Articles

19/11/2011 (B631) Communiqué du Président de l’ARD appelant à la mobilisation des populations djiboutiennes.

Djibouti, le 18 novembre 2011

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’ARD APPELLE À LA MOBILISATION CONTRE LA TYRANNIE

Depuis les manifestations historiques du premier trimestre 2011 contre son troisième mandat illégal, le despote rejeté par une écrasante majorité de notre Peuple s’arc-boute à son pouvoir illégitime et s’enlise chaque jour un peu plus dans la répression.

La réduction du peu d’espace démocratique conquis par les forces de l’opposition nationale au cours des décennies 1990-2000, la généralisation des intimidations, arrestations arbitraires ou encore les tentatives de clonage, voire la dissolution programmée des associations indépendantes nous imposent plus que jamais une urgence incontournable : faire de nouveau parler toutes les rues de toutes les agglomérations de notre cher pays martyrisé, de manière responsable, solidaire et déterminée.

LA MOBILISATION CITOYENNE CONTRE LA DICTATURE
DOIT IMPERATIVEMENT REPRENDRE !

En acculant la grande majorité des Djiboutiens au chômage, à l’insécurité et à la pauvreté, le dictateur autiste espère par la terreur inscrire son régime irresponsable dans la durée pour continuer à piller au grand jour et en toute impunité.

Cette gouvernance chaotique a déjà mis notre pays à terre et cherche également à nous mettre à genoux : aucune passivité de notre part ne permettra que cette calamité perdure !

L’Alliance Républicaine pour le Développement appelle le peuple djiboutien et toutes les forces démocratiques nationales, où qu’elles se trouvent, à une vigoureuse mobilisation citoyenne contre la tyrannie, synonyme de prédation, régression et paupérisation.

L’ARD demande également aux grandes nations démocratiques militairement présentes à Djibouti de ne pas cautionner par leur silence ou complaisance les dangereuses dérives autoritaires d’un régime policier à contre-courant de l’Histoire.

La Victoire est proche ! Mobilisons-nous !

Le président de l’ARD
Ahmed Youssouf Houmed

19/11/2011 (B631) Communiqué envoyé hier soir vendredi, par un fonctionnaire djiboutien.

DEMAIN SAMEDI 19 NOVEMBRE 2011
LE PRESIDENT DE LA LDDH SERA ARRETE SUR ORDRE DU
MINISTRE DE L’INTERIEUR

En effet, le ministre de l’Intérieur M. DARAR HOUFFANEH a tenu une réunion autour du KHAT dans un local officiel.

C’est dans un climat euphorique que le Monsieur le Darar a insisté avec passion la nécessité urgente d’arrêter M. Jean-Paul NOEL ABDI, car ce dernier fait de la politique et non des droits de l’Homme, et il va voir les « ferenji » (les blancs) pour leur raconter n’importe quoi.

Pire encore a-t-il dit en se mettant debout et criant le Ministre de l’Intérieur les yeux exorbitants a dit « C’est inadmissible, il veut déposer des plaintes à la Haye contre le tout puissant Chef Ismaël Omar Guelleh. Il a vraiment dépassé les limites »

. Le motif de son arrestation et de sa comparution auprès du Procureur Maki est : « faire de la politique et tentative de poursuite sur le plan international contre le Chef de l’Etat »

Un haut fonctionnaire de l’Etat
proche du Ministre

19/11/2011 (B631) LDDH : HALTE AUX REPRESSIONS ABSURDES !


Le Président

BREVE INFORMATION DU 19 NOVEMBRE 2011

Manifestations pacifiques des Etudiants de l’Ecole de Médecine
Réprimées par les forces de Police.

HALTE AUX REPRESSIONS ABSURDES !

Ce matin samedi 19 novembre 2011, les jeunes universitaires de la faculté de médecine ont occupé leurs locaux afin de manifester pacifiquement car les professeurs Tunisiens ne viennent plus à Djibouti et l’OMS aurait suspendu certains financement pour l’Ecole de Médecine.

Ces Etudiants exigent aussi l’ouverture d’un Centre Hospitalier pour permettre aux futurs médecins d’avoir une formation pratique en plus des rares cours qui leur sont dispensés.

Plus de 150 étudiants de l’Ecole de Médecine ont été, vers 10 heures, arrêtés et transférés au Centre de rétention de Nagad (Ecole de Police).

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) est très préoccupée face aux répressions sauvages contre nos futurs médecins.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains exige la fin des détournements d’argent qui devraient servir en principe au bon fonctionnement de cette Ecole de Médecine ainsi que, l’ouverture d’un Centre Hospitalier, afin de compléter la formation pratique de nos futurs médecins

Faut-il rappeler que l’Hôpital Peltier est devenu un vrai mouroir par manque des médicaments de premiers soins.

NOEL ABDI Jean-Paul

19/11/2011 (B631) A lire sur LOI cette semaine …

____________________________ Djibouti

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN N°1320 – 16/11/2011
Le sultan des Afars irrite déjà Meles Zenawi
Tout ce qui touche aux Afars, une communauté vivant à cheval sur l’Ethiopie, l’Erythrée et Djibouti, a immédiatement une résonnance régionale. (…).

AFRICA ENERGY INTELLIGENCE – Edition française N°663 – 16/11/2011
La BM finance la géothermie
Les administrateurs de la Banque mondiale voteront le 15 mars 2012 sur un projet de financement d’un forage sur le lac Assal, à hauteur de 6 millions $. (…).

19/11/2011 (B631) A lire sur LTL, la tribune libre, un article qui a été aussi diffusé sur le Blog du Parisen Libéré. « L’équipe de La Tribune Libre: L’opposition doit impérativement tirer les leçons du passé »

Lien avec l’article original

L’équipe de La Tribune Libre soutien l’appel à mobilisation de tous les membres de l’opposition démocratique pour venir à bout du dictateur Ismaël Omar Guelleh.

L’équipe de La Tribune Libre, pour rester cohérente dans son engagement militant dans la lutte pour la démocratie et le relai nécessaire pour toute information, communiqué où intervention des membres de l’opposition sur notre site, reste plus que jamais déterminée à jouer son rôle de médias en faveur des forces démocratiques.

Néanmoins, nous demandons à l’opposition démocratique, de tirer les leçons du passé qui permettrait aujourd’hui, sa réconciliation avec le peuple et entre elle.

Nous disons aux forces démocratiques, que la confiance du peuple vis-à-vis d’elle ne pourra être absolue, uniquement qu’en démontrant pour certains, leur volonté de rompre avec le passé et l’héritage symbolique dans l’exercice politique pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire de l’opposition.

En clair, Il est temps que l’opposition démocratique fasse le ménage en son sein. Que la nouvelle génération qui en est issue comprenne que le rêve de l’alternance tant désiré par les djiboutiens, ne dépend uniquement que d’elle et non de ceux qui ont offert, n’ayant pas peur des mots, par l’indécence de leurs perpétuels retournements de veste, le pays et le peuple sur un plateau à la dictature.

Nous invitons cette nouvelle génération, porteuse d’espoir, de rejeter la politique du trône dans leur parti ou coalition, facteur de l’immobilisme et du refus de s’inscrire dans la modernité et répondre aux aspirations du peuple.

Comment qualifier, l’acte incompréhensible du rapprochement, perpétré par le Président de l’UAD, avec celui qu’on appelle désormais le « grand félon » d’Aden Robleh Awaleh, encore député de l’UMP, lors de l’élection présidentielle d’avril dernier, si ce n’était une stratégie pour le compte du dictateur, de décrédibiliser les vrais démocrates de cette même coalition ? Nous pouvons dire qu’ils se sont joués du peuple et des démocrates.

Nous disons au forces démocratiques, et telle le considère l’opinion publique nationale, ne vous laissez plus duper part ceux qui usurpent le titre d’opposant, loin de toute considération pour le peuple et le pays.

Nous invitons le Président du MRD, Daher Ahmed Farah, le Vice-président de l’ARD, Mahdi God et Cassim Dini, conseiller politique, à prendre en main le destin de leur parti que de persister dans cette mascarade « d’UADISTE », où seul prime, l’esprit de revanche et de règlement de compte entre sexagénaires. Là aussi n’ayant pas peur des mots, ces sexagénaires n’ont jamais eu ni l’ambition, ni un projet quelconque pour le peuple et le pays. Si pendant longtemps ils se sont constitués en fausse alternance sous le sigle de leurs partis, très souvent des coquilles vides, le constat de leur incompétence est plus que jamais visible.

Nous invitons tous les éléments démocrates de l’opposition à l’extérieur du pays, Cassime Dini, Alexis Mohamed, Madhi God, Ali Coubba, Daher Ahmed Farah, Mohamed Kadamy, et tous les autres, à l’unité, à la solidarité et au consensus.

Nous leur disons, « oui, vous êtes capables de changement, capables d’apporter l’alternance, capables sans les félons, de l’avènement d’un état démocratique ».

Que vive l’opposition de démocrates et ses membres

L’équipe LTL