24/10/10 (B575) Point de vue : un lecteur nous adresse une contribution pour faire l’éloge d’Aden Robleh, dont nous publions des extraits, avec des réserves que nous exprimons, puisque l’ARDHD privilégie les textes de l’opposition sincère et engagée et qu’Aden Robleh est toujours député sous les couleurs de l’UMP.

__________________________ Note de l’ARDHD

Un nombre significatifs de Djiboutiens ont des difficultés à suivre / comprendre les changements de position/ de cap assez fréquents d’Aden Robleh. Nous aussi !

Mais c’est ainsi ! Qui pourrait contester le fait qu’Aden Robleh Awalleh fasse partie du paysage politique de Djibouti ? Opposant, il est devenu supporter de la majorité, au mépris parfois de l’avis des cadres de son parti, qui refusaient de se rallier à l’UMP et de siéger aux côtés du RPP.

Mais Aden Robleh est un grand chef. Il refuse d’écouter lea base et il balaye les oppositions internes d’un revers de la main. Député, ayant voté toutes les Lois que Guelleh soumettait à l’Assemblée nationale, il a annoncé finalement qu’il ne voterait pas la modification de la constitution. C’est un fait acquis.

Certes, l’honneur aurait certainement commandé la démission de son mandat ! Eh bien, cela n’a pas été le cas. Il conserve le siège et les avantages financiers associés …

Connaissant les pratiques du régime, il a certainement été contraint de donner des gages au régime pour conserver son siège de député, acquis par la fraude électorale massive.

Quels gages ?

Servir d’alibi pour une troisième élection soi-disant démocratique ? Cela n’est pas à exclure … Sinon ?

En tout cas les relations d’Aden Robleh avec Guelleh nous rappelle le refrain d’une chanson de Serge Gainsbourg : “Je t’aime, moi non plus !”

Nous publions des extraits de la contribution de notre lecteur, à sa demande expresse, afin d’assurer un certain équilibre de l’information. Les lecteurs voudront bien noter que nous agissons exceptionnellement en contradiction avec notre charte, puisque Aden Robleh n’est pas classé comme opposant à la dictature et à l’asservissement du peuple à ce jour et que le fait d’avoir refusé de voter un seul texte ne suffit pas … à lui faire ré-ré-ré-intégrer l’opposition sincère et engagée.

Les lectrices ou les lecteurs, qui souhaiteraient l’intégralité de cette contribution, trouveront à la fin de l’article, un lien pour télécharger le document intégral.

________________________________ Contribution

La situation politique à Djibouti est agitée. Selon les rumeurs, IOG et sa femme s’entredéchirent. Plus sérieusement un constat doit être dressé. La population Djiboutiennene ne semble pas avoir réalisée ou « digérée » le viol de la constitution et la préparation du 3ème mandat qu’IOG veut s’offrir sur son dos.

A mon avis, le doublement de la quantité de khat importée d’Ethiopie et son arrivage avant 11h du matin à Djibouti y est pour quelque chose……après plusieurs meetings de l’opposition notamment de l’UAD et du PND, la mayonnaise semble prendre.

La société civile s’organise également de son côté sous l’impulsion de personnalités maintenant incontournables comme Jean Paul Nöel Abdi ou Farah Abadid Hildid.

L’arrivée d’Abdourahman Boreh dans l’opposition a aussi contribué à une certaine vigueur et à une recherche de cohérence dans l’action. D’ores et déjà il semble que Boreh, Daher Ahmed Farah et Kadami ont accordé leur violon.

Parallèlement, reconnaissant le rôle joué par l’infatigable Aden Robleh Awaleh qui combat le régime de l’intérieur depuis plus d’un an et surtout depuis que le projet de violation de la constitution a été mis sur les rails. L’ancien leader historique du FLCS (Front de Libération de la Côte des Somalis) et artisan de l’indépendance nationale multiplie les démarches pour faire échec à l’instauration d’une monarchie à Djibouti à travers le 3ème mandat illégal que prépare IOG.

Certes Aden Robleh Awaleh est toujours député mais ‘a-t-il pas été le seul député à voter NON au parlement lors du vote qui a avalisé le viol de la constitution ?

Il ne faut pas se fier aux apparences mais l’alliance du PND (Parti National Démocratique) à l’UMP D’IOG était tactique comme Aden lui-même l’avait récemment réaffirmé sur les ondes de la BBC en Somalie.

Nous sommes à un tournant (atacrossroads, at a turning point – l’anglais est à l’honneur à Djibouti) et la population Djiboutienne doit réagir et renforcer les forces du changement et les personnalités historiques qui l’incarnent légitimement au premier rang desquels Aden Robleh Awaleh.

Rappelons brièvement aux générations nées après 1977, le rôle du président du PND pour la libération de ce qui est maintenant connu sous le nom de la République de Djibouti.

Après de brillantes études juridiques à Bordeaux puis à Paris, Aden Roblehrentre à Djibouti en 1968. Militant et leader né, il a été Secrétaire Général de l’Union des Etudiants et Stagiaires Djiboutiens de 1963 à 1968.

(…)
Sous la houlette d’Aden Robleh Awaleh le FLCS connaîtra ses heures de gloire et contribuera de manière décisive à l’indépendance de Djibouti.

Rappelons juste deux moments clés de la lutte qu’a mené le FLCS durant ces années difficiles aujourd’hui facilement oubliés :

1- Le Kidnapping en 1975 de l’ambassadeur de France en Somalie. (…)

2- Le détournement pacifique d’un car transportant des enfants Français qui, après l’intervention du GIGN s’est malheureusement transformé en tragédie. (…)

Rappelons aussi que c’est bel et bien le FLCS qui avait introduit la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l’Indépendance) auprès des institutions internationales (ONU, OUA ).

Ecrire qu’Aden Robleh Awaleh est un « prétentieux » comme un de vos lecteurs a osé récemment est tout simplement une insulte à l’histoire nationale de la République de Djibouti.

(..) Dans l’article de votre lecteur qui a suscité indirectement ce simple rappel historique, il était question qu’Aden Robleh Awaleh « récopiait » des articles dans son journal « La République » sans citer ses sources. Je mets au défi votre lecteur de bien vouloir retrouver où Aden Robleh Awaleh a extrait les six piliers ci-dessus. Dans tous les ouvrages de droit ou de sciences politiques on les retrouve épars ou adjoint à d’autres conditions mais jamais regroupés en six. (..)

Un correspondant du quartier 6

NB : La contribution intégrale peut être téléchargée en cliquant ici (Pdf)