27/06/10 (B558) Mohamed Chehem Daoud, Président du PDD, nous écrit pour confirmer que contrairement à ce que nous avions écrit à propos de la conférence de presse du 24 juin 2010, il n’a jamais fait d’alliance ni avec le FRUD-Armée ni avec le MRD. Il est seulement un ami de longue date de M. Boreh.

Dans votre article numero B557 du 24 juin 2010, vous avez ecrit qu’il y a une alliance de fait entre DAF, KADAMY et MOHAMED DAOUD, concurrente de celle de l’UAD, c’est une affirmation gratuite.

J’ai assiste a cette conference de presse sur l’invitation personnelle de mon ami Abdourahman BORREH, auquel le pouvoir avait refuse la presence d’un avocat de son choix, lors de son proces comme notre constitution le prevoit. Il ne s’agissait pas de faire alliance avec une opposition qui a choisi la voix armee.

Quant a l’UAD, nous avons un tres bon rapport aussi bien a l’interieur qu’ l’exterieur.

Je ne suis pas de genre de personne qui essaie de diviser l’opposition djiboutienne, au contraire.

Dont acte

_____________________ Note de l’ARDHD

Bien loin de l’idée de polémiquer et de lancer des affirmations gratuites, nous avons un grand respect pour le positionnement politique de M Med Chehem Daoud.

Voilà un esprit libre et indépendant, qui avance seul et sans soutien pour combattre la dictature et son système.

N’allez surtout pas le comparer à Don Quichotte avec son étendard blanc, car il se facherait certainement.

Candidat à toutes les élections présidentielles, dont la prochaine, il affiche le refus de la dictature.

Bien que son positionnement politique soit difficile à comprendre pour une majorité d’observateurs, qui étant étrangers, ne peuvent pas (selon son analyse) comprendre ni ses subtilités ni ses alliances éphémères.

Il est clair que Monsieur Mohamed Chehem Daoud est un véritable opposant et personne ne pourrait dire le contraire, car il s’oppose à tout.

D’abord, il s’oppose au régime dictatorial. Même si parallèlement il affirme sa solide amitié avec l’un des proches de Guelleh. L’amitié ne se commande pas et il n’y a rien à critiquer de ce côté-là, sauf que l’ami en question, avant d’être chassé par le couple infernal, sur des motifs douteux et certainement condamnables en droit, avait participé au système d’asservissement du peuple et contribué très largement à l’asséchement des finances publiques… et qu’il est milliardaire.

Autrefois, Med Chehem Daoud avait signé la charte de l’UAD au nom de son parti politique, le PDD. Pourtant, il en est rapidement exclu, pour s’être opposé aux accords en se déclarant unilatéralement candidat contre Guelleh lors de la dernière élection présidentielle. A noter que toujours fidèle à ses convictions solidement ancrées et à ses principes intangibles, après avoir annoncé sa candidature, c’est à sa propre candidature qu’il s’opposera en renonçant à se présenter au final.

Immédiatement, toujours fidèle à ses engagements avec lui-même contrairement aux engagements pris avec l’UAD, il se déclarait, alors dans un article publié par La Nation, plutôt favorable à l’élection de Guelleh. Ce qui avait pleinement justifié sa cooptation à l’unanimité dans l’Ordre des Brosses à reluire avec le grade “Gentilhomme porte-coton”. Lien avec l’article. Aujourd’hui, il nous assure dans un message complémentaire, qu’il s’oppose à Guelleh.

Le 24 juin dernier, il s’affichait à la tribune dans une conférence de presse où il a été certes question des conditions d’un procés inique, mais aussi, comme en témoignent les enregistrements sonores consultables sur notre site, d’une plateforme commune de l’opposition. Encore une fois cet esprit libre s’oppose non pas sa présence, mais à toute alliance avec les participants à cette réunion et surtout il affirme son rejet d’une alliance avec une organisation armée. Ce qui est certainement tout à son honneur.

Qu’il nous pardonne, avec la grande clémence que chacun s’accorde à lui reconnaître, si nous avions mal interprété ses positionnements personnels. Mais à notre décharge, il faut reconnaître que ses positionnements politiques sont difficiles à suivre, car ils fluctuent plus vite que nos modestes capacités à les intégrer.

Avant de terminer, nous voudrions tirer un grand coup de chapeau à cet esprit brillant, car il ne semble ressentir aucune difficulté ni gène particulière pour assumer ce qui ne nous paraîtrait être, à nous simples mortels occidentaux, qu’un ensemble de contradictions, sans fil conducteur. Il ne reste plus qu’à signaler qu’il s’est probablement auto-opposé à sa participation personnelle à l’une ou au deux manifestations du 26 juin à Bruxelles, puisque sa présence n’a pas été rapportée.

Nous adressons à cet éternel candidat à la présidentielle (en particulier depuis plus d’un an pour celle de 2011) tous nos encouragements, nos félicitations et nos voeux de réussite, pour le bien et l’épanouissement du peuple.