Articles

23/11/2011 (B631) Les mésaventures de Total à Djibouti (Selon les informations de LVD)ARDHD

La Voix de Djibouti a diffusé plusieurs informations concernant les mésaventures de Total à Djibouti et les lourdes condamnations qui ont été prononcées à son encontre par la Justice djiboutienne, dont on connaît l’indépendance, non pardon, la totale dépendance au régime et à son Maître.

Deux objectifs pour IOG :

1°) Faire rentrer à tout prix de l’argent dont il manque cruellement, puisque les bailleurs de fonds lui ont fermé les « pompes à finance », y compris la France.

2°) Faire pression sur la France, dans le cadre des discussions qui s’éternisent à propos de la renégociation des accords de défense et certainement de la diminution des loyers que Paris veut obtenir, puisqu’elle n’occupe plus les mêmes surfaces qu’autrefois, avec le départ de la 13ème DBLE, la fermeture programmée de l’hôpital Bouffard et l’allègement des autres régiments présents à Djibouti.

La pression sur Total nous semble être une arme à double tranchant, à manier avec grande précaution. Car si l’on parle des amendes qui ont été prononcées contre la société, les juges ne se sont pas exprimés sur le paiement des arriérés qui doivent être dus par l’état djiboutien à la société. Impayés qui avaient justifié la cessation des livraisons de carburant aux forces de l’ordre …

Guelleh a-t-il pensé, en agissant contre Total sur le plan pénal, pouvoir négocier ensuite une compensation entre le montant des amendes et celui des créances de Total sur le trésor public ?

Mais attention, le pétrolier pourrait lever l’ancre. Dans son chiffre d’affaires international, la distribution à Djibouti ne doit pas représenter un pourcentage significatif et encore si elle était payée en temps et en heure, ce qui n’est pas le cas.

Avertis des conditions locales, les pétroliers qui pourraient avoir envie de reprendre la succession, ne se bousculeront pas au portillon. Que deviendrait le bel avion de Guelleh et les moyens mécanisés de la Police, de la Gendarmerie, de la garde républicaine et de l’armée, sans essence.

Les agents du SDS et de la Brigade de recherche et de documentation pourront toujours se déplacer à vélo … mais ils n’aimeront pas …

Et Paulette, vous oubliez la Paulette. Paulette sans essence ? Ca n’arrangera certainement pas son caractère ..

22/11/2011 (B631) Communiqué de Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH. (A écouter et/ou à télécharger)

Nous avons reçu un appel de Jean-Paul Noël Abdi qui nous a lu le communiqué qu’il ne peut envoyer autrement aujourd’hui, car il est privé actuellement de sa connexion Internet. Panne accidentelle ou sabotage organisé et volontaire ? Nous ne le savons pas pour le moment !

Comme vous l’entrendrez, Jean-Paul Noël Abdi lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle prenne conscience des nouveaux durcissements ordonnés par le régime et par son Chef Ismaël Omar Guelleh.

L’urgence est motivée par de nouvelles arrestations, en particulier :

– Houssein Robleh Dabar, membre du Conseil national des Droits de l’Homme, affilié à la LDDH

Farah Abadid Hildid,
membre du Conseil national des Droits de l’Homme, affilié à la LDDH,
– Mohamed Sheikh Souleimane, juge au tribunal, qui a rendu un jugement de relax, pour un certain nombre d’opposants qui avaient été arrêtés, torturés puis incarcérés sous des motifs extravagants, inventés sous les directives du procureur Maki.

Jean-Paul lance un appel à toutes les organisations internationales pour qu’elles exigent la libération de toutes les personnes détenues illégalement sur les ordres du « Premier Magistrat », coupable de crimes organisés et de crimes contre les Droits de l’homme : Ismaël Omar Guelleh.

1°) A écouter en WMA

2°) A télécharger en MP3
Lien de téléchargement

22/11/2011 (B631) Radio-Trottoir : Arrestation de plusieurs dignitaires religieux à Djibouti et confiscation de leurs symboles religieux ?

Un lecteur nous signale que six dignitaires religieux qui s’étaient réunis pour prier et pour échanger, auraient été violemment arrêtés par la gendarmerie de Guelleh, dont les hommes auraient même saisi les symboles religieux : encensoir, encens, etc…

21/11/2011 (B631) LDDH : Halte aux crimes de génocides aux crimes d’exterminations interraciales en République de Somalie, souveraine et indépendante depuis 1960.


Le Président

POINT DE VUE DU 20 NOVEMBRE 2011

Par Jean-Paul NOEL ABDI, Défenseur Djiboutien et de la Corne d’Afrique.

Crimes impunis sous l’égide des administrations de Washington, de l’OTAN et consorts.

En tant que, Djiboutien, Défenseur des Droits de l’Homme, j’avais à titre individuel présenté mon point de vue sur la situation dramatique, les crimes de Guerre et tous les crimes fomentés, concoctés, essentiellement orchestrés et financés par les administrations néocoloniales de Washington, de Paris, de Londres et consorts.

Rappelle que, le point de vue du 27-28 octobre 2011 (ci-après) avait établi les points suivants :

A) les dangers et les risques d’une guerre généralisée, où personne ne sera épargnée, comme en Afghanistan et au Pakistan ;

B) les faux motifs évoquées par le gouvernement Kenyan et préparés par la CIA et le Pentagone, avec des prises d’otages, en réalité, réalisées par les groupes Ras Caponi et d’autres éléments dits Islamiques à la solde du Pentagone ;

C) que les Schabaab avaient immédiatement démenti, faut-il rappeler que les vrais Patriotes Somalis comme les El Schabaab n’hésitent pas à revendiquer toutes les actions qu’ils ont entrepris dans le cadre de la Libération de leur pays, mêmes les prises d’otages comme le Colonel de la DGSE, paraît-il, qui se faisait passer pour un journaliste ;

D) que depuis l’Indépendance de Djibouti en 1977, les ingérences militaires des forces coloniales éthiopiennes n’ont jamais cessé et ont pris de l’ampleur, avec le printemps Islamique, qui a libéré en 2006 le sud de la Somalie des Seigneurs de guerre financés par la CIA ;

E) aujourd’hui les forces coloniales éthiopiennes essaient actuellement de reconquérir la majorité du Sud, puis ensuite la quasi-totalité de la République de Somalie, dans un premier stade sous couvert de Xisbi Suna créée de toute pièce par Meles d’Ethiopie, tout en laissant au Kenyan une mince tranche aux alentours de Kismayo et à Djibouti une petite tranche côtière étroite de Loyada à Lughaya

Aujourd’hui, 20 novembre 2011, le retour en force des troupes coloniales Ethiopiennes en République de Somalie ne nous étonne pas du tout, car depuis l’ex-agent des dictateurs sanguinaires Mengistu-Meles, qui avait été nommé à Nairobi, avait à l’époque fait appel Immédiatement aux Forces coloniales Ethiopiennes dans sa propre région du Puntland, car ces forces tueuses, n’ont jamais vraiment quitté le Territoire de la République de Somalie en violation à l’intangibilité actuellement rendue caduc et permettant, en toute légalité, aux forces patriotiques somalies d’agir dans les pays voisins;

Faut-il rappeler, que, ces troupes coloniales éthiopiennes continuent sans être inquiétées par les Nations-unies, ni par la Communauté européenne, encore moins par l’Union africaine, continuent en toute impunité à coloniser l’Ogaden, à affamer les populations civiles, à brûler leur champs, à abattre périodiquement des milliers et des milliers de bétails,(tout comme les drones commandités à partir de Djibouti afin d’abattre le bétail non loin de Kismayo),

Il est temps à la Communauté somalie de se mobiliser afin de dénoncer partout dans le monde des massacres depuis plus d’un siècle des populations de la Somalie occidentale (OGADEN), rien que depuis 1974 plus d’un million de victimes ont été massacrés par non seulement Mengistu, mais pire encore par Meles du Tigré.

Face à tous ces crimes de g énocide perpétrés par le couple Mengistu-Meles, face à toutes ses atrocités, en tant que Défenseur des Droits de l’Homme, je constate, déplore, m’insurge et condamne du silence complice des Chefs d’Etat de Washington et consorts.

Je ne peux que lancer un Appel pressant à la communauté internationale, africaine, arabe et islamique pour condamner l’administration de Washington et consorts.

Je demande à mes frères et sœurs somalis de s’unir et de se mobiliser pour libérer notre peuple somali, de l’Ogaden encore colonisée par l’Ethiopie, de la région Somalie (NFD) octroyée en 1963 au Kenya par l’impérialisme de Londres, ainsi que la République de Somalie.

Que DIEU TOUT-PUISSANT vous protège et vous épaule.

NOEL ABDI Jean-Paul.

21/11/2011 (B631) ALERTE ROUGE : arrestation ce lundi soir vers 19h00 (Djibouti) de Farah Abadid, défenseur des Droits de l’Homme, déjà incarcéré et torturé par les sbires de Guelleh. La candidature d’Hassan Darar Houffaneh soumise aux comités de cooptation de l’homme de la semaine ou de l’ordre des bourreaux ?

Nous avons été informés ce soir de l’arrestation de Farah Abadid, vers 19h00 à Djibouti. Il serait incarcéré dans les locaux administratifs bd de Gaulle.

Pour le moment, nous ne connaissons pas encore les motifs de son arrestation et nous attendons des informations demain matin.

Mais d’ores et déjà on peut voir la main du Ministre de l’intérieur Hassan Darar Houffaneh, qui ne peut pas s’empêcher de faire le fanfaron dans les Mabraze en affirmant qu’il aura la peau de la LDDH…

Bientôt une nomination dans l’ordre des Bourreaux ? Ce n’est pas exclu. Nous allons soumettre sa candidature au « comité de cooptation », afin que son nom reste gravé sur notre site, en préparation de la prochaine étape qui sera celle des jugements de ceux qui ont contribué à l’injustice et/ou qui ont organisé ou appliqué la torture contre leurs concitoyens.

21/11/2011 (B631) Courrier des lecteurs : L’EDD une machine de répression d’IOG…

Tout le monde le sait, à Djibouti, l’EDD n’agit pas comme un établissement public, au service du peuple mais comme L’entreprise privée de Djama Ali Guelleh. Pour lui, c’est uniquement une machine de répression qu’il met au service du clan et en premier lieu d’IOG.

Suite à l interconnexion avec l’Ethiopie, le prix de l’électricité devrait baisser. Mais pour qui ?

C’est de la poudre aux yeux. Car la baisse ne serait pas généralisée. Comme l’a préconisé IOG lors de sa campagne électorale, elle sera appliquée selon des critères politiques. Elle sera limitée à la population, dont l’abonnement est inférieur à 3 kVA.

Dans la continuité de la stratégie «diviser pour mieux régner »

La machine de la répression pousse trop loin le bouchon ! Cette baisse discriminatoire ne pourra que monter les uns contre les autres. Pour IOG et Djama Ali Guelleh son cousin, la citoyenneté est à trois vitesses.

D’abord les couches défavorisées de la population qui ne peuvent plus payer les factures exorbitantes délectricité et qui prennent le risque de se faire électrocutés en pratiquant (à juste titre ?) des raccordements sauvages.

Djama Ali appelle cela de la fraude. Mais que dire de sa famille et des proches du pouvoir qui bénéficie de tarifs préférentiels, sans ne prendre aucun risque pour leur vie ou leur santé ?

Combien de familles quittent Djibouti pour se refugier à l’étranger à cause de cette machine de répression. De nuit comme de jour, des agents spéciaux de l’EDD sillonnent les quartiers et ils font irruption au domicile de certains citoyens ciblées politiquement ou tribalement. Qu’il y ait ou non des abus, ces agents simulent des fraudes. Et les conséquences sont lourdes.

On commence par couper le courant sur le champ. Puis les malheureux doivent payer un montant totalement disproportionné, en comparaison de leurs maigres ressources pour obtenir enfin le rétablissement du courant.

Voilà un exemple de harcélement qui permet à IOG de mettre le pays et ses habitants sous sa coupe. Répressions, provocations en tout genre : il a externalisé une partie du sale boulot aux établissements publics, qui complètent son arsenal de répression.

20/11/2011 (B631) Somalie : Coucou les revoilà ! Après les Kenyans, il semble confirmé que l’armée éthiopienne ait décidé de revenir (sur les lieux de ses crimes ?) en Somalie.

___________________________ Note de l’ARDHD

Après le Burundi et l’Ouganda, puis le Kenya (probablement appuyé par la France et la Grande-Bretagne), les éthiopiens reviennent en Somalie et certainement pas pour apporter des bonbons aux enfants. Tout cela sous la haute surveillance et les incursions des moyens aériens de destruction et d’observation téléguidés par les américains. En attendant les renforts djiboutiens dont les soldats se font un peu tirer l’oreille ….

La communauté internationale espère-t-elle ramener la paix et la démocratie en Somalie, en déléguant des forces d’occupation étrangères… ?

N’est-ce pas le moyen le plus sur pour convaincre les populations de soutenir et de rallier les mouvements extrêmistes, qui plaideront, à juste titre, pour la souveraineté et l’indépendance du territoire somalien ?

La communauté internationale avec l’U.A. et l’O.N.U ne sont pas à un erreur stratégique (une gross bêtise) près. Mais peut-être auraient-ils acquis la conviction que la Somalie renfermerait des réserves de pétrole ou de matières premières importantes ? Ce qui expliquerait alors ce nouvel engagement militaire …. comme ils l’ont fait dans d’autres pays .. !
______________________________________ Euronews

Des troupes éthiopiennes auraient pénétré en Somalie

Un mois après une incursion de l’armée kenyane, ce sont des troupes éthiopiennes qui sont entrées en Somalie hier.

Plusieurs habitants somaliens affirment avoir vu des véhicules éthiopiens notamment à la frontière dans le centre et dans le sud. D’autres ont également été aperçus à l’intérieur de la Somalie dans la région de Hiran. Cette zone est disputée entre les rebelles islamistes shebab et les forces qui soutiennent le gouvernement somalien.

Le Kenya et la Somalie ont déclenché mi-octobre une opération conjointe contre les combattants islamistes présents dans le sud de la Somalie.

Addis Abeba a vigoureusement démenti toute entrée de ses forces chez son voisin somalien. L’Ethiopie avait envoyé des hommes en Somalie entre 2006 et 2009, avec le soutien tacite des Etats-Unis, pour expulser un autre groupe islamiste qui avait pris le contrôle de Mogadiscio et d’une partie du pays.