14/03/09 (B490) Les lecteurs écrivent / La saga de Bandit (suite) Comment manipuler l’opinion pour obtenir la possibilité de se présenter pour de nouveaux mandats.

Le saviez vous ? Quand le “Bandit autorisé” veut transmettre des informations confidentielles, il utilise des méthodes “dites populistes”. Sans aucun état d’âme, il met en oeuvre tous les moyens illimités qui sont à sa dispositions et il fait porter le pli par des illettrés.

En déclenchant cette soi-disant guerre avec l’Erythrée, il avait déjà plannifié son projet de modifier la constitution. Pour cela, il avait d’abord besoin de protéger ses arrières en (im)mobilisant les forces armées sur un front. Il lui était facile ensuite de jouer la corde sensible et d’affirmer qu’il ne faut pas changer le chef de l’Etat durant une guerre …

Dans les mailles de son filet, il y a un arabe qui habite une maison du Boulevard du General de Gaulle. C’est lui qui a fait de la publicité pour la révision de la Constitution : il a affiché des portraits du “Bandit autorisé” avec le mot d’ordre “changer la Constitution”.

Lors du défilé du 4 mars, il a demandé à certains comédiens “obligés du régime” d’impliquer les handicapés et les infirmes, qui sont dans la misére parce qu’ils n’ont ni travail, ni maison, ni avenir ..

Comme toujours, on leur a promis qu’ils allaient gagner le gros lot …

Certains ont utilisé des vélos pour handicapés, d’autres des béquilles .. pour parcourir la ville. Qu’il est criminel d’obliger ces gens en situation de grande faiblesse physique, financière et morale, en leur faisant miroiter des illusions .. !

Puis on a recruté des “faux” étudiants qui n’en avaient que le nom.

Par exemple,
Dileita a fait quelque chose de particulièrement honteux : à la fin d’un discours du Bandit au Palais, il s’est levé et il a embrassé l’épaule du Bandit qui a beaucoup apprécié ce geste d’allégeance.
____________________________________

Bon, je reviens à mon sujet et je vais vous expliquer la procédure que Bandit et Paulette utilisent pour faire passer à la base, à l’homme affamé, aux pauvres la nécessité absolue de changer la Constitution.

1) Deux à trois “cons” ont commencé à lancer l’idée de cette révision dans le palais de Bandit et de ses consorts. Ce fut le point de départ.

2) Les différents Imams ont été convoqués au Ministère des affaires religieuses pour un briefing. Il leur a été demandé d’appeler les fidèles qui prient dans les différentes mosquées à soutenir le projet de révision de la Consitution et de poursuivre la Campagne dans toutes les réunions religieuses. Pour ceux qui ne vont pas prier, on a choisi d’autres vecteurs : les hôtesses, les chichas…

3) Puis il a utilisé les officiers et les sous-officiers qui bénéficient de logements de fonction pour qu’il fasse passer la “bonne parole” dans les Casernes ….

4) Dans les réunions orientation tribale, prenant les clans, les sous-clans, un par un, que ce soit dans les abris de fortune pour les plus pauvres, dans des maisons luxueuses pour les plus riches ou au Kempiski pour les plus nantis, il a eu recours à des “agents” achetés pour l’occasion, chargés de tansmettre le message.

Pour enfoncer le clou, Paulette, qui n’aucun scrupule, n’a pas hésité à demander aux pauvres les plus nécessiteux de verser leur part !!! Elle a utilisé la RTD pour diffuser ces mises en scéne pitoyables …

5) Les commerçants fantoches ont été mobilisés pour faire leur danse du ventre.

6) Les représentantes des femmes djiboutiennes n’ont pas été oubliées. Dans chaque quartier, dans chaque ville, elles ont été invitées à passer à la RTD. Même les SDF “sans domicile fixe” ont été concernés par l’opération de manipulation de l’opinion publique.

7) Ensuite ce fut le tour des épouses : femmes de ministres, de députes, de hauts fonctionnaires et chefs de service. Il leur a été demandé de véhiculer le message.

8) Les Associations “dites des propagandes”, les chefs des quartiers, les employés des entreprises publiques comme l’EDD, l’ONEAD, Djib Télécom ont été mobilisés pour s’assurer que tous les employés recevaient bien l’information et qu’ils se déclaraient favorables au projet … de Bandit.

9) On pourrait citer aussi les petits commerçants, les vendeuses de fruits et légumes, les bouchers, marchands de poissons, vendeurs ambulants, restaurateurs, techniciens : chaque corporation aura des élus qui passeront sur la RTD un jour. En contrepartie, ces professionnels espèrent bénéficier d’ avantages particuliers “souvent illégaux”, comme celui d’utiliser un terrain public sans loyer ou d’avoir des droits ou taxes réduites. Tout est bon !

10) Les syndicats “maison”, comme celui des bus, des transporteurs, des taxis et des employés (surtout l’UGTD d’Abdo Sikieh), des transitaires et j’en passe, ont été mis contribution.

11) Au final l’artillerie avec des poids lourds, comme le Président de la Sogiq, celui de la Chambre de commerce ou les gros commerçants : tous doivent être vus à la RTD et ils doivent déclarer leur enthousiasme pour le projet, pour le régime et pour que Guelleh puissent multiplier les mandats.

Apres tous ces mises en scène, Bandit va faire modifier la Constitution.

Le jour venu, il sera absent : soit au Day, à Tadjoura, Obock, Dikhil ou Ali sabieh. Il fera semblant d’être totalement surpris et il réservera sa première réaction de satisfaction aux parlementaires qui ont voté la révision.

Il dira ensuite combien il est honoré et motivé pour accomplir ‘l’immense tâche” qui l’attend pour le bien-être du peuple, le développement de l’équité, des soins, de l’éducation et du niveau de vie … Bref les bobards traditionnels qu’il ressort dans chaque occasion.