10/09/2021 (Brève 1902) BBC-Africa Un footballeur djiboutien en quête d’asile passe une semaine à l’aéroport

Par Piers Edwards & Romain Molina – BBC Sport Afrique

Lien avec l’article https://www.bbc.com/sport/africa/58506588

Un membre de l’équipe nationale de football de Djibouti a passé une semaine en transit dans un aéroport international de Paris après avoir demandé l’asile en France.

Nassrodin Aptidon est l’un des trois internationaux djiboutiens demandeurs d’asile qui ont disparu à l’aéroport d’Orly vendredi dernier alors que l’équipe se rendait pour un match de qualification pour la Coupe du monde 2022 via la capitale française.

Les deux collègues d’Aptidon – Bilal Hassan et Aboubakar Elmi – ont reçu mercredi l’autorisation de quitter l’aéroport des autorités françaises à la suite d’une réunion que le gardien a dû manquer en raison d’une courte maladie.

Il s’attend à savoir sous peu s’il peut quitter la zone de transit de l’aéroport, où il a passé les sept derniers jours et nuits.

Hassan et Elmi, quant à eux, disposaient d’un délai de 72 heures pour déposer des documents auprès des autorités françaises, qui pouvaient ensuite leur accorder trois mois supplémentaires pour présenter leur cas.

Une organisation de défense des droits humains qui aide les footballeurs craint que Hassan et Elmi, qui travaillent pour l’État de Djibouti, ne finissent en prison s’ils se voient refuser l’asile et sont contraints de rentrer chez eux.

Elmi travaille pour les services de police tandis qu’Hassan aurait demandé l’asile après avoir affirmé avoir été contraint de suivre des ordres qu’il ne voulait pas exécuter alors qu’il servait dans la Garde républicaine de Djibouti.

“Ils sont harcelés par le gouvernement chaque fois qu’ils disent quelque chose d’incorrect”, a déclaré Jean-Loup Schaal, président de l’ARDHD (Association pour le respect des droits de l’homme à Djibouti).

“Hassan a été forcé de faire des choses qu’il refusait de faire, comme arrêter des membres de sa famille. Alors ils ont dit qu’il n’était pas possible de continuer à arrêter leurs gens.”

Hassan, dont l’épouse serait en phase finale de grossesse, et Elmi ont des épouses et des familles à Djibouti.

L’équipe s’est arrêtée à Paris après qu’il n’ait pas été possible de se rendre directement au Maroc, où Djibouti a perdu lundi contre le Niger, en provenance d’Algérie, où l’équipe avait été battue 8-0 par les champions d’Afrique quatre jours plus tôt.

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques le mois dernier avec ses voisins nord-africains, qui n’accueillaient le match du Niger qu’après que le stade national de Djibouti a été jugé inapte à accueillir des matchs internationaux.

Schaal a déclaré que les joueurs lui avaient dit que la lourdeur de la défaite de Djibouti face à l’Algérie avait suscité des craintes quant à ce qui pourrait leur arriver à leur retour dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Après que la délégation djiboutienne a raté son vol initial de Paris au Maroc en raison d’une documentation incorrecte concernant à la fois les visas de transit et les tests Covid, les trois joueurs ont élaboré un plan d’évasion.

Lorsque la délégation est finalement partie dans la soirée du vendredi 3 septembre, le trio était introuvable après s’être caché.

“Ils avaient peur de retourner à Djibouti après avoir perdu autant”, a déclaré Schaal, qui a rendu visite aux joueurs alors qu’ils étaient coincés à l’aéroport. “Ils n’avaient pas prévu cela mais ont pris la décision alors qu’ils étaient à Paris.”

++ En transit

Jusqu’à l’audience de mercredi qui a permis le départ d’Hassan et Elmi, les trois footballeurs étaient restés dans la zone de transit d’Orly.

“Ils n’étaient pas autorisés à entrer en France et la seule fois où ils sont sortis de la zone de transit, c’était pour se rendre devant un tribunal de Créteil”, a expliqué Schaal.

Les joueurs passeraient toute la journée dans la zone de transit de l’aéroport avant d’être emmenés dans un hôtel, également dans la zone de transit, pour dormir la nuit.

Si le trio réussit finalement à présenter son dossier aux autorités françaises de l’immigration, l’OFPRA, il sera autorisé à rester en France.

La BBC a sollicité les commentaires de la fédération de football de Djibouti, un pays qui ne s’est jamais qualifié ni pour une Coupe du monde ni pour la Coupe d’Afrique des nations et qui est classé 182e par la Fifa.