21/11/05 (B325) Lettre ouverte de l’ARDHD au Ministre français des Affaires étrangères, au sujet de l’envoi de la copie du discours du Représentant de la France à Djibouti avec ses annotations manuelles.

 Association

ASSOCIATION POUR LE RESPECT

 Fondée

 Loi de 1901

DES DROITS DE L’HOMME A DJIBOUTI

 en 1992

84, rue Saint-Louis en l’Ile – 75004 PARIS Tel : 33 (0)1 46 34 70 70 – Fax : 33 (0)1 46 34 25 93
Contacts : Anne-Marie de Vaivre / Jean-Loup SCHAAL schaal@ardhd.org
Consultez nos informations permanentes sur : http://www.ardhd.org

 

Paris, le 21 novembre 2005

 

 

À Monsieur le Ministre
Monsieur Philippe DOUSTE-BLAZY
Ministre des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 PARIS

par fax (01 43 17 40 94), et par courrier
aux bons soins de Mr Pierre VIMONT, Directeur de cabinet

 

LETTRE OUVERTE

Monsieur le Ministre,

C’est en tant que vice-présidente et fondatrice de l’ARDHD, Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti, association récemment assignée en justice pour diffamation, via la personne de son président, que je vous alerte aujourd’hui.

Le 18 octobre dernier, – entre 14h00 et jusqu’à près d’une heure du matin, le lendemain -, avait lieu, à la 17 e chambre correctionnelle de Paris, l’audience du procès en diffamation intenté par le chef d’état major adjoint de l’armée de Djibouti, le général Ibrahim Zakaria, à Jean-Loup Schaal, président de l’Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti. A cette audience, aux côtés de l’accusé, six témoins sont venus longuement témoigner des exactions, détournements ou tortures qu’ils avaient eu à subir ou à connaître de la part du régime et de l’accusateur.

Mis en délibéré, le jugement sur cette affaire de diffamation est prévu pour le mardi 22 novembre.

Or quelle n’a pas été notre surprise de voir interférer dans ce procès un représentant de la république française, le premier d’entre eux à Djibouti, en l’occurrence l’ambassadeur de France : en effet, aussitôt après avoir remis les insignes de la Légion d’Honneur à Monsieur ZAKARIA, le premier représentant officiel de votre ministère a remis à l’avocat de M. Zakaria l’exemplaire personnel, annoté de sa main, du discours qui accompagnait la remise des insignes.

La décision de nomination survenant précisément durant le délibéré du jugement et quasiment 10 ans après l’assassinat du juge Borrel, sur lequel notre association n’a cessé de réclamer la vérité aux côtés d’Elisabeth Borrel, n’a d’ailleurs pas manqué de nous surprendre….

Vue la qualité attendue et largement reconnue de vos représentants, et particulièrement des premiers d’entre eux, on ne peut que penser que cet acte a été délibéré, considéré, et effectué en toute connaissance de ses conséquences immédiates et à terme : le document personnel, annoté de la main de votre représentant, a en effet été aussitôt transmis, dans les minutes qui ont suivi la cérémonie, par l’avocat du général décoré, au président de la 17 e chambre de Paris, précisément en cours de délibération sur l’affaire, dans un geste que l’on pourrait suspecter de volonté d’influence

Vous comprendrez, Monsieur le Ministre, que nous nous interrogions fortement sur la signification de ce geste, qui ne présente pas l’apparence d’être involontaire, et qui pourrait être considéré comme mû ou participant d’ingérence dans un procès en cours

Nous réservons notre capacité à demander officiellement à la justice une investigation sur cet acte.

Pour l’immédiat, j’ai souhaité vous alerter sur ce geste que l’on ne peut supposer inconsidéré, et ses répercussions possibles, comme j’alerte votre homologue garde des sceaux, Monsieur Pascal Clément.

Je suis sûre de la qualité d’attention que vous-même et vos services porterez à cette situation, et dans l’attente d’une réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de ma plus haute considération et la meilleure.

Anne-Marie de Vaivre

 

PJ  : copie du discours de M. Jean Paul Angelier, dans l’exemplaire transmis au président de la 17 e chambre correctionnelle de Paris, actuellement en délibéré. Copies sur le sujet d’un article de La Lettre de l’Océan Indien, et copie d’un communiqué de l’Association SURVIE.

L’ensemble du dossier est disponible sur le site : www.ardhd.org