Articles

10/09/2013 (Brève 226) Nadim Saleh, l’un des frères de Mohamed Alhoumékani nous adresse un appel pour la libération de son frère et pour féliciter son neveu Moncef, qui a remporté le titre de Boxe thaï à Sanaa.

Toute ma vie durant, j’ai été un pacifiste ardent. J’ai toujours détesté les violences physique et morale. Dès mon enfance, j’avais des principes “pacifistes” et je refusais toujours de me battre. Les violences, les bagarres, les guerres… j’ai fait impasse de tout cela.

Pourtant ce soir et pour la première fois de ma vie, j’ai trahi mes principes de non-violence. Ce soir j’ai applaudi, hurlé, pleuré de joie et en même temps de tristesse, parce que ce soir au Yémen, toutes les télés locales retransmettaient le championnat mondial de kikboxing. Vingt athlètes mondiaux participaient à la compétions et l’athlète qui représentait le Yémen n’est autre que le fils de Mohamed Saleh Aloumékani, mon frère.

Voir mon neveu Moncef défiler en tenant le drapeau yéménite, le voir boxer en finale, eh oui en finale, devant 30000 yéménites spectateurs en transes, fous de joies. Voir ces mêmes spectateurs qui scandaient le nom de mon frère Mohamed Alhoumékani et surtout voir Moncef remporter le titre avec la ceinture d’or dans sa catégorie comblant un public en extase.

Puis voir Moncef pleurer de tristesse sur le ring devant ces 30.000 spectateurs, quand le journaliste phare de la télé yéménite lui a posé la question :

“Champion, pourquoi pleures-tu, tu as gagné le titre, tu es la fierté du Yémen ?”

Moncef lui a répondu :;
“Je pleure parce que mon père est emprisonné illégalement et arbitrairement dans la prison centrale, sans n’avoir commis aucun délit. Je pleure pour ma mère, pour ma sœur atteinte de leucémie. Sans voir mon père libéré, je pleure de tristesse même si j’ai gagné

Tout cela m’a profondément ému et j’ai craqué. À mon tour, j’ai pleuré.

Entendre cette foule qui scandait le nom de mon frère Mohamed Alhoumékani m’a réchauffé le cœur. Mais la tristesse a vite repris le dessus, quand j’ai imaginé Mohamed, mon frère, seul dans les geôles yéménites, seul face à la connerie humaine, seul face aux millions de dollars offerts par Djibouti, seul face à l’oubli, seul face à l’injustice.

À ce moment précis, j’ai pensé à tous les gens qui luttent pour la libération de mohamed, à ces gens dignes, à ces gens si proches de nous, si proches dans ces moments délicats et qui seront à jamais dans nos cœurs. J’ai pensé à Jean-Loup Schaal, qui n’a jamais abandonné mohamed, Jean-Loup le défenseur des droits de l’homme à Djibouti et ailleurs, Jean-Loup Schaal si fascinant par sa ténacité et si proche des djiboutiens par sa droiture. J’ai pensé à Anne-Marie de Vaivre, Laurence Dawidowicz (toutes les deux éprises de justice et défenseurs des droits de l’homme). J’ai pensé à Dimitri Verdonck qui n’a jamais oublié Mohamed dans toutes ses actions. J’ai pensé à ces Djiboutiens dignes par leurs actes : Maki Houmed Gaba, Cassim Ahmed Dini, Mohamed Kadamy, Aïcha Dabaleh, Ali Abdillahi iftin, Ali Salem Omar, Hassan Brigel, Zipo, Abdoulhakim, Djama, et toutes celles et tous ceux que je ne peux pas citer.

Alors je dis aux Yéménites : vous êtes fiers de Moncef le fils de Mohamed, qui a honoré le Yémen, vous le considérez ce soir dans vos journaux comme un héros yéménite !

Respectez l’engagement de son fils qui est allé combattre sous les couleurs du pays, en dépit d’une pression morale insoutenable puisque son père est en prison mais avec une volonté inébranlable qui l’a conduit à la victoire finale.

MM. les yéménites soyez “grand” dans vos actes, soyez élégants dans vos actes, libérez mon frère Mohamed, libérez-le. Ne succombez pas aux sirènes financières étrangères.

Pour terminer je voudrais simplement rappeler à mon frère Mohamed ce refrain d’une chanson de Francis Cabrel :” je t’aimais, je t’aimes et je t’aimerais”.

Sois fort, Mohamed, tu n’es pas seul, on est tous avec toi.

24/12/03 (B226) Joyeux Noël à tous les Chrétiens.

L’équipe de l’ARDHD
souhaite un joyeux Noël à tous les chrétiens. Elle est
certaine que cette fête permettra à chacun de réfléchir
aux valeurs humaines et au respect des autres, dans le respect de leurs différences
religieuses, ethniques et culturelles.

23/12/03 (B226) Guelleh vient passer quelque bon temps à Paris. Il va profiter de son nouvel appartement luxueux…. Réclamera-t-il de l’argent à la France et à l’U.E. ? Probable, il faut bien payer son train de vie ! (D’après une information ADI)

Le Président
de la République effectue une visite privée de quelques jours
en Europe
DJIBOUTI –
(ADI)-22 décembre – Le Président de la République,
M. Ismaïl Omar Guelleh, a quitté la capitale hier soir à
destination de l’Europe où il effectuera un séjour privé
de quelques jours.

A son départ, le Chef de l’Etat a été salué
par le Premier ministre et chef du gouvernement par intérim, M.Dileita
Mohamed Dileita et par les membres du gouvernement.

23/12/03 (B226) L’ADI nous fait part d’un article paru dans La Nation au sujet de la revalorisation de l’Artiste.

Nous cela nous fait franchement
rigoler ! Enfin Guelleh, s’aperçoit que les meilleurs artistes djiboutiens
et beaucoup d’autres, ont déjà quitté son bâteau
et qu’il vont chanter et/ou écrire sous des cieux plus cléments
où règne la liberté d’expression.

Cet article de La Nation
arrive au bon moment, au moment où Gorayeh a choisi de s’exprimer dans
nos colonnes et de faire entendre ses déclarations …. et la dénonciation
du régime et de tous ses supporters, enrichis, cupides et corrompus.

__________________________________
ADI

Le journal ‘La Nation’
publie un article sur le processus de revalorisation de l’Artiste

DJIBOUTI –(ADI)-
22 décembre – Le Trihebdomadaire La Nation, dans son numéro
112 de ce lundi 22 décembre, publie en sa page trois un long article
consacré au « Processus de revalorisation de l’Artiste »
et à la Journée nationale de l’Artiste djiboutien prévue
le 24 décembre prochain.

Ce texte qui résulterait
d’un large entretien avec le Ministre de la Communication, de la Culture,
chargé des Postes et Télécommunications, M. Rifki Abdoulkader
Bamakhrama, donne le descriptif du programme national de revalorisation de
l’artiste djiboutien. Un programme qui par delà l’attribution
d’une Journée Nationale dédiée à l’Artiste,
prévoit la mise en place d’un cadre juridique propre au domaine
de l’art, la création de la Maison des Artistes, l’établissement
d’un programme annuel de productions, et l’émergence d’une
structure de formation de base avec l’Institut de formation culturelle
et artistique en construction actuellement.

L’article fait état
aussi des diverses actions réalisées grâce à l’initiative
ou du moins grâce aux soutiens techniques, organisationnels et financiers
du ministère dans le domaine artistique.

Est souligné aussi
le fait que par le biais de ce processus de revalorisation de l’artiste,
le ministère de la Communication et de la Culture cherche avant tout
à associer les professionnels de l’Art et de la Culture au développement
économique.

Selon le ministre de la
Culture, la Journée nationale de l’Artiste est « une journée
de commémoration, de retrouvailles entre les acteurs de la vie culturelle
et le peuple djiboutien .»

23/12/03 (B226) Les artistes s’engagent pour dénoncer la dictature et les atteintes du régime de Guelleh contre la population djiboutienne : cette semaine GORYAREH s’exprime et nous fait partager ses dernières créations. Le message est fort !

 

Goryareh : photo
parue
dans La Nation à l’époque
où le régime espérait encore
attirer les artistes pour masquer ses crimes.

Le soutien et le
renfort des artistes a toujours été un élément
puissant et un vecteur fort de communication. De plus c’est toute une
sympbolique qu’ils véhiculent au travers de leur art : son poids
est important, redoutable et redoutée des dictateurs.

Nous saluons avec
force, l’engagement personnel, cette semaine, de GORYAREH et tout le
travail qu’il a produit dans le seul but d’apporter sa contribution
à la fin de ce régime autoritaire, dictatorial et sanguinaire.

GORYAREH vous propose d’écouter
ses enregistrements qui sont en libre accès, avec son accord, sur notre
site. Soyez nombreux à l’écouter et à réfléchir
sur l’engagement de cet artiste en faveur du Peuple djiboutien qui souffre
et qui subit l’asservissement d’une caste privilégiée, néfaste
et cupide.

Et si la chute d’un régime
injuste et immoral était provoqué par l’engagement des artistes ?


Goryareh s’exprime contre la dictature et toutes les malversations commises
par les barons du régime.

Ecoutez les textes qu’il nous propose

Goryareh partie1_000

   
Télécharger

Goryareh partie1_195

   

Télécharger

Goryareh partie1_400

   

Télécharger


_
___
____________________________________________________

Propos adressés
par GORYAREH aux lecteurs de l’ARDHD

“Dans ce premier
enregistrement, je passe mes salutations à l’ensemble de la population
Djiboutienne, quelque soit son appartenance ethnique.

Je me porte bien, Dieu
merci.

Je souhaite réagir
aux diffamations orchestrées par le pouvoir.

« Des rumeurs
continuent de circuler à Djibouti sur ma personne, je tiens à
rassurer mes compatriotes qu’elles sont infondées, et qu’elles
n’affecteront pas ma crédibilité».

J’invite à
la population de s’opposer par tous les moyens à deux voyous,
du moment que le président n’a pas voulu mettre fin à leurs
agissements :

Hachi Afwayneh,
informateur et grand voyou

Djama M. Haïd,
dit Djama Douflé
, gouverneur de la Banque Nationale, expert en
détournement des deniers publics.

Les Issa et les Afar
doivent donner l’exemple, et contrer les nuisances de ces messieurs.

Sinon, les autres communautés
diront : « Que pourrons-nous faire, les Issa et les Afar fuient aussi».

Le ministre de la fonction
publique Mr. Saïd Barkat, est placé sous le contrôle
de Hachi.

Mr. Saïd Barkat,
pour échapper aux critiques et insultes de Hachi, remet à celui-ci
des sommes d’argent et autres cadeaux (meubles de grande qualité,
autres luxes, et même des fourchettes).

Kadra Mahmoud Haïd
« Qabyo»,
contrôle et influence les personnalités
et ministres suivants : Yacin Elmi Bouh, Johar, Saïd Barkat, Mohamed
Ali, Roukia Abdillahi,
Ministre de la Justice, Ministre de la Coopération
…etc.

Toutes ces personnes
renvoient celle ou celui qui insulte ou en désaccord avec Kadra.

21/12/03 (B226) Les actions de la France remontent à Djibouti. Deux hauts fonctionnaires décorés par Dileyta, cette semaine ! (Extraits de l’ADI)

Le nombre de décorations
accordées aux ressortissants d’un pays étranger est bien souvent
représentatif du climat relationnel entre les deux pays ….

Il y avait bien lontemps
que les ressortissants français n’étaient plus décorés
: depuis l’arrivée des Américains ?

 


Patrick Roussel,
Ambassadeur de France à Djibouti, sur le départ.
Et voilà
que cette semaine, nous apprenons que deux hauts-fonctionnaires viennent
d’être décorés par Dileyta. Est-ce le signe que les
actions de la France remonteraient actuellement ou que Guelleh a besoin
de l’argent français, ce qui est plus vraisemblable. N’a-t-il pas
envoyé cette semaine, une délégation à Paris,
qui participera à un vague forum (qui ne fait pas les grands titres
de la presse internationale) mais qui devrait permettre de quémander
des subsides à la France.

Général Guy Durand,
Médecin Chef de l’Hôpital Bouffard

Le Gouvernement français
aura-t-il les moyens de refuser une aide exceptionnelle ou complémentaire
à Guelleh, qui a des gros soucis d’argent aujourd’hui ? (*)

Cela étant, les
Français qui ont par bêtise administrative et politique, laissé
s’implanter les Américains, devront assumer maintenant leurs erreurs,
en cédant probablement au chantage … "Si vous dites non à
ma demande d’aide exceptionnelle, vous pouvez partir, je ne vous retiens pas
…"
ne manquera certainement pas de dire Guelleh, fort du soutien
américain actuel.

Nous lui conseillons quand
même de rester trés prudent, car les Américains ne sont
pas comme les Français : la fidélité n’a pas le même
sens dans la politique étrangère américaine. Le jour
où Guelleh ne leurs sera plus d’aucune utilité où s’il
on découvrait des ressources pétrolière ou minières
à Djibouti, il serait balayé d’un revers de la manche et jeté
par Bush ou par son successeur, à la vindicte internationale, comme
le pire des dictateurs, ce qu’il est de toutes les façons …. Il y
a assez de preuves pour le traduire devant la Cour pénale internationale.

(*) Ce pauvre Guelleh,
Il faut qu’il finisse de payer la somptueuse résidence qu’il vient
de s’offrir à Paris : trois salons, une salle à manger, des
gardes, des serviteurs, des voitures …. Le luxe habituel du potentat et
surtout du nouveau riche …. Paulette adore tout ce qui brille, alors IOG
n’a pas hésité à faire dans le plus mauvais goût
possible, d’après des témoins invités à admirer
le nouveau petit nid d’amour parisien de Paulette et du Chamelier.

21/12/03 (B226) Patrick Roussel, l’Ambassadeur de France en poste à Djibouti va être remplacé par Philippe Selz, ex-Ambassadeur de France à Libreville au Gabon, de 1988 à 2003. (ADI)

Patrick Roussel quitte
Djibouti après de nombreuses années passées comme Ambassadeur.
Les défenseurs des Droits de l’Homme ne regretteront pas son départ,
car ils ont toujours été choqués par le soutien sans
faille qu’il a apporté à Guelleh dans de nombreuses circonstances.
(Entre autre, la remise du Général Yacin Yabeh, réfugié
en territoire français, aux autorités djiboutiennes, ….)

 

Bon voyage M. Roussel
! Le hochet offert par Dileyta, symbole de la dictature, suffira-t-il
à vous consoler de quitter ce pays ?

Quant à son successeur, après cinq années à Libreville, on peut supposer qu’il en connaît un rayon sur la dictature, l’injustice, les détournements de fonds publics et les violations des Droits de l’Homme. Souhaitons qu’il ait une attitude plus modérée et qu’il ne fasse pas le jeu de Guelleh, en permanence, même si les américains font de la surenchère.

20/12/03 (B226) A lire cette semaine sur la Lettre de l’Océan Indien

LA LETTRE
DE L’OCEAN INDIEN – 20/12/2003

DJIBOUTI – lettres de créances
Le nouvel ambassadeur du Pakistan a Djibouti a présenté ses
lettres de créances au président Ismaïl Omar Guelleh le
15 décembre. (…). [Total : 28 Mots].

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 20/12/2003
AFD – Nouveau président de l’alliance française à
Djibouti

L’Alliance Franco-Djiboutienne (AFD) fondée en mai 1997 et affiliée
à l’Alliance Française à Paris vient de se donner un
nouveau comité de direction. (…). [Total : 126 Mots].