Articles

02/02/09 (B484) Conférence de l’UA à Addis Abeba. Election de Kadafi à la tête de l’organisation. (3 articles)

_________________________________ 3 – Le Monde avec AFP

Mouammar Kadhafi élu président de l’Union africaine

Mouammar Kadhafi arrive à Addi-Abeba, En Ethiopie, pour le sommet de l’Union africaine le 1er février.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, réunis depuis dimanche pour le douzième sommet de l’organisation à Addis-Abeba en Ethiopie, ont élu, lundi 2 février, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi à la tête de l’Union pour un an, en remplacement du président tanzanien Jakaya Kikwete.

A 66 ans, M. Khadafi est l’un des chefs d’Etat du continent au pouvoir depuis le plus longtemps. Il a accédé au pouvoir à 27 ans, par un coup d’Etat en 1969 alors qu’il était jeune colonel. Partisan des Etats-Unis d’Afrique et artisan de la transformation de l’Organisation de l’unité africaine en Union africaine en 2001, le nouveau président de l’Union a déclaré dans son discours inaugural « espérer que son mandat sera un temps de travail sérieux et pas seulement de mots ».

Malgré les reserves émises par les associations de défense de droits de l’homme, M. Kadhafi était donné favori pour cette élection, la présidence de l’UA revenant cette année à l’Afrique du Nord après l’Afrique de l’Est. Il est le seul chef d’Etat de cette région à avoir fait le déplacement.

Selon des sources concordantes, le chef de l’Etat libyen a fait passer à ses pairs présents au sommet un message demandant à être officiellement appelé « roi des rois traditionnels d’Afrique » après avoir été « adoubé » par un groupe de chefs traditionnels il y a quelques semaines en Libye.

___________________________________ 2 – Le Point avec Reuters

Mouammar Kadhafi élu à la présidence de l’Union africaine

Mouammar Kadhafi a été élu lundi à la présidence de l’Union africaine, réunie en sommet en Ethiopie.

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été élu lundi à la présidence de l’Union africaine, réunie en sommet en Ethiopie.

Kadhafi, qui promet de longue date un resserrement des liens entre les pays africains, succède au Tanzanien Jakaya Kikwete.

Louise Ireland,
version française Henri-Pierre André

___________________________________ 1 – APA

Le nouveau président de Somalie, attraction du Sommet de l’UA ouvert lundi à Addis Abeba

La douzième session ordinaire de l’Union africaine (UA), s’est ouverte lundi en fin de matinée à Addis Abeba (Ethiopie), en présence notamment d’une trentaine de chefs d’Etat et celle remarquée du nouveau président de la Somalie, Sheikh Sharif Sheikh Ahmad, a constaté APA.

Le nouveau président somalien a reçu à l’occasion une standing ovation de la part de ses pairs africains, à l’invitation du président de la Commission de l’UA, le Gabonais Jean Ping.

Le sommet qui est axé sur  »le développement des Infrastructures en Afrique », va durer deux jours et abordera notamment d’autres sous- thèmes dont la  »crise financière internationale » et la nouvelle Autorité de l’Union africaine créée la veille par les chefs d’Etat réunis lors d’une session spéciale.

L’élection du nouveau président en exercice de l’UA en remplacement du président tanzanien Jakarta Kikwete va constituer un temps fort de la séance d’ouverture du sommet.

Le président de la Commission de l’UA a d’abord exprimé sa compassion et celle de l’UA à la suite de la tragédie survenue dimanche au Kenya, avec l’explosion d’un camion-citerne d’essence qui s’est soldé par la mort de 110 personnes.

Il a aussi abordé la crise socio-politique en cours à Madagascar, appelant toutes les parties en conflit au sens des responsabilités, pour sortir leur pays de la crise.

Revenant sur la récession économique généralisée survenue ces derniers temps dans le monde et dont les effets ne sont pas encore résolus dans le continent, le président de la Commission a invité les Etats africains a plus d’efforts pour éradiquer la pauvreté engendrée par cette crise financière.

Il a en outre établi un bilan  »inégal et contrasté » de la situation politique dans le continent avec les deux coups d’Etat survenus en Mauritanie et en Guinée, le coup de force manqué en Guinée Bissau et les élections démocratiques réussies dans certains pays africains particulièrement au Ghana.

Les  »grands pas » de sortie de crise accomplis au Zimbabwe ont été aussi salués par M. Ping.

Le président de la Commission a par ailleurs salué les avancées significatives, notées dans le règlement des crises en RD Congo, en Somalie, au Darfour (Soudan).

Concernant ce dernier pays, il a indiqué que des  »progrès importants » ont été enregistrés dans le déploiement de la MINUAD qui compte atteindre 80 pour cent de ses effectifs en mars prochain.

Il a d’autre part déploré l’utilisation abusive du principe de la compétence universelle par certains pays européens, soulignant à ce propos que l’UA a, en accord avec l’Union européenne, mis en place un comité ad hoc conjoint pour clarifier ce principe brandi par des juges européens pour traduire devant les tribunaux internationaux des personnalités africaines accusées de génocide et de crimes contre l’humanité.

Revenant sur le thème du sommet, M. Ping a estimé qu’il n’est pas  »anodin », car constituant un signal fort pour permettre au continent d’amorcer son intégration physique à travers notamment la réalisation de projets routiers et énergétiques.

02/02/09 (B484) Le journal de la Flibuste / Ria Novosti (RU) Piraterie en Somalie: 6 millions de dollars pour un tanker allemand (TV).

Le pirates somaliens exigent une rançon de 6 millions de dollars pour libérer le tanker allemand Longchamp, détourné jeudi dernier dans le golfe d’Aden, rapporte lundi la chaîne de télévision allemande N24.

C’est la première demande adressée par les pirates à l’armateur Bernhard Schulte Shipmanagement, ce dernier s’étant abstenu de la commenter.

Le Longchamp a été détourné malgré l’escorte de navires de guerre indiens. Pour le moment, on ignore le nombre de matelots (dont 12 Philippins et 1 Indonésien) blessés lors de l’attaque des écumeurs des mers.

Selon l’ONU, les pirates somaliens ont attaqué environ 120 cargos en 2008. Ils détiennent plus de 10 navires et quelque 200 marins. Le 16 décembre 2008, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1851 sur la lutte contre la piraterie en Somalie donnant le feu vert aux raids aériens contre les camps des pirates et aux opérations militaires en territoire somalien avec l’autorisation du gouvernement de ce pays.

02/02/09 (B484) Romandie News avec AFP / Somalie: 18 morts dans des tirs de représailles de l’UA

Au moins 18 civils somaliens ont été tués mardi à Mogadiscio quand des soldats de la mission de paix de l’Union africaine (UA) ont ouvert le feu après l’explosion d’un engin explosif au passage de leur convoi, ont affirmé des sources officielles somaliennes démenties par l’UA.

Un convoi de la force de paix de l’UA en Somalie (Amisom) a été frappé par un engin explosif sur une route dans le sud de Mogadiscio. Dans la foulée, des soldats de l’Amisom ont ouvert le feu sur des bus situés à proximité, a affirmé un responsable de la police, Yusuf Dhumal.

« J’ai décompté 18 morts civils qui ont été tués par eux (des soldats de l’Amisom) qui ont tiré sur les bus », a-t-il déclaré à l’AFP.

Selon le maire-adjoint de Mogadiscio, Abdifatah Shaweye, le bilan s’élève « à plus de 20 morts ».

Le porte-parole de l’Amisom, Bahuko Baridgye, a démenti cette fusillade.

Plus tôt dans la journée, il avait affirmé que trois civils avaient été tués par l’explosion de l’engin placé sur la route.

02/02/09 (B484) Somalie : réactions contradictoires et soutiens des instances internationales, après l’élection du nouveau Président. (7 articles en Anglais et en Français)

__________________________ 7 – Shabelle (En Anglais)

Les forces de l’AMISON affirment qu’elles apporteront leur soutien au nouveau Président somalien. // AMISON to support new Somali president

The African Union peacekeeping Mission on Somalia has promised to give full support to the newly elected President of Somalia, Sheikh Sharif Ahmed.

The Spokesperson for AMISON, Maj. Bahoku Barigye says the AU peacekeeping mission will work with the new President of the Somali transitional government to ensure peace and normalcy returns to Somalia.

Sheikh Sharif Ahmed was last week elected by the Somali government to head the transitional government that is expected to bring the different factions in Somalia to the same table and stop the fighting between the different factions.

Maj. Barigye says Sharif Ahmed’s election has brought more hope for bringing about lasting peace in Somalia where Uganda has deployed over 1,600 peacekeeping troops.

He also appealed to the United Nations and the international community to give more support to the transitional government of Somalia to enable it achieve peace.

__________________________ 6 – Shabelle (En Anglais)

Le Président du Parlement somalien affirme que le Gouvernement sera installé en Somalie, sans pouvoir donner, à l’heure actuelle, le nom d’une ville, car Baïdoa est contrôlée par les milices Al Shebaab. // The new government will relocate home: Official

The deputy speaker of the Somali parliament Professor Mohamed Omar Dalha has said that the new government will return home when the president nominates prime minister and build the governmnet institutions in Djibouti, Dalha told Shabelle on Monday.

The deputy speaker Prof. Dalha has told reporters that government institutions will be built when the newly elected president of Somalia Sheik Sharif Sheik Ahmed returns from the AU summit that continuing in Addis Ababa and then the whole government will relocate back to Somalia.

Asked about the town which the parliament will come back thought the seat of the legislatures is controlled by Al-shabab, he replied that the parliament will consult each other make a decision.

The Somali parliament elected Sharif Sheik Ahmed as the new Somali president in Djibouti after Former president resigned last month.

__________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Des parlementaires somaliens libérés aprés avoir été capturés par les milices Al Shabaab, déclarent qu’ils vont attaquer Baïdoa pour en récupérer le contrôle. // Somali MPs say they will attack Baidoa

Some Somali transitional legislatures in Hudur town whom al-Shabaab captured and later released say they want to attack Baidoa, ex-seat of the Somali parliament, officials told Radio Shabelle

Al-shabab fighters captured Baidoa town last month after the Ethiopian troops withdrew from it.

Reports from the town say more Somali MPs, mostly chased forcibly from Baidoa including Mohamed Moalin Ahmed, the district commissioner of Hudur town and Shino Moalin Nurow, the deputy governor of Bay region were amassing troops in Hudur which is not too far from Baidoa.

Mohamed Moalin told Shabelle that they have been discussing to manage how they would attack and take control of Baidoa town adding that they will attack the town not representing the TFG.

It is unclear how the Somali MPs and their supporters in Hudur town will assault Baidoa but their statement comes as the Somali parliament elected president Sheik Sharif Sheik in neighbouring Djibouti.

_______________________ 4 – Shabelle avec Saba (YE) en Anglais

L’ancien Président du GNT adresse des louanges à son successeur et se félicite de la position du Yémen face à la crise somalienne. // Ex-president of Somalia hails new president

Somalia’s Former President Abdullah Yusef lauded on Sunday the Yemeni attitudes supporting Somalia to bring security, stability and peace back.

During his meeting with the President Ali Abdullah Saleh, Former Somali President Yusef valued the President’s stance sustaining Somalia in all events and at all levels.

He demanded the International community to present the requisite assistance to rebuild Somali and its institutions.

Yusef affirmed that he would assist the new president of Somali Sheik Sharif, asserting that the first task that should be on the table of the new president is bringing security and peace on the Somali land.

President Saleh asserted the significance of supporting the new President Sharif for reinforcing the national Unity and reconstructing the state of Somalia, accenting the importance of the solidarity of all Somalis to achieve that.

The meeting also reviewed the developments and the new situation in Somalia after electing Sharif as a new president.-SABA

___________________________________ 3 – Continental News

Sheikh Sharif Ahmed élu président de la Somalie

Trois ans après avoir été chassé de Mogadiscio, le chef des Tribunaux islamiques, Cheikh Charif Ahmed, a été élu président de la Somalie par les députés réunis à Djibouti.

Il est particulièrement risible de voir les médias occidentaux qualifier «d’islamiste modéré» Cheikh Charif Ahmed, alors qu’il y a trois ans il était présenté comme un suppôt d’Al-Qaeda. Uniquement sur la base des affirmations américaines, source unique de «Vérité».

C’est vrai que les temps ont légèrement changé à Washington et que la nouvelle administration Obama a également salué l’avènement à la présidence somalienne de ce «modéré». Il faut bien entendu apprécier que la nouvelle administration américaine ne tire plus sur tout ce qui bouge.

Dans la logique absurde qui a prévalu sous Bush, les députés somaliens réunis à Djibouti, il faut le souligner, seraient des fous ou bien des nouveaux ralliés à Oussama Ben Laden. Voilà donc un petit «progrès» à Washington, plutôt tardif. Car, en trois ans, beaucoup de sang et de poussière ont couvert les jours de Somalie.

Le problème est que ce brevet de «modération» unanimement accordé à Ahmed Charif ne lui sera d’aucun secours dans sa problématique mission.

La décision purement idéologique prise par l’administration Bush d’abattre, en 2006, les Tribunaux islamiques qui avaient réussi à mater les chefs de guerre, a créé une nouvelle situation plus compliquée. L’Ethiopie se voyant dans le «grand rôle» d’exécuteur des voeux de l’Empire a fini par retirer ses troupes après s’être totalement embourbée dans une Somalie qui se refusait à accepter la présence de ce vieil ennemi. Addis-Abeba a beau affirmer avoir «accompli sa mission» et reprocher à la communauté internationale son inaction, elle s’est fourvoyée dans un jeu malsain où elle est perdante.

Les forces africaines d’appoint, venues aussi dans un contexte conflictuel, sont également regardées comme des ennemis. Il y a trois ans, les Tribunaux islamiques exerçaient une emprise morale sur les «Chabab», ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Et comme partout à travers l’histoire, le refus des puissants de reconnaître les revendications politiques en général, d’abord relayées par des mouvements disposés aux concessions et au dialogue, débouche sur des radicalisations sans cesse accentuées.

La gestion idéologique, à très courte vue, de la situation dans ce pays dévasté est donc parfaitement exemplaire. La diabolisation des Tribunaux islamiques n’a servi qu’à porter la situation somalienne à un niveau paroxystique. L’impossible stabilisation par des relais politiques sans ancrage dans la société somalienne fracturée par des années de guerre a provoqué l’apparition de phénomènes de criminalité de grande ampleur.

Le caractère éminemment contre-productif de la stratégie des néoconservateurs endossée par les Ethiopiens et une partie de l’Union africaine est ainsi illustré par le développement de la piraterie. La déstabilisation somalienne dépasse aujourd’hui ses frontières maritimes et menace, si une solution acceptable par toutes les parties n’est pas trouvée, de s’étendre à la sous-région dans son ensemble. La réhabilitation tardive des Tribunaux islamiques est un autre «triomphe» de la diplomatie nord-américaine…

K. Selim

_________________________________ 2 – Afrique – Asie

Somalie : les islamistes s’entre-tuent

Pendant que l’Éthiopie retire ses troupes de Somalie, les factions islamistes ont intensifié les combats entre eux. Plus de cinquante personnes ont trouvé la mort dans des affrontements hors de Mogadiscio. Un nouveau groupe militaire islamiste a déclaré une « guerre sainte » aux autres factions islamistes.

Le groupe Ahlu-Sunna Wal-Jama, « modéré », a tué plus de dix combattants de Hareka al-Shabab, une faction islamiste rivale connue comme l’une des plus puissantes en Somalie. Ahlu-Sunna Wal- Jama a repris deux villes, Dusa Mareb et Guriel, qui étaient contrôlées par Hareka al-Shabab.

Il s’est engagé à faire reculer cette faction dans d’autres parties du pays. Les combats viennent dans un moment de crise politique aiguë avec, d’un côté, le problème du remplacement du président du gouvernement transitoire, le colonel Abdullahi Yusuf, qui a démissionné, et, de l’autre, les tentatives pour mettre à exécution l’accord de paix de Djibouti.

Celui-ci stipule la formation d’un gouvernement d’union par la faction modérée des islamistes dirigé par Sheikh Ahmed et le gouvernement de transition. Washington prévoit de déposer une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour renouveler le mandat de la force de l’Union africaine en Somalie et en accroître ses effectifs et, éventuellement, pour envoyer des forces de maintien de la paix de l’Onu.

Les troupes ougandaises et burundaises ont besoin d’une aide d’urgence alors que l’Éthiopie a retiré ses troupes en laissant un chaos pire que celui qui existait au moment de l’invasion

_________________________________ 1 – XINHUA

L’ONU prête à soutenir les efforts du nouveau gouvernement somalien pour la réconciliation nationale

Le secrétaire général (SG) de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré dimanche que les Nations Unies sont prêtes à soutenir les efforts du nouveau gouvernement somalien pour la réconciliation nationale et l’établissement de la sécurité effective.

Dans un message publié par son porte-parole, M. Ban a félicité le nouveau gouvernement somalien pour le succès de l’élection présidentielle, la qualifiant de pas important vers la réconciliation nationale.

« Les Nations Unies ont soutenu ce processus et sont prêtes à aider le nouveau gouvernement dans ses efforts pour la réconciliation nationale et l’établissement de la sécurité effective », a déclaré M. Ban.

Les Nations Unies fourniront un soutien logistique fort à la force de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie et aideront à développer les forces de sécurité somalienne, a promis le SG.

Le Conseil de sécurité va décider dans les mois à venir une opération de maintien de la paix appropriée de l’ONU pour soutenir le développement politique, économique et social de Somalie, a-t-il ajouté.

Les députés somaliens ont élu vendredi un nouveau président en vue de mettre fin à la situation de vacance du gouvernement central en Somalie depuis 1991.

02/02/09 (B484) Centre Info ONU. Ban appelle le nouveau président de la Somalie à tendre la main à tous.

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a félicité le nouveau président de la Somalie, Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, élu samedi par le parlement, l’engageant à tendre la main à tous les Somaliens.

Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, chef de l’Alliance pour la re-libération de la Somalie, a été élu dans la nuit de vendredi après une longue séance de vote, qu’il a remportée au second tour avec deux tiers des voix, contre le fils de l’ancien président Barre, Maslah Mohamed Siyad, selon le Bureau des affaires politiques des Nations Unies pour la Somalie.

Onze candidats s’étaient présentés au premier tour, dans un processus salué par le représentant spécial du Secrétaire général comme « ouvert et transparent ».

Le Secrétaire général a appelé dimanche le nouveau président et son gouvernement à « tendre la main à tous les partis somaliens, y compris ceux qui ne sont pas encore partie au processus de Djibouti ».

« Il est important que ces efforts aient un effet tangible sur l’amélioration de la sécurité pour la population somalienne et les acteurs humanitaires », a-t-il souligné.

Le Secrétaire général s’est engagé au nom des Nations Unies à fournir un « ferme soutien logistique aux forces de l’Union africaine (AMISOM) ainsi que pour former les forces de sécurité somaliennes ».

« Le Conseil de sécurité décidera dans les mois à venir du caractère approprié d’un opération de maintien de la paix en soutien au développement politique, économique et social » du pays, note-t-il.

01/02/09 (B484) AFP / Ouverture d’un sommet de l’Union africaine à Addis Abeba.

Un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), consacré notamment au développement du continent malgré la crise économique mondiale et les conflits locaux, a ouvert dimanche ses travaux à Addis Abeba, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le sommet a débuté directement par une session à huis clos, sans cérémonie formelle d’ouverture.

Outre les discussions sur le développement des infrastructures du continent et sur les divers conflits et crises qui affectent l’Afrique, les chefs d’Etat doivent plancher sur l’instauration d’un « gouvernement de l’Union », réclamé par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi mais qui inquiète bon nombre de présidents africains.

Le thème du sommet est le « développement des infrastructures en Afrique », en particulier dans les secteurs du transport et l’énergie.

Mais sur fond de crise, de nombreux dirigeants africains n’ont pas caché leur inquiètude sur une baisse de l’aide internationale qui contribue à financer les investissements dans ces secteurs.

La crise « oriente davantage l’agenda de la Communauté internationale vers le sauvetage et le renflouement des institutions bancaires et financières, que sur le financement du développement », s’est alarmé le président de la commission de l’UA, Jean Ping, lors de la conférence ministérielle qui a précédé le sommet.

« Au même moment, les économies et les populations africaines s’apprêtent à subir de plein fouet les conséquences de ces crises dont elles ne sont nullement responsables », avait-il ajouté en soulignant « la vulnérabilité d’un continent toujours fragilisé par des crises latentes et des conflits ouverts ».

Toutefois la situation sécuritaire du continent s’est globalement améliorée avec les « efforts de consolidation de paix et de reconstruction post-conflits au Burundi, aux Comores, au Liberia, en Sierra Leone, en République Centrafricaine (RCA) ainsi qu’au sud Soudan » et le « bon déroulement des élections en Guinée Bissau, en Zambie et tout dernièrement au Ghana », s’est félicité M. Ping.

L’UA avait déployé une force de paix au Darfour qui s’est transformée avec le soutien de l’ONU en force hybride de maintien de la paix, qui doit à terme devenir la plus importante du monde.

L’organisation panafricaine espère un scénario identique en Somalie où elle a envoyé une force de paix en mars 2007 qui doit à terme compter 8.000 soldats pour tenter de mettre fin à une guerre civile débutée en 1991.

Le nouveau président somalien, cheikh Sharif Cheikh Ahmed, élu samedi par le Parlement somalien participe d’ailleurs au sommet.

01/02/09 (B484) Le journal de la Flibuste …/ Les Afriques : Egypte: Le Canal de Suez subit les effets de la crise et des pirates

Les revenus du Canal de Suez ont baissé d’environ 8% en décembre, indique-t-on de source gouvernementale.

Ils ont été de 391,8 millions $ en décembre 2008, contre 426,3 millions $ en décembre 2007.

La crise financière et les activités de piraterie en Somalie expliquent cette baisse.

Les revenus du Canal de Suez étaient de 419,8 millions $ en novembre 2008, en baisse par rapport à octobre 2008 où ils avaient atteint 467,5 millions $.

01/02/09 (B484) Le Monde. Cheikh Sharif Cheikh Ahmed élu président de la Somalie.

Le chef de l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), cheikh Sharif Cheikh Ahmed, a été élu, samedi 31 janvier, président de la Somalie par le Parlement de transition somalien réuni à Djibouti. Aussitôt élu, le chef religieux a appelé à un gouvernement de large union et invité tous les groupes armés en conflit en Somalie à rejoindre le processus de paix soutenu par l’ONU.

Le chef de l’ARS qui doit prêter serment samedi devant le Parlement, dit vouloir « améliorer les relations » avec l’Ethiopie et est décidé à « tenter de convaincre les jeunes miliciens [chabab] de combien il est important d’appartenir à une force qui est au service de la nation « . Addis Abeba a affirmé le 25 janvier que toutes ses troupes avaient quitté le sol somalien, ouvrant à la voix à l’entrée des partisans de cheikh Sharif au Parlement et à son élection à la présidence.

Sur les 430 parlementaires présents au vote, Cheikh Sharif, a obtenu 293 voix au second tour de scrutin contre 126 pour Maslah Mohamed Siad Barre, fils du défunt président Mohamed Siad Barre, dont le renversement a marqué le début de la guerre civile.

« Très prochainement, je formerai un gouvernement qui représentera le peuple de Somalie », a promis le nouveau président lors d’une brève allocution, ajoutant: « je tends la main à tous les groupes armés somaliens qui sont toujours opposés à ce processus de paix) et les invite à nous rejoindre ».

Le premier ministre sortant, Nur Hassan Hussein, présenté comme l’un des favoris du scrutin, était arrivé en 3e position au 1er tour avec 59 voix et s’était retiré de la compétition en indiquant qu’il était « prêt à coopérer avec celui qui sera élu pour faire de la Somalie un pays pacifique ».

Le Parlement devait élire un nouveau chef de l’Etat après le départ du président Abdullahi Yusuf Ahmed, poussé à la démission fin décembre, et qui était hostile à toute négocation avec les islamistes. Le chef de l’Etat a été élu par un nouveau Parlement de transition, élargi ces derniers jours aux islamistes modérés et à des représentants de la société civile. L’élection s’est déroulée dans un climat de violences persistantes. Les parlementaires ont dû se réunir à l’étranger. Les shebab, insurgés islamistes opposés aux institutions de transition, ont pris lundi la ville de Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio), siège du Parlement.