Articles

30/04/2000 – M.GUELLEH, libérez les enfants ! Ils sont mineurs et innocents et ils subissent de nombreux sévices sexuels à Gabode.

L’ARDHD renouvelle son appel pour une libération immédiate de tous les enfants emprisonnés à Gabode, qui subissent des sévices de toutes natures, y compris sexuels.

De nombreuses associations se sont déjà associées officiellement à nos appels (AFADD, AGIR ENSEMBLE, ORGANISATION MONDIALE CONTRE LA TORTURE, SURVIE, UIDH, ALLIANCE FRANCOPHONE, SURVIE, etc..).
D’autres associations, parmi les plus importantes, interviennent actuellement (dans un premier temps) à titre officieux, directement auprès de M. Guelleh, pour lui demander de mettre un terme à cette honte et à ce scandale.

En maintenant, malgré tout, l’incarcération de ces enfants, le maître de Djibouti montrerait-il son vrai visage ? Qu’auraient bien pu faire ces enfants à M. Guelleh pour qu’il agisse avec tant de cruauté à leur égard et qu’il prenne le risque de compromettre une image personnelle déjà bien écornée ?

Les opinions publiques et la communauté internationale découvrent progressivement la situation. Il ne serait pas étonnant qu’une campagne de grande ampleur soit initiée prochainement en faveur de la libération des enfants et de leur prise en charge par des ONG.

Djibouti et le peuple djiboutien ont-t-ils besoin de cette publicité ?
Les Djiboutiens aiment les enfants : ils ne partagent certainement pas l’entêtement de leur Président sur ce sujet (au moins) et ils ne souhaitent sûrement pas que Djibouti soit propulsé, un jour, au premier plan de l’actualité pour des actes inhumains sur des enfants mineurs ; actes répréhensibles commis en contradiction avec toutes les conventions internationales signées par la République.

Ce n’est certainement pas l’image que les Djiboutiens aimeraient donner de leur pays …

29/04/2000 – APPEL DE L’OMCT – ORGANISATION MONDIALE CONTRE LA TORTURE EN FAVEUR DES ENFANTS INCARCÈRES A DJIBOUTI (en anglais)

Case DJI 190400.1 CC
Follow-up to case DJI 190400.CC
CHILD CONCERN

Geneva, 28th April 2000.

The International Secretariat of OMCT requests your URGENT intervention in the following situation in Djibouti.

New Information

The International Secretariat of OMCT has received further information regarding the detention of a number of Oromos (Ethiopian citizens) boys in Gabode prison in Djibouti.

The list of those detained has been updated to the following:

Abdi Ahmed Djibril, 15 years
Abdi Djamal Abdimazak, 13 years
Abdoulfatah Ziad Ahmed, 12 years
Abdoukader Youssouf Ali, 12 years
Abdoulaziz Omar Yossar, 10 years
Adisu Abayne Hagase, 13 years
Ahmed Abdallah Badasso, 12 years
Ahmed Mohamed Abdi, 15 years
Ahmed Mohamed Ismail, 12 years
Ahmed Mohamed Kalif, 15 years
Ahmed Nour Abdi, 15 years
Bayen Houssin Hadji, 12 years
Chamsadih Houssein Mohamed, 10 years
Chamsadih Houssein Saaf, 15 years
Faysal Ibrahim Aden, 15 years
Tarafa Gojane Tasfayé, 10 years
Hassan Badri Youssouf, 10 years
Khadir Mohamed Said, 15 years
Mohamed Ahmed Moualin, 13 years
Mohamed Daeb Aden, 15 years
Mohamed Siraj Ahmed, 10 years
Moussa Mohamed Waday, 15 years
Nassir Houssein Abdi, 10 years
Njanka Iibah Khalif, 15 years
Sagae Gama Tahmarad, 13 years
Salahadih Djama Ali, 11 years

Furthermore, according to the information received, the conditions inside the prison are described as suffocating and dirty.
The detainees are only allowed two hours of « exercise » in an open air corridor, or in the corridor what is described as an « oven »
detention.
It should be noted that this is the only time that the detainees are supervised by guards.

The temperature of the prison in the summer is often 45 C and does not descend below 35 C. The hot summer begins in May, although this year due to a particularly dry season, it is already
extremely hot already.

Brief reminder of the situation

The International Secretariat of OMCT expressed its grave concern for the physical and psychological integrity of 29 Oromos (Ethiopian citizens) boys, allegedly detained and subjected to sexual abuse by fellow adult inmates and prison guards in ‘Prison
de Gabode’ in Djibouti for the last 6 months.

It is reported that these children were arrested in the street following their arrival in Djibouti from Ethiopia as refugees from the regional conflict.

The International Secretariat of OMCT recalls that Djibouti is a state party to the Convention on the Rights of the Child and has obligations to the provisions of this Convention, particularly
Articles 3, 37 and 40.

Action requested

Please write to the authorities in Djibouti urging them to:

i. take all necessary measures to guarantee the physical and psychological integrity of these children;

ii. order their immediate release in the absence of valid legal charges;

iii.guarantee an immediate investigation into the alleged sexual abuse and ill-treatment, identify those responsible, bring them before a civil competent and impartial tribunal and apply the penal, civil and/or administrative sanctions provided by law;

iv. guarantee the respect of human rights and the fundamental freedoms throughout the country in accordance with national laws and international human rights standards, particularly the Convention
on the Rights of the Child, ratified by Djibouti.

Addresses

Gabode Prison Monsieur le directeur,
prison civile de Djibouti
BP 12

Son Excellence Monsieur – Ismail Omar Guelle,
Président de la République,
La Présidence,
BP 6, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 50 49 // 350174

Monsieur Ibrahim Idriss Djibril,
Ministre de la Justice,
Ministère de la Justice,
B.P. 12,
Djibouti, République de Djibouti.
Fax (+ 253) 35 40 12 // 35 54 20

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des affaires étrangères,
Ministère des affaires étrangères,
BP 1863, Djibouti,
République de Djibouti.
Fax: (+ 253) 353840

Monsieur Ali Dini,
Batonnier de l’Ordre des Avocats de Djibouti,
Barreau de Djibouti,
B.P. 2461,
Djibouti, République de Djibouti.

Geneva, April 28th, 2000

Kindly inform us of any action undertaken quoting the code of this appeal in your reply.

————————————————————————————————————

Case DJI 280400

The International Secretariat of OMCT requests your URGENT intervention in the following situation in Djibouti.

Brief description of the situation

The International Secretariat of OMCT has been informed by a reliable source of sexual abuse and appalling conditions of detention in Gabode Prison of three young men, Abdi Robleh, 22 years, Mohamed Ibrahim Abdi, 20 years, and Moussa Houssein Farah, 18 years in Djibouti.

According to the information received, they are part of a number of Oromos (Ethiopian citizens) boys and young men are allegedly being detained and subjected to sexual abuse in Gabode prison in Djibouti. (see also cases DJI 190400.CC and DJI 190400.1.CC)

It is reported that these young men were arrested in the street following their arrival in Djibouti from Ethiopia as refugees from the regional conflict and are allegedly being detained and subjected to sexual abuse by fellow adult inmates and prison
guards in ‘Prison de Gabode’ in Djibouti for the last 6 months.

Furthermore, according to the information received, the conditions inside the prison are described as suffocating and dirty.
The detainees are only allowed two hours of « exercise » in an open air corridor, or in the corridor that is described as detention in an
« oven ». It should be noted that this is the only time that the detainees are supervised by guards.

The temperature of the prison in the summer is often 45º C and does not descend below 35º C. The hot summer begins in May, although this year due to a particularly dry season, it is already
extremely hot already.

Action requested

Please write to the authorities in Djibouti urging them to:

i. take all necessary measures to guarantee the physical and psychological integrity of the above mentioned persons;

ii. order their immediate release in the absence of valid legal charges or, if such charges exist, bring them before an impartial and competent tribunal and guarantee their procedural rights at all times;

iii.guarantee an immediate investigation into the circumstances of these events, identify those responsible, bring them before a civil competent and impartial tribunal and apply the penal, civil and/or administrative sanctions provided by law;

iv. guarantee the respect of human rights and the fundamental freedoms throughout the country in accordance with national laws and nternational
human rights standards.

Addresses

Gabode Prison Monsieur le directeur,
prison civile de Djibouti

BP 12

Son Excellence Monsieur – Ismail Omar Guelle,

Président de la République,
La Présidence,
BP 6, Djibouti,
République de Djibouti.

Fax (+ 253) 35 50 49 // 350174

Monsieur Ibrahim Idriss Djibril,
Ministre de la Justice,
Ministère de la Justice,
B.P. 12,
Djibouti, République de Djibouti.

Fax (+ 253) 35 40 12 // 35 54 20

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des affaires étrangères,

Ministère des affaires étrangères,
BP 1863, Djibouti,
République de Djibouti.

Fax: (+ 253) 353840

Monsieur Ali Dini,
Batonnier de l’Ordre des Avocats de Djibouti,

Barreau de Djibouti,
B.P. 2461,
Djibouti, République de Djibouti.

Geneva, April 28, 2000

Kindly inform us of any action undertaken quoting the code of this appeal in your reply.

29/04/2000 – COMMUNIQUE DE SOMALILAND FORUM pour réclamer une presse indépendante à Djibouti. – M. GUELLEH interdit la presse du Somaliland à Djibouti. (En anglais)

SOMALILAND FORUM
Embargoed Sunday April 23rd, 2000, Ref. SF/EC-010-2000

Media Release

Censorship manifests itself in Djibouti, a Country without Any Private
Somali Language Newspapers

The people of Djibouti, an East African Nation, had been for decades saddled with a Hobson’s choice when it came to newspapers. There was just the official government owned « La Nation. » However, since it is in French only, this paper was restricted to the few privileged who understand the French language. The vast majority of the people were essentially without any newspaper in their native language, which is the
Somali language -the other native language being Afar.

The yearning of the Djibouti people to read something in their native language was being filled these last few years by newspapers flown daily from the neighbouring Republic of Somaliland. In particular, the newspaper known as Jamhuuriya, which is printed in Hargeisa, Somaliland become very popular.

Now the government of Ismail Omar Guelleh has taken away the freedom of choice for print media information from the people of Djibouti. All newspapers from Somaliland have been banned and in particular Jamhuuriya and its sister publication, the Republican. The Government of Djibouti has given no particular reason for banning these newspapers. Jamhuuriya and its sister publication had not been accused of any crimes. Nevertheless, what could they be accused of anyway? These two independent papers have established a tradition of good journalism for themselves and that is why the people of Djibouti are buying them.

The only reason for this attack against the press is that the government of President Guelleh does not want his people reading independent news and information from other sources. The Government of President Guelleh is practicing censorship and is curtailing the freedom of the press by deciding what the people of Djibouti may read or may not read. This is a deplorable act in the 21st century and it should be condemned by all those concerned with free speech and free press.

Therefore, we call upon the international community to condemn this flagrant act against free speech and the freedom of the press in Djibouti, as well as lift this censorship and let the people make their choice of media information source.

Backgrounder:

The Somaliland Forum is an international organization that brings together Somalilanders from all parts of the world through the medium of the Internet. The primary objective of the Forum is to work with the
communities around the world in order to provide some lasting solutions to the problems and needs of Somaliland and its people. The Forum primarily sponsors public programs that benefit a wide array of needs such as Education, Health, and Infrastructure. It has, in the past, helped schools, universities, hospitals, and orphanages. In addition,
the Forum closely follows the regional and local politics in Somaliland, and is active in responding to issues that the Forum finds important.

For further information, please contact

dott. Jama Musse Jama, Pisa, Italy, jama@dm.unipi.it.
Tel. 39 0338 9679505 fax. 39 050 968 525 or

Miss. Deqa G. Hiddig, Toronto, Canada,
(dhidig@yahoo.com)

For more information, Please visit the forum’s web
site at: http://www.somalilanforum.com

P.O. Box 39059
235 Dixon Road, Toronto
Ontario, M9P 3V2
Canada

P.O. Box 230220
Centreville, VA
20120-0220
USA

583 Commercial Road
London E1 0HJ
UK

P.O. Box 5276
Clayton, Melbourne
Victoria – 3168
Australia

P.O. Box 43073
Hawally 32045
Kuwait City
State of Kuwait

Vaskivuorentie
20C40
01600 Vantaa
Finland

_____________________________________________________

Chairman’s address Chairperson@somalilandforum.com
http://www.somalilandforum.com
Via di Pratale 103 F, 56100 Pisa, Italy (tel.39-050
598077 / 39 338-967-9505, 39 050 844 224).

29/04/2000 – L’HOMME OU LA FEMME DE LA SEMAINE. Cette semaine, nous décernons le titre au Directeur de la Prison de Gabode.

C’est lui qui accepte, en son âme et conscience, d’incarcérer des enfants âgés de 10 à 15 ans dans son établissement. Il sait que ces enfants sont victimes de sévices sexuels et il ne leur apporte aucun secours….

Félicitations Monsieur le Directeur ….. Vous avec bien mérité le titre que nous vous décernons, pour les actes monstrueux commis sur des enfants dans un lieu de détention placé sous votre responsabilité.

28/04/2000 – M Mohamed KADAMY, représentant du FRUD pour l’Europe demande à la France et à la Communauté européenne de faire pression sur le Gouvernement djiboutien pour mettre un terme au blocus alimentaire… (Extrait AFP)

BREST, 28 avril 2000 (Extrait AFP)
Mohamed Kadamy Youssouf, un des dirigeants en exil du Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie (FRUD) à Djibouti, a appelé, vendredi à Brest, « La France et l’Europe à rester vigilantes » sur les négociations entamées jeudi en application d’un accord de réconciliation, signé le 7 février à Paris. (…) (1)

« Une solution négociée en faveur d’une paix réelle est vitale pour Djibouti et pour toute la région. Nous demandons à la France et à l’Europe de rester vigilantes face au gouvernement (Djiboutien), qui doit s’engager résolument dans la Paix », a déclaré M Kadamy à l’AFP lors d’une visite à Brest où il a rencontré deux députés PS. Il était invité par l’Association « Djibouti-Bretagne ».

M. Kadamy a par ailleurs appelé la Communauté européenne à « faire pression sur le gouvernement djiboutien afin qu’il cesse le blocus alimentaire et sanitaire qu’il mène, selon lui, dans les régions du Nord et du Sud-Ouest du Pays » (…) « où 200.000 personnes sont menacées de famine » a-t-il affirmé (…)

M. Kadamy a annoncé la création prochaine à Paris d’une association « visant à lutter contre les extraditions illégales », réunissant des Djiboutiens, des Éthiopiens et des Français, notamment des juristes.

________________________________________________________________

(1) Note de l’ARDHD :

Les négociations ont commencé jeudi à Djibouti.
Depuis le 7 février, nous soutenons sans réserve toutes les démarches / négociations en faveur de la Paix, de la réconciliation nationale et de la reconstruction du pays dans un climat de démocratie retrouvé.
Comme de nombreux djiboutiens, nous continuons à nous poser des questions sur la volonté réelle de M. Guelleh de rétablir la démocratie et la justice à Djibouti. Il ne nous appartient pas de « jeter de l’huile sur le feu », ni de nous laisser aller à émettre des pronostics sur un sujet aussi important.
Mais nous devons reconnaître que les faits démentent souvent les intentions annoncées : hors la libération des prisonniers politiques, nous n’enregistrons que des informations allant dans le sens d’un renforcement de la dictature :

Maintien du blocus alimentaire et sanitaire dans le Nord,

Incarcération de 27 mineurs à Gabode dans des conditions atroces et inhumaines,

Non-restitution des passeports des personnalités de l’opposition,

Surveillance policière de nombreuses personnalités, y compris des anciens détenus du FRUD, comme MM. Ali MAKI et KABIR …

Condamnations illégales par contumace sans convocation des prévenus, pourtant présents à Djibouti,

etc….

Le long délai entre la signature de l’Accord-Cadre et l’ouverture des négociations auquel s’ajoutent ces fait alarmants ne laissent pas beaucoup de place à l’optimisme.

Et pourtant nous espérons vivement que les prochaines semaines démontreront le contraire et nous encourageons les négociateurs à oeuvrer dans le sens d’un retour rapide, véritable et vérifiable à la démocratie.

23/04/2000 – LDDH: appel en faveur d’un réchauffement des relations de Djibouti avec ses voisins. Alerte sur deux interdictions de diffusion de la presse libre du Somaliland à Djibouti

LIGUE DJIBOUTlENNE DES DROITS HUMAINS (LDDH)
Siège : Quartier V, boulevard De Gaulle n°66
Tel. Bureau : ++ (253) 36 78 04
Tel./ Fax Domicile : ++ (253) 35 80 07

Communiqué n°15/LDDH/00
Du 23 avril 2000

Vendredi 14 avril 2000, une délégation parlementaire djiboutienne conduite par le 2ème Vice-président M. Idriss Harbi a été refoulée à l’aéroport d’Hargheisa.

M. Omar Haji Mahamoud dit Omaar Dhere avec son épouse, ses quatre enfants ainsi que deux cadres de la Représentation du Somaliland à Djibouti ont été, sous forte escorte, expulsés. Ils ont été déposés à 13 heures le 16 avril 2000 à la frontière terrestre de Loyoda et ils ont traversé à pied, tout le « No man’s land » jusqu’à l’autre côté de la frontière, alors que pratiquement les vols à destination d’Hargheisa sont quotidiens.

Tous les biens et effets personnels ont été éjectés en dehors du domicile et du bureau de la représentation, ceci sans aucune décision judiciaire et sans aucune rupture du contrat locatif.

Le même jour, la fermeture de la frontière avec le Somaliland a immédiatement pris effet, avec tous les résultats désastreux de cette entrave réelle à la libre circulation des biens et des personnes et ses impacts néfastes sur l’économie en particulier.

Aujourd’hui 23 avril 2000, la frontière a été rouverte et les véhicules à destination du Somaliland ont pu franchir la frontière normalement.

La LDDH se réjouit de cette initiative de normalisation et souhaite qu’elle soit définitive.

Le journal de la presse libre « Al Jamburiya » du Somaliland sur ordre des autorités djiboutiennes a été réquisitionné par deux fois à l’aéroport international de Djibouti, les 16 et 17 avril 2000, privant ainsi et jusqu’aujourd’hui les lecteurs djiboutiens de suivre l’évolution politique, économique et sociale de ce pays voisin.

A notre avis, la prudence constructive en faveur du développement régional doit aller de pair avec la flexibilité d’une politique de bon voisinage et ceci dans l’unique intérêt d’une intégration régionale non forcée et non dictatoriale en accordant la priorité à la circulation des biens et des personnes sans aucune répression et sans aucune empreinte d’une politique de haine raciale, tribale et/ou ethnique.

En résumé et pour de bonnes relations avec notre voisin du Sud, la LDDH demande au gouvernement de réchauffer au plus vite les relations amicales et fraternelles qui ont toujours existé. La LDDH encourage le gouvernement d’entreprendre avec tous ses voisins une politique plus dynamique dans le cadre des Droits Humains pour la libre circulation et le respect des Droits, des Biens et des Personnes dans le contexte de l’intégration régionale.

LDDH
Le Président