23/08/09 (B513) Yémen Express (4 articles en Français)

_______________________ 4 – Le Figaro avec AFP

Yemen : 100 rebelles tués

Les autorités yéménites ont affirmé ue plus de 100 rebelles chiites, dont deux chefs, avaient été tués ces derniers jours dans une opération de ratissage d’une ville du nord du pays. “Les corps de plus de 100 rebelles ont été découverts sur les bords des routes hors de la ville d’Hafr Sufyan”, a indiqué un communiqué officiel faxé aux médias à Sanaa.

“Il semble que les corps appartiennent à des rebelles qui tentaient de fuir la ville lors de l’opération de nettoyage (conduite ces) deux derniers jours”, a ajouté le texte, indiquant que deux des chefs rebelles, Mohsen Saleh Hadi Gaoud et Salah Jormane figuraient par les tués. Aucune confirmation indépendante n’a pu être obtenue sur le bilan humain de l’opération en question, menée dans cette ville située au sud de la province septentrionale de Saada.

Le communiqué, citant des sources locales de la province d’Omrane, où se trouve Hafr Sufyan, affirme que les unités de l’armée et des forces de sécurité avaient réussi “ces deux derniers jours à nettoyer totalement la ville des éléments rebelles, les contraignant à se rendre ou à prendre la fuite”. Après ce “succès”, les forces armées s’emploient à pourchasser les éléments rebelles dans la province de Saada, toujours selon ce communiqué.

L’armée est engagée depuis 13 jours dans des combats contre les rebelles chiites appartenant à la confession zaïdite. C’est la première fois que les autorités, qui ne donnent pas de bilan des pertes parmi les forces régulières, parlent d’un nombre aussi important de morts parmi les rebelles

_______________________ 3 – Centre Information ONU

HCR : Des milliers de personnes déplacées dans le Nord du Yémen

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) est de plus en plus inquiets du sort de milliers de civiles yéménites pris dans l’escalade des combats entre les rebelles d’Al Houthi et les forces gouvernementales dans les montagnes du Nord du Yémen.

« Rien qu’au cours des deux dernières semaines, on estime que les affrontements autour de la ville de Saada ont déplacé quelque 35 000 personnes », a déclaré vendredi le porte-parole du HCR Andrej Mahecic lors d’un point de presse à Genève.

« Nous demandons un cessez-le-feu qui permettrait à la population civile de fuir les combats et aux travailleurs humanitaires de poursuivre la fourniture de l’aide humanitaire » a-t-il ajouté.

Le HCR demande aux donateurs cinq millions de dollars supplémentaires pour être en mesure de répondre à cette urgence. Ces fonds urgents permettraient au HCR d’organiser la coordination et la gestion des camps, d’élargir les opérations d’enregistrement et de protection des déplacés et d’apporter les tentes pour les abris et autre aide humanitaire si nécessaire pour les quatre prochains mois.

D’après les personnes qui ont fui cette partie reculée et inaccessible de la province de Saada, la situation serait critique dans la ville de Saada et plus au Nord dans le district de Addahar ainsi qu’à El Sufyan dans le gouvernorat voisin d’Amran, Les routes pour le Gouvernorat de Saada sont bloquées et il n’y pas d’accès aérien aux zones de combats. Nombre des personnes en fuite prennent de gros risques et doivent souvent payer des passeurs.

Depuis 2004, les affrontements entre les rebelles d’Al Houthi et les troupes gouvernementales dans le gouvernorat de Saada ont affecté environ 120 000 personnes.

Le camp d’Al-Talh, un des quatre camps pour personnes déplacées internes dans la ville de Saada qui est géré par le Croissant-Rouge du Yémen, continue de recevoir un flux constant de familles déplacées. Quelque 5 250 déplacés ont fui vers ce camp en provenance du camp voisin d’Al Anad qui s’est transformé en champ de bataille au cours des derniers jours. Les civils fuient également vers le Nord et l’Ouest vers la frontière avec l’Arabie Saoudite à Baqim et Mandaba. D’autres vont vers l’Est, cherchant refuge dans les faubourgs de Dhahian et du district de Sahar. Beaucoup cherchent à rejoindre le camp d’Al-Talh.

Avec d’autres agences, le HCR effectue plusieurs autres missions d’évaluation dans des régions de déplacement y compris les gouvernorats d’Hajjah, Amran et Al-Jawf. « Nous commençons à distribuer du matériel de secours, y compris des tentes, des bâches en plastique, des couvertures et des jerricans aux PDI dans le gouvernorat d’Hajjah pour lequel nous avons reçu l’autorisation d’accès. La distribution de notre aide aux déplacés à Saada a été suspendue en raison des combats ».

Depuis 2007, le HCR a soutenu 100 000 personnes affectées par les combats dans le Nord. Le HCR offre également protection et aide à quelque 150 000 réfugiés et demandeurs d’asile qui ont traversé à leurs risques le Golfe d’Aden pour rejoindre le Yémen. Le budget annuel pour les opérations du HCR au Yémen est de 22 millions de dollars.


____________________________ 2 – Tribune des Droits Humains

L’intensification du conflit au Yémen provoque des milliers de nouveaux déplacés

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a commencé la distribution de rations d’urgence aux milliers de déplacés suite à l’intensification des conflits dans le nord ouest du Yémen – alors que ses financements pour les opérations d’urgence se font rares. Le conflit qui dure depuis 5 ans déjà à Saada a contraint des milliers de personnes à fuir leurs maisons et de nombreux autres ont été déplacés suite aux récents combats.

Le PAM a distribué la semaine dernière des biscuits à haute teneur énergétique et des dates à près de 7 000 personnes à Hajjah et a commencé aujourd’hui des distributions de rations mensuelles de céréales, de lentilles, d’huile, de sel et de sucre à 10 000 personnes – dont certaines ont été déplacées depuis plus longtemps.

Le PAM a largué 40 tonnes métriques de biscuits à haute teneur énergétique depuis son entrepôt de Dubaï la semaine dernière et prévoit un nouveau largage dans les prochains jours.

“Le PAM a réagi rapidement à cette crise soudaine, en apportant l’assistance nécessaire pour sauver les vies de ces milliers de déplacés sans abris, qui ont faim et qui comptent sur nous,” indique Gian Carlo Cirri, le directeur du PAM au Yémen. “Mais nous manquons considérablement de fonds, d’autant plus que la situation se détériore et que les besoins croissent sans cesse.”

En juillet, un manque de financement a contraint le PAM à réduire de moitié ses rations pour 95 000 personnes touchées par les conflits dont la plupart dépendent entièrement de l’aide alimentaire. Actuellement, le PAM dispose à Saada de nourriture pour couvrir les besoins des nouveaux bénéficiaires, environ 150 000 personnes, pendant les deux prochaines semaines.

Dans l’ensemble, le PAM doit faire face à un manque de fonds de 20 millions de dollars soit 36 pourcent de ses besoins totaux pour l’année 2009.

En juin dernier, le PAM a suspendu son aide alimentaire dans ses programmes liés à la santé et à l’éducation dont 815 000 bénéficiaires dépendaient, les plus vulnérables Yéménites.

______________________________ 1 – Nouvel Obs avec AP

Au moins 35.000 Yéménites déplacés par les combats dans le nord

Au moins 35.000 personnes auraient été chassées de chez elles ces deux dernières semaines dans le nord du Yémen, à cause des combats opposant les forces gouvernementales à la rébellion chiite, selon les estimations du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Ces déplacés ont fui les affrontements et bombardements dans la province de Saada, frontalière de l’Arabie saoudite et théâtre depuis cinq ans d’une insurrection armée d’un groupe issu de la minorité chiite zaïdite. Depuis deux semaines, l’offensive de l’armée de Saana y bat son plein.

Selon le porte-parole du HCR Andrej Mahecic, les routes sont bloquées dans la province de Saada, et les déplacés doivent souvent payer des passeurs. La plupart des civils en fuite tentent de gagner le camp de réfugiés d’Al Talh, en lisière de la ville de Saada, chef-lieu de la province du même nom.