22/07/2011 (B613) Ecoutes téléphoniques ! Vous avez bien dit “écoutes téléphoniques” ? Mais cela n’existe pas à Djibouti, on vous le jure ! D’abord parce qu’en janvier 2011, les systèmes manquaient encore de performance … pour espionner un peu tout le monde y compris les ressortissants américains non diplomates et les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure. C’est pas nous, mais c’est Yacin Elmi Bouh qui l’écrivait et à ce titre, nous lui en laissons l’entière responsabilité. (Merci à nos lecteurs correspondants)(MAJ 23/07 avec ajout d’un lien de téléchargement).

Nous avons été destinataire de la copie de la note que nous reproduisons ci-dessous ! (Version image et transcription après) Nous remercions nos lecteurs … Inutile d’en dire plus, car la note se suffit à elle-même … !!!

___________________________________ 1 – Image

Télécharger la photo du document : lien

________________________________ 2 – Transcription

REPUBLIOUE DE DJIBOUTI
Unité – Egalité – Paix
MINISTERE DE L’INTERIEUR
et de la DECENTRALISATION

LE MINISTRE
N° 105 / SI
Date : 4 janvier 2011

A
Son Excellence
Monsieur lsmaêl Omar Guelleh
Président de la République
Chef du Gouvernement

Son Excellence,

les deux rapports sur les écoutes transmis par mes soins ce jour, à Monsieur lsmael Houssein Tani, en sa qualité de Président de I’ASP (Agency Security Policy), et conformément aux directives sur la sécurité intérieure, démontrent que les moyens d’aide mis à notre disposition par I’EUTM, semblent inefficaces selon le Commandant Tintillier.

Comme l’avait observé le Service de la Documentation en présence du Sécretaire Général du Gouvernement, leur défection avancée perturbe hautement la qualité d’écoute. D’une part, sur les cibles américains non diplomates et d’autre part, sur les responsables nationaux de la défense et de la sécurité intérieure.

Son Excellence, j’attire toute votre attention sur la situation en Zone-51, sous la tutelle de I’ASP. Son maintien risque de nous faire perdre la confiance des pays amis. Le contexte actuel. nous contraint désormais d’éffacer toute trace qui viendrait compromettre le dispositif.

Dans l’attente de vos appréciations, veuillez agréer, Son Excellence, l’hommage de mon profond respect.