamoud Haïd prend de plus en plus des allures de chemin labyrinthique, dont il est impossible de trouver la sortie.

Cette communication est tellement tordue que l’on se demande jusqu’où elle ira et quelle sera l’issue de ce conflit entre les deux hommes dont la Kabyo est la principale responsable.