06/06/2020 (Brève 1630) La Voix au Chapitre : Mobilisons-nous pour libérer le Lieutenant Fouad

LA VOIX AU CHAPITRE : Par AÏNACHÉ – le 5 juin 2020.

Une vidéo sur les conditions inhumaines dans lesquelles est séquestré un lieutenant de l’aviation djiboutien tourne depuis quelques jours sur les réseaux sociaux.

Le 8 avril dernier, Fouad Youssouf Ali décide de quitter Djibouti pour se réfugier en Ethiopie. L’officier ne supportait plus les brimades infligées par sa hiérarchie dans un contexte de rivalités tribales.

Le gouvernement djiboutien a obtenu de l’Ethiopie son extradition.

Le militaire a été enfermé dans la prison de Gabode, établissement à la sinistre réputation. Avec des complicités internes, le lieutenant Fouad a réussi à faire sortir cette vidéo qui montre sans filtre le traitement dégradant qui lui est infligé.

Nous connaissions les méthodes de coercition du pouvoir en place.

Beaucoup de récits de nos compatriotes, qui ont pu survivre à ces tortures, ont évoqué l’enfer qu’ils ont subi dans cette prison et/ou dans la villa Christophe, un lieu où se déroule les interrogatoires. S’ils ne sont pas morts comme beaucoup de leurs camarades, ils en garderont des séquelles physiques et morales à vie.Ces traitements indignes sont réservés à ceux qui ont des velléités de penser autrement, ou qui sont soupçonnés arbitrairement d’opposition au gouvernement.

Nous nous devons d’exercer une vigilance permanente, nous souhaitons dénoncer haut et fort, à la face du monde, les agissements barbares de ce pouvoir fondé sur un tribalisme qui exclue et vise à réduire tout ceux qui n’appartiennent pas à leur clan, violant ainsi sans vergogne les Droits de l’homme.

La vidéo du Lieutenant Fouad en est une insoutenable illustration. Et s’il arrivait que certains de nos interlocuteurs puissent douter de la véracité de nos déclarations, ils ont sous leurs yeux, la preuve du cauchemar vécu par Fouad, comme par tant d’autres avant lui.

Beaucoup de nos compatriotes postent quasi quotidiennement des textes et des caricatures pour dénoncer les agissements du tenant du pouvoir Djiboutien.  Ils dénoncent la voracité jamais rassasiée de ce pouvoir qui n’hésite pas à détourner les aides qui nous parviennent  de l’ étranger. Le dernier détournement signalé est l’aide internationale destiné à la population victime du Covid-19.

Parmi les plus actifs de la société civile sur les réseaux sociaux, je vous invite à suivre le caricaturiste Ilias Houssein qui publie la chronique “Djibouti à vous de juger”.  Intéressez-vous également à Fathia Boukao qui interpelle régulièrement très poliment mais fermement le Président et  son entourage. Tous  les deux sont bien informés sur ce qui se passe au pays. Merci à eux.

Le lieutenant Fouad et ses pairs, maltraités dans ces lieux dégradants, ont droit à un jugement équitable, ils ont droit à des traitements dignes et humains. Les réseaux sociaux nous donnent l’opportunité de révéler au grand jour les agissements de ce régime autoritaire qui n’est préoccupé que par son maintien au pouvoir et par son enrichissement au détriment de son peuple et de la nation.

Nous souhaitons de toutes nos forces une République démocratique, cette république voulue par nos illustres compatriotes dont certains ont perdu la vie pour son avènement, cette République bafouée par les collabos d’hier qui l’ont pervertie et transformée en une dictature monarchique vouée à leurs intérêts.

Partagez largement ce texte et la vidéo : https://www.facebook.com/792704007750727/posts/1133178347036623/

Il faut que cette information sorte de notre diaspora djiboutienne et soit révélée au monde entier.

Libérons le Lieutenant Fouad, pendant qu’il est encore temps.

AÏNACHÉ