Articles

13/08/07 (B408) Crimes de Guerre en Somalie – Alertes des Nations Unie et de HRW. (Trois dépêches Anglais et Français – Info lectrice)

_____________________________________ 1 – BBC

UN warning over Somalia murders

A United Nations envoy has condemned the killing of two prominent journalists in Somalia.

Eric Laroche, the UN Humanitarian Co-ordinator for Somalia, urged the authorities to conduct a prompt and impartial investigation.

Mr Laroche said freedom of expression remained “vulnerable” in Somalia.
HornAfrik radio owner, Ali Iman Sharmake and station presenter, Mahad Ahmed Elmi, died in separate attacks in Mogadishu on Saturday.

The Somali transitional government says the military have arrested two men over the killings.

Mr Laroche, quoted by the AFP news agency, urged all authorities and groups “to respect the right of all to hold opinions without interference and to seek, receive and impart information through any media”.

Car explosion

He went on: “The violent events of the last days show how vulnerable freedom of expression remains in Somalia.

“The transitional federal government is responsible for ending impunity for attacks on journalists by conducting prompt and impartial investigations and preventing any form of harassment of the media.”

Mr Sharmake died when his car exploded after apparently running over a landmine. He had just been to the funeral of Mr Elmi who was shot dead hours earlier.

HornAfrik – which also relays BBC Somali service programmes – prides itself on its journalistic independence, and its broadcasts have in the past angered both the government and Islamist opposition.

A number of local and foreign journalists have been killed in recent years.

Mogadishu has been the scene for months of skirmishes between troops supporting the transitional government and both clan-based and Islamist insurgents.

____________________________________ 2 – REUTERS

HRW dénonce des crimes de guerre commis en Somalie

Par Andrew Cawthorne

NAIROBI (Reuters) – La population somalienne a subi depuis la fin de l’année 2006 des crimes de guerre et des atrocités dans l’indifférence “honteuse” de la communauté internationale, estime dans un rapport publié lundi l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch.

Dans un rapport intitulé “Les civils en état de siège à Mogadiscio”, l’organisation internationale de défense des droits de l’homme incrimine l’ensemble des acteurs du conflit somalien: les autorités de Mogadiscio, les insurgés mais aussi l’armée éthiopienne.

Selon l’ONG, les soldats de l’armée somalienne ont eu tendance à prévenir trop tard les populations civiles des zones de combat, pillé des habitations, ralenti l’acheminement de l’aide internationale et maltraité des dizaines de prisonniers.

Les combattants islamistes chassés de la capitale à la fin de l’année 2006 sont également dans le collimateur de l’ONG, qui les accuse d’avoir mis en danger la population civile en se tentant de se fondre dans la foule, et plus grave, d’avoir commis des crimes de guerre en brûlant vif les corps de leurs ennemis capturés.

“DÉSINFORMATION”, SELON MOGADISCIO

Quant aux soldats éthiopiens venus prêter main-forte aux autorités somaliennes, ceux-ci sont responsables selon l’ONG d’avoir procédé à de lourds bombardements sur des quartiers très peuplés, dans le but d’éliminer des combattants islamistes.

“La nature délibérée de ces bombardements (…) fait penser à des crimes de guerre commandités”, estime le co-auteur du rapport, Ken Roth, président de Human Rights Watch.

Selon les estimations de l’ONG, dont l’étude s’est concentrée sur Mogadiscio et ses alentours, entre 400 et 1.300 personnes auraient péri depuis la fin de l’année 2006 et près de 400.000 personnes auraient fui la capitale somalienne.

Les autorités locales et le gouvernement éthiopien ont vivement contesté les chiffres et les accusations avancés par HRW.

Le porte-parole du gouvernement somalien, Abdi Hadji Gobdon, a dénoncé un rapport “dénué de fondements” alors qu’Addis-Abeba y voit de la propagande destinée aux combattants islamistes.

“Comme d’habitude, Human Rights Watch conduit (…) son entreprise de désinformation à l’échelle mondiale avec ses contes de fées sans fondements”, a déclaré un des conseillers du Premier ministre somalien, Bereket Simon.

Concernant l’attitude de la communauté internationale, l’ONG américaine note que “l’indifférence du Conseil de sécurité de l’Onu face à cette crise est venue s’ajouter à cette tragédie”.

“Il s’agit d’un conflit qui a été marqué par de nombreuses violations du droit humanitaire international”, note le rapport, qui dénonce aussi “le silence honteux” des institutions mondiales.

________________________________________ 3 – BBC

War crimes ‘rampant’ in Somalia

All sides have committed war crimes in Somalia’s conflict this year, according to lobby group Human Rights Watch.

It says the worst abuses have been by Ethiopian soldiers, who are supporting the government against insurgents.

Ethiopians have often indiscriminately attacked civilian areas and looted hospitals, its report says.

While insurgents have fired mortars into residential areas and executed civilians, since Islamists were driven from power in Mogadishu last December.

Both Ethiopia and the Somali government have denied the claims, reports Reuters news agency.

More than 1,000 people were killed this year in the heaviest fighting since 1991, as Ethiopian and government troops tried to drive the insurgents out of Mogadishu.

The UN Security council’s indifference to this crisis has only added to the tragedy
Ken Roth, HRW

“The insurgency placed civilians at grave risk by deploying among them,” said Human Rights Watch executive director Ken Roth.

“But that is no justification for Ethiopia’s calculated shelling and rocketing of whole neighborhoods.”

“Commanders who knowingly or recklessly order indiscriminate attacks are responsible for war crimes,” the report said.

But these charges were denied by Ethiopia.

“As usual, Human Rights Watch is engaged in its now well-known fabrication, and in misinforming the world in unsubstantiated fairy-tales,” Bereket Simon, special adviser to Prime Minister Meles Zenawi, told Reuters.

Somali government troops played a “secondary” role, backing up the Ethiopians but failed to help civilians, said the report – Shell-Shocked: Civilians Under Siege in Mogadishu.

Somali government spokesman Abdi Haji Gobdon told Reuters the government’s only goal was “to restore sanity” not “massacre its own people”.

Indifference

The UN says some 400,000 people have fled the violence in Mogadishu in the past four months.

HRW says the international community has ignored the suffering in Somalia.

“The UN Security council’s indifference to this crisis has only added to the tragedy,” said Human Rights Watch executive director Ken Roth.

Mr Roth urged the Security Council to make strong provisions to protect civilians when it discusses proposals to turn the 1,500 strong African Union force into a UN peacekeeping mission.

Since the end of the April offensive, insurgents have continued to stage deadly attacks on an almost daily basis.

Over the weekend, two prominent journalists were killed.

Some 1,600 Ugandan peacekeepers are in Somalia but they have failed to end the violence.

A reconciliation conference is under way in Mogadishu but Islamists and the city’s clan elders have refused to attend unless the Ethiopians leave the country.

13/08/07 (B408) REUTERS : des explosions tuent quatre policiers à Mogadiscio – Explosions kill four policemen in Somali capital (En Anglais -Info lecteur)

Explosions in Somalia’s capital on Monday killed four police officers and one civilian in the latest attacks by suspected Islamist rebels, police said.

The attacks come in the wake of the killings of two top Somali journalists over the weekend and intensified assaults on Ethiopian-backed Somali troops by suspected insurgents.

“A remote controlled landmine exploded near one of our vehicles carrying policemen. Four police officers died from the blast. This is definitely caused by the insurgents,” police commander Abdullahi Hassan Barise told Reuters.

Three policemen were wounded, he said adding that there could have been civilian casualties as the explosion had occurred in a busy area.

In a separate explosion in south Mogadishu, one person died and three were wounded when a landmine targeting a police vehicle exploded and hit a bus instead, witnesses said.

“The police escaped unhurt. We were very fortunate we were not caught in the blast,” resident Sheikh Salab said.

Mogadishu, one of the world’s most violent cities, has been rocked by violence since January when the interim government and Ethiopian troops drove out Islamists who had ruled much of southern Somalia for six months last year. ((Reporting by Guled Mohammed; editing by Bryson Hull and Mary Gabriel; Nairobi.newsroom@reuters.com;

13/08/07 (B408) RSF : ERYTHREE / Un monteur de la chaîne publique Eri-TV porté disparu depuis qu’il a tenté de fuir en Ethiopie

Reporters sans frontières exprime son inquiétude sur le sort de Johnny Hisabu, monteur de la chaîne de télévision publique érythréenne Eri-TV, disparu depuis fin mai 2007 après avoir tenté de fuir vers l’Ethiopie. Des informations non confirmées indiquent qu’il pourrait avoir été arrêté et serait détenu à Barentu (Sud-Ouest).

“Rouage forcé de la machine de propagande de l’un des régimes les plus durs au monde, Johnny Hisabu fait partie de ces centaines d’Erythréens qui, chaque mois, cherchent à fuir l’enfer imposé au pays par le gouvernement. Or, la seule réaction de ce dernier à la fuite de la population, et notamment de ses journalistes et techniciens, est plus de cruauté et plus d’intolérance. Le président Issaias Afeworki, qui se présente comme le garant de l’unité nationale, devrait comprendre qu’il est devenu le surveillant général d’une prison à ciel ouvert”, a déclaré l’organisation.

Johnny Hisabu n’a plus reparu à son travail au ministère de l’Information depuis fin mai, à la même période où Eyob Kessete, journaliste du service en amharique de la radio publique Dimtsi Hafash, a été arrêté par des garde-frontières alors qu’il tentait de gagner l’Ethiopie. Ce dernier est détenu depuis dans la prison de May Srwa (Nord-Ouest d’Asmara).

Johnny Hisabu avait décidé de fuir clandestinement vers l’Ethiopie voisine où réside une partie de sa famille. Il est membre de la communauté Amiche, dont les membres sont nés et ont été élevés en Ethiopie avant l’indépendance. Depuis son départ, il n’a pas reparu à son travail, au sein de l’équipe de monteurs du ministère de l’Information. Les recherches effectuées par Reporters sans frontières dans les camps de réfugiés érythréens en Ethiopie sont pour l’instant restées vaines. Des informations non confirmées indiquent que le groupe de fugitifs aurait été intercepté par des garde-frontières érythréens et Johnny Hisabu aurait été arrêté. Il serait retenu depuis sa capture dans un centre de détention de la ville de Barentu.

Par ailleurs, Reporters sans frontières a appris que Fetiha Khaled (et non Fathia comme indiqué préalablement par erreur), animatrice du service en arabe de Eri-TV arrêtée début 2007, a été transférée dans un camp militaire proche de la frontière soudanaise. Son salaire lui est désormais versé par le ministère de la Défense, ce qui laisse penser qu’elle a été incorporée de force dans l’armée. Fetiha Khaled avait fait partie des neuf employés des médias publics arrêtés à partir du 12 novembre 2006, suite aux défections de plusieurs journalistes célèbres. Les autorités les avaient arrêtés parce qu’ils étaient suspectés d’être restés en contact avec les fugitifs ou de chercher à fuir eux-mêmes. Dans ce groupe figurait également Paulos Kidane, journaliste du service en amharique d’Eri-TV et de la radio publique Dimtsi Hafash, mort dans des circonstances non élucidées en juin 2007 alors qu’il tentait, lui aussi, de fuir à pied vers le Soudan.

13/08/07 (B408) Selon L’EXPRESS – Infos indiscrètes / Djibouti : l’armée US veut s’agrandir et multiplier la surface de son bac à sable par 12 ou 13. Si Guelleh acceptait la demande et que le nouveau loyer soit indexé sur celui du Camp Lemonnier, chaque Djiboutien pourrait théoriquement recevoir 1,7 millions de FDJ par an !!! (Info lectrice)

L’armée américaine, qui dispose à Djibouti d’une base militaire de 15 hectares, abritant un contingent de 1 700 hommes, a demandé aux autorités locales de mettre à sa disposition 190 hectares supplémentaires.

Une requête qui pourrait être liée aux inquiétudes que suscite au Pentagone la situation dans la Corne de l’Afrique, et notamment en Somalie.

____________________________________ Note de l’ARDHD

D’ici à ce que l’on apprenne que les USA ont choisi Djibouti pour y installer leur fameux quatrième commandement militaire pour l’Afrique …. il n’y a qu’un pas.

Certes aucune information précise (côté US) ne permet de le confirmer à ce jour, mais cet agrandissement du Camp Lemonier, sollicité par les Américains, semble être une décision qui pourrait aller dans ce sens.

Maintenant Guelleh
va-t-il accepter et répondre favaorablement aux USA pour la location ?

D’abord a-t-il les moyens de refuser ?

Probablement pas, tandis que les USA ont les moyens d’acheter Guelleh … et ils savent faire !

Le nouveau loyer exigé sera-t-il indexé sur la surface ?

Actuellement Guelleh loue 20 millions de US $ à l’hectare et par an, soit 300 millions pour les 15 ha du Camp Lemonnier. S’ils prennent 190 ha de plus, l’addition théorique passerait à 190 + 15 = 205 ha x 20 millions = 4 milliards et 10 millions d’US $ par an. (702 milliards et 812 millions de FDJ)

Guelleh ne les refusera pas ! A ce rythme sa fortune pourrait dépasser un jour celle de Bill Gates et d’autres fortunes parmi les premières du monde et sans aucune valeur ajoutée.

Et il ne donnera rien au peuple.

Pourtant la division de ce loyer théorique par 600.000 habitants (env.) permettrait de donner 1.171.853 FDJ par an à chacun des habitants (femmes, enfants, personnes âgées et hommes compris !!)