Articles

12/10/2013 (Brève 285) Rachad Farah se fait ramasser à la candidature de directeur général de l’Unesco. Même certains pays sur lesquels il comptait, avec la prétention qui le caractèrise, ne lui ont pas donné leurs suffrages … Une belle culotte, bien méritée à notre avis, quand on considère son soutien à une dictature qui asservit un peuple et qui ruine l’éducation et la culture !

Selon un article payant publié par LOI, Rachad Farah n’a obtenu que 13 votes sur 58 suffrages contre 39 à la Présidente sortante Irina Bokova, réélue dès le premier tour. Il semble que les consignes de vote des organisations arabes et africaines, n’aient pas été suivies par un grand nombre de pays associés, dont (entre autres) l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Congo ou le Gabon.

La France, les USA, l’Egypte ont voté en faveur de la candidate sortante.

15/02/05 (B285) AFAR COMMUNITY ASSOCIATION IN UK

46, Myrdle Street. London
E1 1HL
Telephone No: 44- (0) 2073776353
Alternative No: 44-(0) 2077906046
E-mail: afar_community@hotmail.com


15 February 2005

STATEMENT
BY THE AFAR COMMUNITY ASSOCIATION IN UK

Afar Community Association in UK is now officially recognised
by the British Government as a Registered Charity.

Firstly, we are very pleased
to inform that the Charity Commission for England and Wales now satisfyingly
and delightfully approves the governing document of the Afar Community Association
in the UK and it has been entered in the Central Register of Charities for
England and Wales. Becoming a registered organisation, like thousands of others,
will help facilitate the needs of the Afar Community in the UK and to successfully
achieve sustainable charitable objectives and aims set out in the Article
3 of the ACA.

Secondly, we would like
to highlight that the Afar Community Association in UK "ACA" shall
be a voluntary, self-help, social and cultural oriented non-profit making
organisation. It shall be a strictly non- political organisation. It shall
operate both inside and outside England and Wales; e.g. Europe-United Kingdom-
Africa- Ethiopia, Djibouti and Eritrea.

Thirdly, the organisation
is governed by the constitution adopted on 20 November 2003, as amended on
15 January 2005. Its objects are as follow: – "to relieve poverty, in
particular, but not exclusively, for the Afar Community by the provision of
advice on education, employment and health advocacy and representation in
the interest of social welfare with object of improving the conditions of
life for the said inhabitants. 2- To advance the education of the Afar Community
by the provision and training on subjects such as, literacy classes for adults
and the Afar language and to provide general advice, information and support.
3- To advance education in the Afar traditions and folklore by the provision
of cultural and social events. 4- To promote any charitable purposes for the
benefit of the public as the trustees or management committee determine from
time to time".

Moreover, the Association
was not only set up to address the needs of the Afar community in the UK but
also to address the needs of the all Afar people in the Horn of African States.
Also, notably, it is not only representing the Afar people and their traditions
and folklore but also it is representing the multicultural societies of the
Horn of Africa. It is a fact that, both Management Committee and members of
the organisation is made up of individuals who came from four different countries
such as Djibouti, Ethiopia, Eritrea and Somalia. The Membership is open to
all Afars and for those who accept and support the principles and objectives
set out in the Article 3, and the terms and conditions of membership of Article
5 paragraph (a).

Furthermore, the MC of
the ACA would like to work closely in partnership both with governments and
statutory institutions of Ethiopia, Djibouti, Eritrea, UK and the Afar Regional
State in Ethiopia, and Afar Pastoralist Development Association (APDA), Afar
Friends in Sweden and UDC in Djibouti in particular, and with NGOs voluntary
sectors in general to; advance education and culture; relieve sickness, poverty,
and famine; and promote good health and social well being of the Afar people
and of those who are disadvantaged in society. Similarly, we wish to establish
friendly co-operation with the people of the Horn of Africa to develop the
exchange of information, advice, and experiences and to facilitate the needs
of our people.

Additionally, this organisation
is for all Afars and for those who are fully committed to accepting and supporting
the fundamental principles and objectives of the ACA. The service of the ACA
is open to anyone regardless of their nationality, sex, agenda, political
opinion, religion and social status. Discrimination on any grounds is prohibited.

Besides, the ACA unites
and links the Afar community divided between boroughs of London; connect the
Afars to other local communities and statutory service providers. This organisation
does not belong to any particular individuals or group. It belongs to all
Afars. All members shall have the right to express their view freely and democratically.
We are encouraged all Afars living in the UK to fully involved in the ACA
activities.

Should you have any comments,
suggestions, or complain, please do feel free to come to the Community Centre
to discuss the matters with the Management Committee at any time you may wish
to do so. The MC is very happy to help or deal with your enquiries.

Finally, we would like
to convey our gratitude to the Bridge House Trust and S.t. Katherine &
Shadwell Trust for their financial assistance that has been given us to set
up the Afar Community Association in UK. We also would like to express our
thankfulness to the Community Organisation Forum for Tower Hamlets and the
COF Staff for their friendly co-operation and unlimited assistance that has
been, and is giving us. Special thanks go to all members and friends of the
ACA both in the UK and overseas for their practical support and advice, which
have been given us to develop the efficiency and structures of our organisation.

Afar
Community Association in the UK

 

16/02/05 (B285) COURRIER INTERNATIONAL / Force africaine en Somalie: manifestation hostile à la participation de l’Ethiopie et de Djibouti avant l’arrivée d’une mission.


Au moins 3.000 personnes ont manifesté lundi dans les rues de Mogadiscio
contre la participation de l’Ethiopie et de Djibouti à une force africaine
de paix en Somalie, pays qui tente de sortir de 14 ans de guerre civile, a
constaté un correspondant de l’AFP.

Cette manifestation hostile
intervient alors qu’une mission d’évaluation était attendue
lundi en Somalie pour évaluer les conditions d’envoi d’une force régionale
dans ce pays de la Corne de l’Afrique. Son départ était prévu
le week-end dernier mais a été reporté pour des raisons
de sécurité.

« L’Ethiopie a donné
des armes aux chefs de guerre rivaux. Elle ne devrait pas faire partie de
la mission », pouvait-on lire sur une des pancartes. « Nous voulons
des troupes neutres », indiquait une autre.

« Djibouti a soutenu
le gouvernement national de transition (TNG, mis en place en 2000 mais qui
n’avait pas été reconnu par les principaux chefs de guerre et
ne contrôlait que quelques quartiers de la capitale). Nous n’en voulons
pas », précisait une autre bannière. (…)

___________________________
Note de l’ARDHD
Est-ce l’officialisation de la faillite du processus d’ARTA, où Guelleh
était passé en force pour nommer un Président du GNT
? La gloire qu’il avait voulu récupérer dans cette opération
semble bien émoussée …

15/02/05 (B285) Communiqué de la LDDH pour soutenir le Peuple togolais et les communiqués de la DIDH et de la Ligue togolaise pour les Droits de l’Homme.


Noel Abdi Jean-Paul
Président de la LDDH
DIFFUSION D’INFORMATION
DU 15 FEVRIER 2005
DU COMMUNIQUE DE LA LTDH ET DE LA FIDH
SUR LES REPRESSIONS ARBITRAIRES
SUITE AU COUP D’ETAT FAMILIAL AU TOGO

La Ligue Djiboutienne
des Droits Humains
s’élève contre les répressions
arbitraires, à l’encontre des populations civiles du Togo qui ont manifesté
courageusement contre le Coup d’Etat familial au Togo du 5 février
2005.
Elle se joint à la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme et à
la FIDH, et condamne avec vigueur la répression par les forces de sécurité
de la manifestation du 12 février 2005 ainsi que les représailles
contre les témoins des évènements.

M.
NOEL ABDI Jean-Paul

_____________________________________________________

FIDH / LTDH : Répression
arbitraire des manifestations du 12 février :
Les témoins pris pour cibles

Paris, Lomé, le
14 février 2005 – la FIDH et son affiliée la Ligue togolaise
des droits de l’Homme (LTDH) condamnent avec vigueur la répression
par les forces de sécurité de la manifestation du 12 février
2005 ainsi que les représailles contre les témoins des évènements.

Depuis le coup d’Etat
ayant porté au pouvoir Faure Eyadéma, le fils du défunt
Président, les autorités tentent d’étouffer toute opposition.

Le pouvoir cherche tout
d’abord à bâillonner les médias indépendants :
coupures régulières de l’antenne de RFI et fermeture de quatre
radios privées après réquisition des matériels
d’émission. Vendredi 11 février, après de violents heurts
contre la population qui tentait de s’opposer à la fermeture de radio
nostalgie, deux manifestants, M. Akpossogna et M. Sevi ont été
enlevés par les forces de sécurité. Il est apparu que
le premier est détenu à la gendarmerie nationale. Nos organisations
sont sans nouvelle de M. Sevi.

Le samedi 12 février,
malgré l’interdiction du pouvoir de toute manifestation pendant les
deux mois du deuil national , 3000 personnes ont répondu à l’appel
lancé par six partis d’opposition et le Collectif des Organisations
de la Société Civile et Syndicales du Togo pour manifester pour
le retour à la légalité constitutionnelle. Dans le quartier
de Bé, les forces de sécurité ont chargé les manifestants
désarmés, au moyen de gaz lacrymogènes et coups de matraques.
Des témoins ont pu entendre des tirs à balles réelles.
Plusieurs manifestants ont été emmenés au siège
du RPT (parti au pouvoir) où ils ont été battus par des
militaires et gendarmes avant d’être relâchés.

Le bilan provisoire s’élève
à 5 morts et une vingtaine de blessés parmi les manifestants.

Depuis, les témoins
de cette répression sont la cible de miliciens qui tiennent quartier
général au siège du RPT.

M. Nomenyo Sena, secrétaire
général de l’organisation nationale pour l’unité totale
de l’Afrique (ONUTA) et membre du Collectif des Organisations de la Société
Civile et Syndicales du Togo, a disparu ce matin dans le quartier de Bé.
Alors qu’il filmait des étudiants demandant à la population
de respecter l’opération " ville morte " menée par
l’opposition politique, des témoins l’ont vu se faire enlever par des
personnes, non identifiées, conduisant un véhicule 4×4 noir.

Un peu plus tard dans
la journée, c’est au tour du Président de l’ONUTA, M. Kambiagou
Bansiti, d’être arrêté par les gendarmes, accusé
d’être à l’origine des troubles dans le quartier de Bé.

Ce même lundi, toujours
dans le quartier de Bé, un militaire a menacé d’arrêter
Adoté Akwei, président de la LTDH, parce qu’il fait de "
faux rapports pour ses patrons en France " sur la situation des droits
de l’Homme au Togo. M. Akwei tentait alors de dissuader les forces de l’ordre
" d’arroser " les étudiants.

Ce matin encore, Ernest
Assigbe, Quiyeni-Tina Kumana, Dodji Agbegna et Serge Kponfou ont été
arrêtés par les miliciens et détenus au siège du
RPT. M. Serge Kponfou relâché quelques heures après fait
état de mauvais traitements subis par les détenus. Ils ont été
arrêtés pour être questionnés sur leur ami en fuite,
Yves Yeme-Kponfou, accusé de détenir des images numériques
des allers et venus des miliciens au siège du RPT.

La FIDH et la LTDH expriment
leur préoccupation pour l’intégrité des personnes actuellement
détenues par les services de l’Etat comme par les miliciens du RPT.

Elles s’inquiètent
du climat délétère et arbitraire qui se développe,
laissant craindre le pire pour les populations civiles au Togo.

Elles rappellent que les
autorités togolaises autoproclamées assument la responsabilité
première des atteintes à l’intégrité physique
des civils.

La FIDH et la LTDH réitèrent
leur appel à la mobilisation des instances intergouvernementales concernées
y compris par l’instauration de sanctions visant exclusivement les auteurs
du coup d’Etat du 5 février.

15/02/05 (B285) LE MONDE : PORTRAIT : Safia Otokoré, Bourguignonne de Somalie, née à Djibouti et Vice-Présidente du Conseil régional de Bourgogne. (Le MONDE sous la plume de Catherine Simon)

Née à Djibouti
dans une famille démunie, la vice-présidente du conseil régional
de Bourgogne sort un livre pour raconter son parcours hors du commun.
« Quand vas-tu te mettre dans la tête que tu ne seras jamais blanche
? », avait coutume de dire sa mère, excédée de la
voir plongée dans des livres au lieu de s’occuper de la maison. En
ce début des années 1980, dans les faubourgs miséreux
de Djibouti, où la famille Ibrahim, des réfugiés issaks
venus de Somalie, tentait de survivre, la petite Safia était déjà
une gosse à part.

Cette maigrichonne aux
allures de « garçon manqué », quatrième enfant
d’une nichée de dix bambins, a été très tôt
habitée, comme elle le dit elle-même, par une « volonté
rageuse » qui la pousse hors des sentiers battus. Très vite, elle
apprend à mentir, à ruser. Elle veut vivre. L’athlétisme
– adolescente, elle devient championne de demi-fond – lui fera franchir les
frontières africaines, découvrir la Côte d’Ivoire, le
Sénégal, et rencontrer son futur mari.

Le livre de cette femme
« née pauvre, noire et musulmane » devrait en ébahir
plus d’un. Et en agacer quelques autres… Elue sur la liste PS, lors du scrutin
municipal de mars 2001, Safia Otokoré est aujourd’hui maire adjointe
de la ville d’Auxerre (Yonne) et, depuis mars 2004, vice-présidente
de la région Bourgogne, déléguée à la jeunesse
et aux sports, et à la lutte contre les discriminations.

C’est par la politique,
en l’occurrence le Parti socialiste, qu’elle a réussi à se faire
un nom. Un prénom plutôt : Safia – le titre de son autobiographie,
à paraître fin février (éditions Robert Laffont).
A 36 ans à peine… « Elle est sortie du ruisseau parce qu’elle
est ambitieuse. Elle a eu très tôt le désir de fuir sa
condition, de devenir quelqu’un », souligne Nicole Lambron, une Française
qui a vécu à Djibouti et a longtemps épaulé moralement
et financièrement la famille Ibrahim.

Le livre de Safia Otokoré
est dédié à cette drôle de marraine française,
grâce à laquelle la « sauvageonne » du Quartier 3 a pu
poursuivre ses études. Sans ce coup de pouce, il n’est pas sûr
que la jeune « prisonnière », tributaire des lourdeurs de la
société djiboutienne, aurait réussi à s’échapper.

C’est qu’il ne fait pas
bon vivre, quand on est femme et pauvre, dans cette région déshéritée
qu’est la corne de l’Afrique ! Il suffit pour s’en convaincre de lire ce que
Safia Otokoré raconte de l’excision des filles, qu’elle-même
a subie à l’âge de 7 ans.

A cette première
mutilation – l’ablation d’une partie du clitoris -, la coutume régionale
en ajoute une deuxième, celle de l’infibulation, torture rituelle qui
a valu à la Somalie le surnom de « pays des femmes cousues ».
Dans son malheur, la petite Safia a pourtant eu de la chance. On le comprend,
à découvrir l’histoire, atroce et banale, d’une de ses sœurs,
Kaltoum, « la meilleure d’entre nous », dit-elle, mariée de
force plusieurs fois, et qui, après avoir tenté d’échapper
à son sort, est morte misérablement, il y a sept ans, à
Djibouti.

Quand elle parle de Kaltoum,
attablée dans un café d’Auxerre, Safia Otokoré n’arrive
pas à retenir ses larmes. Elle les essuie très vite. « J’ai
écrit ce livre pour que les Auxerrois me connaissent, qu’ils sachent
d’où je viens », lâche-t-elle, retrouvant déjà
son sourire. Question de discipline. Sous ses allures brouillonnes, Safia
Otokoré a un caractère de fer.

Dans les rues de cette
grosse bourgade de 40 000 habitants, longtemps fief de Jean-Pierre Soisson,
ceux qui la saluent – ici un policier municipal, là une militante socialiste
avec qui elle échange deux mots, plus loin un jeune Français
« récemment converti à l’islam » qui lui arrache un
rendez-vous -, on ne connaît de la noire édile que ses titres
politiques et le nom de son ex-mari, Didier Otokoré, footballeur de
niveau international, avec qui elle a eu deux fils.

Ses ennemis – elle en
a de féroces – lui prêtent une soif de pouvoir inextinguible,
un désir d' »arriver à n’importe quel prix ». Officiellement,
ce n’est pourtant pas ce dont le maire d’Auxerre, le socialiste Guy Ferez,
ancien camarade de campagne, accuse sa bouillonnante adjointe. A voix haute,
il lui reproche son « absence de travail » et son « manque de
rigueur ». Furieux, il a annoncé, fin janvier, qu’il retirait sa
délégation à Safia Otokoré. La jeune femme n’en
garde pas moins son titre. Et sa pugnacité.

« Elle est un peu
trop vive et franche. C’est un défaut qu’elle doit vite corriger »,
s’amuse un autre Guy, certainement plus fameux que le maire de la ville :
Guy Roux, l’entraîneur de l’AJ Auxerre. Il connaît Safia depuis
son arrivée en France, en 1993, quand elle est venue rejoindre son
footballeur d’époux. « Moi, je fais partie de ceux qui l’aiment
! », s’exclame-t-il sans ambages. « Sa volonté de faire carrière
? C’est courageux de sa part, surtout qu’elle a des handicaps sérieux
: c’est une femme jeune, elle est africaine et elle vit seule », estime
le professionnel du football. « Mais c’est aussi une très bonne
chose, ajoute-t-il. Safia est devenue l’assistante sociale de toutes les Africaines
d’Auxerre. Elle est d’un dévouement extrême pour les autres.
Et c’est un faible mot… »

De son Afrique natale,
Safia Otokoré n’a pas rapporté de souvenirs très chaleureux
– hormis celui de cette grand-mère d’Hargeisa, Ayeyo, brouteuse de
khat et fumeuse de narguilé, au sang-froid légendaire. A l’époque,
en Somalie, les femmes étaient vêtues de fins voiles colorés,
aux teintes vives. « Aujourd’hui, dans les rues d’Hargeisa -capitale du
Somaliland, partie nord de la Somalie-, les femmes mettent la burka »,
constate Safia Otokoré, qui y retourne de temps en temps. Sans enthousiasme.

« Mon chez-moi ne
se trouve ni en Somalie ni à Djibouti. Mes racines, je me les fais
moi-même, ici ! », lance la jeune Bourguignonne, en faisant visiter
la maison qu’elle vient d’acheter, dans un quartier résidentiel du
vieil Auxerre. Coïncidence ? La maison a appartenu autrefois à
un maire, Jean Moreau. « Si je dois laisser mes empreintes quelque part,
ce sera ici, à Auxerre, dans le département de l’Yonne »,
promet-elle. A voir les passions que suscite cet « électron libre
avec des appuis haut placés », comme l’appelle un journaliste local,
c’est déjà chose faite…

Catherine Simon

15/02/05 (B285) Les contes de mon pays. Le Roi s’ennuie ….

Las de régner sans
partage, le vieux Roi s’ennuyait mortellement. Et plus que l’ennui, c’est
sa conscience qui le rongeait. Présente le jour, la nuit, le matin,
le soir, elle ne le lachait que très rarement.

Il fallait absolument
qu’il soit occupé ou qu’on lui déplaise fortement. Son caractère
impulsif et colérique reprenait alors le dessus : il injuriait, crachait
au visage de ses subordonnées et des valets de tous bords venus pour
solliciter quelques avantages ou faveurs. Dans ces moments, les seuls, il
oubliait la voix de sa conscience et il se sentait mieux, comme soulagé.

Son épouse, une
gente dame, au corps lourd et fatigué par les années, avait
fini par percevoir son secret. Mais elle ne le comprenait pas. Bien qu’ayant
tout essayé pour établir un lien avec sa propre conscience,
elle n’avait jamais pu y parvenir. D’éminents psychologues appelés
pour diagnostiquer l’origine de cette particularité rarissime chez
les humains, avaient avoué leur impuissance et mis cette maladie sur
le compte de l’hérédité ou des gènes. Hélas
oui ! La Reine n’avait pas de conscience, ce qui ne veut pas dire qu’elle
était inconsciente.

Ca non ! Bien au contraire,
très active, dirigeant tout, faisant chaque soir le compte de la recette
du jour, elle avait très vite compris comment détourner à
son profit personnel, la déprime de son noble époux. Abusant
de son état de faiblesse, elle prenait langue directement avec les
Ministres et les Conseillers. Elle leur donnait des ordres qu’ils devaient
exécuter sur l’heure au risque d’être renvoyé dans la
Grande maison de repos du Royaume, sur la plaine de G…

Bref, géré
maintenant par cette intrigante cupide et parfois vindicative, le royaume
se désolait et s’appauvrissait chaque jour. Même les caravaniers faisaient un détour pour
ne plus le traverser afin de prévenir les mauvaises rencontres fréquentes
avec les archers de la Reine qui, à son exemple, avaient pris de mauvaises
habitudes : ils rançonnaient tout ce qui passait ! Quant au Roi, dépossédé
d’une partie de son pouvoir, il ne lui restait plus qu’à parader et
à se faire tirer le portrait dans différentes circonstances
: inaugurant les chrysanthèmes ou la nouvelle boulangerie de la Reine,
caressant la tête des orphelins en partance pour Londres ou d’autres
contrées éloignées.

Certes, il ne manquait
de rien : son coffre regorgeait d’or … et il pouvait se déplacer
dans tout son royaume dans un carrosse blindé. Mais franchir les frontières
devenait un risque pour lui. Un certain pays autrefois lié d’une grande
amitié avec lui, le chicanait à propos de l’un de ses hommes de
Loi. Pourtant, il ne lui avait pas fait de mal à ce manant. Il pouvait le jurer !

Il est vrai qu’un jour
il avait seulement dit à haute voix qu’il n’aimait pas la bonne bouille du Juge
et qu’il serait heureux de le voir disparaître de son horizon … Rien de plus !

Les grands chambellans
et les fonctionnaires, zélés et attentifs, avaient entendu le message, mais ils l’avaient mal interprété
et avaient pris les paroles royales au sens primaire, et croyant se faire
bien voir, ils avaient provoqué la mort, non sollicitée du représentant
étranger. Découvrant leur méprise et pris de panique ils avaient tenté
maladroitement de brûler le cadavre sur une rive peu fréquentée,
oubliant de le pousser jusque dans les eaux profondes, bien lesté de
bon plomb.

Pour se divertir un peu,
le Roi avait décidé de remettre sa couronne en jeu au mois d’Avril
de la cinquième année, surtout pour évaluer sa popularité
au sein du Peuple. Mais son problème, c’est qu’il n’avait pas d’adversaire
pour se comparer.

Le Roi se mit en quête
d’un adversaire digne de lui, mais tous les candidats se récusèrent
rapidement, ne voulant pas affronter en combat public, l’énorme boule
de graisse …. ni sa garde personnelle, susceptible d’intervenir à
tout moment pour protéger le Grand Roi et écraser le challenger.

Comment faire pour trouver
un homme qui accepterait de l’affronter en place publique, lui le Sanglier
de la Corne, le Génie du mal ? Un homme à la fois assez puissant
pour pouvoir relever le gant et assez faible pour perdre sans panache le combat.

Certains plaisantins raillaient en affirmant que le seul adversaire possible serait la Reine qui présentait toutes les garanties de combativité requises pour l’épreuve.

Et le Roi se répétait cette phrase : A vaincre sans péril,
on triomphe sans Gloire
. Et Dieu sait que reclus dans ses Palais fastueux de la capitale et bientôt dans celui récemment acquis sur une ile artificielle, il en
avait besoin de la Gloire. C’était vraiment ce qui lui manquait le plus…

15/02/05 (B285) SURVIE : combien de victimes au Togo avant que Jacques Chirac ne lache Baby Eyadéma ?

La France avait autrefois
béni le remplacement de l’ubuesque dictateur haïtien François
Duvalier, alias Papa Doc, par son fils Jean-Claude Duvalier, marionnette d’un
clan milicien cherchant à prolonger son pouvoir. Le « règne
» de Baby Doc n’a fait qu’empirer la situation d’un pays
torturé.

Aujourd’hui, le clan milicien soudé par feu Étienne Gnassingbé
Eyadéma a promu de manière expéditive – avec l’aide
« juridique » du professeur français Charles Debbasch –,
le fils du tyran Faure Gnassingbé. Un Baby Eyadéma.

La troupe a déjà tiré samedi sur les manifestants de
la liberté. Le langage hyper-convenu de la diplomatie française
cache mal la stratégie élyséenne, vieille comme la Françafrique
: celle du « fait accompli ». Il s’agit de faire durer assez
ce pouvoir caricatural pour lui permettre de faire, en position de force,
de maigres propositions d’ouverture où s’engluera une partie
des opposants. Et ainsi d’aboutir à une prolongation indéfinie
de la dictature qui fait depuis 4 décennies le cauchemar des Togolais.

L’acharnement avec lequel l’Élysée prolonge une Françafrique
totalement archaïque va devenir de plus en plus coûteux pour tout
le monde. La France doit comprendre que c’est le moment de tourner la
page. Elle doit comprendre que « le sentiment anti-français »
qui se répand sur le continent africain correspond à une prise
de conscience, par les peuples du continent, de la réalité du
rôle de la France dans l’oppression dont ils sont victimes ; elle
doit comprendre que les peuples africains veuillent et doivent s’en affranchir
; elle doit comprendre qu’elle n’a plus que le temps d’échapper,
peut-être, à la réprobation générale.

Elle doit exiger avec
l’Union africaine et l’Union européenne des élections
libres au Togo, et notamment une élection présidentielle –
et s’impliquer, avec l’Union européenne et l’Union africaine,
pour que cette exigence ne soit pas qu’un vœu pieux, non suivi d’effet.


Dans notre République monarchique, hélas, c’est Jacques
Chirac qui dirige seul les relations franco-africaines – officielles
et parallèles. Plus il tarde à mettre un terme à son
soutien inconditionnel aux dictatures françafricaines, plus il se compose
aux yeux des Africains (et du monde) le masque d’un Leonid Brejnev perpétuant
le « Rideau de fer », ou celui d’un démiurge de la Maison
blanche perpétuant le fascisme en Amérique latine.

En mai dernier, Survie
lançait une campagne contre le soutien de la France aux dictateurs
africains largement inspirée par la mascarade électorale togolaise
de 2003 et son indigne cautionnement par la diplomatie française.
Depuis le mois de mai, celle-ci a rassemblé plus de 7000 signatures
de citoyens et obtenu le soutien d’une douzaine de députés,
ainsi que la mobilisation de personnalités africaines signataires d’une
lettre ouverte au président Chirac. Une quarantaine d’événements
(projections, débats, manifestations) ont été organisés
dans ce cadre, dans plus de 20 villes françaises.

Parmi les revendications:
– le "service minimum" de relations diplomatiques avec les régimes
qui ne procèdent pas d’une élection démocratique
– la levée de l’ambiguïté sur la nature officielle ou personnelle
des relations entretenues avec les dictateurs africains
– la fin de l’envoi d’ambassadeurs "validateurs d’élections truquées"
– l’arrêt de la coopération militaire et des ventes d’armes en
direction des régimes répressifs et/ou agressifs

Association
Survie
210 rue Saint-Martin
75003 Paris
Tel : 01 44 61 03 25
Fax : 01 44 61 03 20
www.survie-france.org

14/02/05 (B285) Petites nouvelles du front ….. En direct de Djibouti … (Correspondant)

Le Ministre des Affaires
Etrangères djiboutien
se porterait mieux – Merci aux Ministres français

Comment mesurer
le niveau d’ingratitude de "Sa Bassesse" ? Il suffit d’être
gravement malade !

Après un période
d’inquiétude, M. Ali Abdi, Ministre Djiboutien chargé de la
diplomatie djiboutienne, était tombé dans le coma assez profond,
mais aujourd’hui il va nettement mieux.

Hospitalisé immédiatement
à l’hôpital Bouffard des Forces armées françaises
stationnées en République de Djibouti et rapidement évacué
à l’hôpital Val-de- Grâce sur un avion spécialement
affrété par la France
et ce malgré les insultes émise
au plus haut niveau de l’Etat djiboutien suite aux conséquences de
l’instruction pour l’assassinat du Juge Borel.

Voilà un signe
fort qui est donné pour que la Justice suive son cours et que secours
soit rapidement fait si possible.

Mais où est donc
passé l’avion présidentiel, qui est basé en Afrique du
Sud et qui décolle immédiatement sur simple ordre du Président
ou de son épouse.

Aux dernières nouvelles, émanant des financiers de la présidence,
les évacuations par avion présidentiel ne sont pas prévues
car elles ne sont pas rentables, sur le plan des amortissements, ce qui ne
s’applique pas lorsqu’il s’agit de permettre au couple présidentiel
de faire quelques emplettes : sont-elles rentables ?

Au royaume de Guellhe,
l’amitié et le dévouement ne justifient aucune gratitude en
retour et certainement pas une évacuation sanitaire exceptionnelle.
De toutes les façons, les Gualois sont là et on peut compter
sur la générosité de la France, diplomatie oblige surtout
en ces temps de polémiques.

Le dynamique Ali Abdi
aujourd’hui en sait des choses sur cet " Homme est dangereux ".

L’affaire, de son ami
de quarante ans : le défunt Général Yassin Yabeh "que
Dieu garde son âme en paix" qui est décédé
suite à une non-assistance à personne en danger, conséquence
du refus formel opposé par Ismael Omar Guelleh pour le faire soigner
à l’extérieur de la prison, est encore inscrit dans toutes les
mémoires. Ce souvenir poursuivra Guelleh pendant de nombreuses années.

Et ses Amis ne devraient
pas ni l’ignorer ni le sous-estimer, car ils pourraient bien mesurer un jour
et à leurs dépens, le niveau déplorable de l’ingratitude
non pas de "Sa Hauteur", mais de "Sa Bassesse".