12/01/09 (B481) Le journal de la flibuste …. ( 3 au 5/01/09) (3 dépêches en Français)

_____________________________ 3 // 5/01/09 – AFP

Piraterie: les Français déjouent deux attaques à Aden, 19 Somaliens arrêtés

Un bâtiment militaire français a déjoué dimanche, dans le Golfe d’Aden, deux nouvelles attaques de pirates contre des cargos, l’un croate et l’autre panaméen, et 19 Somaliens ont été “interceptés”, a annoncé l’Elysée.

“Trois jours après qu’un bâtiment français a déjoué une attaque contre un cargo panaméen”, le Jean de Vienne, frégate de la marine nationale, a effectué une “action déterminante” pour “s’opposer à deux nouvelles attaques”, selon un communiqué de la présidence française.

L’une visait le cargo croate Donat, l’autre attaque le bâtiment panaméen Vulturnus, qui transitaient dans le golfe d’Aden, a précisé à l’AFP le ministère de la Défense.

“Les 19 pirates somaliens qui ont tenté de s’emparer des deux cargos ont été interceptés”, ont ajouté les services de la présidence. “Ils étaient en possession d’armes de guerre, de munitions et de matériel d’abordage. Ils seront transférés aux autorités somaliennes”.

Selon le ministère, ont notamment été saisis des fusils d’assaut, deux lance-roquettes, deux roquettes et plus de 1.000 litres d’essence.

Le président Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations à l’équipage du Jean de Vienne.

“Il s’est également félicité des premiers succès tangibles enregistrés dans la lutte contre la piraterie et a souhaité que la mobilisation internationale s’accroisse encore pour éradiquer ce fléau du golfe d’Aden et des côtes somaliennes”, ajoute le communiqué.

Jeudi, un navire de guerre français, participant à l’opération anti-piraterie européenne Atalante déclenchée le 15 décembre, avait déjoué une attaque de pirates somaliens présumés contre un cargo battant pavillon du Panama. Huit suspects avaient été interceptés pour être remis aux autorités somaliennes.

Selon le ministère de la Défense, il s’agit des cinquième et sixième interventions militaires françaises ayant permis “d’intercepter des pirates ou des suspects” dans cette zone à hauts risques.

Avant les trois interventions de début janvier, 6 pirates avaient été interceptés le 7 avril 2008 après la libération des otages du voilier français Ponant. Le 2 septembre, 6 l’avaient été après la libération des otages du Carré d’As, autre voilier français. Le 23 octobre, 9 suspects avaient été interceptés en mer et remis aux autorités somaliennes du Puntland, région autonome autoproclamée du nord-est de la Somalie.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique, ravagé par la guerre civile et sans gouvernement central depuis 1991, est devenu le point chaud de la piraterie planétaire.

La communauté internationale a renforcé sa présence militaire dans le golfe d’Aden et l’océan Indien, où des pirates somaliens ont attaqué plus d’une centaine de bateaux en 2008.

La France a trois bateaux militaires sur zone, auxquels s’ajoute un avion de patrouille maritime basé à Djibouti.

__________________________2 // 5/01/09 – AFP

Somalie: au moins 5 attaques de pirates depuis le 1er janvier

Au moins cinq attaques de pirates se sont produites au large de la Somalie depuis le 1er janvier, a indiqué samedi le Bureau maritime international (BMI).

Un cargo égyptien avec un équipage de 28 personnes a été attaqué et capturé par les pirates le 1er janvier tandis que quatre autres navires ont été menacés mais ont réussi à s’échapper, certains avec l’aide de navires de guerre.

“Les pirates apparaissent prêts à tout car il est plus difficile de capturer des navires”, a indiqué Noel Choong, responsable du BMI basé à Kuala Lumpur.

De nombreux navires militaires patrouillent dans la région du Golfe d’Aden et escortent les navires de commerce.

“Mais cela ne signifie pas qu’ils (les pirates) ne peuvent pas attaquer des navires. Les navires de guerre ne peuvent pas être partout en même temps, la zone est trop vaste. Les pirates repèrent donc des zones dont les navires militaires sont absents”, a-t-il ajouté.

Selon M. Choong, les pirates deviennent plus agressifs, faisant feu régulièrement sur les navires.

Le BMI a enregistré cinq attaques depuis le 1er janvier, la première sur un navire indien qui a réussi à s’enfuir, aidé par un navire malaisien. Trois autres navires, deux grecs et un allemand, ont réussi à échapper aux pirates tandis qu’un cargo égyptien a été capturé le 1er janvier.

Le BMI n’a pas encore fait état d’une attaque d’un cargo néerlandais, secouru vendredi par un navire militaire danois.

__________________________1 // 3/01/09 – France-Soir

Pirates – La Marine nationale déjoue une attaque de flibustiers

Philippe Cohen-Grillet,

La première opération aéronavale de l’Union européenne porte ses fruits. Huit pirates ont été mis en échec.

« Atalante » a sauvé Vénus.

Traduction : l’opération aéronavale lancée par l’Union européenne, à l’initiative de la France, a permis de mettre en échec la énième tentative d’abordage d’un navire dans le golfe d’Aden. Au premier jour de l’année, le bâtiment tricolore baptisé Premier-Maître-l’Her reçoit un appel de détresse du cargo panaméen Vénus, attaqué par des pirates. La marine française croisant au large de la corne de l’Afrique se met aussitôt en chemin et au secours du bateau en péril. Sans doute découragés par cette initiative, et voyant surtout s’approcher un hélicoptère Fennec, les flibustiers renoncent à prendre d’assaut le navire. Rebelote, quelques heures plus tard. Le Vénus lance un nouvel SOS. Cette fois, les militaires français arrivent à temps et arraisonnent les pirates.

Armés jusqu’aux dents

Huit bandits des mers sont mis en joue alors qu’ils sont encore à bord de leurs embarcations, des « skiffs ». Appréhendés, ils ont été remis entre les mains de la justice somalienne, Etat dont ces pirates seraient ressortissants. Bon courage à eux.

La saisie d’armes à bord des embarcations des pirates ne fait que confirmer leur détermination et leur « professionnalisme ». Six kalachnikovs AK47 ont été saisis, ainsi qu’un lance-roquettes avec ses munitions, un système GPS et… deux échelles, destinées à faciliter l’abordage. Il s’agit du premier succès de l’opération « Atalante », mise en œuvre début décembre par l’Union européenne. Celle-ci consiste dans le déploiement de navires et d’avions patrouilleurs sur une zone infestée par les pirates. La France est à l’origine de cette opération. Plus de 16.000 bateaux empruntent chaque année ce rail de navigation qui s’étend entre le Yémen et la Somalie, soit une étendue équivalente à la moitié du territoire français. Un tiers de l’approvisionnement européen en pétrole transite par le golfe d’Aden. La sécurisation de la zone est donc un enjeu primordial.

L’armée française est intervenue à quatre reprises ces douze derniers mois, notamment pour libérer les otages retenus sur les voiliers Ponant et Carré-d’As. « Atalante », première opération aéronavale de l’Union européenne, est placée, autre fait inédit, sous commandement britannique. Reste que l’immensité de la zone et l’intensité du trafic maritime rendent impossible la sécurisation totale des navires. Priorité est donc donnée à l’escorte des bateaux du Programme alimentaire mondial (PAM) dont les cargaisons dont destinées à la Somalie. « Atalante », comme toute autre opération contre la piraterie, ne restera qu’un cautère sur une jambe de bois. L’éradication de la flibuste se joue d’abord à terre, en Somalie, dans l’accompagnement d’une issue politique au conflit qui ravage le pays.