31/12/2012 (Bréve 074) Aucune réaction, aucune excuse, aucun repenti de la part du secrétaire d’Etat aux Sports Djama Okieh, responsable directement ou indirectement de l’assassinat d’un jeune d’Obock par les forces armées qui l’accompagnaient. (ARDHD)

Un jeune lycéen de 15 ans a perdu la vie à Obock sous les balles d’un détachement de la gendarmerie (on cite le GIGN qui assurait la sécurité de ce sous-ministre).

Secrétaire d'Etat djiboutien Djama Obsieh indirectement responsable de la mort d'un jeune lycéen de 15 ansFace à ce drame inexcusable, le sous-ministre aurait pu avoir des paroles publiques de compassion envers la famille et les proches de la victime, sans oublier les malheureux blessés qui ont été transportés à l’hôpital dans un état grave.

A l’heure actuelle et à notre connaissance, RIEN. Le sous-ministre, comme le Gouvernement et les Etats-major de la Police et/ou de la Gendarmerie ne réagissent pas. Ils opposent tout leur dédain aux populations civiles et en particulier à celles du Nord,

Dans un pays démocratique et civilisé, le procureur aurait déjà ouvert une enquête judiciaire. RIEN.

Et Guelleh voudrait faire croire à la communauté internationale qu’il a fait de grandes avancées dans les domaines de la justice, de la démocratie et du respect des Droits humains.

Espérons que les forces étrangères militaires et diplomatiques présentes à Djibouti (en particulier, France, USA, Japon, Union européenne) sont au courant et vont demander des comptes au régime et imposer la poursuite pénale des coupables. Mais il ne faut pas rêver !