15/05/2012 (B656) Cour Pénale internationale. Un lecteur nous propose de publier un article qu’il a écrit en Anglais à propos de cette institution. (Traduction en Français avec Google (et ses défauts) après la version anglaise).

Lien avec l’article original :
http://www.criminaljusticedegree.net/international-criminal-court-in-the-global-criminal-justice-system/

______________________ Version originale en Anglais

The International Criminal Court in the Global Criminal Justice System

The International Criminal Court (ICC) was established on July 1, 2002 with the intention of acting as a permanent tribunal for heinous international offenses (crimes against humanity, genocide, war crimes, and more recently, crimes of aggression).  Unlike the International Court of Justice—the judicial branch of the United Nations—the scope of cases, jurisdiction and mandate of the ICC are extremely narrow.   Given its limited function, it is not surprising that the ICC has only opened 7 cases and indicted 28 people.   The utility of such a court has been the subject of much debate and continues to spark controversy in political, military and academic circles.

Throughout the twentieth century, the international community contemplated the establishment of a permanent tribunal as a means to bring justice for serious international crimes and to hold accountable the perpetrators of those crimes.  Particularly after WWII, and then again following the genocides in the former Yugoslavia and Rwanda, the outrage against these criminals drove many countries to take action.  Ad hoc tribunals were established to hold accountable those responsible for war crimes and massive ethnic killings.  Although these temporary courts were deemed successful in their limited scope, further atrocities demanded consideration of a permanent judicial body that could potentially deter future crimes. The following are brief descriptions of the ICC’s current pending cases:

  • The atrocities in Uganda, led by Joseph Kony and his Lord’s Resistance Army, prompted an investigation by the ICC and the arrest of several Ugandan officials.  On July 8, 2005, the ICC indicted Joseph Kony, Raska LukwiyaOkot OdhiamboDominic Ongwen, and Vincent Otti on 21 counts of war crimes and 12 counts of crimes against humanity.  In this situation, the ICC has been unable to proceed because two of the accused are dead and the other three are listed as fugitives.
  • The next case referred to the ICC involved the situation in the Democratic Republic of Congo.   The investigation includes war crimes, crimes against humanity and genocide.  Of the five people indicted by the court, Thomas Lubanga Dyilo, Germain Katanga, Mathieu Ngudjolo Chui, Bosco Ntaganda and Callixte Mbarushimana, only the first three are currently on trial in the Hague.
  • After conflict escalated in the Darfur region of Sudan, the Security Council of the UN referred the situation to the ICC.  After further investigation, the ICC indicted seven individuals for war crimes, genocide and crimes against humanity.  Although Ahmed Haroun, Ali Kushayb, Omar al-Bashir, Bahar Abu Garda, Abdel Rahim Mohammed Hussein, Abdallah Banda, and Saleh Jerbo have all received indictments, only the latter two have voluntarily appeared in court.
  • Jean-Pierre Bemba, former vice-president of the DRC, was indicted by the ICC for war crimes and crimes against humanity committed in the Central African Republic between 2002 and 2003.  An ongoing investigation by the ICC into the atrocities committed by President Ange-Félix Patassé of the Central African Republic continues.
  • The 2007-2008 post-election violence in Kenya sparked investigation by the ICC, after Kenyan judge, Philip Waki, determined that the government was unwilling to seek legal action for horrific crimes following the presidential elections.  The ICC indicted six individuals, known as the “Ocampo Six” after the ICC Prosecutor, for crimes against humanity.  Proceedings are ongoing.
  • The ICC recently indicted Muammar Gaddafi, Saif al-Islam Gaddafi, and Abdulla Senussi of Libia for war crimes and crimes against humanity.  The case, referred to by the UN Security Council, is ongoing.
  • The president of Cote d’Ivoire, Laurent Koudou Gbagbo, became the first head of state to be taken into ICC custody in late 2011.  The pre-trial phase of his case began and hearings are set for June 18, 2012

Regardless of how a situation arrives at the ICC, the international community seems to have found a method for addressing seriously egregious crimes occurring on an international scale.  In order for the ICC to be even more effective, non-governmental organizations such as the Coalition for the International Criminal Court (CICC) are working toward worldwide ratification of the ICC.

The Rome Statute established the International Criminal Court in circumstances where states are unable or unwilling to resolve serious international crimes.  The ICC can have jurisdiction over a case in one of three ways: if the UN Security Council refers the situation to the ICC; if the accused is a citizen of a signatory state; or if the crime was committed in the territory of a signatory state.  Universal jurisdiction was sought for the ICC, but the United States strongly opposed granting such broad powers and was not a signatory to the Rome Statute.   Several concerns arose regarding diminished state sovereignty, interference in foreign policy and potential prosecution of high-level political and military officials.  Although such concerns so far appear unfounded, it remains to be seen how effective the ICC can be without a long-term commitment from the United States.  Nevertheless, the court continues to press forward in its current endeavors to bring those accused to justice.

It is difficult to determine whether this relatively new institution can meet its objectives.  Some opponents of the ICC suggest that because the court lacks a police component, it also lacks the authority to enforce its decisions.  This deficiency has been most evident in the ICC prosecutor’s inability to require states to extradite fugitives.  In reality, an ICC indictment is only as meaningful as the member state’s willingness to enforce it.  Additionally, though the Rome Statute established a detention facility in The Hague for housing accused individuals awaiting trial, the facility was not intended for convicted prisoners.  Much of the ICC’s credibility still depends on the legal precedents it will establish in the conviction phase of its current trials.

For example, in a landmark decision on March 14, 2012, the ICC found the former DRC commander Thomas Lubanga Dyilo guilty of war crimes.  As the first conviction for the court, human rights advocates celebrated the decision as a historical step in promoting justice for children and other victims of such atrocities.  Since the sentencing phase still remains, it may be too early to tell whether this conviction will translate into actual punishment.  It will be up to the ICC and the DRC to agree on a place to carry out the sentence, which may include life in prison.  As with any justice system, there will be imperfections that may require policy adjustments.  However, if the ICC has increased international cooperation in minimizing crime, most contend that the court’s efforts are worthwhile.

_______________ 2 – Traduction en Français
Cette traduction a été réalisée en automatique avec Google traduction et elle comporte des défauts dont ne nous sommes pas responsables. Se référer au texte orginal ci-dessus.

La Cour pénale internationale (CPI) a été créé le 1 Juillet 2002, avec l’intention d’agir comme un tribunal permanent pour odieux crimes internationaux (crimes contre l’humanité, génocide, crimes de guerre, et, plus récemment, des crimes d’agression). 

Contrairement à la Cour internationale de Justice-la branche judiciaire de l’Organisation des Nations Unies-la portée des cas, la compétence et le mandat de la CPI sont extrêmement étroites. Compte tenu de sa fonction limitée, il n’est pas surprenant que la CPI a ouvert seulement 7 cas et inculpé 28 personnes. L’utilitaire d’un tel tribunal a fait l’objet de nombreux débats et continue de susciter la controverse dans les milieux politiques, militaires et universitaires.

Tout au long du XXe siècle, la communauté internationale envisage la création d’un tribunal permanent comme un moyen de rendre justice pour les crimes internationaux graves et de demander des comptes aux auteurs de ces crimes. En particulier après la Seconde Guerre mondiale, puis de nouveau à la suite des génocides en ex-Yougoslavie et le Rwanda, l’indignation contre ces criminels a conduit de nombreux pays à prendre des mesures. 

Des tribunaux ad hoc ont été créés pour tenir pour responsables ceux responsables de crimes de guerre et massacres ethniques massives. Bien que ces tribunaux temporaires ont été considéré comme un succès dans leur champ d’application limité, d’autres atrocités demandé l’examen d’un organe judiciaire permanent qui pourrait décourager les crimes futurs. Le Voici une brève description de la CPI actuels affaires pendantes:

  • Les atrocités en Ouganda, dirigé par Joseph Kony et son Armée de résistance du Seigneur, invité d’une enquête par la CPI et l’arrestation de plusieurs responsables ougandais. Le 8 Juillet 2005, la CPI, Joseph Kony, inculpé, Raska Lukwiya , Okot Odhiambo , Dominic Ongwen , et Vincent Otti sur 21 chefs de crimes de guerre et 12 chefs de crimes contre l’humanité. Dans cette situation, la CPI a été incapable de procéder parce que deux des accusés sont morts et les trois autres sont répertoriés comme des fugitifs.
  • Le cas est ensuite référé à la CPI la situation impliquée dans la République démocratique du Congo. L’enquête comprend des crimes de guerre, crimes contre l’humanité et de génocide. Parmi les cinq personnes inculpées par le tribunal, Thomas Lubanga Dyilo, Germain Katanga, Mathieu Ngudjolo Chui, Bosco Ntaganda et Callixte Mbarushimana, seuls les trois premiers sont actuellement en procès à La Haye.
  • Après le conflit s’est aggravé dans la région du Darfour au Soudan, le Conseil de sécurité de l’ONU a déféré la situation à la CPI. Après une enquête plus approfondie, la CPI inculpé sept personnes pour crimes de guerre, génocide et crimes contre l’humanité. Bien que Ahmed Haroun, Ali Kushayb, Omar al-Bashir, Bahar Abu Garda, Abdel Rahim Mohammed Hussein, Abdallah Banda et Saleh Jerbo ont tous reçu actes d’accusation, seuls les deux derniers ont comparu volontairement devant le tribunal.
  • Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la RDC, a été inculpé par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en République centrafricaine entre 2002 et 2003. Une enquête menée par la CPI sur les atrocités commises par le président Ange-Félix Patassé de la République centrafricaine continue.
  • La version 2007-2008 de violences post-électorales au Kenya a suscité une enquête de la CPI, après kenyane juge, Philip Waki, a déterminé que le gouvernement n’était pas disposé à rechercher une action en justice pour des crimes horribles à la suite des élections présidentielles. La CPI inculpé six personnes, connues sous le nom “Six Ocampo” après que le Procureur de la CPI, pour crimes contre l’humanité. Les procédures sont en cours.
  • La CPI a récemment inculpé Mouammar Kadhafi, Saif al-Islam Kadhafi, et Abdulla Senussi de Libia pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.Le cas, évoqué par le Conseil de sécurité, est en cours.
  • Le président de la Côte d’Ivoire, Laurent Koudou Gbagbo, est devenu le premier chef d’Etat à prendre en détention à la CPI à la fin 2011. La phase préalable au procès de son affaire a commencé et les audiences sont fixées pour Juin 18, 2012.

Indépendamment de la façon dont une situation arrive à la CPI, la communauté internationale semble avoir trouvé une méthode pour traiter les crimes graves qui se produisent au sérieux à l’échelle internationale. Pour que la CPI d’être encore plus efficace, les organisations non gouvernementales telles que laCoalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) travaillent à la ratification de la CPI dans le monde entier.

Le Statut de Rome a institué la Cour pénale internationale dans les cas où les Etats sont incapables ou refusent de résoudre les crimes internationaux graves. La CPI peut avoir compétence sur une affaire dans l’une des trois façons suivantes: si le Conseil de sécurité défère la situation à la CPI, si l’accusé est un ressortissant d’un Etat signataire, ou si le crime a été commis sur le territoire d’un État signataire .  

La compétence universelle a été demandée à la CPI, mais les Etats-Unis s’étant fermement opposés à l’octroi de tels pouvoirs étendus et n’étaient pas signataires du Statut de Rome. Plusieurs préoccupations ont surgi concernant la souveraineté des États diminuée, ingérence dans la politique étrangère et d’éventuelles poursuites judiciaires de haut niveau des responsables politiques et militaires. Bien que ces préoccupations à ce jour semblent sans fondement, il reste à voir l’efficacité de la CPI peut être sans un engagement à long terme des États-Unis. Néanmoins, le tribunal continue à aller de l’avant dans ses efforts actuels pour traduire les accusés devant la justice.

Il est difficile de déterminer si cette institution relativement nouvelle peut atteindre ses objectifs. Certains opposants de la CPI indiquent que parce que le tribunal n’a pas une composante de police, il lui manque aussi le pouvoir de faire appliquer ses décisions. Cette lacune a été la plus évidente dans l’incapacité de la procureur de la CPI à exiger des États d’extrader les fugitifs. 

En réalité, un acte d’accusation de la CPI est aussi efficace que la volonté de l’État membre à l’appliquer.
 

En outre, si le Statut de Rome a établi un centre de détention à La Haye pour les personnes accusées de logement en attente de jugement, l’installation n’a pas été destiné pour les détenus condamnés. Une grande partie de la crédibilité de la CPI dépend encore sur les précédents juridiques, il mettra en place dans la phase de conviction de ses essais en cours.

Par exemple, dans une décision historique le 14 Mars 2012, la CRI a conclu l’ex-commandant de la RDC Thomas Lubanga Dyilo coupable de crimes de guerre.Comme la première condamnation de la cour, les défenseurs des droits de l’homme célébré la décision comme une étape historique dans la promotion de la justice pour les enfants et autres victimes de telles atrocités. 

Depuis la phase de détermination de la peine reste, il peut être trop tôt pour dire si cette conviction se traduira par la punition réelle. Il sera à la CPI et la RDC pour convenir d’un lieu pour mener à bien la phrase, qui peut inclure la prison à vie.Comme avec n’importe quel système de justice, il y aura des imperfections qui peuvent nécessiter des ajustements de politique. Toutefois, si la CPI a augmenté la coopération internationale pour réduire au minimum la criminalité , la plupart affirment que les efforts de la cour en valent la peine.