09/12/2016 (Brève 888) Guelleh livre des opposants Oromo et Ahmara à Addis. Pour montrer son soutien au régime éthiopien ? (LOI n°1440)

Selon un article (payant) de LOI (n° 1440), le régime de Guelleh aurait livré 150 réfugiés Oromo et Ahmara aux autorités éthiopiennes, avec le souci de montrer sa fidélité et son attachement au
régime actuel, qui doit faire face à une contestation qui s’étend dans le pays.

S’agirait-il aussi de faire “passer” le projet en cours de signature d’implantation d’une base militaire saoudienne sur le territoire Djiboutien ? Projet très contesté par les Ethiopiens mais aussi par les Egyptiens qui voit cette installation d’un très mauvais oeil.

LOI ajoute que cette décision augmente le risque de représailles
de la part des organisations Oromo, dont certains membres paysans, auraient déjà incendié des fermes appartenant à Djibouti et situées dans l’Oromo National Regional State

11/11/2016 (Brève 861) LOI : suspension de deux des plus hauts responsables de la Police et de la Gendarmerie.

Selon un article de LOI, Guelleh, à la demande de Paulette, aurait suspendu Abdillahi Abdi Farah, colonel commandant la Police et Zakaria Abdi Aden (le p’tit Zak) Colonel commandant de la Gendarmerie. Ils sont remplacés actuellement par deux officiers issus de la communauté Mamassan.

Il semblerait qu’une échauffourée qui aurait opposé des Gendarmes et des Policiers à l’aéroport d’Ambouli (et qui avait été relatée dans nos colonnes par un lecteur https://www.ardhd.org/mho/affiche_info.asp?articleID=16641) soit à l’origine de cette décision, prise pour éviter tout risque de Putsch…

Compte-tenu de leur passé respectif au service de la dictature et de leur acharnement contre les populations et les individus (torture, harcèlement, emprisonnent arbitraire, exécutions sommaires, etc…) l’équipe de l’ARDHD ne les regrettera pas.

Leurs brillants faits d’arme contre des civils sans défense ont été dénoncés sur nos sites. Ils avaient bénéficié de promotions remarquées dans l’Ordre national des Bourreaux de la République de Djibouti

16/07/2016 (Brève 816) Bientôt un nouvel exposant sur l’exposition internationale des armes à Djibouti (Selon LOI)

Selon une information lue dans la Lettre de l’Océan indien (LOI), les forces armées chinoises vont accueillir des détachements de la marine russe.

Toujours selon la même source, se pliant aux cris de détresse des Américains, Guelleh aurait rejetté la demande russe d’ouvrir un stand à Djibouti, dans le cadre de l’exposition universelle des armes.

C’est uniquement pour leur éviter de sombrer dans la mélancolie, que les Chinois, bons princes, auraient accepté d’accorder un ponton aux Russes, afin qu’ils puissent y amarrer leurs petits navires de guerre et pourquoi pas, si affinités, y débarquer des troupes bien entraînées. Est-ce aussi en prévision d’un conflit possible entre Erythrée et Ethiopie sur le sol djiboutien ?

En tout cas nous allons ajouter la Russie à la liste impressionnante des Nations qui sont présentes sur ce grand salon mondial de l’Armement
: Français, Américain, Japonnais, Chinois, Italiens, Saoudiens, Qataris, Espagnols et Allemands (ces deux derniers en plus petit nombre)

18/06/2016 (Brève 806) Selon un article de LOI, dont les informations sont confirmées par nos sources djiboutiennes, l’armée éthiopiennes aurait établi une tête de pont en territoire djiboutien.Une double source d’inquiétude : interne et externe.

L’Armée éthiopienne lance une tête de pont en terre djiboutienne

Nous savions que le territoire djiboutien était devenu le plus grand salon mondial des armées étrangères : France, Japon, USA, Chine, Allemagne, Italie, Espagne, Arabie saoudite, Qatar, et probablement encore d’autres.

Maintenant et c’est beaucoup plus inquiétant, ce sont les Ethiopiens qui ont établi une première tête de pont
au nord ouest de Tadjourah, pas très loin de la frontière érythréenne, ce qui est fort inquiétant sur la reprise toujours possible du conflit entre les deux nations avec des conséquences possibles en terre djiboutienne.

Mais le plus inquiétant à court terme est le fait que les militaires éthiopiens soient arrivés avec armes et bagages à la demande du Chef d’Etat major djiboutien, (récemment en profond désacord avec Guelleh) et avec capacité
d’intervenir dans les affaires intérieures de la République de Djibouti.

06/05/2016 (Brève 782) Les frais du procés intenté par IOG à son ancien ami (pour vengeance personnelle ??) pourraient coûter 10% environ du budget national, alors que le pays peine à rembourser les crédits aux Chinois (voir article suivant) Selon LOI, une information confirmée par d’autres supports (comme Modern Ghana)

Lien avec Modern Ghana (En Anglais) : http://www.modernghana.com/news/690021/djibouti-vendetta-getting-costlier.html

D’après LOI, Djibouti aurait déjà versé 65 millions US$ aux avocats engagés pour le représenter devant la justice britannique, plus environ 20 millions US$ en faveur de M. Boreh. Sachant que le budget djiboutien tourne autour de 740 millions d’US$, 85 millions (65 + 20) représenteraient environ 13 % du budget djiboutien. (Modern Ghana estime à 90 millions US$ le montant total de la facture.

Et chacun pourra imaginer que cette somme sera payée par les Djiboutiens et non par Guelleh qui avait pourtant intenté ce procès pour satisfaire sa vengeance personnelle vis à vis de son ancien ami “de trente ans’ …

A ces sommes, il conviendra de prendre en compte les demandes qui pourraient être déposées par DP World pour préjudice et diffamation !!!

Dites merci, Mesdames et Messieurs les Djiboutiens à M. Guelleh ! Il s’enrichit sur votre dos et en plus il jette votre argent “par dessus bord”, en frais de justice inutiles !!!

Pas grave pour lui tant que vous payez à sa place !!

06/05/2016 (Brève 783) L’Armée chinoise à Djibouti : les prévisions d’effectif passeraient très rapidement de 10.000 à 20.000 hommes sur place ? (Selon LOI)

Selon LOI, les Chinois n’apprécieraient pas que Djibouti peine à rembourser les crédits qu’ils lui ont consentis. (Notons que les Chinois ont endetté Djibouti sur un quart de siècle environ en forçant le régime à investir dans des travaux gigantesques : voie ferrée, nouveaux aéroports en pleine nature, …)

En contrepartie, ils voudraient implanter 20.000 hommes au lieu des 10.000 prévus fin 2015, dont 5.000 à Djibouti-ville et le reste à Obbock.

Qui peut imaginer aujourd’hui que Guelleh soit capable d’assurer le remboursement des énormes prêts chinois ? Pas grand monde ! Alors les Chinois vont-ils exiger le paiement en acquérant progressivement tout le territoire : nous n’en sommes probablement déjà pas très éloignés !!!

21/12/2015 (Brève 553) LOI (Lettre de l’Océan indien) / Dans un article en lecture protégée, publié ce jour sour le titre “Confrontation sanglante entre les Issa/Yonis Moussa et les forces de l’ordre”, LOI confirme les affrontements sanglants auxquels se livrent les forces de police contre ce clan.

Selon un article “payant” de LOI publié ce lundi, les Issa / Yonis Moussa se sont révoltés après que le régime leur ait interdit d’organiser la cérémonie annuelle en mémoire du père de leur clan.

LOI confirme une nouvelle escalade dans la politique de terreur et de répression, qui est dirigée par la Présidence. Cette fois c’est une fraction des Odahgob, qui est visée. Rappelons que de nombreux opposants sont issus de cette communauté et LOI cite en particulier : le secrétaire général du Mouvement pour le développement et la liberté (Model, opposition), Abdillahi Adaweh, ou encore le secrétaire général de l’Union pour le salut national (USN, coalition de l’opposition), Abdourahman Mohamed Guelleh.

02/02/2015 (Brève 449) Selon un article de LOI, la partie gouvernementale ne se précipiterait pas pour appliquer les différentes résolutions inscrites dans l’accord-cadre du 30 décembre 2014

Confirmant les craintes que nous avions exprimées dans nos articles précédents, LOI précise que si l’opposition a mis en application les résolutions de l’accord-cadre du 30 décembre (fin des manifestations, participation de ses élus à l’A.N.,..), il n’en est pas de même du côté du Gouvernement.

Parmi les points qui auraient du être appliqués et qui ne le sont toujours pas, LOI cite :
– la réintégration des députés de l’USN et le paiement de leurs arriérés,
– l’amnistie des trois religieux,

– la restitution de la caution payée pour les élections de 2013,

Parmi les points dont l’application a pris du retard :
– la commission paritaire en charge de proposer un accord pour la création d’une CENI indépendante et pour préciser le statut de l’opposition. Elle aurait du se réunir immédiatement après la signature de l’accord et ce n’est que le 21 janvier qu’elle a commencé les travaux qui devraient être achevés le 21 février (30 jours)

Parmi les seuls points appliqués :
– la restitution des passeports qui avaient été confisqués aux dirigeants de l’USN,
– la retransmission sur la RTD de certains événements organisés par l’opposition

Lire l’article (payant) sur LOI : IOG joue au chat et à la souris avec l’USN
______________________ Note de l’ARDHD
Bien qu’il soit encore un peu tôt pour en tirer des conclusions définitives, il semble que le régime de Guelleh ne soit pas encore disposé à accepter des concessions démocratiques de base ….