Articles

26/08/2014 (Brève 430) ALERTE ROUGE à propos de l’arrestation du chef du village de Sagallou. Traduit devant la justice ce mardi, l’audience a été reportée à une semaine. On l’a remis à Gabode.

Le Chef du village de Sagallou qui avait été arrêté par les forces armées, par mesure de représailles après les combats contre le FRUD, a été présenté aujourd’hui devant le tribunal. Comme à son habitude, le président de l’audience n’a pas jugé utile d’entendre la cause et il a reporté à la prochaine audience de mardi prochain.

En attendant cette personne a été remise en prison à Gabode, où l’on sait qu’il ne recevra pas les soins que son état exige. Nous maintenons notre alerte rouge

18/01/08 (B430) ALERTE ROUGE / Manifestation du 26 janvier pour faire libérer Hasna Mohamed Hassan.

Nous recevons de nombreux soutiens dont nous publierons la liste complète très rapidement. Déjà les première associations qui soutiennent notre action :

SURVIE (France), la LDDH (Djibouti), SOS AFRICA,

18/01/08 (B430) AP / Seize morts et 15 blessés dans des combats à Mogadiscio.

Au moins 16 personnes ont été tuées et 15 autres blessées dans des combats à Mogadiscio, ont rapporté des témoins jeudi.

Les habitants de la capitale somalienne ont déclaré que des soldats éthiopiens et somaliens ont affronté des insurgés islamiques dans le sud de la ville, dans des combats qui ont causé la mort de six civils et en blessant dix. Deux soldats éthiopiens et deux somaliens figurent parmi les victimes.

18/01/08 (B430) Grâce au travail et au dévouement des informaticiens, la base a été remise en ordre et nous reprenons nos publications sous le format habituel.

Les informaticiens ont achevé ce vendredi la remise en ordre de la base de données de l’ARDHD qui est devenue très volumineuse, ce qui explique les problèmes rencontrées.

Nous tenons à adresser à tous les techniciens qui sont intervenus, nos remerciements les plus sincères pour l’excellent travail qu’ils ont accompli.

Aussitôt réparé, nous nous sommes mobilisés au sein de l’équipe pour insérer tous les articles qui étaient diffusés sous un format provisoire.

Il faut savoir que la base de données est active depuis 5 ans et qu’elle contient près de 8.000 articles, accessibles à tout moment en ligne, grâce au système de recherche.

Cette semaine, la consultation a poursuivi son rythme et sa croissance avec une moyenne journalière de plus de 10.000 pages qui ont été consultées. Un grand merci à tous nos lecteurs fidèles et engagés pour la Défense des droits de l’homme et des libertés à Djibouti et dans la région.

15/01/08 (B340) Journal Chrétien / Le Nigeria va envoyer 500 soldats en Somalie

Le Nigeria a décidé d’envoyer un contingent de 500 hommes en Somalie dans le cadre de la Mission de l’Union africaine, a annoncé le directeur des relations publiques de l’armée nigériane, le brigadier général Solomon Giwa-Amu.

Giwa-Amu, qui se trouve actuellement au Libéria pour assister à la cérémonie de décoration de Casques bleus nigérians servant dans ce pays, a confié dimanche à la presse à Monrovia que le contingent nigérian n’attendait que les ordres de la hiérarchie pour se déployer.

Selon l’officier, le Nigeria dispose d’une force de 2.400 hommes tous grades confondus au Darfour, la province occidentale du Soudan, dans le cadre de la Mission de l’Onu au Soudan (MINUS) et 2.000 autres au Libéria pour le compte de la Mission de l’Onu au Libéria (MINUL).

Il a indiqué que le Nigeria était actuellement impliqué dans huit missions onusiennes de maintien de la paix à travers le monde, notamment au Libéria, au Soudan, au Burundi, au Sahara Occidental, en Sierra Léone, en Côte d’Ivoire, en Guinée et en Ethiopie.

De l’avis du général Giwa-Amu, l’armée nigériane considère la mission de paix comme un moyen de tester les capacités d’adaptation de ses troupes aux différents théâtres d’opération à travers le monde.

“Les opérations de maintien de la paix font prendre conscience au soldat qu’il est un pion dans la mise en œuvre de la politique extérieure du Nigeria ; elles l’exposent aux actions de sauvetage des vies humaines et de protection des biens de personnes étrangères”, a-t-il conclu.

18/01/08 (B430) La ligne de chemin de fer Djibouti-Addis, c’est comme l’EDD. Guelleh réussit à se faire octroyer des délais pour améliorer et rénover. Les crédits sont détournés et rien n’est jamais entretenu. La ligne est dans un état catastrophique, l’EDD aussi, à tel point qu’elle est obligée de faire appel à la production éthiopienne qui devrait développer plusieurs centrales dans les prochaines années… (Info lecteur)

______________ Encore un nouveau prêt pour rénover la ligne de chemin de fer !!!
Some 40 million euros allotted to improve Ethio-Djibouti Railway

Addis Ababa, January 16, 2008 (WIC) – Some 40 million euro has been allotted to improve the Ethio-Djibouti Railway, according to the Djiboutian Ambassador to Ethiopia.

Ambassador Ibrahim Mohammed told WIC that activities have been underway to build a new railway line with the amount of money obtained from the European Union in the just concluded year.

He said discussions have begun with a well known Kuwaiti company and construction works would begin on the conclusion of the negotiations.

The construction and upgrading of the railway line would help consolidate the people to people relations of the two countries and efficiently carry out the import and export trade, the ambassador indicated..

15/01/08 (B340) LE FIGARO avec AFP : Somalie: quatre civils tués à Mogadiscio

Quatre civils ont été tués aujourd’hui dans deux incidents séparés dans la capitale somalienne Mogadiscio secouée par des violences quasi-quotidiennes entre insurgés et troupes somaliennes appuyées par l’armée éthiopienne.

Des hommes armés non identifiés ont abattu deux civils soupçonnés de faire du commerce avec les troupes éthiopiennes.

« Je sais que l’un d’eux est un commerçant et les deux hommes ont été tués par trois assaillants alors qu’ils se rendaient vers la base militaire éthiopienne près de Arafat », a rapporté à l’AFP un résident du quartier, Husein Adan Yahye.

18/01/08 (B430) Le Monde / Somalie: le président du Somaliland reçu au département d’Etat

Le président de la République autoproclamée du Somaliland (nord-ouest de la Somalie) a été reçu récemment par la secrétaire d’Etat adjointe chargée des Affaires africaines, Jendayi Frazer, a indiqué jeudi le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack.

Mais cette rencontre, la première à ce niveau depuis plusieurs années, ne signifie pas que les Etats-Unis s’apprêtent à reconnaître le Somaliland, a aussitôt précisé le porte-parole.

"Il n’y a pas de changement dans notre position au sujet de la reconnaissance du Somaliland", a-t-il déclaré. "Nous ne sommes pas sur le point de reconnaître le Somaliland".

"C’est un processus dans lequel l’Union Africaine est engagée et nous allons suivre la situation de très près, mais il n’y a pas de changement dans notre politique", a-t-il ajouté.

M. McCormack n’a pas précisé quand le président du Somaliland, Dahir Riyale Kahin, avait rencontré Mme Frazer. Mais selon une source diplomatique américaine, ils ont déjeuné ensemble lundi au département d’Etat.

Les Etats-Unis veulent avoir "autant de contacts politiques que possible avec des personnes responsables en Somalie, intéressées par le fait de construire des structures et des institutions démocratiques pour la Somalie et la conduire de là où elle est vers un avenir bien plus prometteur", a-t-il ajouté.

"La rencontre de Jendayi (…) tombe tout-à-fait dans cette catégorie et c’est une politique que nous allons poursuivre. Notre intérêt est de lutter contre le terrorisme en Somalie ainsi que dans la Corne de l’Afrique", a poursuivi M. McCormack.

"Tous ceux qui ont intérêt à voir une Somalie plus paisible et plus démocratique ont un rôle à jouer dans ce processus", a-t-il conclu.

Selon le Washington Post, les troubles récents au Kenya et en Somalie ont provoqué un débat au sein de l’administration américaine sur l’utilité de reconnaître le Somaliland, ancienne colonie britannique fusionnée avec la Somalie italienne à l’indépendance de 1960.

Le Pentagone, qui voit dans l’instabilité dans la Corne de l’Afrique un terreau pour al-Qaïda, verrait d’un bon oeil une reconnaissance de la république auto-proclamée, mais le département d’Etat s’y oppose, précisait le Post le mois dernier, citant des responsables des deux ministères.

Le Somaliland, où vivent un tiers des 10 millions de Somaliens, a fait sécession de la Somalie en mai 1991, cinq mois après la chute du président somalien Mohamed Siad Barre.

Doté d’institutions élues, d’une armée, d’une administration et d’une monnaie émise par la Banque centrale du territoire, il est considéré comme un îlot de relative stabilité dans une Somalie ravagée par la guerre civile depuis 1991.