Articles

27/12/2015 (Brève 573) RFI / Violences à Djibouti: les familles des victimes veulent voir les corps

Lien avec l’article : http://www.rfi.fr/afrique/20151227-violences-djibouti-familles-victimes-veulent-voir-corps-usn-opposition

Par RFI Publié le 27-12-2015 Modifié le 27-12-2015 à 05:07

Après les affrontements entre des civils et des policiers en marge d’une cérémonie religieuse à Balbala, lundi dernier, près de Djibouti-ville, le bilan des affrontements demeure incertain : sept morts selon le gouvernement, une trentaine selon La ligue djiboutienne des droits humains. Par ailleurs, certaines familles de victimes n’ont toujours pas eu accès aux corps de leur proche.

Lundi dernier, lorsque les tirs ont commencé à l’aube, Mohammed Abbi se trouvait dans un quartier voisin du lieu des affrontements. Aujourd’hui, il pense que l’Etat cherche à camoufler les preuves d’une répression sanglante qui a coûté la vie à son cousin, Souleymane Saïd.

Comme l’assurent les responsables de la Ligue djiboutienne des droits humains, il croit lui aussi que les corps des victimes auraient déjà été enterrés par le gouvernement. « Le fait de ne pas avoir accès aux corps de nos victimes nous fait très mal. C’est l’Etat qui a enterré les gens et de ses propres mains, assure-t-il. L’Etat ne veut pas qu’on voie son visage ou son corps, ce qu’il a eu. Ce n’est pas seulement Souleymane Saïd, mais beaucoup de familles n’ont pas eu accès à leur victime. »

Les militaires auraient procédé à un ratissage pour faire disparaître les corps, renchérit le porte-parole de l’Union pour le salut national (USN), la principale coalition d’opposition.

Boycott de l’élection

Dans ce contexte, le parti prévoit de boycotter la présidentielle en avril 2016, selon Daher Ahmed Farah. « La candidature de l’USN sera annoncée le moment venu si évidemment l’élection est libre et transparente. Il y a une telle chape de plomb en ce moment à Djibouti. Désigner à ce moment précis un candidat à une élection que rien ne garantit libre et démocratique, c’est quelque part cautionner une mascarade annoncée », souligne-t-il.

L’USN réclame d’abord la création d’une commission électorale nationale indépendante. Mais aussi des réformes démocratiques immédiates, conformément à l’accord-cadre signé avec le gouvernement il y a un an.

Le président Ismaïl Omar Guelleh s’est déclaré candidat pour un quatrième mandat.

15/10/10 (B573) Communique de l’ABED, qui annonce la mise en ligne sur son site Internet des programmes de la RTD. (Info lecteur)

COMMUNIQUE

Chers compatriotes,

L’association Belgique-Djibouti-ABED a mis en ligne pour vous la Radio et Télévision de Djibouti (RTD) depuis peu sur son site Internet (www.abed.be)!

Nous avons pris le défi de mettre en ligne un nouveau site internet plus adapté pour apporter plus d’informations :

– Sur nos activités au niveau local en Belgique,
– Sur les projets Nord-Sud en faveur des populations de Djibouti.
– Sur l’actualité de Djibouti par la mise en ligne de la RTD.

Parce que nous sommes là pour vous, chaque jour et nous tenons aussi à vous informer sur l’association et ses actions mais aussi sur l’actualité à Djibouti.

Somme de notre dynamisme, de vos besoins, motivée par ce que nous pouvons vous apporter et par ce que vous attendez de nous : Nous vous devons ce que nous sommes et ce que nous faisons…

Il est important de partager nos avancées, nos participations, nos besoins ..

Bonne visite à tous !

Et n’hésitez à partager vos réactions avec nous…

L’équipe ABED

15/10/10 (B573) Radio-Trottoir – Ali Sabieh a eu un week end sous couvre-feu – Pour qui, le candidat de l’UMP Aden Robleh Awaleh roule-t-il ? pour l’USAID, pour IOG ? – Week end avec Couvre-feu à Ali Sabieh (Correspondant)

___________ Ali Sabieh a eu un week end sous couvre-feu

Jeudi 14 octobre 2010, une voiture transportant du Khat aurait subi un tir nourri.

Bilan un mort et deux blessés très graves.

Devant ces répressions aveugles et sanguinaires, les jeunes Assarjog ont manifesté violemment, acculant les forces de sécurité à rebrousser chemin.

Appelée en renfort, l’armée est venue et le couvre feu a été instauré le soir même.

__________ Les méres de famille libérés, après l’arrestation des jeunes

Le jeudi 14 octobre, après six jours de garde à vue, les jeunes de Damerjoog et de Douda ont été envoyés à Gabode jusqu’au 28 octobre par décision du tribunal de Djibouti jugeant en flagrants délits.

En échange, après 11 jours de détention arbitraire à Nagad, dans un lieu secret et sans mandat d’arrestation, leurs 15 mamans ont été libérées.

Est-ce pour faciliter l’action judiciaire de la
Société Pétroland (Turco-Kadra-IOG), qui réclame au moins deux millions de FDj de domages à "ces sales laitières", au titre de perte d’exploitation ou de dégradation ?

« Ces sales laitières » sont les mamans de
ces jeunes révoltés chômeurs qui n’arrivent pas à trouver du travail chez eux
alors que cette Société emploie des travailleurs au noir payès avec des salaires dérisoires et ne bénéficiant d’aucune couverture sociale, à l’image de ce que pratique la Société familiale ICC et Loota.

A noter que le Tribunal a volontiers accordé aux plaignants le délai qui leur était nécessaire, dans un problème civil alors qu’il a refusé de statuer immédiatement sur le cas des jeunes
qui auraient pu être immédiatement relaxés ou condamnés, en les renvoyant en dépôts.

Est-ce pour faire une politsses à ce couple, qui s’affronte le soir après des
beuveries extravagantes et surtout pour faire oublier les dégâts collatéraux
consécutifs au mécontentement populaire.

La rue accuse ouvertement et directement la première Dame d’avoir donné l’ordre d’arrêter les courageuses laitières, qui gagne misérablement leur vie à la sueur de leur front. Rappelons que ces braves mamans excédées avaient décidé récemment de quitter le RPP en décadence pour rejoindre les ranges de l’UAD.

Cette affaire a été relatée, dès le début par l’ARDHD et la suite sera publiée autour du 28 de
ce mois. Lien

______________ Pour qui, le candidat de l’UMP Aden Robleh Awaleh roule-t-il ?
pour l’USAID, pour IOG ?

C’est la question que tout le monde se pose depuis qu’il aurait refusé de publier dans « La République » les remerciements de la
famille du regretté Egueh Bouraleh, indépendantiste de première heure, bien avant Aden Robleh. Rappelons que "La Nation" avait aussi refusé la publication. Lien

Pourtant, comme chacun peut le constater facilement, son journal qui est devenu « Ma République » après avoir été « La République », s’est mis à insulter à le gouvernement et beaucoup plus timidement le
président de l’UMP, candidat ,comme lui, aux prochaines élections mascarades, mais cette fois en violation flagrante à l’article 23 de la Constitution violée.

Aden Robleh, ce prétentieux qui a perdu tous ses amis à cause de ses nombreux retournements de veste, uniquement pour des motivations pécunières a choisi de ne plus faire parler que les autres dans sa feuille de chou, mais dans l’anonymat le plus strict.

Lui seul
existe.

Lui seul avec ses réflexions purement dogmatiques souvent puisées dans des livres ou des journaux, qu’il se garde bien de citer.

Pauvre Aden n’oublie pas que tu avais trahi tes compagnons de lutte comme Jaanaleh, qui avait été assassiné à Loyada par tes anciens amis notamment feu Idriss Baby et Ismaël Tani.

N’oublie pas que tu avais abandonné tous tes compagnons de lutte lorsque tu étais à Mogadiscio.

N’oublie pas que tes derniers amis t’ont quitté après ta nomination en tant que Ministre d’Hassan Gouled.

Toutefois, Aden Robleh je te reconnais une seule qualité, celle de savoir insulter le Chefs de l’Etat, Chef des Armées pour parvenir à la nomination de Ministre.

Tu as bien connu l’oncle, tu connais bien le neveu. Tu les as toujours considérés comme des pauvres
mamassans imposés au pays par « les forces coloniales françaises ».

En effet, qui pourrait oublier les paroles que tu avais prononcées à la BBC en Somalie lorsque tu avais clairement affirmé que c’était Idriss Baby, le frère d’Ismaël Omar, chef de la police
politique, et Hassan Gouled qui étaient les
commanditaires de la tentative d’assassinat en 1978 à Loyada en vue de t’éliminer, toi le grand Aden Robleh
Awaleh.

Rapidement évacué sur Djibouti par un hélico français, ce sont les forces
coloniales françaises qui t’ont sauvé la vie.

Pourtant, quelques temps après ta guérison tu es devenu ministre de Gouled.

Plus tard, tu avais traité Ismaël Omar de traite et d’espion à la solde de l’Ethiopie.
Immédiatement après tu avais accepté de devenir député sous IOG, le président de l’UMP.

L’assiette de l’UMP n’a pas d’odeur pour toi, même si les mets qu’elle contient sont avariés et pourris.

Votre Représentant de la zone sud

14/10/10 (B573) Les lecteurs nous écrivent. Message de félicitations et de remerciements à Jean-Loup SCHAAL (Farah Abadid)

Djibouti, le 14 octobre 2010

Nous tenons à saluer le travail quotidien qu’effectue notre ami Jean-Loup SCHAAL pour dénoncer les oppressions commises par ce régime, en place depuis plus de trente ans.

Aussitôt qu’il en est informé, c’est la force de son travail quotidien avec l’équipe bénévole qui permet de diffuser rapidement à tous les internautes, le témoignage des atrocités qui se déroulent à Djibouti.

Vos alertes nous ont toujours réconfortés et très souvent, elles ont permis de nous faire libérer personnellement ou de faire libérer des compatriotes injustement incarcérés.

Vos articles sérieux et fondés nous informent. Mais aussi, avec les dessins « malicieux » de Roger Picon et vos articles humoristiques, vous arrivez à
nous faire rire, même dans les pires moments, quand l’actualité est insoutenable.

Votre style et les dures réalités nous aident chaque jour à comprendre un peu mieux, les raisons de la situation et surtout les actions à entreprendre pour y mettre un terme.

Par exemple, votre article du 08 octobre 2010 (B572) sur les conflits au sein du couple
d’Haramous, qui n’hésitent pas à dépouiller les commerçants de la place.

La présentation du déroulement de ces scènes de ménage a fait le tour de tous les quartiers jusqu’au fin fond de la brousse. Il a permis à nos compatriotes de mieux apprécier les mesquineries sans borne, car impunies, commises par ce monstre au pouvoir.

Quant aux commerçants, victimes de racket, ils n’osent pas déposer des plaintes, de peur d’être victime de redressements fiscaux infondés et illimités qui tueraient leurs activités commerciales.

Il est incontestable que ce candidat à un troisième mandat illégal, ne peut plus gérer l’Etat de Djibouti, car il ne peut plus assurer ni diriger le pays.

Que faut-il attendre d’un incapable dans un état psychique lamentable et devenu maintenant très vulnérable ?

A ce stade il ne reste plus à nos populations qu’à exiger son départ, ainsi que celui de tous les membres du Gouvernement !

C’est avec beaucoup d’espoir dans ce combat que nous menons ensemble, que je tiens à vous dire que je suis persuadé que la victoire sera pour bientôt.

Je sais que tous mes amis de l’UAD ne manqueront pas de vous inviter, avec la délégation qui vous accompagnera, pour officialiser notre libération, dès que les dirigeants actuels de notre pays
prendront le large ou seront emprisonnés à Gabode, après un jugement que vous pourrez suivre en direct sur Internet.

Farah Abadid
membre actif de l’UAD
et Défenseur des Droits de l’Homme.

14/10/10 (B573) GED : Communiqué pour faire le point des démarches conduites par le candidat Ali Abdillahi Iftin à la Présidence de la République, auprès des autorités étrangères et internationales.

Communiqué
du GED
Octobre 2010


Mohamed Saleh Alhoumekani, Ali Abdillahi Iftin avec André Flahaut (Mai 2010)

En mai 2010, nous avons été reçus :

  • par M. André Flahaut (*),
  • par le département du Ministère des affaires étrangères « Section Afrique »
  • des parlementaires flamands du parti socialiste.

En mai, les entretiens ont porté :

sur la situation politique à Djibouti et la volonté d’Ismaël Omar Guelleh de réaliser un coup d’Etat constitutionnel qui lui ouvre la voie à un troisième mandat,
– sur la candidature d’Ali Abdillahi Iftin.

Six semaines plus tard, Ali Abdillahi Iftin et Mohamed Alhoumekani ont eu une nouvelle réunion avec ces mêmes personnes pour faire le point sur l’avancée de la situation et les orientations à privilégier.

Le candidat Iftin et le porte-parole du GED, Med Alhoumekani ont rencontré aussi les chancelleries françaises et américaines, les représentants de la Ligue arabe et de l’Union africaine.

A chaque fois, l’objectif était de les tenir informés du contexte politique djiboutien, après la modification de la constitution votée par le seul parti, qui monopolise tous les sièges à l’A.N. djiboutienne, et de leur remettre un message, afin qu’il soit transmis à leurs chefs d’Etat respectifs.

A chaque fois, ces différentes autorités nous ont adressés des
réponses personnelles de soutien, très positives, soit par courrier (France), soit par téléphone. Il a été convenu de renouveler ces entretiens après l’annonce officielle de sa candidature par M. Guelleh. Toutes ces autorités nous ont assuré qu’elles nous apporteraient leur concours pour médiatiser à la fois la situation et la candidature de M. Iftin.

Nous devrions avoir un contact formel au quai d’Orsay, après le remaniement ministériel qui est programmé en France.

Nous avons été reçus par un répresentant du Département américain d’Etat, qui était en visite en Belgique.

Les cabinets de MM. Barosso et Van Rampy ont été informés par notre ambassadeur accrédité, Khalid Al Moutani. Il a aussi transmis nos messages au Ministre des Affaires étrangères lybiens et à celui des Emirats arabes unis.

(*) André Flahaut – Président de la Chambre belge des représentants et médiateur, nommé par le roi.

13/10/10 (B573) Communiqué du PDD, en date du 10 octobre, à propos du 2ème congrès ordinaire qui se tiendra à Tadjourah le 4 novembre 2010.

COMMUNIQUE DE PRESSE du 10 cotobre 2008

Ayant pris acte du refus de la salle du palais du peuple par le pouvoir,
nous avons décidé d’organiser le 2ème congrès ordinaire du Parti Djiboutien pour le Développement (PDD) à Tadjourah le 04 novembre 2010 de 8:00 h à 18:00 h.

Nous demandons aux militants et aux sympathisants de s’informer auprès du siège central, sur les déplacements et les moyens de transport.

13/10/10 (B573) Et encore un procès perdu par Romani ! (ARDHD)

Nous venons d’apprendre que Romani avait perdu pour la troisième fois, un nouveau procès qu’il avait intenté.

Devant la cour de Créteil, il avait perdu son premier procès en diffamation contre Bernard Nicolas, à propos du film qui avait été diffusé par Canal + et qui avait été utilisé ensuite lors d’une soirée organisée par Survie, avec l’accord de son réalisateur.

Ensuite devant le Tribunal de Paris, il avait perdu en première instance, le procès qu’il avait intenté à Elisabeth Borrel, Bernard Nicolas et l’éditeur de leur livre : « un Juge assassiné ».

Pourtant Romani ne s’était toujours pas avoué vaincu. Il avait interjeté appel du jugement et nous venons d’apprendre qu’il vient de perdre pour la troisième fois, puisqu’Elisabeth Borrel et Bernard Nicolas sont relaxés.

L’équipe de l’ARDHD félicite Elisabeth Borrel, Bernard Nicolas et leurs avocats pour ce nouveau succès et elle leur renouvelle l’assurance de son soutien. Le combat qu’ils continuent de poursuivre avec courage et constance est exemplaire et mérite le respect.

Sachant qu’ils doivent affronter quotidiennement les obstacles dressés par un certain nombre d’autorités françaises et maintenant certaines manoeuvres méditatiques ignobles « orchestrées », dont le seul but est de dédouaner Guelleh de toute responsabilité, afin de lui ouvrir la voie à une candidature illégale pour un troisième mandat, au mépris de la vérité, des faits et surtout des intérêts légitimes du peuple djiboutien, qu’il asservit, harcèle, exécute et rançonne sans limite.

13/10/10 (B573) Ethiopie : L’Ethiopie signe un accord avec des rebelles de l’Ogaden (Nouvel Obs avec Reuters)

Le gouvernement éthiopien a signé mardi un accord de paix avec l’aile principale du Front national de libération de l’Ogaden (FNLO), qui milite pour l’indépendance de cette province à majorité somalie, ont annoncé les deux parties.

Abay Tsehaye, conseiller pour la sécurité nationale du Premier ministre Meles Zenawi, a présenté l’accord comme un facteur d’unité nationale.

De son côté, Selahadin Mao, qui dit représenter et diriger 80% des combattants du FNLO dans la province de l’Ouest limitrophe de la Somalie, s’est déclaré "heureux de signer un accord de paix avec le gouvernement éthiopien".

"Nous en sommes venus à comprendre (…) que la guerre n’est pas la seule solution. Il est pour nous nécessaire que l’Ogaden se développe et prospère", a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Mais le porte-parole d’une branche rivale du FNLO dirigée par l’amiral Mohamed Omar Osman, ancien commandant de la marine, a déclaré l’accord sans valeur.

"Ce sont des gens qui prétendent nous représenter et qui n’opèrent même pas dans la région", a déclaré à Reuters ce porte-parole, Abdurahim Mohammed Mahdi. "Il n’y a pas de factions. Nous avons toujours été le FNLO", a-t-il ajouté en menaçant de s’en prendre aux intérêts des sociétés étrangères d’exploration pétrolière et gazière actives en Ogaden.

Barry Malone, Philippe Bas-Rabérin
pour le service français