Articles

09/04/02 Selon un lecteur généralement bien informé, Guelleh aurait échappé à un attentat à Dikill

Lors de
sa dernière tournée-mascarade de prince repu,
auprès des populations miséreuses du District
de Dihkil, IOG aurait, selon des sources informées,
échappé de justesse à une tentative d’assassinat.

En effet,
un jeune Dihkillois, furieux des traitements infligés
à son frère en prison par des sbires du Chef
d’Etat auto-proclamé de Djibouti, aurait pris
la décision de liquider physiquement ce dernier. Il
s’agirait du frère d’un des grévistes
de la faim de Gabode, anciens co-détenus du général
Yacin Yabeh, courant mars dernier et toujours incarcéré
sans jugement.

Il aurait
choisi le moment des festivités organisées par
le Commissaire de la République pour accueillir son
chef, pour commettre son forfait. Arrivé tôt
sur les lieux, il s’installe au premier des sièges
prévus à cet effet, son fusil d’assaut
AKM-47 caché sous son châle, pour être
à une distance convenable de sa cible. C’est par
le plus simple hasard qu’un des policiers l’invitant
à se lever pour céder sa chaise à un
notable de la région touche le canon de l’arme
et comprend les intentions du jeune homme. Aussitôt
neutralisé par les innombrables agents qui pullulaient
sur les lieux, il est aussitôt conduit pour interrogatoire,
dans une des multiples prisons d’IOG pour enquête.

Les dernières
nouvelles qui nous parviennent font état que l’auteur
de cette tentative d’assassinat contre le dictateur djiboutien
aurait été relâché au bout d’une
semaine d’enquête serrée et déclaré
« dément » irresponsable de ses actes.
Ce dont doutent beaucoup de Djiboutiens

IOG qui
n’a jamais brillé par « son courage »
aurait eu une des plus grande peur de sa vie d’autocrate
honni de son peuple aurait quitté Dihkil ventre à
terre. Non sans réprimander sévèrement
les responsables de ses services secrets et sa police politique
chargés de sa sécurité rapprochée.
Une enquête serait déclenchée pour rechercher
d’éventuels complices de l’auteur au sein
de ces services.

08/04/02 La diplomatie française : deux poids, deux mesures !

Nous publions
ci-dessous un extrait du point de presse du Ministère
des Affaires étrangères de la France.

Actualités
diplomatiques du ministère des Affaires étrangères.
Point de presse d’une porte-parole du Quai d’Orsay du 8 avril
2002 :

5 – SYRIE

”Depuis
l’arrestation, en août dernier, de personnalités
politiques et la condamnation, le 20 mars, du député
Maamoun al Homsi à cinq ans de prison, nous avons manifesté
à plusieurs reprises notre préoccupation sur
la situation des droits de l’homme en Syrie. Venant après
la condamnation de Maamoun al Homsi, la sévérité
du verdict prononcé à l’encontre du député
Riad Seif, jeudi 4 avril, constitue un signal négatif
pour le respect de la liberté d’expression et des libertés
politiques dans ce pays. Nous formons le vœux que les
procédures d’appel soient appliquées dans le
respect des droits de la défense et des principes de
l’Etat de droit, notamment dans le cadre de ces deux procès.”

Note
de l’ARDHD :
Combien il est intéressant et significatif de constater
que notre diplomatie est bien plus préoccupée
par les Droits des députés d’un pays indépendant
depuis 1946 que par 12 militaires prisonniers politiques,
qui font par désespoir la grève de la faim,
depuis plus de 30 jours à Djibouti, pays francophone
où tous les Droits humains sont bafoués depuis
près de 25 ans et tout particulièrement depuis
le hold up électoral auquel Ismaël Omar Guelleh
a procédé en 1999.
Qu’il soit bien clair que nous ne critiquons pas la France
qui défend les Droits de l’Homme et des condamnés
politiques, mais nous aimerions constater qu’elle agit avec
la même sincérité et avec la même
force dans tous les pays …. à Djibouti en particulier
où sa position lui permettrait d’avoir droit au chapitre

07/04/02 En dépit des versements mensuels de la France, des versements exceptionnels mais réguliers de la France et des versements du FMI, les salaires de la fonction publique accusent plus de six mois de retard.

Et
pourtant personne ne se plaint !

Devinez
où est passé l’argent ?

Le mercredi
3 avril 2002, Ismaël Omar fait précéder
au versement des soldes des Militaires djiboutiens correspondant
au mois de novembre 2001…..

Connaissez-vous
des fonctionnaires ou assimilés qui accepteraient de
travailler sans que leur salaire ne soit versé ?

Je suppose
que non … ; et bien détrompez-vous à Djibouti
c’est une pratique courante …

Face à
la grogne qui ne cesse de croître au sein des Forces
armées, des fonctionnaires et des enseignants, l’Etat
djiboutien n’aurait eu comme autre alternative que de
procéder en urgence au versement, le mercredi 3 avril
2002, des soldes des militaires …….. correspondant
au mois de novembre 2001.

Sachant
que les autres administrations sont payées ensuite
mais ne l’auraient pas encore été à
ce jour, chacun est en droit de se poser des questions sur
l’utilisation qui est faite des finances de l’Etat
et des aides extérieures qu’il ne cesse de percevoir.

Pour ceux
qui s’inquiéteraient de la situation financière
d’Ismaël Omar, de ses ministres et de ses proches, nous
tenons à les rassurer pleinement, car leurs appointements,
salaires et avantages sont versés chaque mois à
date fixe et sans retard….

Il est
vrai qu’Ismaël Omar est bien plus préoccupé
par le paiement de la facture de remise en état de
vol de son Boeïng 727 immobilié au Yémen….que
par les problèmes de versements des salaires des serviteurs
de l’Etat. Cela prouve, une nouvelle fois, le peu de
considération / respect qu’il leur porte à
ceux qui le servent ………… On peut toujours
se demander pourquoi ils continuent à le servir dans
ces conditions : un jour ils vont comprendre que l’on se moque
d’eux et ils le feront certainement savoir de manière
plus bruyante.

Non content
de faire procéder au versement de leurs soldes avec
6 mois de retard, il vient d’imposer que chacun contribue
à alimenter un fond d’aide aux Palestiniens

Exiger
… pour les autres … pas pour lui…

Quand
on est Excellence …. on excelle dans tous les domaines
…

07/04/02 Haroun, le tortionnaire, qui était réfugié au Canada a été expulsé il y a une semaine et déchu de la nationalité canadienne qu’il avait acquis au prix de gros mensonges sur son passé.

Depuis
plusieurs années, l’ARDHD signale à l’opinion
publique internationale les noms des tortionnaires qui ont
pratiqué la torture à Djibouti. Le Lieutenant
Haroun est l’un des entre eux. Grâce au réseau
des Djiboutiens en exil, nous savions où il était
réfugié au Canada.

Les autorité
canadiennes ont été informés de son adresse.
Elles ont instruit le dossier. Au vue des informations communiquées,
elles ont décidé d’expulser la semaine dernière
Haroun en lui retirant la nationalité canadienne, ce
qui est assez rare !

Haroun
est donc rentré à Djibouti. Pourrait-il reprendre
du service à la Villa Christophe ? Nous appelons donc
à la plus grande vigilance.

Nous félicitons
les autorités canadiennes pour leur décision
et pour leur justice et surtout les réseaux djiboutiens
qui n’ont jamais cessé leur surveillance.

Cela servira-t-il
d’avertissement aux autres bourreaux que nous citons depuis
près de quatre ans ? L’exil n’est certainement plus
une solution pour eux.

07/04/02 La LDDH publie un communiqué pour dénoncer la violence de Sharon en Palestine

Le
Président


COMMUNIQUE DE PRESSE DU 2 AVRIL 2002

La
Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) s’élève
vigoureusement contre le cycle sanglant de la Répression-violence
en République d’Israël et en République
de Palestine ;

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains s’insurge vivement
contre les crimes de guerre, les crimes contre l’Humanité,
les crimes commises en toute impunité, face au monde
entier, par le Terroriste SHARON, ces crimes inadmissibles,
ces crimes du génocide d’une partie du peuple de Palestine
par l’équipe du Terroriste SHARON doivent être
enregistrés dans la Mémoire Collective, dans
la Mémoire Universelle ;

L’Histoire
a montré qu’un Gouvernement de capitulation ne peut
pas se maintenir, que les tentatives de SHARON et son équipe
sont vouées à l’échec, les tentatives
de SHARON pour créer un simulacre de Gouvernement en
Terre de Palestine, un " Gouvernement de Vichy en Palestine
" ;

Non, non
ni le Peuple d’Israël, ni le Peuple de Palestine ne peuvent
accepter que le sang de " la vengeance obtuse "
continue de souiller la Terre Sainte, " vengeance obtuse
" qui continue sans limite à massacrer ses enfants,
les enfants de Palestine et d’Israël ;

La Ligue
Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demande à tous
ses confrères les Défenseurs des Droits de l’Homme,
en particulier à ses confrères d’Israël
et à ses confrères de Palestine, d’unir tous
leurs efforts, toutes leurs actions pour :

– mettre
fin au cycle sanglant et infernal de la Répression-violence
;
– de dénoncer avec vigueur le Terrorisme d’Etat imposé
par l’équipe de Sharon ;
– d’œuvrer à la reconnaissance simultanée
de l’Etat de Palestine et de l’Etat d’Israël ;
– d’œuvrer à l’instauration d’une Paix durable,
d’une Paix pour toujours ;

07/04/02 La manifestation de Bruxelles aurait rassemblé entre 50 et 100.000 personnes aujourd’hui.

On nous
signale que de nombreux djiboutiens, drapeau national en tête
de la délégation des participants, ont défilé
dans les rues de Bruxelles pour apporter leur soutien au peuple
palestinien opprimé et surtout pour exiger la Paix
dans la région.

Le GED
qui avait appelé à manifester était représenté
par son Président et par les membres qui habitent Bruxelles.

07/04/02 Les interviews (presque) imaginaires : cette semaine Roger Picon a rencontré le Grand Brähman, qui passe pour être l’augure préféré d’IOG.

Mettant
à profit le passage à Paris du grand Brähman,
qui est, comme chacun le sait, le devin d’Ismaël
Omar, nous avons obtenu le privilège d’un
interview exclusif de « Sa Sérénité
» moyennant, par évidence, une aide compensatoire
pour le temps qu’il nous a consacré.

L’Observatoire
:

Votre sérénité, nous vous remercions
de nous avoir accordé cet entretien. Est-il exact
que vous ayez un rôle prépondérant
dans les décisions que prend Ismaël Omar à
Djibouti ?

Brähman
:
Oui, je peux même vous dire en parfaite
confidence, qu’il ne fait rien sans mon avis. Dès
le matin à son réveil, je dois être
à ses cotés et dans un demi-sommeil, il
me pose toujours la même question avant de se réveiller
vraiment …

L’O
:
Laquelle ?

B
:
Où suis-je ? Brahman, tu me promets que
je ne suis pas à Gabode …? Mais si tu me mens,
je suis déjà à Gabode ? Dis-moi que
je ne suis pas à Gabode !!!!!!!!!!

De
temps à autre, je ne peux pas résister au
plaisir de lui faire une farce. Alors, je lui dis que
nous sommes incarcérés à Gabode et
que la Démocratie s’est installée à
Djibouti.

L’O
:
.
Et qu’elle est sa réaction ?

B
:
Il se précipite sous son lit en tremblant
et il appelle Paulette à son secours….

L’O
:
Chacun se pose la question de savoir pourquoi
Ismaël Omar maintient un régime sanguinaire
et de terreur dans le pays ? N’avez-vous jamais essayé
de l’influencer vers des orientations plus vertueuses
?

B
:
J’ai procédé à une étude
complète de son cas, selon la méthode Védique,
dite des Brahâmana et des Äranyaka. Elle explique
tout. C’est un homme qui vit une véritable opposition
interne entre les différentes parties de son corps.
Les bras et les jambes s’opposent en permanence à
la tête et au tronc. Le tronc s’oppose à
la tête. Les jambes s’opposent aux bras. Il vit
un véritable calvaire. L’opposition c’est son problème
à lui. Si vous avez bien saisi cela , vous comprendrez
pourquoi il est allergique à toute forme d’opposition
extérieure à sa personne, puisqu’il mobilise
toutes ses forces pour maîtriser son opposition
interne.

L’O
:
Expliquez-nous, c’est tout même assez
difficile à comprendre cela pour les profanes que
nous sommes.

B
:

Je vais tenter de simplifier. Dans la tête …
chez lui c’est le vide. Au niveau du tronc, on y
trouve une force brute et virile pratiquement incontrôlable.
Observez-le bien lorsqu’il danse, c’est le tronc qui dirige
l’ensemble.

L’O
:
Cela nous l’avions remarqué, mais
pour les autres parties du corps.

B
:
Ismaël Omar est un gaucher à l’origine.
Donc tout ce qu’il va faire et signer de la main
droite sera en totale opposition avec son Moi le plus
profond.

Par
exemple : s’il vous serre la main c’est qu’il
sait déjà au même moment qu’il fera
l’inverse, c’est à dire qu’il sera tenté
de vous prendre à la gorge..

S’il
signe un virement à votre ordre sur le Trésor,
il sait déjà qu’il modifiera le destinataire
et qu’il recevra personnellement les fonds.

L’O
:
Doit-on en déduire que tous les accords
qu’il a signé et que toutes les promesses
qu’il fait ne l’impliqueraient pas, car l’autre moitié
de son corps les aurait refusés ?.

B
:
C’est exactement cela, mais il faut beaucoup
de temps pour que ses interlocuteurs comprennent ce mécanisme
complexe et rarissime, qui n’a jamais été
observé en dehors de quelques rares spécimen
de dictateurs. Et bien souvent, il est trop tard, les
interlocuteurs sont déjà les victimes de
leur crédulité …

C’est
un cas pathologique intéressant… De nombreux
médecins se pencheront sur son corps, le jour de
son décès, pour essayer de faire progresser
la science et à ce moment-là, IOG aura enfin
rendu un service à l’humanité toute entière
… Le seul ?

Quand
aux jambes, il y a en plus un problème de coordination…et
de positionnement d’une jambe par rapport à
l’autre.

Tout
ceci s’explique aisément dans la définition
du Bhoktr.

L’O
:
Et qu’explique cette définition ?.

B
:
Une prédisposition à avancer l’une
des jambes vers l’avant et simultanément l’autre
vers l’arrière, ce qui a comme résultat
qu’il risque en permanence de faire le grand écart
… ou du sur place voire parfois une marche arrière.
Il y a beaucoup d’exemples :


  • son attitude après les accords avec Dini,

  • son
    attitude en faveur du peuple palestinien et le fait
    qu’il ait accordé simultanément une station
    d’écoute à Djibouti aux militaires israéliens,

  • son
    engagement à démobiliser les mercenaires
    et le recrutement en parallèle de nouveaux guerriers,

  • son
    engagement à réaliser des élections
    libres et transparentes et tous les obstacles qu’il
    place pour éviter qu’il n’y ait aucun candidat
    de l’opposition,

  • …..
L’O
:
A l’image de l’ensemble de sa gestion du pays
et des conséquences pour le peuple. Mais il ne tombe
jamais ?


B :
C’est vrai qu’il se prend de plus en plus souvent
les pieds dans le tapis, mais jusqu’à présent,
il a toujours réussi à se maintenir debout,
grâce à la brutalité féroce
du tronc. Un coup de rein au bon moment et jusqu’à
ce jour, il a évité la chute, mais il prélève
trop d’énergie à chaque fois et il ne pourra
pas la renouveler ad vitam. En réalité,
il s’épuise progressivement.

L’O
:

Voulez-vous dire que vous entrevoyez une chute brutale
à court / moyen terme ?
Vous interroge-t-il sur ses préoccupations politiques
actuelles et les éventuels soutiens dont il disposerait
encore ?

B
:
Je l’assiste chaque jour pour qu’il interroge
lui-même les « augures ». Il se met
face au nord du pays avec … une matraque à
la main…

L’O
:
Attendez, je ne comprends pas. Les anciens romains
étaient formels. Ils expliquaient qu’il fallait
se placer face au sud avec un bâton sans nœud
et recourbé, une sorte de canne à la main
pour interroger les augures. Cicéron, à
l’époque romaine, l’explique avec précision.

B
:
Soyons cohérents : ou bien vous me parlez
de Guelleh, ou vous me parlez de culture. Ce sont deux
choses antinomiques et incompatibles. Le premier n’a pas
de culture. La culture n’a pas de Guelleh.

Guelleh
se moque bien de la culture. Il se moque autant des enseignements
des anciens que de l’avenir (je reprendrai cette expression
de Louis XVI “Après moi, le déluge
!”
), il est persuadé qu’il est né
une matraque dans la main … il ajoute que, sans elle,
il a l’impression d’être déshabillé…c’est
l’instrument de son autorité… Il faut dire que
cela remonte à son enfance. Petit, déjà,
lorsqu’il conduisait des troupeaux de dromadaires en Éthiopie
(avant d’être importé à Djibouti),
il les dirigeait avec sa matraque ..

L’O
:
Nous supposons que vous lisez aussi les présages
dans les boyaux de poulets ?

B
:

Pas du tout, parce que ce n’est pas fiable … je préfère
lire l’avenir sur les billets de 100 dollars US …
Faut vivre avec son temps ! Son Excellence est très
généreuse dans ce domaine, dès lors
que je le rassure et que je lui donne des bonnes nouvelles
….De plus comme ce n’est pas son propre argent ..
je ne vois pas pourquoi il me priverait ?

L’O
:
C’est une question de méthode et de support
… effectivement. Est-il serein actuellement ?

B
:
Pas du tout, il est irascible. Il veut emprisonner
tout le monde à Gabode…au point qu’il s’attaque
mêmes aux « chiens errants » … qui
gravitent autour du palais et qui n’osent même
plus aboyer à son passage. Pire encore, il s’en
prend aux écoliers et aux étudiants qu’il
fait bastonner et incarcérer. Par un sursaut d’humanité,
il les fait emprisonner avec leurs familles pour qu’ils
ne sentent pas trop seuls et qu’on ne puisse pas lui reprocher
d’embastiller des mineurs.

Il
dort très mal ….au sujet d’un certain
dossier qu’il a récupéré et
qu’il protège ; il est déposé en
Suisse ….Les menaces qui pèsent sur la société
artificielle de négoce en tous genres …..de recyclage
d’argent avec laquelle il est associée à
Djibouti…. …La jeunesse qui gronde … L’opposition
en exil …..L’affaire du Juge Borrel … Il
a beaucoup trop de soucis actuellement…

Son
déséquilibre, que nous avons évoqué
tout à l’heure s’accentue : il risque désormais
la chute à chaque instant. Je suis vraiment inquiet,
mais comme il me paye bien et sans retard …

L’O
:

Mais au fond, dispose-t-il encore de soutien autour de
lui ?

B
:

J’avoue m’être posé la question encore récemment.
J’ai tenté une expérience pour savoir où
il en était. J’ai pris dans les mains une grosse
liasse de billets de 100 dollars et j’ai fait le tour
du palais de l’Escale en criant “Petit .. Petit …”.
je peux vous assurer qu’ils ont tous couru vers moi :
ministres, proches, opposants de façade.

Tant
qu’il aura de l’argent, il aura des soutiens. Mais il
ne faut pas qu’il en manque, ne serait-ce qu’un seul jour.
Et je crains même qu’il soit condamné à
en donner de plus en plus pour conserver son autorité
apparente.

L’O
:
On comprend mieux pourquoi il est si magnanime
avec certains … notamment dans l’affaire du
Boeing … C’est le jeu du « je te tiens..
tu me tiens par la barbichette » … De plus
cela s’agite dans l’armée, dans les administrations
et au niveau de l’Éducation nationale ….

B
:

Dans la réalité, il est complètement
acculé … le dos au mur. Je lui ai conseillé
de négocier son départ dans les meilleurs
délais … et de partir avec l’oseille.
Sinon, il risque de ne jamais profiter de ce trésor
invraisemblable qu’il a accumulé …. et
de finir, comme il le craint, au fond de lui-même,
à Gabode. Mais je n’insiste pas trop, car ce jour-là,
je perdrai aussi ma seule source de revenus …

L’O
:
Vous êtes en transit à Paris avant
de reprendre un vol pour Bâle …Peut-on en connaître
les raisons ?.

B
:
IOG m’a confié une mission. Il
m’a demandé de déposer dans une Banque suisse,
le contenu de ce gros sac que j’ai avec moi.

L’O
:

Mais c’est illégal ! Ne craignez-vous pas d’être
arrêté à la frontière ?

B
:

Pour le commun des mortels, c’est illégal ! Mais
IOG m’a fait remettre un passeport diplomatique, alors
je passe les frontières sans encombre. Si vous
saviez combien de passeports diplomatiques sont remis
par Djibouti à titre de remerciement, de faveur.

C’est
bien simple, selon mes estimations Djibouti a délivré
plus de passeports diplomatiques que ne l’ont fait l’ensemble
des États du Golfe. Je peux me tromper, mais cela
vous montre l’importance du trafic et la volonté
de se moquer des autres pays, qui ne peuvent pas effectuer
de contrôle … sérieux.

L’O
:

Merci beaucoup pour ces informations intéressantes.
Combien vous doit-on ? Chèques ou espèces
?

B
:

Voyons, cela fait 20 minutes. Je vous consens le tarif
privilégié des amis (Pour Guelleh, c’est
plus cher). Allons, 5.000 USD et nous sommes quittes.
Je vais vous surprendre, mais je préfère
un chèque. Il faudra bien que je puisse justifier
l’origine de ma fortune le jour où IOG se cassera
la figure…

07/04/02 Bon courage Monsieur Mohamed Kamil. Faites bien attention aux ramifications possibles d’Al Qayda à Djibouti (Information lecteur publiée sous sa responsabilité)

Al-QAIDA
pourrait être implanté à Djibouti, comme
cela a déjà été évoqué
par d’autres lecteurs.

Je crois
savoir que des personalites djiboutiennes pourraient être
en étroite collaboration avec des commerçants
saoudiens comme Al-HAMOUDI et des commerçants somaliens
comme l’ancien Premier ministre du Gouvernement temporaire
somalien (GNT).

L’épouse
du Président de Djibouti ainsi que son frère
le Gouverneur de la Banque nationale pourraient détenir
des actions dans des sociétés contrôllées
par cet homme et notament le DOTDJ gérés par
cet homme avec des coréens.

Aujourd’hui
le Directeur général de Djibouti Telecom ne
peut plus se battre contre des personnes aussi riches et puissantes.

Sauvons
M. Mohamed Kamil en diffusant la vérité aux
quatre coins du globe.

Vive cet
homme honnête et à bas AL-QAIDA qui s’infiltrerait
partout et qui aurait su rallier des hommes et des femmes
du pouvoir, comme le Ministre de l’Information et des Telecoms
de Djibouti, Mr. Rifki.

Bravo
M. MOHAMED KAMIL et BON COURAGE