Articles

01/10/2013 (Brève 262) Le Yémen détiendrait-il dans ses géôles le plus grand malfaiteur de la Corne de l’Afrique ? Pas moins de 25 chefs d’accusation relevés contre lui !

C’est le nombre de délits « connus » qu’il aurait commis, à l’époque où il dirigeait la garde du Palais Présidentiel et que le Président en exercice multipliait les marques de reconnaissance en pensant le choisir pour assurer sa protection personnelle.

Au final, doit-on y voir l’aveu de la culpabilité de Guelleh dans l’assassinat du Juge Borrel ?

Mais qui est ce malfaiteur multi-récidiviste ? Cela se passait dans les années 1990. Docteur Jekyll la journée et M. Hyde durant ses phases de repos ? Eh oui, vous l’avez deviné, il s’agit bien de Mohamed Alhoumékani.

Enfin, restons prudents, il ne s’agit que des multiples accusations que le corbeau repenti et grandes oreilles ont présenté au ministre de l’intérieur yéménite. Au total 25 dossiers fraichement fabriqués par les petites mains du SDS, sur commande spéciale du Palais de l’Escale.
.

Après avoir essuyé moult refus des autorités yéménites concernant la demande d’extradition de Mohamed Alhoumékani, d’abord au général Fathi, accouru dès le lendemain de l’arrestation à bord de l’avion personnel de Guelleh pour le récupérer sans délai. Face au refus, L’Escale a envoyé la grosse artillerie sous la forme d’un Noiraud, le grand Hassan Saïd. Niet, toujours Niet !

Alors on a demandé à l’ambassadeur de Djibouti à Sanaa de prendre le relais et d’utiliser ses liens amicaux avec le Ministre de l’intérieur
pour lancer une opération moitié séduction, moitié chantage contre (avec ?) les commerçants et banquiers yéménites exerçant à Djibouti..

Comme les précédentes, cette opération a été un nouvel échec pour Guelleh. Alors, Guelleh a envoyé une nouvelle équipe co-animée par Mohamed Aref, Djama Souleiman et Maki. Ils ont apporté dans leurs valises des sacs de cacahuètes : 25 accusations de délits qui auraient été commis, sans que cela ne se sache auparavant, durant les années 90 par le seul Mohamed Alhoumékani Et c’est vingt ans plus tard que l’on apprend les faits. Ils sont terribles…

Nous ne sommes pas juristes, mais à notre avis, il y a longtemps que la prescription est tombée …

Mais au fond pour quelles raisons, Guelleh veut-il récupérer Alhoumékani à tout prix, si ce n’est pour masquer sa propre implication dans l’assassinat du Juge Borrel. Si Alhoumékani, comme il le prétend, avait menti, mettrait-il en oeuvre de tels moyens pour le récupérer ? Non, bien entendu !

S’il le fait, c’est qu’il sait qu’il est coupable ! CQFD

10/09/04 (B262) A lire sur le site du GED cette semaine, plusieurs articles sur le patrimoine du Général Fathi. Ca vaut le détour !!! Gourmands d’information, à vos marques !

Le patrimoine du Général
Fathi semble avoir atteint des niveaux considérables, si l’on fait
confiance aux articles du GED, fort bien documentés (semble-t-il),
avec des photos et des preuves à l’appui des affirmations. On pourrait
se demander comment, parti d’un pécule très limité, ce
sous-officier de l’Armée française, est arrivé à
se hisser parmi les hommes les plus riches de Djibouti et les plus influents.
(Rien que le court délai relatif entre son état inital de Sous-Officier
et celui de Général en Chef des Armées, pourrait être
soumis au Livre des Records). Même une solde mensuelle au plus haut
niveau n’aurait pas permis toutes ces acquisitions immobilières, lit-on
sur le GED.

Le Général
Fathi aurait-il pu utiliser des fonds publics (budgets militaires, etc) et/ou
des aides internationales pour s’enrichir à un tel niveau ? En tout
cas, les contribuables français seront heureux d’apprendre qu’ils auraient
pu avoir contribué à l’enrichissement (immoral ?) du Général
Fathi !!

A titre de réciprocité,
en remerciement pour son enrichissement (nous allions dire sans cause, mais
il y a certainement des raisons secrètes … disons par exemple pour
services divers rendus à la dictature ?), aura-t-il envie, un jour
d’aider la France à combler ses déficits publics ?

http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_390.htm

http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_389.htm

http://www.gouv-exil.org/3_actualite/actu1_388.htm

09/09/04 (B262) Lettre de félicitations à Mohamed-Syad Doualeh (Lecteur)


Je tiens à féliciter Mohamed-Syad Doualeh Warsam pour sa nomination
en qualité d’Ambassadeur à Mogadiscio. (cf le site de La Nation
www.lanation.dj)

A mon ami de toujours,
j’adresse un grand bravo, car il a su trouver, en lui, les ressources nécessaires
pour accepter de servir le régime dictatorial et ses méthodes
au sujet desquelles il avait toujours manifesté la plus grande hostilité … et nous la partagions avec lui …

Syad, pour les intimes,
fut un brillant étudiant durant ses études universitaires à
Poitiers, puis à Pau.

Je lui souhaite bonne
chance mais je lui recommande d’être très prudent quant à
la façon de servir le dictateur Guelleh.

Comme vous le comprenez,
je suis un peu déçu, car le pays aurait eu besoin de lui pour
gérer l’après Guelleh, mais voilà il a preferé
souiller sa réputation et compromettre son avenir, en acceptant de céder aux sirènes
prometteuses mais venimeuses aussi.

Ce que je peux dire sur
Syad, c’est qu’il est un pur produit de notre pays et même si ses origines
sont proches de celles du dictateur, autrefois, il n’était pas du genre
à se faire manupiler ou à servir un ‘malade’ (mental ?) comme
Guelleh.

Balbala Blues, qui a toujours
été une fierté pour toi, t’observe !

Bonne
chance Syad,

Yacin (Montréal)

09/09/04 (B262) Confirmation de la présence de MM Iftin et Alhoumekani lors de l’audience du 16 septembre au Palais de Justice dans le cadre des tentatives de subornation de témoins. De nouveaux dignitaires des forces armées djiboutiennes pourraient être impliqués à cette occasion.

MM Iftin et Alhoumekani
ont confirmé qu’ils se rendront à la convocation du Juge français
dans le cadre de la plainte qu’ils ont déposée pour tentative
de subornation de témoins. On sait que plusieurs personnalités
djiboutiennes seraient impliquées dans cette affaire, qui aurait aussi
entraîné, dit-on, la convocation de Guelleh …

Il s’agit d’Hassan Saïd
et de Grandes Oreilles, Djama le Procureur, en particulier. Mais il se murmure
que les Généraux Fathi et Zakaria pourraient aussi être
concernés sur la base de preuves écrites et auditives que les
‘victimes’ pourraient détenir.

Cette affaire, si les
faits ci-dessus, étaient confirmés, pourraient entraîner
des répercutions importantes en particulier au niveau du pouvoir actuel.

09/09/04 (B262) Le pari fou de Guelleh : transformer Djibouti en un petit Dubai d’Afrique. Mais à qui profitera cette nouvelle et hypothétique richesse ? Il faut qu’il gagne les élections à tout prix ! Alors méfiance pour tous. (Lecteur)

En géneral (dans
les pays normaux), à l’approche des élections (Mai 2005
pour Djibouti), les membres du parti au pouvoir multiplient les meeting ;
ils interviennent sur les radio, TV pour présenter leur bilan (sous
un angle positif !) afin de charmer les électeurs et de les convaincre
de renouveler un vote en leur faveur.

Eh bien, à Djibouti,
c’est différent ! Les électeurs savent déjà que
deux choses ne changeront pas, ni avant, ni après le scrutin:

1 – Les idées
et le potentiel sont là : mais si Guelleh réalise son « pari
fou » après les élections de 2005, qui profitera de ces
nouvelles richesses ?

Nous avons obtenu une
partie de la réponse : au mois de mars de cette année, le Premier
Ministre Dilehta Mohamed Dilehta, avait dit sur le magasin « Jeune Afrique »
:« Que djibouti appartient aux ISSA et AFAR) donc par defaut la richesse
est partagée entre ces deux clans »

2 – Une nouvelle fois,
Guelleh et son Premier Ministre vont solliciter massivement les non Issas
(Issack, Gadaboursi, Darod, etc…) et les non Afar pour obtenir leur bulletin
de vote

C’est grave ! Pour quelles
raisons, des Djiboutiens appartenant à d’autres tribus, voteraient-ils
pour ces deux clowns (menteurs/mafieux)

Beaucoups de gens des
autres ethnies sont aussi des gens éduqués et pouirtant ils
sont exclus en raison de leurs origines.

Les djiboutiens non-issas
et non-afar résidant, à Djibouti ou à Ottawa (Canada)
vont réfléchir et ils s’abstiendront massivement/de donner leurs
voix aux deux clowns.

Le debat est lancé
….

Un
djiboutien d’ottawa.

08/09/04 (B262) FIDH : communiqué « Garantir les droits des victimes avant tout » (Info LDDH Djibouti)

Assemblée
des Etats parties à la Cour pénale internationale
La Haye 6-10 septembre 2004

Garantir
les droits des victimes avant tout !

Paris, La Haye le 2 septembre
2004 – Pour la première fois depuis l’entrée en vigueur de la
Cour pénale internationale, l’Assemblée des Etats Parties (AEP)
au Statut de Rome se tiendra à La Haye, où siège désormais
la CPI, première juridiction pénale à vocation universelle.
Cette troisième session des AEP se tiendra du 6 au 10 septembre 2004
au Netherlands Congress Center (Churchillplein 10, la Haye, Pays-Bas). Durant
ces cinq jours, les délégués des Etats parties vont devoir
adopter une série de décisions cruciales pour l’avenir de la
Cour et notamment élire le Procureur adjoint chargé des poursuites.

En place depuis deux ans,
la Cour est entrée, en 2004, dans une phase opérationnelle :
suite à la décision de l’Ouganda et de la RDC de saisir le Procureur,
celui-ci a annoncé officiellement l’ouverture d’enquêtes dans
ces deux pays.

Alors que le Statut de
Rome comporte une série d’innovations majeures permettant la participation
des victimes aux procédures et consacrant leur droit à réparation,
la FIDH s’interroge en l’état sur la capacité de la Cour à
les mettre en oeuvre. En effet, les difficultés financières
auxquelles la juridiction risque de faire face sont telles qu’elles ne garantiraient
pas la participation et la protection effective des victimes. De toute évidence,
les crédits prévus dans le projet de budget-programme pour 2005
sont insuffisants pour relever ce défi crucial.

La FIDH participera à
l’AEP aux côtés de ses organisations membres et partenaires des
pays suivants : Bahreïn, Bangladesh, Colombie, Georgie, Kazakhstan, Mali,
Maroc, Mexico, Moldavie, Ouganda, Pérou, République centrafricaine,
République démocratique du Congo, Sénégal et Yémen.

Contacts :
Paris :
Gaël GRILHOT, Responsable Presse
+33 1 43 55 25 18

La Haye :
Karine BONNEAU, Représentante permanente de la FIDH auprès de
la CPI
Tel + 31 (0) 70 356 02 59 Fax + 31 (0) 70 356 02 71

Jeanne SULZER, Responsable
du programme Justice Internationale de la FIDH
+33 6 12 18 06 41

08/09/04 (B262) Guelleh : tes espions vont perdre leur temps s’ils viennent à la réunion du 11 septembre à Bruxelles. (lecteur)

Par des sources
digne de foi j’ai été informé que le régime va
envoyer ses espions au forum de samedi 11 septembre, 76 rue de l’école
à Molenbeek, avec la participation de DAF et du comité de Bruxelles.

Je tiens à dire à IOG et à ses espions que nous n’avons
plus peur ni de lui ni d’eux. Les djiboutiens manifestent de plus en plus
et à visage découvert. Le régime de Guelleh est presque
mort, au minimum moribond.

C’est la raison pour laquelle l’accès sera ouvert à tous y compris
aux espions que nous avons tous identifiés. Mais ils vont rentrer les
mains vides car le MRD n’a rien à cacher. Tout ce qui se dit est diffusé
sur le site.

Un dernier message personnel pour Guelleh :
Cher compatriote,
Il est temps de penser à ton départ. Prend exemple sur Léopol
Sédar Sengor, c’est la sagesse qui commande. Ainsi tu pourras encore
partir la tête haute. Sinon c’est la tête basse que tu seras obligé
de quitter ton fauteuil.

Une
femme qui a deux fois plus de courage qu’un homme.
Hawa.

08/09/04 (B262) LDDH-DJIBOUTI : diffusion d’information au sujet du communique de la FIDH « Garantir les droits des victimes avant tout »

Le Président,


DIFFUSION D’INFORMATION
DU 6 SEPTEMBRE 2004
PORTANT SUR LE COMMUNIQUE DE LA FIDH :
 » GARANTIR LES DROITS DES VICTIMES
AVANT TOUT  »

Le 3 septembre 2004 la
Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) a participé
 » au point de presse de la Coalition des ONG pour la CPI (CICC)  »
qui s’était tenu au Siège de la CPI, à La Haye, Pays-Bas.

La FIDH avait présenté,
entre autres, son Rapport de position.

Dés réception
du Rapport final la Ligue Djiboutienne des Droits Humains diffusera les points
les plus urgents.

D’ores et déjà,
le Rapport de position de la FIDH, dans le cadre des Assemblées des
Etats parties à la Cour pénale Internationale, qui doit se tenir
à La Haye du 6 au 10 septembre 2004, ce Rapport de la FIDH a pour objectif
principal de  » garantir l’effectivité des droits des victimes
 » et fait le point sur les points suivants :
– le processus de ratification et de mise en œuvre du Statut ;
– les activités de la CPI au cours de l’année écoulée
;
– les questions à l’ordre du jour de l’Assemblée des Etats parties,
en particulier l’insuffisance du budget prévu pour les activités
liées aux victimes (participation, protection, fonds au profit des
victimes … )
– les activités de la FIDH.

Mercredi
8 septembre la FIDH en coopération avec le Centre Grotius et le groupe
de travail pour les victimes de la CICC organisera un Panel ouvert au public
à 18h15 au Netherlands Congress Center. Pour les journalistes prière
contacter : Sally Eberhardt, Média Liaison Office in Hague + 31 (0)
70 363 4484 Temporary mobile +31(0)6-22882049.

M.
NOEL ABDI Jean-Paul