21/11/09 (B526) Lettre ouverte  à Monsieur Ali DAHAN – “L’opposant qui combat les opposants”, auteur d’allégations mensongères et calomnieuses à l’encontre des défenseurs des Droits de l’homme. (Par Omar Ali Gabassé, co-représentant des réfugiés djiboutiens, pour l’Europe)

Monsieur,

Au nom des réfugiés djiboutiens que je co-représente avec Jean-Loup Schaal et en mon nom personnel, je ne peux pas rester indifférent aux allégations calomnieuses que vous avez  diffusez à l’encontre de Jean-Loup Schaal et de Roger Picon. Au quotidien, ces deux personnalités se battent pour dénoncer le régime d IOG qui pille et qui affame notre peuple.

Je vous prie de bien vouloir consacrer un peu de votre temps pour lire les mises au point suivantes qui si vous êtes de bonne foi, comme je l’espère, vous feront revenir sur votre
position .

La République de Djibouti a accédé à son indépendance il y a 32 ans.

Autant d’années qui se sont écoulées et durant lesquelles l’espoir de  liberté auquel le peuple s’était  si joyeusement préparé, fut  piétiné pour être  anéanti par  un gouvernement despotique, tribale que Gouled  et les siens ont mis en place.

Gouled était une personnalité totalement  ignorante  et inculte mais experte pour l’instauration du tribalisme dont souffre aujourd’hui Djibouti.  Son modéle était la Somalie, dont nous connaissons aujourd’hui. la situation dramatique

(Nous prions ALLAH pour qu’il nous évite de suivre le même chemin  …)

La mal-gouvernance a abouti à une tentative de renversement qui avait été  avorté.  Ce qui a servi encore de prétexte  pour tuer, arrêter et emprisonner  l’ensemble des  forces vives de la communauté  Afar, déjà opprimée.

Maître Aref fut de ceux-là. Jena-Loup Schaal était, comme par hasard, son ami..  Il fut emprisonné …

Jean-Loup Schaal offusqué en découvrant la barbarie du système, créa en France et en faveur de son ami, une Association pour dénoncer les comportements  macabres et criminels du système dictatorial.  Il mobilisa tous les siens avec lui pour faire libérer Aref et ses co-détenus. 

Ce qu’il obtint deux années plus tard, avec force de courage et d’obstination. Il aurait pu s’arrêter là …

Mais le système, qu’il avait dénonçé, continuait à exercer son autorité  sur l’ensemble de la population qu’il a continué à maltraiter en toute impunité.  Jean-Loup Schaal  ne désarma point et il continua de le combattre du mieux qu’il pouvait, avec ses moyens et il n’a jamais baissé les bras jusqu’à aujourd’hui.  

Monsieur Dahan, vous étiez un diplomate djiboutien. Le pays était et est toujours miné par une corruption qui, à la longue, a fini par gangréner le système économique du pays.

Pour ne pas être en reste Monsieur Dahan,  on dit que vous en aviez  profité pour vous servir. “Pour prendre votre part ! ”, selon les propos que l’on vous prête. Or, cette part, c’était les deniers publics. N’appartenant pas à la seule famille habilité à bénéficier de ces prérogatives, vous avez été remercié et poursuivi dans votre fuite avec votre  butin appartenant au peuple Djiboutien. 

Depuis les choses se sont améliorées entre les gens de la grande famille : celles des voleurs locaux. Cela vous a valu une sorte d’amnisitie et vous vous êtes intégré au Canada.

Le climat entre les autorités et vous-même est aujourd’hui au beau fixe, pour ne pas dire affectueuf. Après avoir été réhabilité, vous avez été chargé par votre Maître IOG, le criminel de missions d’informations très spéciales et confidentielles.

Transformé en caméléon, vous jouez  à changer de costume en permanence. Tantôt opposant, tantôt moraliste ou tantôt internationaliste, vous avez donc pris soin de ne plus évoquer le problème Djiboutien. Pour éviter de l’aborder vous imaginez toujours une raison.

Une famille, d’origine arabe comme vous, a été bannie de la manière la plus arbitraire de sa nationalité. Vous a-t-on entendu exprimer le moindre sentiment de compassion ? Vous vous disiez  pourtant à l’époque et vous continuez à le dire : “opposant” !!! 

Des bergers innocents ont été tués, des femmes violées par la garde présidentielle. Pendant  ce temps, vous vous préoccupez  … des problèmes …. de l’Honduras, du Panama, ou du Venezuela, .. ou d’autres.

On massacre à Djibouti, cela ne vous concerne pas non plus.  

En privé chantez-vous les louanges de votre Maître, tout en prenant biensoin que cela ne se sache pas dans le public ?   

Monsieur Dahan vous coulez des jours heureux, pendant que nos soeurs et nos frères “crèvent” sous la férule inflexible de votre Maître IOG. Non content d’avoir abandonné votre propre peuple,  vous vous permettez  en plus de critiquer ceux qui lui viennent en aide. 

Monsieur Jean Loup Schaal est cette personne qui  défend de son mieux ce peuple Djiboutien  auquel même les siens comme vous,  lui avaient tourné le dos, alors que ses droits fondamentaux sont bafoués chaque jour. 

Jean-Loup Schaal et son association sont notre unique soutien. Comme mes soeurs et mes frères réfugiés en Ethiopie, comme mes soeurs et mes frères restés au pays, nous n’avons que lui pour nous défendre et pour faire savoir aux institutions internationales et à l’opinion publique la véritable nature de Guelleh et de son régime.  Son dévouement pour des causes justes en faveur des âmes abandonnées ne sont plus a vérifier. 

Le peuple djiboutien, celui qui est opprimée lui en est entièrement reconnaissant.

Hélas, il ne peut pas empêcher toutes les actions du  système dictatorial que nous impose notre gouvernement, mais  il lui donne assurément un écho considérable.

On tue, on viole, on pille, on exproprie, on incendie, tous les jours à Djibouti.

Et pourtant des opposants comme vous et tant d’autres, qui s’auto-attribuent cette qualité, observent un silence complice.(hormis Uguta-Toosa) 

Son animateur dénonce chaque jour de l’année les méfaits aux oreilles de ceux qui acceptent de l’entendre. Son combat est le nôtre, il est juste et légitime. 

On emprisonne tous les jours a Djibouti !

Le respectable Jean-Paul Noël Abdi fait souvent parti des victimes. 

Jean-Loup Schaal  n’a jamais manqué une seule de ses arrestations. Il a médiatisé les informations auprès des organisations pour la Défense des Droits de l’homme qui réagissent aussitôt.  Ses actions sont légitimes et reconnues par la communcauté internationale Au minimum elles méritent mieux que les calomnies de tout bord que vous diffusez …. 

A chaque fois que l’on arrête un innocent, qu’un fond public est détourné impunément ou que l’on maltraite les syndicats, il est la seule et unique personne a être sensible aux malheurs que les victimes endurent. Personne d’autres que lui  ne semble s’intéresser a la souffrance des Djiboutiens.

On ne peut se prétendre opposant et se taire devant de telles injustices. 

Qui ne dit mot consent.

Quand les réfugies Djiboutiens cherchent une oreille attentive pour exposer leurs  souffrances, c’est encore lui qui à l’amabilité de se mobiliser pour les aider. Une fillette de 12 ansa été violée puis injustement incarcérée dans une prison éthiopienne parmi des adultes, inculpés de droit commun.

C’est encore lui qui s’est mobilisé et qui a réussi à arracher la malheureuse aux mains de la police éthiopienne.  Pas une seule autre personne n’a daigné tendre l’oreille aux appels de détresse de cette gamine et de ses parents.  

L’ARDHD s’est même proposée généreusement pour apporter une aide financière à la famille qui, sans ressources devait se déplacer  chaque jour pour voir et pour nourrir leur fille. 

Conscients de sa générosité et de sa dimension humaine, les réfugiés Djiboutien en Ethiopie l’ont madaté pour s’exprimer à leur place.  Aucun des parties d’opposition, à part Uguta-Toosa et l’ARD n’ont manifesté ne serait-ce qu’un soutien même symbolique durant cette rude bataille.. 

Monsieur Dahan, nous ne vous en voulons pas pour votre manque de compassion au sort triste de notre peuple : c’est une affaire personnelle de consciene. Mais, de grâce, arrêtez de calomnier l’unique personne qui essaie d’amplifier la voix de l’ensemble du peuple opprimé de Djibouti. 

L’opposition dont vous vous réclamez, Monsieur Dahan, ignore cyniquement la souffrance de ce peuple qui est pourtant le vôtre. Jean-Loup Schaal quant à lui mobilise chaque jour toute son énergie pour essayer de lui venir en aide.    

Messieurs Jean-Loup Schaal et Roger Picon,  soyez rassurés !
Vous ne méritez  ni les calomnies de ce type, ni les coups bas des autres.

Au nom des miens et des réfugies Djiboutiens, j’exprime encore une fois de plus notre très haute gratitude pour l’ensemble de vos actions hautement louables. 

L’histoire nous a toujours démontrés que la justice finissait par prendre le dessus sur l’injustice .Nous croyons à la victoire, car nous luttons pour la justice contre l’injustice, pour le bien contre le mal , pour la construction contre la destruction, pour l’égalité contre l’inégalité. 

Monsieur Dahan, en agissant comme vous le faites, ce ne sont pas seulement ces deux personnalités que vous dénigrez mais c’est le peuple Djiboutien, tout entier, victime de ce régime.

Enfin,  je terminerai en vous conseillant de nous rejoindre au lieu de nous dénigrer pour combattre le véritable ennemi du peuple qu’est IOG,  qui extermine notre peuple.

Comptant sur vous M. Ali DAHAN pour changer de comportement envers les démocrates et surtout de camp, je vous prie de recevoir mes meilleures salutations.

OMAR GABASSE