25/01/10 (B535) Yémen Express (6 articles en Français)

___________________________ 6 – Lakoom.info avec AFP

L’Egypte soutiendra le Yémen à la conférence de Londres (ministre des AE)

Le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, s’est entretenu samedi avec le chef de la diplomatie égyptienne Ahmed Aboul Gheit qui a assuré que son pays soutiendrait Sanaa à la conférence de Londres “Nous allons accorder tout le soutien politique au Yémen lors de cette réunion”, a dit le ministre égyptien au cours d’une conférence de presse à Sanaa.

L’Egypte et le reste des Etats arabes “se tiendront aux côtés du Yémen lors de cette réunion” prévue le 27 janvier et soutiendront tout mécanisme pour fournir au Yémen “un appui dans les domaines politique, économique et de la sécurité”, a ajouté le ministre égyptien. Le chef des services de renseignements égyptien, Omar Souleimane, a assisté à l’entretien entre M. Aboul Gheit et le président Saleh.

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, avait souhaité une réunion internationale sur le Yémen après la tentative d’attentat contre le vol Amsterdam-Detroit le 25 décembre, revendiquée par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), un groupe installé au Yémen. L’auteur de l’attentat manqué, le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, aurait suivi un entraînement au Yémen.

___________________________ 5 – France 2

Une crise humanitaire “durable” menace le Yémen

Le Yémen traverse une crise humanitaire sans précédent, a déclaré lundi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)
A deux jours d’une conférence internationale sur le Yémen et l’Afghanistan, à Londres, les affrontements qui ont éclaté il y a cinq mois ont selon le CICR “considérablement aggravé” le sort des civils yéménites.

Les combats depuis 2004 entre rebelles zaïdites (branche du chiisme) et l’armée dans le nord du pays, se sont ravivés en août 2009.

“Le conflit dans le nord du Yémen a été trop longtemps négligé. La pauvreté et la pénurie d’eau et de nourriture ne font qu’aggraver la situation”, a expliqué le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à son retour du Yémen.

“En amont de la conférence de Londres, il est important de réaliser que la situation est plus grave que jamais”, a précisé Dominik Stillhart lors d’une conférence de presse à Genève.

Quelque 200.000 personnes ont été déplacées depuis le début des combat, selon le CICR qui dit être venu en aide à 150.000 personnes depuis août 2009, fournissant notamment de l’eau, des vivres et d’autres biens de première nécessité à environ 75.000 personnes déplacées.

“Si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour renverser cette tendance, le nord du Yémen pourrait sombrer dans une crise humanitaire durable”, a prévenu M. Stillhart.

___________________________ 4 – Le Monde

Yémen: les rebelles annoncent leur retrait du territoire saoudien

Le chef des rebelles chiites zaïdites du nord du Yémen Abdel Malek al-Houthi a annoncé lundi dans un message audio le retrait de ses combattants de “toutes leurs positions en territoire saoudien”.

“Nous annonçons notre retrait total de toutes nos positions en territoire saoudien”, a déclaré le chef de la rébellion dans son message qu’il a qualifié d'”initiative de paix”.

L’Arabie saoudite s’est engagée dans les combats en cours entre les rebelles zaïdites et l’armée yéménite après la mort le 3 novembre d’un garde-frontière saoudien tué par des rebelles infiltrés en territoire saoudien.

___________________________ 3 – AFP

Alerte relevée à Londres pour une semaine chargée: Yémen, Afghanistan, Irak

Londres accueille cette semaine trois événements –réunions internationales sur le Yémen et l’Afghanistan, audition de Tony Blair dans le cadre d’une enquête sur l’Irak– sur fond de relèvement du niveau d’alerte terroriste et d’appels à manifester, qui mobilisent Scotland Yard.

Le niveau d’alerte est passé vendredi soir d'”important” à “sérieux”, signifiant qu’un attentat est “très probable”. Il s’agit du niveau 4 sur une échelle de 5.

Les autorités ne disposent “d’aucun renseignement laissant suggérer qu’un attentat est imminent”, s’est empressé de préciser le ministre de l’Intérieur Alan Johnson.

Et le ministre des Affaires étrangères David Miliband a indiqué pour tout commentaire dimanche : “Le mot d’ordre est vigilance. La population de ce pays est notre plus grande alliée face au très, très important défi que nous devons affronter”.

“Il y aura des modifications en terme de sécurité et de déploiements de la police, mais qui ne seront pas immédiatement visibles par le public”, a indiqué samedi sans plus de détails un porte-parole du Home office.

La décision concernant l’alerte est intervenue à l’orée d’une semaine particulièrement dense pour la capitale britannique, qui doit accueillir pas moins de deux rencontres internationales de premier plan, l’une sur le Yémen mercredi et l’autre sur l’Afghanistan, le lendemain.

Toutes deux doivent aborder, entre autres, le problème du terrorisme international. Elles ont été convoquée par le Premier ministre Gordon Brown, soucieux d’occuper le terrain politique et diplomatique à l’approche de législatives prévues d’ici juin, pour lesquelles il est donné perdant depuis des mois.

Des dizaines de hauts responsables venus du monde entier, comme la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et le président afghan Hamid Karzaï sont attendus dans la capitale britannique.

Les organisations pacifistes Stop the War et la Campagne contre le développement du nucléaire (CND) ont prévu un comité d’accueil: elles ont organisé jeudi un rassemblement à proximité de Lancaster House, où doit se dérouler la conférence sur l’Afghanistan.

“Il n’est pas dans nos habitudes de discuter des mesures mises en place en ce qui concerne la menace terroriste. Si nous le faisions, les gens sauraient comment les éviter”, a souligné une porte-parole de Scotland Yard, refusant également de dévoiler le dispositif en place pour assurer la sécurité entourant les conférences et toutes les manifestations de la semaine.

La vigilance sera de rigueur également au lendemain de la conférence sur l’Afghanistan. Stop the war et CND ont prévu une journée entière de mobilisation, avec des performances d’artistes et la lecture des noms de victimes de la guerre en Irak.

Ce jour là, l’ancien Premier ministre Tony Blair doit donner toute la journée un témoignage très attendu devant la commission d’enquête sur l’engagement du Royaume-Uni dans la guerre en Irak.

M. Blair aura à coeur de justifier sa décision en 2003 d’engager quelque 45.000 soldats de Sa Majesté dans ce conflit, malgré l’absence d’une résolution de l’ONU et l’opposition d’une majorité de son opinion publique.

Cette décision reste la plus controversée de son passage à Downing Street (1997-2007).

Sept ans après avoir été à l’origine de marches de protestations monstres contre la participation de la Grande-Bretagne à la guerre, les deux organisations pacifistes ont appelé à manifester pour “le jugement dernier de Tony Blair”, devant le centre de conférence, au coeur de Londres, là où se déroulent les audiences publiques de l’enquête ouverte en novembre.

___________________________ 2 – TF1

Violences au Yémen

Les rebelles chiites zaïdites du nord du Yémen ont affirmé dimanche que 34 personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont péri dans des raids de l’aviation saoudienne dans la zone frontalière.

Dans l’un de ces raids 18 membres d’une même famille, des enfants et des femmes en majorité, sont morts “écrasés sous les décombres de leur demeure” dans la zone de Borkane, ont assuré les rebelles.


___________________________ 1 – AFP

Yémen: trois soldats tués dans une attaque à Chabwa

Trois soldats ont été tués par des inconnus qui ont ouvert le feu dans leur direction dans la province de Chabwa (est), où les forces yéménites traquent les éléments d’Al-Qaïda, a déclaré dimanche un responsable local.

Selon le responsable, des hommes armés à bord d’une voiture ont ouvert le feu en direction d’un poste de contrôle à l’entrée de la ville d’Ataq (600 km à l’est de Sanaa), principale ville de la province de Chabwa, tuant les trois soldats sur le coup.

Les autorités yéménites ont envoyé ces dernières semaines des renforts dans l’est du pays pour rechercher des éléments présumés d’Al-Qaïda, bien implantés dans cette région.

Elles avaient annoncé le 13 janvier avoir tué le chef d’Al-Qaïda dans la province de Chabwa, Abdallah Mehdar, lors d’une opération des forces de sécurité.

D’autres membres de la cellule d’Al-Qaïda qui se trouvaient en compagnie de Mehdar avaient fui vers les montagnes proches, selon des sources de sécurité.