Articles

09/09/09 (B515) — The report Deberkalleh in English (continued – ENG 3 -) unexplained murders among opponents IOG and persons involved in illegal trafficking.



Le dossier complet

Plainte déposée devant le Procureur éthiopie pour l’assassinat des vieillards et d’enfants Afar à Guerrissa et dans les localités voisines
(lien avec l’article – 2005)

English version
of Deberkalleh « report »

Part 2

unexplained murders among

opponents IOG and persons
involved in illegal trafficking.


The complete file
In this chapter,

we will study the cases of « murder » that were never resolved in Djibouti.

This work will reinforce the suspicions against Ismael Omar Guelleh and his regime.

July 1991: the violent death of Deputy Director of the SDS, said Mohamed Idriss Karaf.

During the evening when the murder was committed, is the current Director General, Security, Hassan Said Hassan Kaireh said Madobeh who was constantly in his office. Immediately informed of the assault, he gave the order to transfer the victim still alive at the Peltier hospital and not to Bouffard Hospital, as is the case when it comes to high – officials.

He visited the site. He stayed with the duty doctor and nurses and has been collecting the last words of the wounded just before his death: « I know who killed me ».

Some observers believe he was murdered because he had close relations with certain foreign powers present in Djibouti.

1993: the violent death of pharmacist Mohamed Yacine (rest his soul).

He was murdered in his villa in the presence of his wife, now a refugee in Canada,

The young pharmacist managed the pharmacy « Pharmacy independence. After his death, the pharmacy was sold to Dr. Saad, who is a nominee because it still belongs to IOG underhand.

At the time he was Chief of Staff of Gouled, the pharmacy was placed under his direct control. IOG was used to collect funds to finance Somali militias of the USF and to pay the costs of missions as agents of the SDS performed either Djibouti or abroad (Ethiopia – Eritrea – Somalia – Europe).

1998: the assassination of Sheiko
The late Mohamed Sheiko (the Good God receives in his eternal paradise. Amin.) Was assassinated in Ward 3 in the presence of a woman. The first observations were made by the police under the command of Colonel Ahmed Yonis who said that Mohamed Sheiko died a natural death.

Despite this and based on evidence they had received, parents and friends have requested that an autopsy be performed to Bouffard Hospital. But their request was rejected because some close family and government have preferred to bury the dead quickly, without trying to discover the truth.

A few days later, the woman (accomplice), who was present when Sheiko died suddenly left the country to take refuge in Hargeisa in Somaliland. In December 2003, she was killed by police bullets and somalilandaise is still looking for his killer.

_____________________________________________________

List of victims who died a violent death and unexplained Djibouti usually in the triangle formed by the Arta road, the road to Venice and the Palace of L’Escale).

All the victims had met at one time or another, close relations with Ismail Omar Guelleh. Moreover, by their political, military or administrative, they all had access to « sensitive information » that could compromise or acknowledge the current occupant of the Palais de l’Escale in Djibouti:

1) Major Hamadou, Aide to former President Gouled and cousin of Prime Minister Barkat Gourad Hamadou. This officer esteemed President Gouled died in a car accident on the road to Arta. Officially it would be a failure of the brakes of his car? It was very intimate with the military attache of the Presidency.

2) Major Dahaiyeh officer of the presidential guard. He was shot by two mercenaries on the road to Arta. The police investigation did not reveal any details about the killing (unofficially he was killed by bandits). He was welcome in some foreign embassies in Djibouti. Major Dahaiyeh was a former policeman in the colonial and he knew the Borrel case. Did he go with a French investigative journalist on the day of his death?

3) The judge Dabayak.
According to some informants, but the version is challenged, he died of cardiac arrest in Ethiopia (Nazareth). A few days before his death, he had coffee with the editor of this report. Dabayak was well known, too, the judge Bernard Borrel, as a colleague. It followed very closely the investigation into her murder. (*)

Indeed, witnesses say the judge fled to Canada where he currently lived.

(*) Given the friendly relations that existed between the author of this report and Judge, A. Deberkalleh would love to hear from him personal, he is still alive. Write to equipe@ardhd.org which transmit

4) Jaga-Bida was NCO in the SDS. He also died at home of cardiac arrest. It was both the messenger and confidant of President Ismael Omar Guelleh. His appearance to suggest he was an idiot and he occasionally played the role of court jester. In reality it was the precious « messenger » IGO. He knew everything that was plotting for the Presidency for years. But especially, it also informs the General Yacine Yabeh Galab on the activities of IGOs.

After the failed coup of the latter, the SDS has discovered the double game he had carried for years and has informed the President Guelleh. Shortly after he died …

5) Meraneh was a member of the athletics official to Djibouti and the Social Benefit Fund of Djibouti (CPS). He too died of cardiac arrest on the way to Venice when he was with a woman of « low morals ».

This young officer was a fierce opponent of the policy IOG. Very close to « politically » for a senior Djiboutian with which he was preparing a rebellion « army » in the south. His death was seen as a warning to his friends so they do not try to cross the yellow line.

6) The murder of the former owner of the hotel Menelik, Ayalew with the complicity of his wife Mrs. Kabadeshe. Before her marriage to the hotel, this woman was the mistress of Guelleh. She operated a licensed bar for serving alcohol, which belonged to IOG. Thanks to his talent (?), She had obtained a permit to Djibouti on the recommendation of IOG who combined the duties of Chief of Staff of the President with the high-security official Djibouti.

After being sentenced by Justice Djibouti murder, Ms. Kabadeshe was released by presidential pardon long before he finished serving his entire sentence. From the investigation it was proved that the death of the landlord Ayalew was linked to his refusal to sell the hotel has a close relative of IOG. The wife agreed to make the sale but the Ethiopian Bank had issued a veto.

Today is the killer who inherited the hotel.

7 °) The murder of an Italian citizen, defenestrated the top floor of the hotel ALI-SABIEH.

That evening, on the scene, two people were present: Mario (the victim) a man of Italian origin and Hassan Saleh of Eritrean origin, ex-member of the EPLF Both men worked on behalf of Guelleh’s brother, now deceased, Idriss Omar Guelleh as commission agents.

This investigation is being conducted (as happened often in the suspicious deaths) in the Force Colonel Ahmed Yonis (of Sudanese origin). As usual, he found a suicide under the influence of alcohol.

According to our information sources, the Italian victim came to claim his commission Idriss Omar Guelleh to the contract signed with the Italian company for importing and burying or dumping of toxic waste on the territory of the Republic of Djibouti.

8 °) Idriss Farah AbanehMinister of Interior is dead, too, of cardiac arrest. The Minister did not IOG, the Chief of Staff. On many occasions he had requested his removal to Hassan Gouled. During each altercation he had with IGO, he never failed to qualify for refugee and he threatened to be repatriated in Dire-Dawa. The Minister was a permanent danger for IOG and Hassan Gouled (native healer).

9 °) Mohamed Djama Elabeh, Had been Minister of Finance and of Education before resigning from office.

According to relatives he had died from poisoning. His pet peeves, and IOG were Hassan Gouled. With a strong reputation within the population, it was an obstacle to policy Hassan Gouled and a very credible competitor for its dolphin Ismael Omar Guelleh. Guelleh had little chance of being elected to the highest office against this opponent very popular and well established politically.

His death was as arranging career IGO …

In conclusion:

Given the number of its inhabitants, it is likely that the Republic of Djibouti holds the world record « deaths and suicides » and unexplained natural « since June 27, 1977. The victims are almost all opponents of the regime or those involved in bribery and illegal trafficking.

Everyone remembers the first victim of Djibouti, on the shore of Loyada (death by strangulation of Janaleh … Coincidentally, Aden Robleh was present that day, too …?

Is it also coincidence that Guelleh recently accused him, in an article in « Jeune Afrique l’Intelligent » the death of judge Bernard Borrel in Djibouti in October 1995??

09/09/09 (B515) Yémen Express (6 articles en Français)

_____________________________ 6 – Le Monde

Yémen: le rébellion chiite reçoit un soutien financier iranien (président)

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh a affirmé mercredi sur la chaîne de télévision Al-Jazira que la rébellion chiite au Yémen recevait un soutien financier de "certaines parties en Iran", sans en accuser officiellement les autorités de Téhéran.

"Les forces de sécurité ont découvert deux cellules yéménites, qui ont dit recevoir de l’argent de certaines parties en Iran, à hauteur de 100.000 dollars", a déclaré le chef de l’Etat yéménite, dont l’armée poursuit depuis le 11 août une offensive contre les rebelles chiites dans le nord du pays.

Les membres de ces cellules "sont jugés devant les tribunaux", a-t-il indiqué, répétant que les rebelles "reçoivent un soutien" iranien.

"Nous ne pouvons pas en accuser les autorités officielle iraniennes", a-t-il ajouté, estimant toutefois que le gouvernement de Téhéran entretenait des contacts avec les rebelles du moment qu’il a offert sa médiation dans le conflit.

"Les Iraniens sont en contact avec eux (les rebelles) dès lors qu’ils ont offert leur médiation entre le gouvernement yéménite et eux", a-t-il dit dans des extraits d’un entretien diffusés par Al-Jazira.

De son côté, l’Iran a démenti toute accusation d’ingérence.

"L’Iran a toujours soutenu l’unité et l’intégrité territoriale du Yémen", a a déclaré Hassan Ghashghavi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par l’agence Irna.

L’armée yéménite poursuivait ses opérations militaires contre les rebelles dans les provinces de Saada et d’Omrane, dans le nord du pays, une trêve annoncée vendredi n’ayant tenu que quelques heures.

Le pouvoir accuse la rébellion d’être soutenue par l’Iran chiite. Pour leur part, les rebelles affirment que Sanaa bénéficie d’une assistance militaire de l’Arabie saoudite, une monarchie sunnite qui jouxte leur fief.

_____________________________ 5 – AFP

Yémen: l’armée affirme avoir nettoyé des poches de rebelles à Saada

L’armée yéménite a affirmé avoir repris le contrôle, dans la région de Saada dans le nord, de positions qui étaient tenues par les combattants zaïdites, d’y avoir lancé des raids aériens et fait subir d’importantes pertes aux combattants zaïdites.

Des sources militaires, citées mercredi par l’agence officielle Saba, ont déclaré que les forces armées ont achevé une "opération de ratissage complète de Jebel Lahmar", un massif montagneux situé à une quinzaine de km au sud de la ville de Saada, où les rebelles ont saboté des tours de communication.

L’aviation a porté des "coups douloureux aux rebelles, tuant un nombre important d’entre eux et les troupes ont pris position dans les zones ratissées", a indiqué l’une de ces sources.

Dans la région proche de Jebel al-Qaïs, l’aviation a mis en échec une tentative d’infiltration de rebelles, selon les mêmes sources qui affirment que deux vallées, le Wadi Sabarek et le Wadi Ayane, de la région de Harf Sufyan, dans la province d’Omrane, au nord de Sanaa, ont également été nettoyées de toute présence rebelle.

Au niveau politique, le ministre de l’Information Hassan Ahmed al-Lawzi a indiqué que plus d’une centaine de rebelles avaient été capturés et sont actuellement interrogés alors que les combats sont entrés dans leur cinquième semaine.

Il a réaffirmé que les six conditions du gouvernement pour une solution politique, notamment la remise des armes saisies aux forces armées et l’ouverture des routes, n’étaient pas négociables.

Vendredi, le gouvernement a déclaré une suspension de son offensive officiellement pour faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire mais les hostilités ont repris au bout de quelques heures.

Le gouvernement a accusé les rebelles de l’avoir rompue tandis que ces derniers ont affirmé que l’armée avait mis à profit cette trêve pour acheminer des renforts


_____________________________ 4 – Le Figaro avec AFP

Yémen: arrestation de Yéménites armés près de l’ambassade américaine

Quatre Yéménites en possession d’armes ont été arrêtés près de l’ambassade des Etats-Unis à Sanaa mais n’avaient pas l’intention de l’attaquer, ont indiqué les autorités.

"Les services de sécurité ont procédé à l’arrestation de quatre personnes près de l’ambassade américaine en possession de cinq grenades en plus d’un fusil d’assaut de fabrication chinoise, de 296 cartouches et de cinq détonateurs", a annoncé mardi soir le ministère de l’Intérieur sur son site internet sans préciser la date des arrestations.

Une source sécuritaire, citée mercredi par le site internet du ministère de la Défense Sep.26.net, a ensuite précisé que ces personnes "n’avaient aucune intention d’attaquer l’ambassade", cible de plusieurs attentats dans le passé.

"Elles passaient par là par hasard et ont été interpellées par une patrouille de police", a ajouté cette source, citant les premiers éléments de l’enquête.

Originaires du nord du pays et âgés de 20 à 33 ans, les quatre Yéménites étaient également en possession, selon le ministère de l’Intérieur, d’autres équipements militaires, d’une "sirène comme celle utilisée pour les ambulances" et de vingt bidons d’essence.

Ils ont été interpellés alors qu’ils se trouvaient à bord d’un minibus, immatriculé dans la province de Saada, théâtre d’une rébellion armée de chiites, et d’un taxi. Ils sont originaires de la région de Damaj (province de Saada). Les armes ont été découvertes lorsque les services de sécurité, alertés par la présence de ces personnes près de l’ambassade, ont fouillé les véhicules, indique le ministère de l’Intérieur.

Le 17 septembre 2008, l’ambassade américaine avait été la cible d’un attentat revendiqué par Al-Qaïda et qui avait fait 19 morts, sept assaillants et 12 autres personnes, dont les gardes yéménites de la chancellerie et des civils, parmi lesquels une Américaine. Il s’agissait alors de la deuxième attaque contre l’ambassade américaine en six mois.

_____________________________ 3 – Le Figaro avec AFP

Yémen: situation "très difficile" à Saada

La situation humanitaire est très difficile" dans la ville de Saada, fief de la rébellion chiite dans le nord du Yémen, a déclaré une porte-parole du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR). "Nous n’avons pas pu acheminer d’aides dans Saada car les couloirs humanitaires n’ont pas été sécurisés, et tout ce que nous savons, c’est que la situation humanitaire est très difficile", a déclaré Laure Chedrawi, jointe au téléphone par l’AFP dans le nord du Yémen.

Le porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour le Moyen-Orient, Hicham Hassan, a indiqué également à l’AFP depuis le Yémen où il se trouve, qu’"un convoi médical (de son organisation) est en route pour la ville de Saada mais qu’il n’y est pas encore entré".

"Nous sommes en contact avec toutes les parties (en conflit) mais cela ne signifie pas que c’est facile", a-t-il déclaré alors que les autorités et les rebelles se sont accusés mutuellement lundi d’entraver l’acheminement de l’aide humanitaire, après quatre semaines d’hostilités.

_______________________________ 2 – La Croix

Nord du Yémen: la poursuite des hostilités entrave les secours humanitaires

La poursuite des combats entre l’armée et les rebelles chiites dans le nord du Yémen entrave l’acheminement des secours aux dizaines de milliers de civils déplacés par le conflit, selon les autorités et les rebelles qui se rejettent la responsabilité de la situation.

Les rebelles "poursuivent leurs actes de sabotage en coupant les routes et en déposant des explosifs et des mines, entravant la circulation et l’acheminement des vivres aux déplacés", a affirmé lundi un responsable dans la province de Saada, fief de la rébellion, cité par l’agence officielle Saba.

"Ils cherchent délibérément à accentuer les souffrances des déplacés et des habitants en poursuivant leurs agressions et leurs actes de sabotage", a-t-il ajouté.

Selon d’autres responsables locaux, les rebelles ont bombardé une tour de communications dans la ville de Saada et ont sectionné des câbles électriques à Harf Sufyan, dans la province voisine d’Amran, interrompant les réseaux de téléphonie fixe et mobile dans ces zones.

Environ 150.000 personnes ont été déplacées par le conflit dans le nord du Yémen, dont 55.000 depuis que les combats se sont intensifiés cet été, selon des organisations de l’ONU qui qualifient de "dramatique" la situation humanitaire dans cette zone.

Sanaa avait annoncé vendredi soir une trêve pour permettre l’acheminemnent de l’aide humanitaire aux civils. Mais l’accalmie n’a duré que quelques heures, le gouvernement accusant les rebelles de l’avoir rompue.

La rébellion, conduite par Abdel Malek al-Houti, se défend d’en être responsable, accusant le régime du président Ali Abdallah Saleh d’avoir mis à profit la trêve pour "acheminer des renforts militaires".

"En rejetant les appels des déplacés à rentrer chez eux, le pouvoir prouve qu’il ne veut pas arrêter la guerre", a-t-elle dit dimanche dans un communiqué.

Les affrontements se sont poursuivis dans la nuit de dimanche à lundi dans la province de Saada où l’armée à réussi à reprendre le contrôle de certaines positions que tenaient les rebelles, selon des sources militaires citées par l’agence Saba.

Le pouvoir accuse la rébellion d’être soutenue par l’Iran chiite. Pour leur part, les rebelles affirment que Sanaa bénéficie d’une assistance militaire de l’Arabie saoudite, une monarchie sunnite qui jouxte leur fief.

_______________________________ 1 – IRIN (ONU)YÉMEN: La situation humanitaire s’aggrave après une très courte trêve

Au nord du Yémen, la situation des milliers de familles déplacées continue de se détériorer après une trêve, le 4 septembre, entre les troupes du gouvernement et les rebelles chiites, qui avait été accordée pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire, mais qui n’a pas duré plus de quatre heures.

D’après le ministère yéménite de la Défense, le gouvernement a décidé de suspendre son offensive militaire contre les rebelles dirigés par Abdul-Malik al-Houthi, en réponse aux appels des organisations humanitaires internationales ou locales, afin de permettre à ces dernières d’accéder aux populations victimes du conflit.

Les agences humanitaires avaient déclaré qu’elles distribueraient davantage de nourriture et de produits de première nécessité aux civils déracinés de Saada et des provinces voisines, à la condition que les deux parties au conflit respectent la trêve annoncée par le gouvernement.

« La décision d’interrompre les opérations militaires était bienvenue, car elle facilitait l’accomplissement de notre mission, qui consiste à accéder aux familles déplacées et à leur distribuer de l’aide alimentaire », a expliqué à IRIN Maria Santamarina, responsable de la communication au Programme alimentaire mondial (PAM).

Mohammed Abdussalam, porte-parole de l’administration d’Abdul-Malik al-Houthi, chef des rebelles, a déclaré que la décision du gouvernement était une étape positive, tout en ajoutant : « cependant, le gouvernement aurait plutôt dû déclarer la fin de la guerre. Nous sommes plus attachés à la paix que le gouvernement… nous prenons en considération les souffrances des déplacés qui vivent dans les camps, privés des produits nécessaires à leur survie. »

Trêve rompue

Alors que les deux parties au conflit semblaient tenir à respecter la trêve, celle-ci n’a pas duré longtemps.

Le Comité suprême de sécurité du gouvernement (CSS), qui rassemble des membres hauts placés des ministères de la Défense et de l’Intérieur et est présidé par le président Ali Abdullah Saleh, a annoncé que des dizaines de soldats et tireurs du mouvement al-Houthi avaient perdu la vie dans des affrontements déclenchés par les rebelles dans la soirée du 4 septembre, quatre heures seulement après le début de la trêve.

M. Abdussalam a reconnu que les combattants rebelles du district de Harf Sufyan, dans la province d’Amran, n’avaient pas été informés de la trêve, mais a reproché au CSS d’avoir trop hâtivement tenu M. al-Houthi et ses partisans responsables de la rupture de la trêve.

D’après Mme Santamarina, Islamic Relief, organisation partenaire locale du PAM, recherchait des couloirs humanitaires non risqués afin de distribuer quelque 935 tonnes métriques d’aide alimentaire du PAM, provisoirement stockées dans la ville de Saada, à des déplacés vivant dans des camps ou dans des familles d’accueil à travers toute la ville.

« Le PAM accumule des stocks à Saada, et se prépare à distribuer des rations de nourriture supplémentaires, en fonction du niveau de sécurité obtenu », a-t-elle déclaré, précisant que d’autres camions de cargaisons alimentaires étaient prêts à quitter Sanaa, la capitale, pour diverses destinations dans la province d’Amran, dès que les listes d’inscription des déplacés auraient été vérifiées. « Cependant, nous avons été choqués d’apprendre la rupture de la trêve. »

Saada inaccessible

Les habitants de Saada pris au piège par les affrontements incessants – dont 35 000 déplacés – sont ceux qui sont le plus dans le besoin, a dit aux médias Andrej Mahecic, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Les journalistes ne peuvent pas obtenir d’informations précises sur ce qui se passe dans cette ville instable, en raison des restrictions imposées aux médias par le gouvernement, telles que les perturbations des réseaux de téléphonie mobile et d’Internet, ou encore le blocage des routes menant à la ville, a indiqué M. Mahecic.

Depuis le 12 août, les habitants de Saada n’ont ni eau ni électricité. « Les réserves de vivres s’épuisent et la situation devient intenable pour les familles, dont beaucoup accueillent des amis, des proches ou des voisins déplacés par les combats de rue », a déclaré le porte-parole du HCR.

D’après les agences des Nations Unies, les hautes températures dans la journée et les pluies abondantes durant la nuit aggravent les problèmes que rencontrent les civils de Saada, dont un grand nombre observe la période de jeûne du Ramadan.

Ces agences estiment que 150 000 personnes ont dû être déplacées en raison du conflit du Nord-Yémen depuis 2004, en comptant les habitants qui ont été déplacés par les récentes hostilités.

09/09/09 (B515) Radio-Trottoir : un lecteur nous envoie cette information sur l’élection de l’Ougas des Somali. Nous la publions sans n’avoir pu encore la vérifier à cet instant. (Info lecteur)

Un exemple d’une autre type de légitimité, incarnée sans besoin de force coercitive, de richesse ostentatoire.

Le 29 Aout 1994 s’éteignait à Diré-Dabe en Éthiopie le roi des issa, l’ogass Hassan Hirsi. Ce jour-là une forte pluie s’abattait sur cette petite ville située dans la région somalie de’ Éthiopie et plus précisément dans le territoire traditionnellement habité par les pasteurs issas. L’on comprendra plus loin l’importance de cet événement météorologique. L’ogaas Hassan Hirsi est le 18eme roi d’une longue lignée qui remonte au 16 eme siècle, siècle-charnière qui inaugurera une période tourmentée avec la décadence des sultanats et Cités musulmans de la corne de l’Afrique et que l’on peut designer comme le moyen-âge de la civilisation islamique dans cet te partie du continent.

Il a guidé les Issa dans leur longue lutte pour la survie et l’autonomie dans une Corne de l’Afrique convoitée par les puissances coloniales et les pouvoirs régionaux pour ses richesses et son importance géostratégique.

L’OUGAS disparaissait et avec lui une portion d’un monde spécifique, d’une autre conception du pouvoir, de l’autorité et des relations entre les différents peuples de la corne Afrique. Un exemple d’une autre type de légitimité, incarnée sans besoin de force coercitive, de richesse ostentatoire.

Si les Issa pleuraient la mort de leur père spirituel, leurs voisins, amis ou adversaires selon le cas, regrettaient, eux, la disparition d’un grand médiateur, d’un gardien de la paix entre les communautés concurrentes de la région.

Dans le contexte actuel de la Communauté Issas, traversée de certaine divisions et rivalités intertribales soulevées par les rapports au pouvoir étatique notamment à Djibouti, en somalie et en Éthiopie, ce particularisme de la royauté Issa avait de quoi susciter l’inquiétude quand à la réussite du remplacement de l’OGAAS défunt Hassan Hirsi.

Déjà, des son enterrement, les débats voire la polémique sur les procédures de succession et la reforme des institutions n’ont pas manqué de surgir. Il y avait les réformistes qui préconisaient que le future OGAAS doit devenir un personnage en phase avec son époque et donc avec la modernité.

Par contre les conservateurs qui eux voulaient préserver la tradition et revenir aux sources.

Nouveau Roi des Issas

Les 144 sages Issas ont crée la surprise. En effet ils ont réussi à réconcilier les conservateurs et les réformistes, de plus, ils ont réussi à éviter les influences externes. Le successeur du 18ème Ougas Hassan Hersi s’appelle Moustapha Mohamed Ibrahim Ougas Waïss. Il est âgé de 17ans. Né à Diré-Deba, il est l’arrière petit fils du 17ème Ougas Waïss Omar. Il poursuit des études en classe de 10éme année dans cette même ville de Diré-Deba.

Selon les informations que j’ai eues de l’Éthiopie les membres du Gandé vont encadrer le jeune OGAAS pour lui dispenser leur savoir du Coran, du Xeer, de la généalogie des Issas, des usages d’une bonne sociabilité. Le jeune OGAAS Moustapha Mohamed de continuera ses études dans un cadre privé tout en apprenant le savoir du Coran, du Xeer et des bons usages coutumiers. Dans ce cadre j’ai peut affirmer que le mariage entre les idées conservatrices et réformistes est bien réussi pour le bien-être des Issas et les autres communautés de la corne de l’Afrique.

Comme ses prédécesseurs, le jeune OGAAS va être intronisé à Zeïla et visiter les derniers campements situés à l’EST aux boulayawgas dans la région de Sanaag en Somali (somaliland).

Je souhaite que le nouveau OGAAS Moustapha Mohamed, devient un bon conciliateur entre les peuples de la corne de l’Afrique et que la corne de l’Afrique devient un lieu de paix et de tranquillité.

VIVE le nouveau Roi

08/09/09 (B515) La première dame de Djibouti Khadra Haid, fort impopulaire, sera-t-elle la prochaine présidente du Pays ? "Is Djiboutian ready the First-lady, Mss. Khadra Haid as their next President?" (En anglais – info lecteur)

Spending two years and half of research in Djibouti – about Djibouti’s politics brought me the conclusion that the President of the Republic of Djibouti, Mr. Ismail O. Guelleh is wowing his wife as his next successor.

For one thing: Mss. Khadra Haid is not an ordinary first-lady. She is very much in politics – and influential. She doesn’t shy away to actively compete with the Cabinet Ministers – for instance, there’s one incidence few years ago at the Djibouti University’s Students, who were striking against a fee the Ministry of Education imposed them; which over ninety percent of them complained that their parents could not be able to come up.

Yet, the Minister publicly refused to back down, and even expelled the Students Organizers. When the negotiations between the Ministry and the Students did not go anywhere; her office immediately contacted the Students – and waived the fee for them and help re-instate the Students Organizers into their classes without consulting the Ministry.

A reliable source, who wished to remain unanimous, recently, confided me that, the First-lady also exiled the richest man in Djibouti, Mr. Abdulrahman Borreh, while the President Ismail O. Guelleh was in Quebec, Canada. To further prove with her ambition, there’s as well a rumor flowing in Djibouti that the next target is the current Minister of Interior, Mr. Yacin Elmi Bouh; in attempt of eliminating with any future potential obstacles with her geol: the Presidency.

With Respect of Mss. Khadra Haid, she becomes the center of her husband government. And certainly started already playing tribal cards: placing her Tribes, Issaq, the Habaar Awal, on higher positions. Though, some of them genuinely expressed disdain with this outdated political game, and worry this might eventually ignite hatred toward their community.

Unfortunately, the First-lady’s objective is definitely aiming at creating a new class of Loyalist for herself in order to hold on the power when her times come: In the School of Machiavelli, its call building your own power-base. Will it work in Djibouti? I don’t know. But, I do know for one thing – it indeed infuriated the Djiboutian.

After conducting serious polls, we came to realize, Madam Khadra is very unpopular to the Djiboutian Citizens. If election is held today; there’s a great possibility, she may end up getting 2% of the vote. The question is though; how’s she going to lull the Citizens – or- win their hearts and minds? Or will simply her Husband hand over the power to her. Allah knows – we just have to wait and see. But, there’s no doubt she’s for sure, eying for the higher office of the Land.

In spite of what anyone would say – if Mss. Khadra persuades the Djiboutian to vote for her, and she gets their votes fairly. I will be the first one to congratulate her. But, the way her Husband and herself run the country doesn’t look like she has a chance: purging their opponents, parading fancy and expensive cars (Hammers) and throwing lavish parties in the eyes of the people, while half of them are without Electricity and Running Water, and could not even afford to have two meals a day.

Either way, it doesn’t seem, the duet will just easily give up the power without a fight; even if it means taking the Country to the path of Somalia. With the Grace of Allah, I pry it will not come to that level. I hope the President will not leave behind a similar legacy of Ziad Barre.

Mss. Khadra Haid already demonstrated, she will not be fair and just President. Therefore, I don’t think the Djiboutian with right minds will elect her as their next President. But at the end of the day, they have to decide for themselves.

By Mohamed
awaleh@consultant.com

07/09/09 (B515) Le Journal de la Flibuste (5 articles en Français)

___________________________ 5 – DWW – World (Allemagne)

Mort d’un pirate somalien

Lors d’une opération de la frégatte allemande "Brandenburg" dans le Golfe d’ Aden au large de la Somalie, un pirate présumé a été abattu.

Selon un communiqué du ministère allemand de la Défense à Berlin, les cinq occupants d’une chaloupe avaient refusé de se soumettre à un contrôle par les marins allemands et n’avaient pas réagi à des tirs de sommation.

Le commandant de la mission anti-piraterie de l’Union européenne "Atalanta" a alors donné l’ordre de tirer. Malgré un rapide secours médical, l’un des pirates présumés a succombé à ses blessures.

___________________________ 4 – Le Monde

La marine allemande annonce avoir tué un pirate présumé dans le golfe d’Aden

L’armée allemande a annoncé lundi avoir mortellement blessé un pirate présumé qui se trouvait à bord d’une embarcation qu’elle tentait d’intercepter dans le golfe d’Aden, dans le cadre de l’opération anti piraterie Atalante de l’Union européenne.

"La frégate Brandenburg a tenté d’arrêter un bateau pirate présumé avec cinq occupants armés. Les occupants ont voulu se soustraire au contrôle", a déclaré la Bundeswehr dans un communiqué.

Les soldats ont procédé "à des tirs de semonce et des avertissements répétés", sans réponse, et ont reçu l’ordre du commandement de la force Atalante de l’UE de tirer pour immobiliser l’embarcation, poursuit-elle.

Un des occupants du bateau a été blessé dans ces tirs, et est décédé "malgré des soins médicaux immédiats". Les autres pirates présumés ont été interceptés, après avoir jeté leurs armes par dessus bord.

L’Allemagne déploie actuellement 650 marins dans le cadre d’Atalante, et peut porter son contingent à 1.400 hommes, ainsi que trois navires et un avion de reconnaissance.

Les navires de la marine allemande sont autorisés à patrouiller jusqu’aux Seychelles. L’opération navale de l’Union européenne, qui combat la piraterie sur l’une des principales routes maritimes du monde, doit prendre fin à la mi-décembre 2010.


___________________ 3 – Marine Marchande avec AFP

Des pirates Somaliens réclament 20 millions de dollars pour un cargo turc

Des pirates Somaliens qui retiennent depuis près de deux mois un cargo turc ont réclamé 20 millions de dollars (14 millions euros) pour le laisser repartir avec ses 23 membres d’équipages turcs, a indiqué lundi à l’AFP l’avocate de la compagnie auquel appartient le vaisseau.

"La rançon demandée est de 20 millions de dollars mais généralement dans des détournements comme celui-ci un accord intervient autour de 10% à 20% de la somme réclamée", a indiqué au téléphone Nilgun Yamaner, qui représente la compagnie Horizon Maritime and Trade, dont le siège est à Istanbul.

"Dans notre cas cela correspond à une somme comprise entre 2 et 4 millions de dollars environ", a-t-elle dit. L’avocate a indiqué croire qu’un accord serait prochainement conclu avec les pirates, sans donner d’autre détails.

L’Horizon-1 mouille dans le port d’Eyl, au nord de la Somalie dans la province de Puntland, où les pirates font la loi. Le cargo turc se rendait d’Arabie saoudite en Jordanie avec une cargaison de sulfure d’hydrogène lorsqu’il a été détourné le 8 juillet par des pirates.

Plusieurs bateaux turcs ont été détournés par des pirates dans cette zone, avant de pouvoir reprendre leur route contre une rançon.

___________________ 2 – Radio Chine

Le Kenya arrête 37 pirates somaliens

Les autorités kenyanes ont arrêté dimanche 37 pirates somaliens à leur arrivée à Nairobi, a rapporté lundi le Daily Nation.

Les pirates, qui auraient été libérés par le gouvernement des Seychelles, ont emprunté samedi soir un avion Dash-8 à destination de Mogadiscio, via l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA), où ils ont été arrêtés.

Les autorités kenyanes ont intercepté cet avion et arrêté les passagers, pour non respect des formalités de dédouanement.

___________________ 1 – Courrier International avec Daily Nation

Un avion avec 37 pirates somaliens à son bord est immobilisé à Nairobi

Un avion en provenance des Seychelles, avec à son bord 37 pirates originaires de Somalie, est retenu depuis le 5 septembre sur l’aéroport international de Nairobi où il est gardé par la police. Selon le quotidien kényan, les pirates, libérés par le gouvernement seychellois, auraient embarqué sur ce vol pour Nairobi.

Ceux-ci envisageaient soit de rester au Kenya et de profiter de l’argent volé dans les actes de piratage, soit de rejoindre la Somalie pour reprendre leurs activités.

07/09/09 (B515) Nouvelles de Somalie (4 articles en Français)

____________________________ 4 – Le Figaro

La nombre de déplacés en Somalie dépasse 1,5 million de personnes

Le nombre de déplacés en Somalie, pays déchiré par les violences depuis 1991, a dépassé 1,5 million de personnes, a indiqué lundi le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

"Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la Somalie est désormais supérieur à 1,5 million de personnes", a déclaré le HCR dans un communiqué.

"La principale raison expliquant l’augmentation de ce nombre (par rapport au 1,3 million de personnes recensées au premier trimestre 2009) est liée au renouvellement des violences à Mogadiscio, qui a entraîné le départ de plus de 250.000 personnes depuis le 7 mai", a-il-ajouté.

____________________________ 3 – Lulupo.blog

Qui affronte qui en Somalie?

En Somalie, les conflits se succèdent depuis 1991, date à laquelle le gouvernement du président Mohamed Siad Barre, aujourd’hui décédé, a été renversé par les forces de l’opposition. Jusqu’en 2006, les combats opposaient principalement des chefs de guerre appartenant à différents clans, qui se disputaient des territoires et des ressources. Ces affrontements incessants ont conduit à l’une des plus graves crises humanitaires du monde.

En 2006, à Mogadiscio, de violents combats ont opposé des groupes islamiques à une force née de l’alliance des différents chefs de guerre, se terminant par la défaite de cette dernière. Les milices islamiques, regroupées au sein de l’Union des tribunaux islamiques (UIC), ont au départ bénéficié d’un soutien considérable des civils et des milieux d’affaires, les Somaliens étant lassés de l’insécurité régnant dans les zones contrôlées par les chefs de guerre, notamment la capitale.

L’UIC comptait dans ses rangs à la fois des éléments radicaux – al-Shabab – et des membres modérés, mais les radicaux représentaient une petite minorité. De juin à décembre 2006, sous le contrôle de l’UIC, Mogadiscio, ainsi que d’autres régions du sud et du centre de la Somalie, ont connu un calme sans précédent.

En décembre 2006, les forces éthiopiennes, soutenues par les Etats-Unis – qui considéraient l’UIC comme une organisation terroriste – sont entrées en Somalie et ont mis en place, à Mogadiscio, le gouvernement fédéral de transition (TFG), qui avait été créé en 2004 après deux ans de négociations au Kenya, mais qui n’avait eu jusque là aucune existence effective. Suite à cet événement, des affrontements sanglants ont eu lieu entre les forces restantes de l’UIC, c’est-à-dire notamment al-Shabab et ses partisans, et les forces alliées de l’Ethiopie et du TFG. Des centaines de milliers de civils ont été forcés de fuir leurs habitations.

En décembre 2008, les Ethiopiens se sont retirés de la Somalie, laissant à une Union Africaine bien modeste (l’AMISOM) le soin de défendre le gouvernement. En janvier 2009, un accord de paix a été signé à Djibouti entre le TFG, soutenu par les Nations Unies, et une faction de l’opposition, l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), conduisant à la création d’un parlement qui élut Sheikh Sharif Sheikh Ahmed comme président du TFG. L’ancien président de l’UIC était considéré par beaucoup comme un islamiste modéré.

Les Somaliens étaient nombreux à espérer que l’élection du président Ahmed et le retrait des troupes éthiopiennes mettraient un terme à la violence et inaugureraient une nouvelle ère de paix dans le pays.

Ce ne fut pas le cas.

Le président Ahmed a été confronté à l’opposition d’une faction dissidente de son propre mouvement, l’ARS, dirigée par son ancien allié, Sheikh Hassan Dahir Aweys. Ce dernier, qui était basé à Asmara, en Érythrée, est revenu en Somalie pour y créer le Hisbul Islami (Parti de l’Islam). L’accord de paix de Djibouti a également été rejeté par al-Shabab, qui s’était depuis longtemps séparé de l’UIC. Alors qu’auparavant, les luttes pour le pouvoir en Somalie étaient dictées par un système clanique complexe, le conflit actuel correspond, en apparence du moins, à une guerre entre des groupes ayant différentes interprétations de l’Islam.


____________________________ 2 – Bismi Infos

La Somalie deviendrait-elle le nouvel Afghanistan ?

La Somalie deviendrait-elle le nouvel Afghanistan ? Tout porte à le croire. La Corne de l’Afrique est un nid d’islamistes, de pirates, de milices radicales armées, de combattants étrangers et de guerres sans fin. Dans cette région du continent africain, la Somalie supporte l’ensemble de ces désastres et les informations qui nous parviennent confirment l’aggravation actuelle de la situation.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et la chute par les armes du régime dictatorial de Syad Barré. Depuis, Al Queda avance ses pions dans ce pays en ruine.

Pour mémoire, en 1993, la milice Al-Itihaad Al-Islaami (liée à al Queda) abat deux hélicoptères et tue 18 soldats US, évènement connu sous la triste appellation "Black Hawk Down", elle commettra plusieurs attentats en Ethiopie voisine. En 2005 un rapport de l’ONU précise qu’elle dirige une quinzaine de camps d’entraînement au djihad. Peu après la milice islamiste d’origine égyptienne Al-Takfir Wal-Hijra développe sa branche somalienne, en particulier dans les villes de Mogadiscio et de Bosaaso. Elle dirige le camp d’entraînement terroriste islamiste de Raas Kaambooni. Ses liens ont été prouvés avec Al Qaeda et l’organisation d’Abou Moussab al Zarqaoui en Irak.

Al Qaeda est toujours présente dans les attentats d’août 1998 contre les ambassades américaines du Kenya et de Tanzanie, encore en 2002 contre l’hôtel Paradise au Kenya, puis dans la tentative ratée d’attaque au missile sol-air d’un avion de ligne israélien décollant de Mombasa (Kenya).

Depuis 2006, la milice islamiste Al Shabaab, liée à Al Qaeda, tente de prendre le pouvoir dans le pays. Elle y serait parvenue sans l’intervention armée de l’Ethiopie (2006 – janvier 2009) qui renversa le " gouvernement " des Tribunaux islamistes mis en place à Mogadiscio. A noter que, en juin 2006, Al Shabaab a expédié pas moins de 720 volontaires au Sud Liban pour soutenir le hezbollah lors de l’attaque défensive d’Israël.

Depuis le 7 mai dernier, la milice Al Shabaab alliée au groupe Hizbul Islam tente à nouveau de faire tomber le gouvernement transitoire en place de Sheikh Sharif Ahmed. L’attaque de Mogadiscio est si violente que, pour la première fois, les forces africaines de maintien de la paix en Somalie (Amisom), dépêchées par l’Union africaine (UA) sous la couverture d’un mandat des Nations unies (ONU), ont dû intervenir dans l’affrontement. Il est prouvé que des combattants étrangers participent aux actions d’Al Shabaab, venant du Tchad, du Kenya, du Soudan, d’Erythrée mais aussi et surtout du Pakistan !

Le Président somalien a accusé Al Qaeda de soutenir, d’entraîner, de financer et d’armer les milices islamistes Al Shabbab et Hizbul Islam, le Président du Parlement somalien, Sheik Aden Mohamed Nur " Madobe " en appelle à ses voisins pour une intervention étrangère dans le pays (il semble que l’Ethiopie ait déployé un demi-millier de ses soldats en soutien).

Le Président kenyan s’inquiète d’une possible attaque des Shabbab, lancée sur son territoire en direction de Nairobi. Hillary Clinton promet à la Somalie une aide de 40 tonnes d’armement et de munition, le Président Obama déclare en juin, à Accra, devant le Parlement Ghanéen : "Nous encourageons la vision d’une architecture régionale de sécurité qui soit forte et qui puisse produire une force transnationale efficace quand il le faut. L’Amérique a la responsabilité de favoriser cette vision, pas seulement par les mots, mais par un soutien qui renforce les capacités africaines.

Quand on a un génocide en cours au Darfour ou des terroristes en Somalie, il ne s’agit pas seulement de problèmes africains, ce sont des défis lancés à la sécurité internationale, et ils réclament une réponse internationale".

_____________________________ 1 – 20 Minutes avec AFP

Six civils tués dans de nouveaux combats à Mogadiscio

Au moins six civils ont été tués et dix-huit blessés dans des combats qui ont suivi l’attaque par des rebelles des locaux du gouvernement et des forces de l’Union africaine (UA) à Mogadiscio.

Les combats ont éclaté samedi tard dans la soirée, peu après l’annonce par le ministre somalien des Affaires étrangères Ali Ahmed Jama que le gouvernement avait pris des contacts directs avec les rebelles.

Une maison a été touchée par un obus de mortier, cinq membres d’une même famille ont été tués, parmi eux des enfants, ont indiqué des témoins.

«Presque tous les membres de la famille ont été tués ou très grièvement blessés», a confirmé à l’AFP Ali Muse, chef des services d’ambulance de Mogadiscio.

«Nous avons également recueilli 19 civils blessés dans plusieurs points de Mogadiscio et l’un d’entre eux est mort lors de son transport vers l’hôpital», a-t-il ajouté.

Des témoins ont indiqué que les échanges de tirs à l’arme lourde dans les quartiers résidentiels de la capitale avaient été particulièrement dévastateurs en survenant à l’heure où les familles étaient rassemblées pour le repas de rupture du jeûne du ramadan.

Samedi, le ministre des Affaires étrangères avait annoncé que le président Sharif Sheikh Ahmed était engagé dans des discussions de réconciliation avec les deux principaux groupes de rebelles pour mettre fin à ce conflit meurtrier.

«Le gouvernement maintient ses plans de réconciliation et nous avons commencé à discuter avec les groupes rebelles du Hezb al-Islam et des shebab,» a déclaré le ministre devant des journalistes à Mogadiscio.

Aucun des groupes de rebelles n’a réagi à ces déclarations.

Les shebab, un groupe qui s’inspire d’Al-Qaïda, et le mouvement du Hezb al-Islam ont lancé une offensive militaire le 7 mai dernier.

Des centaines de personnes, dont des civils, ont été tuées durant quatre mois d’intenses combats à Mogadiscio. Des dizaines de milliers d’autres civils ont été contraints de fuir cette ville côtière.

07/09/09 (B515) Abdallah Deberkalleh nous fait parvenir la copie d’une lettre ouverte qu’il adresse à l’ambassadeur des USA auprès de la République de Djibouti et plus généralement aux autorités diplomatiques américaines, pour décrire la situation de non-droit à Djibouti et informer des risques d’un embrasement de la région.

Abdallah DEBERKALEH
JUBA HOTEL Room : 409
Dubai ( U.A.E. )
Email : achats_sans_frontieres yahoo.com
Contact tél: 050/7055 109 ou 055/610 1955

Dubaï, le 4 Septembre 2009

A Son Exellence
Monsieur l’Ambassadeur James SWAN
Ambassade Américaine
B.P. 185 –
Djibouti
République de Djibouti

S/C
– Chef de Mission Monsieur Eric Wong
– Officier Consulaire Madame Solange Garvey
– Officier affaires économiques et politiques
Madame Rebecca Hunter

Objet : lettre ouverte à son Exellence , Monsieur l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Djibouti, sur la situation et les risques de guerre civile en République de Djibouti.

Exellence et Cher Monsieur,

Que se passe-t-il aujourd’hui à Djibouti ?

Permettez-moi de vous exposer le sentiment de profonde injustice que je ressent en découvrant les évènements tragiques qui se déroulent dans le nord de Djibouti entre les villes de Tadjourah et d’Obock (région de Sismo, Ayri, Garbanaba dans les Mablas), qui me concernent d’autant plus que je suis originaire de cette région par mon père.

D’origine Afaro-Issa j’ai rejoint la diaspora des exilés. Ceux qui n’ont aucun point d’attache et qui sont parfois « rejetés » même en France bien qu’ayant la double nationalité franco-djiboutienne, je suis incapable de réprimer la légitime colère qui s’empare de moi, en découvrant la situation et les faits qui se déroulent à Djibouti.

Désormais, la liberté a une valeur et une application différente suivant les origines des citoyens djiboutiens :

certains peuvent se permettre de tuer de sang froid des civils où même leurs propres frères d’armes au sein de l’AND, sans n’être poursuivis,
d’autres sont les victimes et n’ont droit à aucune protection ni reconnaissance.

Désormais l’égalité entre les citoyens djiboutiens, prévue par la Constitution et les chartes internationales n’est plus garantie et c’est même le contraire qui se produit.

Des Djiboutiens sont au-dessus des lois Djiboutiennes et ils peuvent même se permettre même de tuer avec la bénédiction du régime et sans risque de poursuites pénales.

Monsieur l’ambassadeur,

Chaque matin, je m’accuse, en me regardant dans mon miroir, de supporter tout cela. Je m’accuse de respecter la Loi alors je reste impuissant face à un génocide préprogrammé dans le nord de Djibouti, qui est commis sous les yeux attentifs de toute la force multinationale (USA, France, Europe) implantée à Djibouti.

Selon les déclarations publiques, américaine, en particulier, ces forces ont pour mission de combattre le crime, le terrorisme et l’injustice dans la région. Que font-elles en réalité, si elles ne protègent pas les populations victimes d’actes inqualifiables commis chaque jour par le régime de Monsieur Ismaël Omar Guelleh et par ses hommes de main ?,

J’attire spécialement l’attention de mes amis américains et français face à leur passivité et leur non-intervention devant cette injustice, ces violations caractérisées et répétées des Droits de l’homme, car le pire pourrait arriver dans la région.

Le pire pourrait prendre la forme d’une guerre civile pire que celle que nous avons connue dans les années 1991- 1994 à Djibouti et qui ne manquerait pas d’avoir des répercussions en Ethiopie et en Erytrée. Les dommages collatéraux pourraient devenir incalculables et provoquer une déstabilisation non seulement de la Corne de l’Afrique, mais de toute l’Afrique de l’est (Kenya – Tanzanie – Ouganda, etc…).

J’ai essayé d’expliquer dans mon rapport qui met en évidence la politique « génocidaire » que les deux présidents djiboutiens ont mis en œuvre depuis le jour de notre indépendance (il y a 32 ans ). Les populations Afar de Djibouti et de la région sont les cibles du régime. L’activiste pour les Droits de l’homme le pasteur Martin Luther King disait : « Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; cest l’indifférence des bons …… et qu’on retrouve même au sein de la communauté somalienne à Djibouti ( Issas – Issaks – Gadabourcis ) , un silence assourdissant et une passivité incroyable envers leurs frères et sœurs afars qui se font massacrés quotidiennement sur le territoire national « .

Vos rapports amicaux avec les autorités Djiboutiennes, ainsi que l’autorité incontestable des USA et de sa diplomatie devraient vous permettre d’aborder ce point avec le régime et d’étudier ou de proposer des mesures propres à mettre un terme aux crimes qui sont commis actuellement dans le nord et à éviter un affrontement généralisé et sanglant.

Lorsque j’entends les mesures prises par votre gouvernement : aides militaires, aides financières, aides diplomatiques etc….. , lorsque j’entends le lendemain certains diplomates basés à Djibouti qui qualifient le régime djiboutien de « dictatorial, sanguinaire et corrompu » et qui ajoutent pourtant que c’est un régime « démocratique et fréquentable », je me pose des questions et je suis inquiet, même révolté parfois.

Comment est appliqué à l’étranger la devise des Etats-Unis d’Amérique qui évoque ces trois mots « Liberté, Egalité, Fraternité pour tous ».

Le temps n’est-il pas venu de mettre à l’étude, de façon urgente, toutes les initiatives susceptibles d’infléchir l’intransigeance du président Djiboutien : d’exercer des pressions politiques sur son Gouvernement par menace, par exemple, de suspendre d’accords économiques préférentiels. (les clauses de ces accords prévoient explicitement le respect par Djibouti des droits de l’Homme).

Par ailleurs, l’inaction constatée de l’Union Européenne la rend aussi complice d’une situation intolérable non seulement pour les Afars mais aussi pour tous ceux, qu’ils vivent en République de Djibouti ou qu’ils aient été contraints à l’exil et qui refusent cette politique autodestructrice et génocidaire de ce système criminel, qui a accaparé toutes les ressources du pays et mobilisé son appareil étatique et administratif à son seul profit et celà risque d’engendrer un radicalisme dangeureux au sein de cette communauté Afar et Somalienne ( l’exemple de la Somalie est à méditer ).

L’urgence de la situation impose à la diplomatie d’être active et puissante. L’impuissance coupable actuelle des puissances étrangères installées à Djibouti, ne fait que renforcer le Droit du plus fort au mépris du seul Droit, tout simplement et pour tous les citoyens djiboutiens.

Toute complaisance ou complicité envers le gouvernement Djiboutien contribue non seulement à fragiliser l’espérance d’un rétablissement de la Paix à Djibouti mais aussi à détériorer la situation dans la région (Somalie – Somaliland – Ethiopie – Erytrée).

Il est urgent et impératif de contraindre le Gouvernement de Mr. Guelleh à mettre fin à cette injustice criminelle et barbare.
Tout cela déjà méritera-t-il réponse de votre part ?

Trois dossiers particulièrement sensibles s’ajoutent à ce constat. Ils pourraient mettre le feu aux poudres à Djibouti :

1°) les crimes impunis,
2°) Les privations arbitraires de liberté et la mobilisation de l’appareil judiciaire par le Gouvernement ,
3°) le chaos économique et la faillite des systèmes éducatif et sanitaire.

La dégradation imposée depuis 32 ans aux Afar de Djibouti en particulier, concerne aussi les autres ethnies : Issas – Issaks – Gadabourcis.

Aucune trêve n’a été conclue. Ces exigences sont plus que jamais à l’ordre du jour car le sang des innocents coule chaque jour et la responsabilité du Président Djiboutien a été clairement établie. Il n’y a aucun doute, puisque c’est lui et lui seul qui donne tous les ordres en sa double qualité de Chef du Gouvernement et de Chef des Armées djiboutiennes.

Dans un dernier espoir (car vos dirigeants sont restés sourds aux appels que nous lançons depuis plusieurs années, je préfère quand même faire appel à nos amis américains et français dont les pays protègent les Droits de l’Homme

Moi et mes amis, nous avons encore confiance et nous pensons que cette nouvelle diplomatie de l’Amérique présentée par le Président Barak Obama et en France par le Président Sarkozi peuvent contribuer à rétablir la justice dans notre pays et dans la région.

Nous espérons cela va se réaliser prochainement avant qu’il ne soit trop tard …..

La paix est à ce prix pour les peuples de la région.

Je vous pris de croire, Exellence et Cher Monsieur, à l’assurance de ma très haute considération

Abdallah DEBERKALEH
Un patriote qui aime son pays et son peuple