05/12/07 (B424) Journal Chrétien / Condoleezza Rice en Afrique

La secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice qui se préoccupe beaucoup de la région des Grands Lacs, du Soudan et de la Somalie, entame mercrediune tournée en Afrique en se rendant à Addis-Abéba (Éthiopie) où se trouve le siège de l’Union africaine et où auront lieu d’importantes consultations.

« La secrétaire d’État suit de près l’évolution de la situation dans les Grands Lacs, au Soudan et en Somalie, et elle veut maintenant se rendre en Afrique, à Addis-Abéba, afin d’y avoir des consultations", a déclaré Mme Mme Jendayi Frazer, secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines,

Mme Frazer s’adressait fin novembre à des journalistes au sujet du prochain déplacement de Mme Rice en Afrique.

« Dans chaque cas, nous avons constaté que la clé de la prévention des conflits était la concertation avec les pays concernés et leurs dirigeants », a-t-elle ajouté, rappelant que Mme Rice s’est impliquée dans tous ces dossiers et elle s’est entretenue avec les dirigeants à Washington.

Elle se rend en Afrique en vue d’avoir la possibilité de réunir ces mêmes dirigeants de nouveau pour tenter de promouvoir le règlement des conflits.

Selon Mme Frazer, la Secrétaire d’Etat organisera un Sommet des Grands Lacs, une réunion des chefs d’État et des ministres des affaires étrangères et de la défense de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et du Congo pour faciliter le dialogue entre les gouvernements et rechercher des solutions communes dans le but d’éliminer la violence contre les femmes.

« Nous nous attendons à une participation au plus haut niveau des pays mentionnés ci-dessus, et nous comptons sur la présence d’observateurs des Nations unies, du président de la Commission de l’Union africaine, M. Alpha Oumar Konaré, et du représentant de l’Union européenne pour la région des Grands Lacs. »

Mme Rice profitera de sa présence à Addis-Abéba pour tenir une réunion ministérielle sur la Somalie avec les pays de la région.

M. Konaré et le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, M. Ould-Abdallah, participeront à cette réunion, ainsi que le président somalien, Abdullaï Youssouf Ahmed, et son Premier ministre, Nour Hassan Hussein.

« Nous espérons que cette réunion nous permettra de trouver les moyens d’engendrer la réconciliation et un dialogue politique plus représentatif afin de préparer le terrain aux élections de 2009", a-t-elle indiqué.

L’objectif est d’atténuer l’effet de l’actuelle violence, notamment à Mogadiscio, de faire face à l’urgence humanitaire, d’œuvrer de concert pour isoler encore plus les extrémistes et de faire pression pour un déploiement plus rapide de la Force de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). »

Des représentants de l’Ouganda, de Djibouti et de l’Éthiopie, ainsi que MM. Konaré et Ould-Abdallah, participeront également à cette réunion ministérielle, selon Mme Frazer qui a exprimé l’espoir que le Kenya participera.

En outre, Mme Rice se rendra à une conférence ministérielle sur le Soudan au cours de laquelle les États-Unis entendent mettre l’accent sur l’application de l’Accord de paix global (CPA).

À cette conférence participeront « les pays de la région, en particulier les États membres de l’Autorité intergouvernementale de développement (IGAD), qui s’étaient portés garants du CPA, notamment Djibouti, l’Éthiopie, l’Ouganda, le Kenya, le Soudan et l’UA.

"Nous voulons donc consulter ces États sur les moyens de faire progresser ce mécanisme, ou de le remettre sur les rails », a conclu Mme Frazer.

14/11/07 (B421) JOURNAL CHRETIEN : L’Ethiopie annonce la pacification prochaine de Mogadiscio

L’Ethiopie a déclaré mercredi que les affrontements en cours à Mogadiscio, où ses troupes participent aux opérations de recherche « porte à porte » de caches d’armes et de combattants, seront bientôt terminés.

Selon le ministre éthiopien des Affaires Etrangères, Ato Seyoum Mesfin, les troupes du gouvernement somalien de transition, soutenues par l’armée éthiopienne mènent actuellement une opération de grande envergure contre les insurgés à Mogadiscio, la capitale.

La semaine dernière, des insurgés appartenant à l’Union des Tribunaux islamiques avaient traîné dans les rues de Mogadiscio, des corps de soldats éthiopiens tués dans les combats.

L’armée éthiopienne, en collaboration avec les troupes gouvernementales somaliennes, mène des attaques contre les insurgés aux abords et à l’intérieur du marché de Bakara, considéré comme un important repaire pour les insurgés, a expliqué le ministre.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), environ 173.000 personnes auraient quitté leurs maisons au cours des deux dernières semaines pour fuir les combats qui ravagent la capitale somalienne, portant le nombre de personnes déplacées en Somalie à 850.000.

L’Ethiopie avait envoyé en décembre dernier son armée en Somalie pour chasser du pouvoir l’Union des Tribunaux Islamiques. Elle attend toujours le déploiement de la force de l’Union africaine pour retirer ses troupes du pays.

Pour le moment, l’Ouganda est le seul pays africain présent militairement en Somalie, avec une force de 1.500 hommes. D’autres pays comme le Ghana, le Nigeria, le Burundi et le Malawi ont promis d’envoyer des contingents en Somalie, mais tardent à tenir leur promesse.

L’Union africaine envisage de déployer en Somalie environ 8.000 Casques verts.