Articles

04/10/2013 (Brève 268) Rachad Farah, le joueur de pipeau et accessoirement ambassadeur contesté de Guelleh (le sanguinaire) auprès de la France se ramasse une veste à la mesure de ses ambitions … ! Battu dès le premier tour par Irina Bokova pour le poste de directeur général de l’UNESCO … ! C’est un KO au premier round !

Le joueur de pipeau

Lien avec l’article sur le site de l’UNESCO

En dépit des espoirs que Guelleh avait mis dans cette candidature, Rachad Farah, qui n’avait absolument aucune qualification pour le poste, s’est ramassé une veste de grande taille dès le premier tour de vote pour le poste de Directeur général de l’UNESCO.

A titre de consolation, Guelleh le laissera-t-il à Paris, rue Emile Meunier, où il continuera, nous disent certains observateurs “à somnoler” pendant ses quelques heures de présence et à “confondre” parfois la caisse de l’Ambassade avec son propre portefeuille.

Une nouvelle gamelle pour Guelleh … ???

22/10/04 (B268) A lire cette semaine dans LOI

LA LETTRE DE L’OCEAN
INDIEN – 23/10/2004

SOMALILAND -Réseaux d’affaires en terra incognita

Etat auto-proclamé indépendant mais reconnu par aucun autre
pays, le Somaliland (nord-ouest de la Somalie) survit ainsi depuis plus d’une
décennie. (…). [Total : 649 Mots].

LA LETTRE
DE L’OCEAN INDIEN – 16/10/2004

UNION EUROPEENNE/DJIBOUTI -Timothy Clarke

Le nouveau délégué de l’Union européenne (UE)
à Djibouti, avec résidence à Addis Abeba, est un vieux
routier du continent africain qui a acquis une expérience dans la gestion
de l’aide pays au sein de la direction générale Développement
de l’UE tout en ayant un profil de spécialiste de la problématique
de la démocratie et des droits de l’homme. (…). [Total : 212 Mots].
Lire la suite


LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 16/10/2004

AFRIQUE DE L’EST -Horst Koehler

Le président allemand Horst Koehler, ancien directeur général
du FMI, effectuera une tournée africaine courant décembre. (…).
[Total : 68 Mots].
Lire la suite

22/10/04 (B268) Sommes-nous des spectateurs inconscients des bouleversements qui se déroulent devant nous ? (Lecteur)

Périodes de dynamisme,
de bouleversements ou d’émancipation de nos sociétés,
les époques servent de repères pratiques pour raconter notre
histoire. Comment qualifier la nôtre? Je me suis prêté
au jeu….

Les années démentes

Parce que le millénaire
est né sous la menace d’une catastrophe informatique qui est restée
virtuelle.

Parce que le véritable
feu d’artifice de l’an 2000 fut allumé par 19 islamistes le 11 septembre
de l’année suivante.

Parce que les riches sont
de plus en plus riches, et les pauvres, de plus en plus nombreux sur Terre.

Parce que les sondes interplanétaires
nous confirment que nous sommes uniques dans l’Univers.

Parce que des êtres
humains meurent de faim en Afrique et d’obésité en Amérique.

Parce que nous marchons
au bord du précipice nucléaire.

Parce que nous sommes
trop bêtes pour résoudre les problèmes de drogue, les
poussées génocidaires, les mouvements incohérents de
la Bourse.

Parce que l’industrie
du spectacle méprise l’imaginaire, le savoir et l’intelligence, comme
il est démontré par la télé-réalité.

Parce qu’il n’y a plus
de certitudes, d’idéologies, d’utopies, de gauche ou de droite.

Parce que le gouvernement
Djiboutien ou plutôt du RPP est fragile et celui gouvernement en exil
est aux abois.

Parce que la population
de Djibouti confond les questions de croissance, de prospérité,
de développement économique avec la recherche de développement
durable dans l’unité nationale.

Parce que la mondialisation
sert à d’excuse au démantèlement des nations.

Parce que l’économie
de marché est la nouvelle religion, le centre commercial, son église,
sa mosquée et le Web, son corps mystique.

Et le reste. Je crois
que cette époque est démente, que nous vivons des années
hallucinées, dans une confusion tranquille.

B…
:

21/10/04 (B268) A quand un face à face entre DAF et IOG ? (Lecteur)

Les Djiboutiens que nous
sommes, épris de Justice et de Démocratie, sont fascinés
par la transparence et l’honnêtetécitoyenne et intellectuelle
de la politique américaine pour les prochaines élections présidentielles
de novembre prochain.

Le débat entre
BUSH et KERRY fait rêver les téléspectateurs Djiboutiens
puisqu’ils savent pertinemment que ce genre de débat n’inspire nullement
le dictateur au pouvoir à Djibouti.

Les élections gagnées
d’avance pour son mascarade électorale, je ne dirai pas à la
soviétique mais à la tunisienne découragent un nombre
important des djiboutiens.

C’est une insulte à
l’intelligence.

Le peuple souffre de cette
dictature constitutionnelle.

En tant que jeune de
ce pays, je demanderai à l’éternel candidat à son successeur
de nous montrer de quoi il est capable et d’organiser un face à face
direct à la télévision en débattant avec l’enfant
du pays DAHER AHMED FARAH (DAF).

C’est fini le temps de
la dictature, place au changement et au développement de notre pays.

Il n’y a que les imbéciles
qui ne changent pas d’avis. Qu’il accepte ce débat et invite la presse
indépendante ainsi que des observateurs de l’union européenne
pour superviser l’événement parce qu’on ne peux vraiement pas
lui faire confiance : il est capable de tout….. et surtout du pire.

Il incarne la honte, mais
je suis optimiste car les " hommes passent mais la République
est éternelle".

Un second mandat avec
IOG c’est une idée insupportable .
" A l’oeuvre on connaît l’ouvrier ".


R. O
"SOS Démocratie"

21/10/04 (B268) Remise à Abdallah Lee des bénéfices de la Soirée de Londres en sa faveur.

 

Comme cela avait
été annoncé, le Comité d’organisation de la
soirée de soutien en faveur d’Abdallah Lee à Londres, à
dépéché à Poitiers, son représentant
(du 15 au 17 Oct ) à Poitiers, pour remettre les bénéfices
à l’Artiste.

C’est Louback Omar Mohamed
Kamil, jeune Djiboutien établi de longue date à Londres et l’un
des principaux initiateurs du projet, qui eut le privilége de remettre
en main propre, la recette de la soirée, à son bénéficiaire,
Abdallah Lee.

Notre ami et hote ”
londonien “, en la personne de sir Louback, est arrivé à
Poitiers, vendredi 15 Octobre, à 12 H 17 mn. A sa descente du TGV,
de nombreux Djiboutiens de Poitiers l’attendaient.

Il fut agréablement
surpris et très honnoré, nous a-t-il dit, par la présence
de l’Artiste qui était venu à la Gare pour l’accueillir. Son
séjour dans l’Ouest de la France a coincidé avec le 1er jour
du mois béni du Ramadant.

Le déplacement
à Poitiers de Louback ne fut pas de tout repos, pour le Comité
d’accueil, constitué par les doyens des Djiboutiens Picto-Charentais.
Dès le vendredi soir, tout le monde s’était donné rendez
vous à 20 H 00 précise, au numéro 12, de la place de
la Grand Goule. Ils ont dîné dans une ambiance chaleureuse et
festive. Louback a été honoré à Poitiers, comme
il le mérite. Mais une surprise de taille l’attendait : Abdallah Lee
a pris la guitare et il a graté quelques morceaux, pour remercier,
à sa façon, toutes celles et tous ceux, qui se sont mobilisés
pour lui venir en aide.

Il a également
prononcé une petite allocution de courte durée ( filmée
), visant à rendre hommage à cette action qui s’inscrit, dans
le noble cadre de la solidarité.

C’est vers 4 H 00 du matin,
que prit fin la soirée. Le samedi, Louback a passé la journée
et la soirée, en privé, en compagnie du célèbre
couple djiboutien. Il a eu la faveur d’une visite guidée dans le Département
de la Vienne. A 9 H 50, le dimanche 17 Octobre, Louback a quitté Poitiers,
pour rentrer à Londres, porteur de nombreux messages ( enregistrés
), de félicitations et d’encouragement envoyés par les Djiboutiens
à leurs amis londoniens.

A quand et où,
la prochaine soirée de soutien en faveur du légendaire Abdallah
?

Houmed
DAOUD

20/10/04 (B268) Bas les Masques ! Les espions de Guelleh sont présents dans toutes les villes où la communauté djiboutienne est représentative … Nous devons être vigilants afin de les démasquer un par un ! (A.S. Lecteur)


Tout le monde sait que Guelleh entretient des espions dans toutes les villes
où nous sommes nombreux.

C’est ainsi qu’à Montreal et à Ottawa un représentant,
appointé par Guelleh depuis longtemps, sévit depuis de nombreuses années. Il habite à
Ottawa et il se fait appeller S..d (c’est une fausse identité qu’il a
choisi en même temps qu’il se faisait passer pour un réfugié
Somalien). Son vrai nom est A……..m. Djiboutien d’origine, il était
autrefois, professeur de dessin et de DAO au Lycée industriel et
commercial (LIC) de Djibouti.

Lorsqu’il avait été parachuté comme professeur, à
l’époque, son rôle consistait déjà à espionner les Syndicats
des enseignants. Aujourd’hui, il continue à oeuvrer pour le compte
de Guelleh, se cachant sous l’étiquette de professeur de Langue française
dans les écoles de fonctionnaires d’Ottawa.

Son engagement au service
du dictateur est confirmé par son parain, Daoud Alwan qui l’a rencontré
lors de son passage à Montreal et à Hull.

Cet agent essaie, par
tous les moyens, d’infiltrer les différents groupes et les Associations
d’expatriés, afin de transmettre des informations à Guelleh.

Sa calvitie le rend parfaitement
reconnaissable. C’est un beau parleur, d’une quarantaine d’années,
de taille moyenne et de forte corpulence, marié récemment avec
une jeune femme divorcée, comme il y en a tant à Ottawa.

Cet agent affectionne
les abords du centre ville, surtout le Centre Rideau où il se joint
facilement à toutes les discussions politiques. Pour assurer sa crédibilité
et ne pas être découvert, il lui arrive de prendre publiquement
position en faveur de l’opposition et de la lutte contre la dictature.

Un agent doit cacher sa
mission : il essaie de jouer le plus naturellement du monde jusqu’à
ce que ses interlocuteurs, rassurés, baissent enfin leur garde.

Il est payé pour
les services rendus et les informations transmises, en monnaie locale ($ Canadien).
Cela prouve que Guelleh n’hésite pas une seconde à utiliser
les deniers publics et l’argent des contribuables contre le Peuple.

Nous devons identifier
tous les agents de la SDS, la milice de Guelleh, afin de protéger les
Djiboutiens qui sont opposés à Guelleh. Pour A……m dit S..d,
c’est fait et nous prévenons la communauté.

Nous allons démasquer
les autres, avec l’aide de tous les Djiboutiens opposés au régime
et nous les mettrons hors d’etat de nuire, un par un.

A.S.

20/10/04 (B268) IOG et sa clique n’arrêterons jamais de nous étonner ! (lecteur)

 


Caricature publiée sur notre site en décembre 2002
Apres la copie "frauduleuse"
de la France dans le domaine politique (pour ceux qui l’auraient oublié,
le nouveau sigle UMP a été repris quelques semaines après
son apparition en France par Guelleh à Djibouti ! ), voilà
qu’il se lance dans une autre copie en inaugurant le salon de l’agriculture
ou plus justement le salon de la pauvreté.

Avant de prendre place
dans la tribune qui lui était réservée , IOG a commencé
à visiter les differents stands où sont étalées
quelques mangues, des papayes et autres produits achetés chez Semiramis
ou Nougaprix.

Le pire, c’est que les
journalistes de la Nation, l’ont intitulé "Biodiversité
au service de la sécurite alimentaire".

Peut-on parler de biodiversité
alimentaire dans un pays désertique ? Et que signifie sécurité
alimentaire, quand on sait que les 3/4 de la population ne mangent pas à
sa faim. Ou a moins qu’IOG ne s’adressait qu’à sa cour princière
et qu’il ait complétement oublié les Djiboutiens, ce qui est
plus crédible pour les observateurs.

Autant pour moi, car le
fautif, en réalité, c’est moi ! Contrairement à mes bonnes
résolutions, je me suis laissé aller à jeter un coup
d’oeil sur la Nation.

Quelle erreur ! Avec le
recul, je me souviens que mon pere disait avec raison que la Nation c’est
"leur journal" et non celui des Djiboutiens.

19/10/04 (B268) Appel à la vigilance pour l’opposition en Belgique. (Lecteur)

Je tiens à informer
l’ensemble de l’opposition djiboutienne en Belgique de la mise en place d’un
comité de soutien pour la campagne présidentielle en faveur
de I.O.G.

Ce comité de soutien
est formé des personnes connues et ayant déposées leur
demande d’asile politique en tant que Somaliens et/ou Djiboutiens.

Une personne a été
chargée de rallier les djiboutiens de Belgique à la cause d’I.O.G.
Cette personne répond au nom d’ABDO ISSE, chargé de faire campagne
pour le dictateur.

Des contacts sont en cours,
en ce moment même, entre le comité de soutien avec l’intermédiare
(ABDO ISSE) et l’Ambassade de Djibouti à Bruxelles.

J’appelle l’ensemble de
l’opposition à la vigilance et j’informe les institutions belges que
cette structure n’a pour seul objectif que de déstabiliser l’opposition
djiboutienne présente en Belgique.

A titre d’information,
je vous informe que le jeudi 21/10/04 se tiendra une réunion entre
l’intermédiaire, le comité de soutien et les partisans de la
dictature guélléenne dans le but de constituer une structure
qui défendra la politique macabre de Guelleh.

A tous les démocrates,
je vous conseille d’être tres vigilants en cette période de campagne
électorale à Djibouti. Nous continuerons à dénoncer
les agissements des sbires de Ismael O.Guelleh autant que nous le pourrons
ici et là.

La lutte continue.